Puy Story

Histoire d'une région.

En 2018, prenez le large au Puy du Fou !

DMg1hObW4AE8qT5

Au cœur de la forêt centenaire du Puy du Fou, une toute nouvelle salle verra le jour en 2018 pour abriter la nouvelle création originale du Grand Parc :

"Le Mystère de La Pérouse" !

Durant une vingtaine de minutes, vous allez prendre part aux grandes découvertes à bord du vaisseau du célèbre explorateur du XVIIIème siècle.
Au total, plus d’une quinzaine d’univers différents vous transporteront. 
Grâce au réalisme des décors et des effets spéciaux saisissants, ce nouveau spectacle en immersion vous fera vivre, de l’intérieur, l’odyssée d’une expédition sans retour…

la_Perouse_2320x864

En 1785, embarquez sur l'un des navires de l'explorateur La Pérouse.
Quittez le port de Brest et prenez le large pour affronter les mers inconnues.
A bord du vaisseau, prenez part aux grandes découvertes, du Cap Horn, à l'Alaska, jusqu'à Vanikoro… et essuyez les plus redoutables tempêtes !
Vous allez vivre, de l'intérieur, l'odyssée d'une expédition sans retour :
le mystérieux voyage de La Pérouse !

Posté par Puystory à 10:09 - Commentaires [2] -


Le pain blanc, le pain noir

PUY_5356

La fabrication du pain (symbole de vie et de travail) était chez nous l'objet d'une activité importante de la ferme.
Mon grand-père avait toujours transmis à mon oncle la mission de fabriquer notre pain quotidien.
Il s'acquittait de la planification avec un art reconnu de tous.
Mon oncle enfournait environ toutes les deux semaines.
Je connais bien ses habitudes, aussi quand j'étais gamin, je l'accompagnais souvent dans le fournil.
Celui-ci était attenant à la maison.
En entrant dans ce local assombri, par les murs enfumés, on devinait au fond le four de briques noires.

SH100045

A droite, un énorme chaudron près de la cheminée, des pelles en bois le long du mur, des fourches et des raclettes pour nettoyer le four.
Au milieu quelques fagots de "fournilles" (fagot de bois) éventrés séchaient négligemment sur la terre battue. Pour que le pain se conservât plus longtemps, mon oncle préparait le levain la veille après une journée de travail.
De bonne heure, le lendemain, il venait pétrir la pâte dans la maie.
Tâche difficile et pénible qui durait plus d'une heure.
En hiver, après le pétrissage, la pâte était glissée avec soin sous l'édredon et les couvertures d'un lit pour qu'elle lève plus vite.

DSC_0085

En été, la pâte était étendue entre des arceaux sur les claies suspendues au plafond du fournil.
Pendant ce temps le four était chauffé à blanc avec la "fournilles".
Qu'il sentait bon ce pain de campagne à peine sorti du four !
Qu'il était bon ce pain de ménage cuit au bois, préparé avec la belle farine de blé de notre récolte !
Je garde encore le souvenir de ces galettes de fruits de saisons, principalement de mirabelles, que ma grand-mère faisait cuire après le pain dans le four encore chaud.

DSC_1242

Et que dire des prunes de la Saint-Michel et des poires "mêlées" (poire cuite en séchant au four) qu'elle nous offrait parfois pour exciter notre gourmandise ?
Je me souviens aussi des délicieuses brioches à l'ancienne que ma tante préparait seule dans le fournil.
De mon temps, la brioche, c'était à Pâques !
La nuit, elle se levait pour repétrir, avec amour, la tresser et lui donner sa forme définitive.
Il y en avait des longues et des rondes reposant jusqu'au petit matin dans les "guenottes" (Corbeille de paille tressée).

DSC_0234On chauffait le four doucement dans lequel on hissait religieusement des brioches à l'aide d'une "raballe" (large pelle en bois à long manche) sans les déformer.
Qu'elles étaient savoureuses les gâches et les galettes "pacaudes" de ma tante !
Elle seules gardait le secret de sa recette.
Elle m'en confectionnait toujours une petite que je dégustais toute chaude sortant du four.
On gardait les plus belles pour inviter les voisins.
Le lundi de Pâques, on faisait la tournée, comme pour les "tourtisseaux" à mardi-gras.
Partout, elle était excellente, mais disons que j'avais un faible pour la nôtre.
La brioche réapparaissait également aux fêtes de famille, principalement aux mariages.
Sur un air d'accordéon, on y dansait la brioche.

PUY_1007

Cela donnait l'occasion aux meilleurs et aux athlétiques danseurs de s'affirmer.
Tout à tout, chacun devait exécuter des pas de danse en supportant à bout de bras une civière sur laquelle était placée une brioche gigantesque.
Tous les regards des convives suivaient la grâce et la résistance du danseur.
C'était une brioche de trente à cinquante livres offerte par la marraine et le parrain des mariés.
Après la danse, le gâteau était découpé et les invités repartaient avec un morceau de briche soigneusement enveloppé dans du "papier de soie".

PUY_9628

La brioche, le pain blanc de nos campagnes s'en sont-ils allés avec le temps ?
La brioche vendéenne a acquis une réputation qui dépasse les limites du département.
Aujourd'hui, sur les bonnes tables ne retrouve t'on pas encore le pain complet ou le pain de campagne ? Qu'importe sa forme !
Qu'il soit rond ou en couronne, il demeure toujours la nourriture essentielle du riche et du pauvre.
Chez nous, si le vieux "Cherche-pain" trouve asile, il savait qu'il pourrait en même temps partager notre pain.

Jacques Maupillier (Garde)

Posté par Puystory à 00:10 - Parole de Jacques Maupillier - Commentaires [1] -

La Quintaine.

PUY_7567 Puystory

Au Moyen Âge, la Quintaine était l'exercice le plus dur pour les apprentis chevaliers.
Pour acquérir le plus d'adresse possible dans les tournois, l'apprentissage du métier des armes s'effectuait dès l'enfance (équitation et escrime au bâton).
Les jouets étaient le cheval-bâton, l'épée ou la lance de bois.
Adolescent, le jeune guerrier s'entraînait à la QUINTAINE en plantant sa lance au centre d'une cible, dans un écu de bois.
C'était un mannequin monté sur pivot et armé d'un bâton.
Il fallait frapper au centre, sinon il pivotait et assénait de sa masse, un coup sur le dos du maladroit qui l'avait frappé.
L'éducation était avant tout pratique, mais très dure soigner les chevaux, les dresser, les monter dès le plus jeune âge, s'habituer au poids des armes et à leur entretien.

PUY_9140

S'il n'apprenait pas toujours à lire, le jeune chevalier savait déchiffrer l'héraldique, la science des armoiries (blasons) et pouvait réciter par cœur, le nom des participants à un tournoi.
Pour prendre part à ce dernier, le jeune chevalier était armé au cours d'une Fête Religieuse "L'Adoubement'' où l'Eglise faisait promettre au futur chevalier de combattre pour le Christ, de pratiquer la charité, d'aider les faibles.
Il prêtait serment sur l'Évangile, recevait les éperons, la bannière et l'écu frappé à ses armes.
Les chevaliers guerriers au XI siècle étaient protégés par une broigne de cuir recouverte de plaques de métal.
Ils portaient une lance et une épée.

Donjon 360

Ils justifiaient leur domination sur le reste de la société par leur fonction de guerriers et de défenseurs au service de tous les autres.
Ils avaient pour idéal d'être les plus courageux et les plus généreux.
Les devoirs du chevalier :
- Etre courageux et loyal
- Etre fidèle à son suzerain
- Défendre la Foi et l'Église
- Protéger la veuve et l'orphelin.
Dans le fracas des tournois, le vaincu abandonnait son cheval et son équipage à son vainqueur.
S'il échappait à la mort, il devait payer rançon.

Donjon 364

Le vainqueur emportait le prix et pouvait ainsi courir fortune de tournoi en tournoi.
Pendant le combat, il arborait son blason et les couleurs de sa dame.
Le blason ou écu était la carte d'identité des chevaliers du Moyen Âge.
Il décrivait la famille et constituait ainsi un langage codé déchiffrable seulement par les initiés spécialistes.
Attribués au début uniquement aux familles nobles, ils se sont étendus aux communautés religieuses, aux villes, aux provinces, aux états et même à certaines corporations (comme les meuniers ou les tondeurs de draps).
Par exemple, la Croix de Malte identifie l'ordre des hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem qui avait pour mission de protéger les chrétiens contre les musulmans.
Mais l'art d'être chevalier est aussi et surtout de posséder un ou plusieurs chevaux.
Ces magnifiques destriers sont achetés fort cher en temps de guerre (un cheval est évalué 6 fois le prix d'un bœuf : d'après la Loi des Ripuaires).

Puy du Fou 2011 - 3711

Leur équipement nécessitait l'emploi de différents et nombreux ouvriers pour fabriquer et entretenir : bourrelier, sellier, forgeron, éperonnier, drapier etc.
Et ce noble animal avait en ce temps-là, de multiples noms, suivant l'emploi qui lui était attribué :
DESTRIER : Cheval de chevalier.
Il devait son nom au page qui le menait toujours en le tenant par la dextre (la droite).
PALEFROI : Cheval de poste, de voyage et aussi de parade.
RONCIN : Cheval à tout faire.
SOMMIER : Cheval de manant pour traîner la charrue, les chargements de bois ou de pierres.
HAQUENÉE: Le plus souvent une jument, monture de dame, qui ambe (se déplace par bipèdes latéraux et non diagonaux).
A la Cinéscénie, c'est la première scène où la Cavalerie intervient.
Et ce mot QUINTAINE a une résonance un peu mythique, pour beaucoup de cavaliers, car c'est la scène phare, la plus spectaculaire.
Elle évoque la force, la virilité, la vitesse, la dextérité, le contrôle de l'animal, la magie.

PUY_8806

Secret par le mystère du heaume.
Jeu par le déguisement bien particulier...
En effet, il ne faut rien oublier : en commençant par le caparaçon du cheval qui aura la même couleur et le même blason que sur la robe, le fanion et le bouclier du chevalier.
Ensuite, le heaume avec la cagoule, qui doit être bien ajusté, sinon aux premiers galops, le cavalier ne voit plus rien et doit faire confiance uniquement à sa monture pour arriver à bon port.
Puis le godet à la jambe droite pour porter le fanion.
Dès le départ de la bande-son, les chevaux sortent des écuries et chaque soir, le "top départ" de service au château définit la place de chaque couple suivant ses couleurs et chacun se dirige en silence, dans l'allée de défilement.
En début de saison, l'atmosphère est au recueillement, avec un mélange de trac et de concentration. Dernières vérifications et dernières recommandations aux nouveaux cavaliers avant de s'élancer sur scène.
La pression la plus forte est sûrement pour le premier.
Il a la lourde responsabilité de donner le bon rythme.

PUY_3706

Avec les chevaux derrière lui pour que l'enfilade soit belle, assez rapide, sans trou, mais sans bouchon et surtout pas de cheval qui double.
Le passage sur scène au milieu des acteurs, est un moment difficile.
La QUINTAINE est un le baromètre, car si elle commence bien, le spectacle s'enchaîne à merveille.
A la fin de la quintaine, une ne page de l'histoire est tournée, une époque racontée.
Maintenant, les trompettes annoncent l'arrivée de François 1er au Puy du Fou, mais là, c'est une autre histoire.

Posté par Puystory à 00:10 - LE CINE SCENIE - Commentaires [2] -