Puy Story

Histoire d'une région.

Miss Vendée 2019 au Puy du Fou.

PUY_9945

PUY_9858

PUY_9874

PUY_9909

PUY_9916

Posté par Puystory à 00:05 - Miss Vendée - Commentaires [1] -


Le château de la Ménardière

PUY_1504

Le vocable "Saint-Pierre-du-Chemin" témoigne de l'existence ancienne de la bourgade.
En effet, Saint-Pierre évoque les premiers siècles de l'ère chrétienne, célébrant le chef des Apôtres.
Quant au "chemin", il n'est que le vestige des deux voies romaines qui se croisaient en ces lieux.
La plus remarquable était celle de Nantes à Rom (Vienne).

PUY_1516

De nombreux lieux-dits permettent d'en tracer l'itinéraire.
À l'occasion du chantier de la "route stratégique" reliant la Rochelle à Saumur, on a trouvé une borne milliaire qui permet de dater cette voie de l'époque de Tacite.
Des écrits attestent aussi l'existence d'un hypocauste, système de chauffage d'une villa romaine.

PUY_1531

On a également trouvé sur le site des tuiles à rebords.
Le nom des habitants de la commune est, tout simplement, "LES PÉTROVICINIENS", évoquant, comme il se doit le Grand Apôtre et les voies romaines.
Des écrits attestent que Saint-Pierre du Chemin fut chef-lieu de doyenné (avec 31 paroisses) jusque vers 900.
Pierre Bressuire, un savant bénédictin, est né à Saint Pierre du Chemin vers la fin du XIIIème siècle.

PUY_1537

On ne sait rien de son enfance, mais il semblerait qu’il ait passé sa jeunesse à l’abbaye de Maillezais.
Selon les historiens, "c’est un savant de premier ordre et un écrivain éminemment moral et religieux".
Il est l’auteur de cinq ouvrages importants traitant de la morale et de la description du monde.
Malheureusement, il ne reste aucune trace de ses manuscrits.
En 1351, il devient secrétaire du roi Jean le Bon.

PUY_1505

Il est mort en 1362 à Paris.
À cette époque (XVème) aurait été construite l’église dont il reste encore, de nos jours, la façade.
En 1403, apparaissent les premiers seigneurs de la Ménardière en la personne d'André Grignon ainsi que la première construction du château.
Les guerres en ont détruit la plus grande partie mais ont épargné une tour que nous pouvons encore admirer.
Elle renferme un magnifique escalier de granit.

Panorama 9

Au bout d'une allée ombragée de 1100 m se dresse dans la campagne vendéenne, la silhouette du château de la Ménardière.
Un petit porche permet de franchir les douves et donne accès à la façade ornée d'une porte ouvragée.
Datant du 15ème siècle, ce monument a conservé de sa splendeur originelle un majestueux escalier.
D'élégantes balustrades et des clés de voûtes armoriées en complètent la décoration.
A droite de l'entrée principale s'ouvrait une autre porte, sans doute celle d'origine.

PUY_1513

Il n'en subsiste qu'un entourage de pierre blanche, mais qui est une véritable dentelle.
La famille propriétaire jusqu'au siècle dernier était de la lignée d'Asnières de la Châtaigneraie.
L'un des héritiers eut le mérite de redonner un peu de splendeur au logis et introduisit dans la région le peuplier d'Italie.
Les propriétaires actuels en sont Mr et Mme Du Plessis de Grenédan.
Ils ont mené à bien une belle opération de sauvetage de l'édifice.

PUY_1529

Ils ont remis en valeur le logis par une restauration et en ont fait un Gîte de France de caractère.
Grâce à eux, le site, promis aux ronces et aux éboulis, a repris vie.
Et les soirs de fête, on peut encore entendre les cors et les cris d'une meute imaginaire poursuivant quelque cerf dans la forêt.
Le château de la Ménardière est intégré à une ferme.
Situé sur un domaine agricole et sur une terre noble à la fois, il constitue la synthèse architecturale entre le château et la métairie.
Construit au XVème siècle, il a d'abord appartenu aux seigneurs de GRIGNON.

PUY_1377

À la suite d'une sentence en 1579, il fut démoli, puis reconstruit début XVIIème.
Jean d'Asnières de la Chataigneraye et sa famille en furent alors les heureux propriétaires.
Celui-ci introduisit un certain nombre de peupliers d'Italie sur le domaine.
Durant la Révolution, le château fut incendié par des colonnes infernales.
La femme du dernier des d'ASNIÈRES a possédé le château et fonda aussi un hôpital à Saint Pierre du Chemin.

67150282_432225364034960_5710784148226965504_n

Mais revenons sur son histoire.
Le château de la Ménardière fut habité, presque constamment, jusqu'à la révolution, par des familles importantes et fortunées.
Il devait être à cette époque une des plus belles demeures de cette partie de Vendée.
La Ménardière fut évidemment fondée par les MESNARD dès le 14ème siècle.

PUY_1395

On sait seulement que dès 1403, André GRIGNON, fils de Jean GRIGNON, déjà seigneur de Breuil Bastard, à la Tardière, est seigneur de la Ménardière.
Le dernier des GRIGNON de la Ménardière fut François GRIGNON.
Celui-ci fut assassiné vers 1529 par Gilles et Jacques de Faubert, seigneurs de la Vergne à Secondigny.
Ces derniers furent condamnés à être décapités et leurs biens confisqués.

PUY_1487

Cette sentence fut rapidement suivie de lettres de grâces.
François GRIGNON était alors père d’une fille mariée depuis quelques années à Louis BIGOT.
Tout fait penser, que François GRIGNON fit construire la tour et l'escalier de la Ménardière.
Les armes des GRIGNON y sont nombreuses et toutes en premières places.
Louis BIGOT qui en 1531 est veuf de Catherine GRIGNON descend d'un maire de Poitiers en 1372.
Sa famille est riche.

PUY_1376

Les nouveaux seigneurs de la Ménardière sont donc les BIGOT.
Ils possèdent en outre la seigneurie de la Girardie à Sérigné où ils édifieront une fort belle demeure.
La Ménardière passe à leur second fils François BIGOT.
Il est catholique et capitaine d'une compagnie d'ordonnances du Roi Charles IX.
En mai 1574, il assiège le château de la Forêt-sur-Sèvre, occupé par les protestants parmi lesquels se trouve son gendre, René BASTARD de la Cressonnière.

PUY_1456

Les protestants paraissent les moins nombreux et disposés à se rendre.
François BIGOT vient se présenter en tant que parlementaire.
Il est tué.
Il se trouvait alors entre les deux ponts du château et ce meurtre était "contre tout droit de guerre".
On ne se gêna pas pour accuser René Bastard d'avoir voulu faire assassiner son beau-père.
Il était pressé de le voir disparaître et lui reprochait d'avoir donné La Girardie à sa fille cadette Anne.
Sa propre femme Charlotte BIGOT était l'aînée des deux sœurs et il estimait que son père aurait du lui donner la Girardie en plus de La Ménardière.

PUY_1394

Le 7 novembre 1579 René BASTARD sera condamné à mort par la Cour des Grands Jours de Poitiers.
La sentence ordonne que les châteaux de La Ménardière et de la Cressonnière, tous deux appartenant à René BASTARD soient rasés…
Ce n'est que deux ans plus tard que René BASTARD fut tué dans un combat près de Richelieu.
La Ménardière sera jusqu'à la Révolution la résidence principale des héritiers de René BASTARD.

PUY_1453

Ces derniers seront des personnages riches et puissants.
Son fils Henry BASTARD sert Henri IV avec fidélité. Il sera chevalier de l'ordre du Roi et Gouverneur de Maillezais.
Sa femme Louise de PONTLEVOYE lui porte le charmant château de la Blandinière près de Mauléon et d’autres biens.
Mais les BASTARD sont restés protestants et, à la génération suivante, les deux fils d'Henry BASTARD suivront Soubise dans sa révolte contre Louis XIII.
L'aîné sera tué lors de la bataille de Mareuil.
La Ménardière et la plus grande partie de l'héritage des BASTARD va revenir à la fille aînée Louise.

PUY_1476

Comme la plupart de ses frères et sœurs, elle est née à la Ménardière.
Elle a épousé Louis MAISTRE qui est seigneur de la Papinière et d'Aizenay.
Leurs descendants, les MAISTRE puis les LA TOUR vont vivre à la Ménardière.
En 1784, leur héritière, Henriette-Catherine de La Tour épouse Louis-Henri d'ASNIERES, seigneur de Lucques.
C'était un voisin qui résidait au petit château de Lucques à la limite de Menomblet et de Saint-Marsault.

PUY_1459

C'est peu de chose à côté de la Ménardière et les d'ASNIERES vont désormais habiter la Mesnardière.
HENRI D'ASNIERES, était marquis d'Asnières, seigneur baron de Palluau et Aizenay, ancien mousquetaire noir et maréchal de camp, né au château de La Ménardière de Saint-Pierre-du-Chemin, le 3 décembre 1737, de parents demeurés secrètement protestants.
Marié à Paris en 1773 avec Jeanne-Rose DIGEON, aussi protestante.

PUY_1401

Il mourra à Paris en 1814 où il avait émigré en octobre 1791.
Il fait la campagne de 1792 dans la 2e compagnie d'ordonnance comme chef d'escadron, rejoint l'armée de CONDÉ le 20 août 1793, est capitaine du 1er escadron de la 2e division de cavalerie noble en 1794 à Dubno, en Volhynie, puis séjournera à Hambourg.
Son frère cadet, Jean d'Asnières, marquis d'Asnières-La Châtaigneraie, aussi ancien mousquetaire noir, officier des gardes françaises.
En 1791, il devient dans l'armée des princes, colonel de la 7e brigade des compagnies nobles d'ordonnance.
Il quittera le service dès le 31 décembre 1792. Né à La Ménardière le 23 mars 1739.
Sa femme, Armande-Catherine DE MONTMORIN, épousée en 1784, était catholique.
Il mourra à La Ménardière en 1824.

PUY_1509

C’est à cette époque, que les d’ASNIERES remanient profondément l’architecture du château et de ses dépendances.
Leur fils Jean d'ASNIERES se trouve à la tête d'une fortune considérable.
Il obtient l'érection en marquisat d'ASNIERES-LA CHATAIGNERAIE, de ses terres du Petit château de Vouvant, de La Chataigneraie, de la Ménardière, Saint-Pierre-du -Chemin et Menomblet.
Jean d'ASNIERES épouse en 1784 Mademoiselle Catherine de Montmorin.
Ils habitent la Ménardière où vont naître leurs enfants.
La Révolution arrive et Jean d'ASNIERES émigre. 
Sa femme et ses enfants demeurent d'abord à la Ménardière puis se retirent en Normandie.

PUY_1454

Le château est incendié lors du passage des colonnes infernales.
Mais qu'en est-il réellement sur la femme et les enfants……?
Une légende dit que le propriétaire de l'époque voyant les colonnes infernales s'approchant du château, prit la fuite laissant femme et enfant à leur triste sort.
L'épouse sera malheureusement torturée, violée et comme ses enfants, sacrifiée…
Certains soirs de pleine lune, il n'est pas rare de voir le fantôme bienveillant de la maîtresse de maison à la fenêtre de la tour (attendant le retour de son époux ou veillant sur ses hôtes en guettant l'arrivée des bleus)..., et d'entendre les rires des enfants jouant dans le grand escalier.

PUY_1467

Légende ou réalité…., je vous laisse juge….
Toutes les terres de Jean d'ASNIERES ont été confisquées comme biens d'émigrés.
Elles seront mises en adjudication le 9 Pluviôse an IV (29 janvier 1796).
Grâce à un prête-nom, la citoyenne Catherine Arnaude de Montmorin, femme de Jean d'ASNIERES a le droit de racheter le "ci-devant château de la Ménardière, incendié".
Ainsi La Ménardière revient aux d'ASNIERES.
On peut penser qu'ils procédèrent à quelques réparations sommaires afin de pouvoir y faire quelques séjours mais en temps normal ils habitent Paris.
Le dernier des d'ASNIERES à posséder la Ménardière sera le comte Raymond d'ASNIERES qui épouse Mlle MORIN de BANNEVILLE.
Cette dernière meurt veuve en 1881.
Elle a fondé à Saint-Pierre-du-Chemin un hôpital.
Elle sera inhumée dans la chapelle de ce dernier ainsi que son mari.

PUY_1418

On y transportera également les corps de ses beaux-parents.
La Ménardière a été achetée en 1869 par Edmond SAVARY de BEAUREGARD, de la branche du Chastenay à La Chataigneraie, qui s’intéressait essentiellement aux terres qui l’entouraient.
Le château ne fut pas habité par sa famille et tomba en ruines.
La Ménardière passera par héritage à ses descendants directs, les LA BARRE de NANTEUIL, puis les du PLESSIS de GRENEDAN qui la restaureront partiellement à partir de 1998.
Débutée au 14ème siècle, la construction du château se poursuivit au 15ème, notamment avec l'escalier.

PUY_1406

De style gothique flamboyant, il est classé comme le plus bel escalier au patrimoine de France.
Il est caractéristique de la fin du 15ème siècle.
Le Roi Charles VIII (régnant de 1483 à 1498) avait 21 ans quand il épousa la duchesse Anne de Bretagne, mariage qui devine une réussite sentimentale.
Il entreprit d'importantes constructions à Amboise, dont l'aile dite "de Charles VIII" et la chapelle Saint-Hubert (Gothique flamboyant).
Mais toutes proportions gardées, faisons quelques comparaisons entre le château d'Amboise et le modeste château de la Ménardière…

IMG_7274

Les clés de voûte de l'escalier de la Ménardière présentent des similitudes avec celles de la chapelle Saint Hubert d'Amboise.
Il y a une ressemblance avec la balustrade du haut de l'escalier de la Ménardière avec celle de la lucarne d'Amboise.
Les restes de sculptures de l'ancienne porte d'entrée de la Ménardière présente des similitudes avec cette même lucarne d'Amboise (Deux pinacles, et traces d'un fleuron).
Revenons sur l'histoire.
Charles VIII part pour l'Italie en 1494, d'où il ramènera des artistes et des artisans qui furent les premiers à diffuser le courant artistique de la Renaissance en France.
C'est la fin de l'art gothique.

PUY_1463

Charles VIII meurt à Amboise en 1498 en se fracassant le crane contre le linteau d'une porte trop basse… comme on le faisait à l'époque….
Les remaniements du 18ème siècle seront :
A l'extérieur…
L'accès principal du château a été redéfini dans l'axe de la tour.
Une plantation d'une avenue menant au château sur plus d'un kilomètre.
La modification du porche d'entrée et du pigeonnier (colombier).
Réduction de la grande cour en construisant deux petits bâtiments terminés par des frontons triangulaires.
Percement d'une nouvelle porte centrale et suppression de la porte flamboyante donnant accès à l'escalier.

PUY_1482

A l'intérieur…
Le salon de forme carrée a été transformé pour réaliser une plus grande symétrie dans le salon octogonal actuel.
Pour cela, on modifie la place et le style de la cheminée pour la mettre au centre de mur.
On perce de nouvelles portes hautes.
On coupe les quatre angles de la pièce en bouchant le passage vers l'escalier.
Ce passage ne sera réouvert qu'en l'an 2000 avec une porte dissimulée dans le mur.
En 1997, la tour d'escalier octogonale du logis était le seul élément encore couvert d'une toiture.

PUY_1512

Aujourd'hui, après restauration, le château est un très grand gîte de caractère, entièrement indépendant.
RDC : salon de 50 m² décoré, grande salle à manger, cuisine (congélateur), salle d'eau/wc, 1 chambre (2 lits 90 jumeaux), wc.
Escalier gothique monumental.
Etage : 3 chambres (1 lit 160) - (1 lit 140) - (2 lits jumeaux 90, 1 lit 90), 1 salle de bains, 1 salle d'eau, 2 wc.
Téléphone illimité sur fixes en France.
Jardin clos de 1000 m² avec terrasse (salon de jardin, barbecue).
Piscine semi-enterrée ouverte d'avril à septembre. Abri voiture, ping-pong, VTT, mini-billard.
Ferme à proximité.
Pièce d'eau avec barque et cannes à pêche.

PUY_1397

Construit au 15ème siècle, remanié au 18ème, ce château (grâce à son imposant escalier est inscrit aux Monuments historiques) a été partiellement restauré en 98/2000.
L'escalier de la Ménardière est un escalier gothique monumental.
C'est grâce à celui-ci que le château est répertorié au Monuments Historiques de Vendée dont la directrice elle-même a déclaré comme sans nul doute le plus bel escalier gothique de Vendée.
En 2014, il a été le cadre du tournage de plusieurs scènes du film "meurtres à Guérande" diffusé sur FR 3 le 14 février 2015, rediffusé régulièrement.
La maquette de ce château et le moulage d'une des clés de voûte de l'escalier sont présentés à la Chabotterie (haut lieu touristique de la Vendée).

PUY_1515

Il se situe en Sud Vendée, dans une zone riche en ressources touristiques à une trentaine de kilomètres du célèbre parc d'attractions du Puy du Fou.

67257531_2572543126111570_7758191867069464576_n

Renseignements et réservation sur : 
https://www.gites-de-france.com/fr/pays-de-la-loire/vendee/chateau-de-la-menardiere-h85g010410

66127905_2344871985837385_7751774296871010304_nmod2

Posté par Puystory à 12:39 - VENDEE - Commentaires [0] -

ALOUETTE Radio

800px-Logo_station_Alouette

Alouette est une radio Vendéenne fondée Vendée par Philippe de Villiers.
La station avait pour nom "Alouette FM", car son émetteur était localisé au..... MONT DES ALOUETTES.
Le baptême d' "Alouette F.M." se fera dans la nuit du vendredi 28 au samedi 29 novembre 1981 et restera gravé dans les mémoires vendéennes et puyfolaises pendant très longtemps.
Aux douze coups de minuit, sonnés aux cloches d'une église de village, la station du Pays des Alouettes est entrée dans l'histoire des radios libres par la grande porte de l'enthousiasme collectif.
Il était minuit.
L'heure où les aiguilles se rencontrent en parfaite harmonie.
L'heure des promesses les plus folles et des ivresses de légende, quand, Jean-Philippe, le directeur d'Alouette F.M. proclama "urbi et orbi" la naissance de la radio au pays.
Dans le grand studio de la rue des Pierres Fortes, en compagnie d'une centaine de personnes curieux venus des quatre coins du Bocage, des Mauges et de la Gâtine, animateurs et journalistes mélangés ont fêté la première seconde d'antenne comme il se devait.
Un laps de temps historique puisque "Alouette F.M." (sauf intempérie grave) ne s'arrêtera plus, diffusant vingt-quatre heures sur vingt-quatre ses programmes à hauteur de genêts en fleurs et de moulins inspirés.
Les appels téléphoniques, cette nuit-là ont pris d'assaut la station. Le premier émanait d'une Puyfolaise (honneur au Puy du Fou), en la personne de Jacqueline Jallier, toujours prompte à manifester son enthousiasme.

carte-alouette-sl

De La Rochelle à Nantes, des Sables-d'Olonne à Angers, ce fut un véritable délire d'appels téléphoniques.
Pas un interlocuteur qui ne cachait sa joie d'entendre enfin la "radio au pays".
Pour la première fois sans doute des auditeurs pouvaient s'exprimer librement, accueillant avec une émotion contenue, les paroles familières qui "sortaient" des tuners et des postes.
La fête dura ainsi toute la nuit.
Les boulangers et les pâtissiers du pays emplissaient leurs fours en écoutant "Alouette".
Au petit matin, Guillaume, à l'antenne, eut la chance de goûter les premiers croissants chauds grâce à l'obligeance de l'un d'entre eux.
La ligne était ouverte.
Désormais les ailes des vieux moulins des Alouettes brasseront des ondes fraternelles !
1ère Radio du Grand Ouest, c’est aujourd’hui une station à vocation régionale couvrant onze départements.
En 2008, Alouette compte 415 600 auditeurs quotidiens.
Elle se place en 2ème position du Groupement des radios Indépendantes (GIE) en audience.
Positionnement d'Alouette par départements couverts.
2ème station musicale en Loire Atlantique.
1ère toutes stations confondues en Vendée.
1ère station musicale en Maine et Loire.
Seconde station musicale en Deux-Sèvres.
En région : Dans les Pays de la Loire, Alouette est Leader toutes radios confondues sur les 25-34 ans et deuxièmes derrière RTL sur les 35-49 ans dans cette même région (Source : radio-actu résultat septembre 2008).
La programmation d'Alouette est soft-dynamique avec les hits du moment et les hits qui ont marqués les 20 dernières années.
Alouette à invité plus de 90 artistes dans son Grand studio.
Ces artistes sont invités le matin de 7h à 9h et nous font découvrir leurs nouveaux albums.

Ecouter maintenant Radio Alouette en direct. 

Capturemod1

Liste des fréquences

   

Mise à jour janvier 2009: 4 REGIONS 12 DEPARTEMENTS 34 FREQUENCES Depuis le 4 décembre 2008, 2 nouvelles fréquences en Mayenne: à Laval: 95,9 à Mayenne: 89,5 (source alouette.fr).

Elle est aussi diffusée sur le net, le satellite, le câble,iphone,ipod

frame (1)

Posté par FULGENT à 12:31 - Divers - Commentaires [1] -

Mousquetaire de Richelieu (Puy du Fou)

PUY_8930

PUY_8954

PUY_8969

PUY_8983

PUY_9010

PUY_9041

Posté par Puystory à 00:05 - MOUSQUETAIRES - Commentaires [0] -

Patrimoine … médicinal

Puy20061377

Je revois encore le visage de cette femme se penchant sur mon lit.
Elle avait les cheveux grisonnants, ébouriffés et elle me fixait de ses yeux envoûtant.
Ses lèvres remuaient et ses mains s'ouvraient large devant moi.
Plus tard, on m'a appris que des gens avaient le don de guérir... quelquefois.
On les appelait "traiteurs, conjureurs".
Ils étaient très souvent les médecins de nos "grands-pères" et ils leur prodiguaient ce qu'on appelle encore maintenant" des remèdes de bonnes femmes".
A défaut de guérison, nos anciens pouvaient-ils prétendre à un certain adoucissement ?
Que ne fait-on pas habituellement en proie çà la souffrance ?
Alors, il ne fallait pas s'effrayer des recettes qu'on vous imposait.
Jugez-en plutôt.
Souvent dans les préparations, on trouvait des araignées, des rainettes, des vipères vivantes, des cataplasmes d'escargots, des limaçons, des crottes de chien blanc etc……
On soulageait les rhumatismes en se frottant avec de la peau de chat sauvage !
Pour guérir une méningite… un crapaud vivant emprisonné dans un bonnet de coton était appliqué sur le crâne !
D'autres méthodes moins terrifiantes étaient proposées.
Une prière à le Vierge faisait disparaître la fièvre ; des clous étaient enfoncés dans les chevrons d'une vieille maison.
Saviez-vous qu'il fallait mettre du sel dans sa poche pour passer une rivière quand on avait une plaie ?
Les recettes vous font sourire.
Trop souvent, devant les épidémies, les maladies graves, il manquait l'espérance à nos anciens.
C'est pourquoi ils se tournaient alors vers les charlatans, odieux par leur sorcellerie et leurs procédés mystérieux.
Autres temps, autres mœurs….
Mais le savoir du paysan en la vertu des plantes (véritable patrimoine) n'a-t-il pas fait son chemin ?
Pour guérir leurs maux, les hommes continuent donc à se tourner encore vers les plantes où elles sont encore à l'honneur dans bien des familles.

(Jacques Maupillier)

Posté par Puystory à 00:10 - Parole de Jacques Maupillier - Commentaires [0] -