Puy Story

Histoire d'une région.

La fontaine du village. (Contes et Légendes)

Puy20061721

C'était il y a bien longtemps...
Jadis, non loin de là, il y avait une forêt immense et dans cette forêt, cachée parmi les herbes, blottie dans la mousse, une petite fontaine de rien du tout.
Transparente comme le matin et profonde, si profonde que personne n'y pouvait voir dedans la racine de son eau.
Elle n'avait rien d'utile à faire.
Si retirée en solitude que nul ne savait qu'elle était là.
Limpide, elle regardait le ciel et le ciel la regardait.
Mais du fond de la terre secrète depuis son jour de naissance, son cœur d'eau sans cesse bondissait, jaillissait, frémissait, bruissait, égayant les cailloux et berçant les mousses.
Les oiseaux y venaient boire.
Et aussi les autres bêtes.
La biche y amenait son faon ; la hase, ses levrauts ; la renarde, ses renardeaux ; la laie, ses marcassins.
Ils lapaient l'eau lentement, gentiment, sans la blesser et la fontaine, comme une nourrice les laissait faire. Leurs langues roses et naïves ne la troublaient point.
Mais un jour, un chasseur arriva.

PUY_7174

Lui, il était d'autre sorte.
Un archer, le plus adroit, le plus rusé de la contrée.
Avait-il trempé ses flèches dans quelque charme magique ?
Jamais il ne manquait sa proie.
Il s'était, un jour d'été, arrêté près de la fontaine, tout en sueur, haletant.
Il avait longuement poursuivi une biche presque invisible.
Il jeta son arc à terre, quitta ses bottes chaudes, trempa ses mains dans l'eau fraîche et la face penchée sur elle :
- "J'ai soif !" dit-il.
- "Bois !" dit-elle.
Et s'élançant jusqu'à lui de sa plus profonde demeure, alors, d'un grand bond d'azur, elle lui donna son cœur d'eau.
Il but, trouva l'eau délicieuse...
"Jolie fontaine..." commença-t-il, mais, ouvrant la bouche pour parler, un mensonge en sortit et tomba dans l'eau pure.
Tout d'abord, la fontaine n'en éprouva aucun mal.
Le mensonge descendait en elle, tiède comme un oiseau qui plonge, une douceur de Paradis.
Mais quand il se fut répandu, à elle mêlé goutte à goutte, elle se remplit peu à peu et déborda de peine étrange.
Que lui était-il arrivé ?
Elle n'était plus la même qu'avant.
Qui était-elle désormais ?
Troublée, elle regarda le ciel.

DSC03202

Mais le ciel ferma les yeux sans lui rendre son regard.
Elle avait perdu l'azur.
Et elle pleura.
Nuit et jour pleura la fontaine.
Les herbes autour s'assombrirent.
Les oiseaux n'y prenaient pas garde, ni non plus les autres bêtes.
Chaque jour ils revenaient boire l'eau de l'aube et l'eau du soir sans s'apercevoir de son trouble.
Le chasseur, lui, n'était pas revenu.
Il n'avait pas coutume de boire deux fois à la même source.
Nuit et jour pleurait la fontaine, implorant le bleu du ciel.
Mais le mensonge était entre eux et ses vapeurs envenimées, pis que ténèbres, altéraient tout.
Malheureuse ! Gémissait-elle,
"je lave le groin des sangliers, le mufle des putois, le bec des freux et des buses, mais moi, qui me nettoiera ?
Qui me rendra mon eau pure ?"
A quelque temps de là, dans le joli matin, une femme toute auréolée de lumière, sortit d'une chaumière, une corbeille de linge accrochée à son bras.
C'était Sainte Radegonde qui s'en allait laver le linge des lépreux, des malades, des scrofuleux et des mourants dont elle avait la charge.
Mais au lieu de descendre à la rivière, elle se dirigea vers la forêt, marcha, trouva la fontaine et s'agenouilla à côté d'elle avec son linge et son savon.
- "Sainte", soupira la fontaine, "toi qui cherche une eau pure ne viens pas laver ici.
Je ne suis plus qu'une eau troublée."
- "Paix à toi", dit la Sainte, "si l'eau ne lave pas le linge, le linge lavera l'eau."

PUY_5558 Puystory

Et elle commença de laver, plongeant le linge dans l'eau vive, le savonnant sur une pierre, le frottant dans ses mains mousseuses, le frappant et le rinçant selon qu'il convient de faire.
Puis, comme toutes les lavandières, elle eut envie de causer, d'apprendre quelque nouvelle et elle s'informa : 
- "Fontaine, pourquoi es-tu triste ?
Aurais-tu péché ?'
- "Je ne sais", dit la fontaine. "Un jour, un chasseur est venu.
Il avait soif.
Je lui ai donné mon cœur d'eau.
Lui m'a donné un mensonge.
Depuis, je ne vois plus le ciel."
- "Il faut vomir ce mensonge" dit la Sainte.
- "Hélas ! Comment le pourrais-je ?
Tant il a pénétré en moi que maintenant toutes les gouttes de moi sont gouttes de lui.
Pour nous démêler l'un de l'autre, il me faudrait être tarie."
- "Peut-être pas", dit la Sainte.
Elle tira de sa corbeille et jeta dans l'eau une brassière d'enfant qui s'étala sur la fontaine, ses deux petits bras en croix.
- "Fontaine, tu peux être guérie. 
Je vois le remède à ton mal.
Mais il sera dur : il faudra souffrir."
- "Souffrir ?
Je ne sais pas souffrir," murmura la fontaine.
- "Tu apprendras. Je t'aiderai.
Tu n'auras qu'à te laisser faire.
Ecoute !
Toi, la frémissante, toi, la vive dont le cœur d'eau jaillit et coule, tu ne couleras plus, tu ne jailliras plus, tu ne bougeras plus, tu resteras sans mouvement, immobile comme une pierre.
Toi, la voix du bois sauvage, toi, la rieuse, toi, la pleureuse, toi qui racontes si doucement tes secrets aux cailloux, tu ne parleras plus, tu te tairas nuit et jour, silencieuse comme une morte...
Tu frissonnes ?
Pauvre fontaine, il n'y a pas d'autre ressource.
C'est la parole qui t'a troublée.
Le silence te purifiera.
Et tandis que tu te tairas, écoute, fontaine, écoute bien !, le mensonge à toi mêlé, il le purifiera aussi."
- "Je me tairai", dit la fontaine.
Et sur les mains de la Sainte, elle éclata en sanglots.
Maintenant tout était lavé.
Sainte Radegonde se releva, ramassa son linge, l'entassa dans la corbeille, s'essuya les mains, se remit en marche.
- "Suis-moi", dit-elle à la fontaine.
Et la fontaine la suivit.

Puy du Fou 2011 - 8123

Le petit sentier perdu qui retournait à la masure ne paraissait pas avoir à parcourir grande distance.
Pourtant, sortant de la forêt, il devint, à travers champs, long, si long, plus long encore, qu'il sembla ne plus savoir s'il y arriverait jamais.
La belle journée l'avait quitté.
La belle saison avait fui.
Des arbres et des buissons, toutes les feuilles étaient tombées.
Il allait, allait, allait...
Plus il allait, plus le temps qu'il rencontrait devenait rude et plus, devant lui, l'heure sombre.
La bise l'attaquait, lui coupait l'espace.
Plus il avançait, plus il avait froid. Parfois, la Sainte posait sa corbeille à terre pour souffler sur ses doigts engourdis.
Et la fontaine, derrière elle, coulait lourdement, coulait, le cœur de plus en plus serré.
Enfin, tombée la nuit noire, elles entendirent des cris et des gémissements et comme un piétinement sourd.
C'étaient les lépreux, les malades, les scrofuleux et les mourants qui se précipitaient vers Sainte Radegonde.
Quand elle les vit, la Sainte posa sa corbeille à terre et se mit à distribuer à chacun les linges, les vêtements et les habits qu'ils attendaient.
Puis elle s'en alla, avec eux, vers la masure.
Mais avant de fermer la porte, elle se retourna vers la fontaine.
La fontaine avait disparu.
D'un bout à l'autre de la plaine, autour de la masure obscure, la neige était étendue, immobile comme une grande morte, plus blanche que jamais blancheur, plus pure que jamais eau pure.
Elle se taisait.
Plus tard, la belle saison revenue, la neige avait fondu.
La fontaine avait retrouvé son eau pure.
Mais toujours timide et craintive, elle s'était cachée derrière la masure, dans un petit trou d'eau qu'il y avait là.
Elle essayait de se faire oublier.

PUY_5342 Puystory

Bien vite cependant, les lépreux, les malades, les scrofuleux et les mourants l'avaient repérée.
Et souvent ils venaient s'y tremper, s'y rafraîchir et s'y baigner.
Et parfois, l'un d'entre eux en ressortait guéri.
Et c'est ainsi qu'une petite fontaine de rien du tout est devenue un jour :
Source Miraculeuse.

Posté par Puystory à 00:10 - Petites histoires au Puy du Fou - Commentaires [1] -


Les Parkings du Puy du Fou

PUY_3913

PUY_3922

PUY_3930

PUY_8598

PUY_3895

Posté par Puystory à 00:34 - Parkings - Commentaires [3] -

Vestales

Puystory_4895Chez les Romains, la Vestale était prêtresse de Vesta, consacrée à la virginité et était chargée de l'entretien du feu sacré.
Les vestales étaient au nombre de six.
Prises entre 6 et 10 ans, elles accomplissaient un sacerdoce de trente ans, durant lequel elles veillaient sur le foyer public du temple de Vesta, situé dans le Forum romain.

PUY_0531

Durant cette période, elles étaient vouées à la chasteté, symbole de la pureté du feu.
A cette époque, la difficulté d'allumer un feu était grande.

Puystory_8470

Dans chaque village l'usage s'était d'entretenir un feu public surveillé par les femmes, pendant que les hommes vaquaient à leurs occupations.
Le laisser éteindre était une faute grave, que le "pater familias" punissait avec rigueur en fustigeant la coupable.
Cette coutume ancestrale devait se charger de signification divine au cours des siècles.
Chaque maison eut un foyer en permanence, dont la flamme symbolisait l'âme.

Puystory_8020

Devant elle le "pater familias" célébrait le culte des Lares (divinités romaines d’origine étrusque - dieux choisis pour patrons et protecteurs d'un lieu public ou particulier).
De même, un culte fut célébré au foyer de la cité dont il symbolisait l'unité nationale, avec ses prêtresses, ses rites et sa liturgie.
Comme au temps jadis, la vestale négligente qui laissait le feu s'éteindre était frappée de verges.
Le "Grand Pontife" exécutait la sentence de ses propres mains.
Puis, comme au temps jadis encore, le feu sacré était rallumé par le frottement de deux morceaux de bois.

DSC_7981

Posté par Puystory à 00:06 - Gladiateurs - Commentaires [0] -