Puy Story

Histoire d'une région.

La carpe !

PUY_0043

En parcourant la vallée fleurie du Puy du Fou, on longe quelques points d'eau où s'agitent des carpes.
Le nom scientifique de la Carpe est Cyprinus carpio de la famille des Cyprinidés.
À l'origine, l'aire de répartition de la carpe en Europe semblait varier selon les conditions climatiques, si bien qu'il est difficile de la reconstituer avec précision.
La carpe commune est originaire d'Asie centrale où l'on rencontre la plus grande diversité.
Elle a été introduite en Italie par les Romains puis disséminée au cours du Moyen-Âge par les moines.

PUY_5495

Aujourd'hui, la carpe est répandue dans toute l'Europe jusqu'à l'Oural, mais elle est inexistante dans le Nord-Est et le Nord-Ouest de la Scandinavie.
Cela vaut dans la même mesure pour la carpe d'élevage.
La carpe est identifiable aux orifices près des yeux qui permettent de trouver sa nourriture, mais également à sa bouche protractile pourvue de quatre barbillons et les nageoires dorsale et anale.
Sa forme est caractéristique des cyprinidés (la plus grande famille de poissons d'eau douce).
La carpe sauvage a le corps allongé, tandis que le dos de la carpe d'élevage (miroir, cuir, commune, à écailles linéaires) est plus haut.

Puystory_6207

Toutes les variétés ont le dos allant du gris-bleu au noir, les flancs brunâtres ou jaune-vert et le ventre jaune d'or.
Il existe environ 1500 espèces et sous-espèces de carpes à travers le monde.
Outre, l'espèce sauvage, il existe en Europe au moins quatre variétés de carpes d'élevage.
La carpe commune ou écaillée qui possède des écailles sur tout le corps sauf sur la tête.
La carpe miroir qui ne possède que quelques rangées de grandes écailles brillantes.
La carpe cuir dont le corps est totalement dépourvu d’écailles.
L′amour blanc affectionne plutôt les eaux calmes (lacs, étangs, grandes rivières).
Il est très tolérant vis à vis de la température de l′eau qui peut varier de 0º à 38ºC et sur la quantité d'oxygène dissout (mini 0,5 ppm).
Il peut atteindre 45 kg (cas exceptionnels) et est utilisé par de nombreux gestionnaires d′eaux closes et privée pour limiter la prolifération des végétaux.
On retrouve aussi la fameuse carpe Koïs pure produit japonais.

DSC_5960

C'est au début du XIXème siècle, qu'ils remarquèrent une couleur rouge apparaître sur certains poissons, notamment sur leurs joues.
En reproduisant ces poissons, la première carpe Koï, une Kohaku (rouge et blanche) naquit et depuis de nombreuses autres variétés sont apparues.
Là-bas, on en a même fait un culte.
Les Koïs sont un porte bonheur, un signe de force et de longévité car, d′après la légende, la plus âgée compterait déjà plus de 200 ans ...
Mais revenons à notre carpe traditionnel qui évoluent près de la surface de l'eau ou à une profondeur moyenne.

PUY_7327

Ce poisson peuple aussi bien les lacs et les étangs que les fleuves et les rivières.
D'une manière générale, la carpe s'adapte facilement aux conditions de son habitat, aussi extrêmes soient-elles.
Même si elle supporte par exemple des eaux pauvres en oxygène, elle préfère un milieu optimal tel qu'eaux dormantes ou rivières à faible courant.
La carpe recherche la chaleur et les fonds sableux ou vaseux.
Sa prédilection pour Les zones à flore aquatique abondante la pousse vers les herbiers touffus, les parterres de nénuphars ou autres.
Chaleur et végétaux revêtent la même importance pour sa reproduction.
Bien que la carpe fraie en général en mai et juin, la période de reproduction varie selon les conditions climatiques.
Au cours des étés très la carpe peut frayer deux fois.

Puy du Fou 2011 - 7554

Dès que la température de l'eau atteint 18°C, les poissons se rapprochent des berges réchauffées de leur habitat, où les femelles cherchent un endroit assez touffu pour pondre.
Les oeufs sont déposés sur des plantes aquatiques.
Pour se reproduire, les cyprinidés des rivières aiment les zones inondées.
Lors des crues, ils vont s'accoupler à pas plus de 40 cm de profondeur sur les berges herbeuses immergées.
Les carpes apprécient les moules zébrées qui s'agglutinent en amas dans les fonds.
Les femelles pondent 200000 œufs par kilo de leur poids chaque œuf fait de 1,6 à 2,0 mm de diamètre.

Puy du Fou 2011 - 7550

À l'instar d'autres espèces, il n'est pas rare que la ponte s'effectue sur plusieurs jours et en des endroits différents.
Autre particularité des carpes est que la femelle peut accepter jusqu'à 15 mâles différents durant une même phase de reproduction.
Il est donc tout à fait possible d'observer ce phénomène si l'on en prend le temps et que l'on se trouve au bon endroit, puisque la carpe n'est absolument pas farouche en période de reproduction.
Rien ne semble pouvoir déranger l'accouplement de ces poissons.
Les œufs éclosent après 3 à 5 jours d'incubation.
Les larves se nourrissent de plancton dans un premier temps.
Dès qu'ils atteignent 2 cm de long, les alevins sont déjà capables d'aller fouiller les fonds pour trouver leur nourriture et ils commencent à adopter le comportement adulte.

Puystory_6206

La carpe d'élevage mesure de 40 à 60 cm et pèse de 2 à 5 kg. Sa taille maximum est de 1,20 m pour un poids de 30 kg.
Ce poisson peut vivre très longtemps, jusqu'à 50 ans selon les sources connues.
La saison idéale pour pêcher la carpe va de mars à décembre.
On relève cependant des différences selon les milieux aquatiques.
Dans les eaux courantes, elle dure de mars à la mi-avril, puis de juillet à décembre.
Tout dépend de la fraie qui est variable selon le temps.
On entend souvent dire que les carpes deviennent actives au crépuscule, préférant se réfugier à de plus grandes profondeurs dans la journée.
Ce n'est vrai qu'en partie, dans la mesure où il s'agit d'un poisson assez capricieux en général.
Elle passe l’hiver enfouie dans la vase et s’active au printemps.
Ses mœurs sont dictées par une quantité de facteurs liés à l'habitat.

Posté par Puystory à 00:10 - Animalibus - Commentaires [1] -


Un petit bain de boue !!

Puystory_04118

PUY_1931_00432

PUY_1933_00434

PUY_1934_00435

PUY_1935_00436

Posté par Puystory à 00:10 - Animalibus - Commentaires [1] -

Animaux au Puy du Fou

Puy Noël 2017_00818

Puy Noël 2017_00820

Puy Noël 2017_00883

Puy Noël 2017_00939

Puystory_01068

Posté par Puystory à 00:10 - Animalibus - Commentaires [1] -

Animaux du Puy du Fou

PUY_0684_00429

PUY_1936_00437

PUY_5640_00441

PUY_8797_00443

Puystory_04113

Posté par Puystory à 00:02 - Animalibus - Commentaires [0] -

Animaux au Puy du Fou

 

PUY_5120

PUY_6224

PUY_8282

PUY_8214

Posté par Puystory à 00:15 - Animalibus - Commentaires [2] -


Animaux au Puy du Fou !

Puystory_01068

Puystory_00131

Puystory_01701

Puystory_01702

Puystory_01479

Posté par Puystory à 19:50 - Animalibus - Commentaires [1] -

Les animaux au Puy du Fou

PUY_4477

DSC_5659

PUY_4475

PUY_7037

PUY_9969

Posté par Puystory à 00:14 - Animalibus - Commentaires [0] -

Les animaux du Puy du Fou

PUY_1905

PUY_6761

PUY_0159

PUY_9969

PUY_4827

Posté par Puystory à 00:14 - Animalibus - Commentaires [1] -

Animaux du Puy du Fou

PUY_0160

PUY_2929

PUY_6770

FortAnMil092012-55

PUY_7283

Posté par Puystory à 00:07 - Animalibus - Commentaires [1] -

Mouton Solognot

PUY_5003

Famille des "ovins" , du latin ovinus qui concerne la famille des moutons, (Béliers, brebis et agneau – agnelle).
Le berceau de la race est la Sologne (région naturelle forestière française de la région Centre comprise entre la Loire et le Cher)..
A l'âge adulte, sa taille est d'environ 0,60 à 0,70 cm et le poids pour les brebis est de 55 à 65 kg, pour les béliers de 80 à 90 kg.
Son espérance de vie est de 12 à 15 ans.

PUY_5000

La masse moyenne des toisons (laine) est de 1,5 kg pour les femelles, de 2,5 kg pour les béliers.
Les solognotes sont d'excellentes mères (matures à 8 mois et jusqu’à 10 ans) et montre d’excellentes qualités maternelles et les béliers sont actifs toute l'année.
Après 5 mois de gestation, la femelle (la brebis) met bas de 1 à 2 jeunes par an, les agneaux.
Intelligent, vif, curieux, indépendant, son caractère est proche de celui des chèvres.
Race très rustique, adaptée aux terres humides, elle ne craint pas l'eau et est résistante aux maladies.

Grand Parc 2012 - 216

Utilisée au défrichage, valorisation, entretien des espaces difficiles et de qualité très médiocre (bords de rivière, sous-bois…), elle est capable de rester en extérieur toute l'année et par tout temps, ce mouton se contente d'une végétation pauvre et ligneuse (plante composée de bois).
Vers 8900 avant Jésus Christ, sa domestication se déroula en premier lieu en Irak.
Au VII siècle, il arrive sur notre territoire sous sa forme domestiquée.
Dès le XVème siècle, au sortir de la Guerre de Cent Ans, les moutons seront la seule fortune des paysans.

PUY_5001

La Renaissance sera une époque prospère pour le commerce des laines.
Vers 1850, l´effectif ovin Solognot est estimé à 300 000 têtes et il est principalement le revenu des paysans. 
Vers 1910, suite à la création de routes, le réaménagement du réseau de drainage, la population chute ainsi à 50 000 têtes.
Dans les années 60, l'effectif descend à 1.000 têtes.
En 1968, la race est mise en réserve génétique.
En 1976, un plan d’accouplement est élaboré pour gérer et limiter la consanguinité.
En 2013, cette race menacée d'extinction remonte à 3.000 brebis avec une soixantaine d’éleveurs participant à la sauvegarde du Solognot (dont la majeure partie ne se trouve pas en Sologne).

Posté par Puystory à 00:07 - Animalibus - Commentaires [1] -