Puy Story

Histoire d'une région.

La Boutique

Panorama 87

Vous avez oublié votre souvenir ???
Visiteurs du Puy du Fou, au début de votre séjour, vous visitez le Bourg 1900 et ses boutiques ensuite vous profitez de votre séjour dans le Grand Parc.

PUY_0970 Puystory

Vous vous dites que les souvenirs seront achetés en fin de visite.....
Et si vous avez oublié de repasser par les boutiques à souvenirs, les regrets commencent ..........

PUY_0971 Puystory

Afin de répondre à vos attentes, je vous propose de faire un petit détour par la boutique en ligne du Puy du Fou. 
http://boutique.puydufou.com/

Posté par Puystory à 23:18 - Bourg 1900 - Commentaires [0] -


Du cœur.. rien que du Cœur.

Puystory_4876

Puystory_1708

Puystory_3237

Posté par Puystory à 22:03 - CINESCENIE - Commentaires [2] -

Le repas du paysan.

PUY_8663

L'épais brouillard qui couvrait la campagne n'avait pas disparu en cette fin de matinée d'octobre.
Pas un rayon de soleil, pas une ombre ne pouvaient indiquer l'heure du repas aux valets de la ferme qui labouraient le grand champ du Bois.

PUY_9768

Mais le creux de leur estomac disait qu'il était temps de laisser reposer les trois paires de bœufs et de regagner la ferme toute proche.
Le maître les attendait dans la cour pour prendre le repas avec eux.
Le temps de se laver les mains dans la même eau au creux d'une pierre en granit et tous allaient se retrouver autour de la grande table massive au milieu de la cuisine.
Je revois ces hommes au visage basané et hirsute, revêtus chacun d'un pantalon rapiécée et d'un paletot toujours déboutonné.

PUY_1660

Ils entraient dans la pièce en traînant leurs lourds sabots sur le sol de terre battue.
A l'extrémité de la table, le maître s'installait à la place d'honneur et tous s'asseyaient sur un banc après lui.
Il servait la soupe fumante et après avoir signé le gros pain des huit livres, il le distribuait autour de lui.
La tête penchée au-dessus de l'écuelle, on mangeait presque toujours en silence.
De temps en temps, les hommes buvaient au même pichet un vin clair de la dernière récolte.
Je n'aimais pas ces heures de repas….

PUY_6656

Les hommes mangeaient seuls et jamais les femmes et les enfants ne s'attablaient pas pour manger avec eux.
Nous devions toujours attendre la fin des repas.
Quand le maître avait refermé son couteau, quand il s'était levé, tous les domestiques en faisaient autant.
Et pendant qu'ils sortaient, la tâche était distribuée à chacun pour le reste de la journée.
Ravigotés par ce repas, ils retournaient sans répit à leur travail.
Avec mes frères, nous allions porter la collation aux moissonneurs, pendant les durs travaux de l'été.
Quand le soleil allongeaient l'ombre des arbres, à l'orée du champ, ils retrouvaient l'appétit avec de la mogette, un morceau d'andouille et de pâté.

PUY_0575

Une abondante "trempine" faite de pain et de vin rouge sucré venait apaiser leur soif.
Souvent, nous restions goûter avec eux, car ils aimaient bien, faire partager les galettes de blé noir.
Je me souviens de ces soirs où dans la cuisine régnait une forte odeur de soupe aux choux que l'on servait régulièrement accompagnée de la mogette à tous les repas.
La viande était rare en semaine.
Quelquefois, on disposait sur la table un peu de charcuterie et du jambon.. ou même un lapin de garenne prit au collet rendait le menu plus copieux !!

PUY_5356

Les repas se terminaient presque toujours avec le fromage blanc de la ferme.
En hiver, c'était la bouillie de farine.
En été, le soir, on savait apprécier le caillé ou le traditionnel laitage fait de mil et que l'on distribuait aux amis pendant le temps de la moisson.
J'ai toujours gardé en mémoire ces crèmes fouettées que faisait ma grand-mère avec les œufs de perdrix découverts au printemps dans un champ de trèfle ou de seigle.

PUY_3684

Ainsi donc, chez nous, toute l'année, les produits de notre récolte pouvaient suffire à notre nourriture.
Elle n'était pas peut-être pas très variée, car à la ferme on tirait profit légumes de saison.
Et puis, on ne jetait jamais rien.
Le matin, avant le "pansage" pendant que les femmes "passaient" le lait, les hommes mangeaient les restes de choux vert réchauffé avec de la crème.
Et que dire du pain de six, huit ou douze livres, pétri, fermenté et cuit dans le fournil ?

PUY_9628

Avec la croûte épaisse et dure, il pouvait attendre la prochaine fournée, trois semaines plus tard.
J'appréciais beaucoup notre pain de ménage.
Il sentait bon la fleur de farine.

Artisans 092012-039

Dans les fermes avoisinantes on n'en faisait pas de meilleur.
Et puis n'était-il pas le symbole de tout notre travail ?

J. Maupillier (Garde)

Posté par Puystory à 23:07 - Parole de Jacques Maupillier - Commentaires [1] -

Le rêve (Cinéscénie du Puy du Fou)

PUY_9997

Vitrail de paix avec des rameaux bénit.

PUY_5795 Puystory

Laisse la p’tite fille qui était tambour dans l’armée de D’Elbée

PUY_5797 Puystory

PUY_8697

Jacques Maupillier est mort, ce matin de très bonne heure.

PUY_0890

PUY_0895

PUY_0897

Posté par Puystory à 00:20 - CINESCENIE - Commentaires [1] -