Puy Story

Histoire d'une région.

Le train de plaisir

Glaneuse 159

Autrefois, j'avais de bonnes jambes et je n'étais jamais en peine pour me déplacer.
Cependant, j'ai toujours gardé un bon souvenir des randonnées en carrioles avec des jeunes de mon âge.
Quel plaisir de se retrouver ensemble dans ces charrettes bringuebalantes sur les routes défoncées et sur les chemins aux ornières profondes !
Pour transporter un nombre grandissant de personnes, la force de la vapeur allait suppléer "la plus belle conquête de l'homme".
Maintes fois, j'ai vu la petite locomotive à vapeur passer tout près de chez nous.
La fumée noire, la vapeur de la machine, les coups de sifflets répétés, le roulement cliquetant de la ferraille, le visage "encharbonné" du mécanicien aux lunettes toujours souillées tout cela nous était familier et accompagnait nos activités du quotidien.
Ce nouveau moyen de locomotion faisait le bonheur des habitants.
Sur le parcours, il s'arrêtait complaisamment pour prendre les voyageurs.
En raison de ces arrêts "facultatifs" fréquents, il avait toujours du retard, si bien qu'il était difficile de le manquer.
Il était bien sympathique…
On m'a même raconté que lorsque la côte était raide, il ralentissait démesurément.
Les gens pouvaient alors descendre cueillir le fruit ou la fleur de saison dans le buisson qui longeait la voie.
Parfois m'a-t'on dit encore, les voyageurs étaient sollicités pour soulager la locomotive.
On les priait tout simplement de descendre … ou de pousser à l'arrière (?).
On aimait bien de petit tramway.
Le soir, les employés déchargeaient à la gare les caisses de poissons venant tout droit des Sables d'Olonne.
C'était un spectacle attendu des enfants qui "seuls s'émerveillaient de toutes ces nouveautés", toujours en admiration devant le mécanicien, le chauffeur, le contrôleur et le chef de train.
Ceux-ci dormaient dans la petite gare du tramway et repartaient très tôt le lendemain après avoir fait chauffer les bouillottes des voyageurs.
En été, le dimanche et les jours de fête, je voyais le train s'avancer fièrement avec ses wagons supplémentaires.
Il acheminait vers la mer de joyeuses bandes d'estivants d'un jour.
Il fallait les voir envahir les wagons pour se montrer aussitôt à la vitre et agiter leur mouchoir ou leur canotier.
C'était le "train de plaisir".
A cette époque une chanson en patois était sur toutes les lèvres.
Elle racontait le voyage en train et les péripéties d'une journée aux Sables d'Olonne.
Mon père, très travailleur et très économe, n'appréciait pas ces voyages onéreux.
Il s'entêtait à ne pas écouter les sifflets des premiers trains.
Je l'entendais dire : "Regardez, les voisins ont pris le train de plaisir !".
Il ajoutait : "Ils jettent leur argent par la fenêtre !".
Le soir, ils revenaient enchantés de la journée passée à la mer, mais surtout du voyage en train…
Les anecdotes ne manquaient pas pour alimenter les conversations de la semaine.
La chanson raconte même que certains gais lurons attardés sur le remblai avaient dû rentrer à pied (?).
Je n'ai jamais pris le "train de plaisir".
Mais un jour… un matin de 14 avec des gars de ma classe un train nous a emmenés sur la nouvelle ligne inaugurée peu de temps avant.
Plusieurs d'entre nous montaient dans un wagon pour la première fois… ce fut aussi hélas la dernière pour un bon nombre !

**** ****
Retour vers PUYSTORY !
******

Posté par Puystory à 00:10 - Parole de Jacques Maupillier - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Le train de plaisir

Nouveau commentaire