Puy Story

Histoire d'une région.

Fresque vivante.

PUY_2421

Succédant à un château fort plus ancien dont on a également retrouvé les vestiges, le château du Puy du Fou fut érigé aux 15e et 16e s.

SH101216 (2)

Durement malmené lors des guerres de Vendée, cet édifice Renaissance connait aujourd'hui un second souffle de vie.

PanoPuydufou 04mod1

La terrasse de la façade postérieure du château, donnant sur une immense pièce d'eau, compose en effet le décor de la grandiose Cinéscénie, dont le scénario écrit en 1977 par Philippe de Villiers.

PanoramaCiné 2013-09_Copie

Un millier d'acteurs évoluent sur une gigantesque aire scénique et vous font revivre pendant près de deux heures 700 ans d'histoire de la Vendée à travers l'histoire d'une famille symbolique: 

les "Maupillier".
Les décors inattendus, la variété de costumes et le véritable déluge d'effets spéciaux font de cette grande fresque dramatique et chorégraphique un moment hors du commun.

(le 13 septembre sera la dernière repésentation pour la saison 2014) 

Posté par Puystory à 00:33 - CINESCENIE - Commentaires [0] -


Les toits du Puy du Fou

DSC_5266

Cité Fabi 2012 - 06

DSC_5320

DSC_2029

DSC_7583

Posté par Puystory à 00:38 - Divers - Commentaires [0] -

Charles de Bonchamps

Charles_de_Bonchamps

Charles de Bonchamps, une histoire, une vie, un état d'esprit.
Bien qu'un article lui soit déjà consacré sur ce blog, je tenais à lui rendre hommage pour sa volonté sur son lit (brancard) de mort, de rendre grâce à 5000 prisonniers.
Né en 1760, Bonchamps s'engage à 16 ans dans le régiment d'Aquitaine.
En 1787, après avoir combattu dans les Indes, il devient capitaine des grenadiers.
Il réside en 1789 au Château de la Baronnière, près de Saint Florent le Vieil, année de son mariage.
En 1793, les paysans de St Florent décident de le choisir pour chef.
Le 25 mai, il s'empare de Fontenay où il est blessé par un soldat qu'il venait de gracier.

DSC_3634

Bonchamps est mortellement blessé dans un des plus grandes batailles des guerres de Vendée, à Cholet le 17 Octobre 1793.
Il rend son âme a Dieu le 18 Octobre au hameau de la Maillerais.
Avant de mourir, il eut la bonté de demander la grâce des 5000 prisonniers républicains que firent les vendéens lors de la bataille.
Parmi les prisonniers graciés se trouvait le père de l'artiste David d'Angers.
Ce dernier érigea la célèbre statue du "Pardon de Bonchamps" dont on peut voir l'original à Saint-Florent-le-Vieil et une copie à la galerie David d'Angers ... à Angers.

DSC_4673

A l’extérieur de la tente, des cris éclatent.

"À mort! À mort" ; "Tuons-les!" ; "À mort les Bleus !"
Scandés comme un refrain macabre les cris de haine résonnent dans le crâne bouillant de fièvre du marquis de Bonchamps.
Se relevant à grand peine, il demande :
- Qu’est-ce donc ?
Après qui en a-t-on de la sorte ?
- Mon général, ce sont nos hommes qui veulent se venger des Bleus.
- Quels Bleus ? 

PuyStory 2011 Aout 4282

- Dans notre déroute, nous avons capturé cinq mille républicains que nous avons enfermés dans un couvent à quelques pas d’ici.
Ce sont sur eux que nos hommes ont décidé de pointer les canons.
Le marquis se crispe.

DSC_4678

Malgré l’agonie qui meurtrit son corps, malgré la souffrance qui contracte ses traits et l’empêche de se lever, il supplie son cousin, le comte d’Autichamp, d’obtenir la grâce des Bleus :
"Mon ami, c’est sûrement le dernier ordre que je vous donnerai…"
D’Autichamp ne discute pas.
Il se précipite au dehors de la tente, saute sur un cheval et galope jusqu’aux abords du couvent où les hommes s’apprêtent déjà à la vengeance.
Là, il fait battre tambour pour obtenir le silence et proclame :
"Grâce au prisonniers ! Bonchamps le veut. Bonchamps l’ordonne !"

DSC_4679

Les soldats hésitent, se regardent.
Ils n’ont pas la charité de leur général.
Mais ils le respectent profondément.
Depuis qu’ils sont allés le chercher pour combattre avec eux, le marquis de Bonchamps est devenu pour eux un père et un modèle.
Certains regagnent les tentes dressées un peu plus loin et obéissent par devoir.

DSC_6026

D’autres comprenant les motifs de leur chef, acceptent de libérer les républicains.
Charles de Bonchamps a toujours été un exemple d’humanité.
Les plus anciens se souviennent que dès les premiers jours de la guerre, il avait empêché les pillages, les incendies et les exécutions.
Il avait relâché les prisonniers sur la simple promesse qu’ils ne reprendraient pas les armes.

100_1592
Aujourd'hui, mère vendée se souvient et prie pour le salut de ses fils tombés au nom de la liberté.

100_1594

C'est ici, dans cette modeste église de "Saint-Florent-le-Vieil" que repose "Charles de Bonchamps".
"GRÂCE AUX PRISONNIERS"

Posté par Puystory à 00:22 - CINESCENIE - Commentaires [1] -