Puy Story

Histoire d'une région.

Artisans Cité Médiévale (Talmelier)

Puystory_00200

PUY_9628

Puystory_00193

DSC_1241

Puystory_4983

Posté par Puystory à 00:10 - Artisans - Commentaires [0] -


Il était une fois un projecteur.

DSC_0360

Ouf ! il était temps ... me voilà redescendu !
Ils se sont enfin décidé les hommes en bleu.
Depuis plus de 6 mois maintenant qu'ils m'avaient attaché par les pieds à une quinzaine de mètres de haut juste au-dessus du public, heureusement que je n'ai pas le vertige !
Mes camarades et moi n'avons pas été gâtés encore cette année, que de pluie !
Que de coups de vent !

DSC_6361

Sans compter le froid de certaines nuits, mais c'est peut-être préférable aux projections de boue et aux sabots des chevaux, je pense à mes collègues de la digue.
Malgré cela, nous avons passé de bons moments quand même et lorsque la température estivale le permettait, je me plaisais, quant à moi, à regarder du haut de notre portique les merveilles qui se répétaient sous nos yeux.
Je me plaisais particulièrement à éblouir les belles robes de ces dames de la Cour et j'y mettais alors toute mon énergie, faut avoir le réflecteur solide !

PUY_6110

On chuchote même que l'an prochain, nous aurons quelques nouveaux parmi nous.
Tout à coup, grand branlebas dans nos rangs !
Tous s'allument, alors j'en fais autant et pour voir qui ?
Le Roi !
Fier sous sa barbe, dans son superbe carrosse, faisant des signes de la main à mes patrons de la régie.
Au château, mes collègues s'affairent également, aidés par les artifices et les jets d'eau.
Même qu'un soir, une bataille s'engagea entre un artifice et mes collègues !
Après un bref coup d'œil sur les bœufs, quelques éclairages sur les scènes de la vie quotidienne, j'étais à nouveau sollicité pour suivre la troupe des bleus et trahit ceux qui ne marchaient pas au pas.

Puystory354

Ma mission accomplie, je cédais la place à mes camarades rouges du château qui suffoquaient dans la fumée de l'incendie.
Ils devaient se consoler en écoutant les milliers de personnes qui, sous mes pieds, applaudissaient à tout rompre.
Puis, après un bon moment de repos, pendant lequel mes copains bleus travaillaient à leur tour, lorsque "la Vendée a fait la paix avec son temps des moissons et vendange dans l'insouciance des jours heureux".
Je m'activais volontiers sur les acteurs de la "Quintaine" avec ses valseurs et leurs costumes colorés se reflétant dans l'eau leurs images si agréables à regarder.
Je m'amusais même quelquefois lorsqu'un petit nuage de pluie fine, provenant des pompes voisines, venait balayer le ponton.

DSC_1273

Quand, aux accents du "Chant des Marais", je fermais mon œil, je me dis qu'il fait bien noir sans nous, que ces lieux sont bien tristes dans ce noir et que nous avons dû bouleverser bien des choses et engendrer beaucoup de sueur et de soucis pour arriver à nous faire naître et vivre sur ce plateau.
Je me dis aussi que je peux être fier d'être ici présent puisque, avec mes camarades, chaque soir nous redonnons vie à tout ce qui nous entoure.
Mais souvent, je me prenais à rêver quand arrivaient "Le Marché" et que le forgeron me donnait le signal du départ.

DSC_5071

La calèche laissait la place, en ce temps du progrès, à la voiture que les gendarmes, dans un parfait uniforme surveillaient de près, tant et si bien qu'un soir la voiture ne repartait plus, j'étais sur le point de m'éteindre et je voyais qu'à la régie on commençait à faire des signes et à s'impatienter.
J'appris plus tard que ce soir-là, l'un des gendarmes n'était autre qu'un de nos chef en personne, pas étonnant !

DSC_1318

Le temps passait si vite que déjà mes collègues du contre-jour lançaient leurs rayons bleu-blanc-rouge et aux accents de la marche succédaient vite les premières notes du à la fin du "Ballet d'hiver", nous étions alors tous prêts pour l'apothéose pour le "Final".
Sublimes images que celles qui se déroulaient sous nos yeux.
Même en regardant partout à la fois je n'arrivais pas à tout voir et ces quelques dernières minutes trop courtes me laissaient rêveur, osant à peine croire que tant de belles choses étaient possibles.

PuyStory 2011 Aout 1989

Alors, c'est sur cette féerie que je m'endormais dans l'heure tardive de la nuit en pensant que :
"Chacun se devra de connaître le Puy du Fou et que perdront beaucoup ceux qui ne le connaîtront pas".

Posté par Puystory à 00:10 - Petites histoires au Puy du Fou - Commentaires [1] -

Tous les chemins mènent à Rome

PUY_9889

Au fur et à mesure que l'empire romain étendait sa puissance, un réseau d'excellentes routes sillonnèrent l'Europe, l'Afrique et l'Asie Mineure.
Les Romains ne reculaient devant aucun obstacle lorsqu'il s'agissait de construire une route solide.
Ils asséchaient les marais, comblaient les vallées et les fossés, jetaient des ponts par dessus les fleuves et établissaient des barrages.
De nos jours encore, les restes prestigieux des constructions romaines se retrouvent depuis l'Ecosse jusqu'en Mésopotamie et à Tripoli.

SCAN0669

On comprend l'origine du dicton :
"Tous les chemins mènent à Rome".
Il pouvait être pris à la lettre, à cette époque.
Le centre du réseau routier romain était la grande colonne du "Forum Romanum".

PUY_9984

Elle servait de point de départ au jalonnement des routes.
Les milles (1,480 km) étaient marqués par des bornes et les principales portaient un chiffre en bronze doré.
Ces bornes servaient aussi de trépied aux cavaliers pour monter ou descendre de cheval, (c'était avant l'invention des étriers).

img882

A certaines stations plus importantes, on avait placé un relais où les voyageurs pouvaient changer de cheval et parfois même de voiture et de postillon.

Posté par Puystory à 00:06 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [0] -