Puy Story

Histoire d'une région.

Mains d'artisans (1)

PuyStory 2011 Aout 2211

PUY_2883 Puystory

Nade 033

PUY_5521 Puystory

PUY_7112 Puystory

Posté par Puystory le 27 juillet 2016 - Artisans - Commentaires [1] -


Le Tonnelier (un vieux métier)

PUY_8130 Puystory

"Juste le temps de renverser le barricot pour faire couler le vin nouveau, qui fait oublier la sueur sur les fronts moites ..."
La Vendée n'est certes pas une région de vignes mais produit, malgré tout, quelques petits vins ...
Des couplets célèbres ont immortalisé celui de Sigournais, la Folle ...Rosnay, Mareuil et son Ragoûtant ont acquis leurs lettres de noblesse et le Franc Blanc du pays des Olonnes surprend toujours ...
Le Naha et sa mauvaise réputation sont encore évoquées par les anciens.
En outre, le Layon et ses coteaux ne sont pas si loin et le Muscadet fringant mûrit sur les pentes toutes proches du Sèvre et Maine.
Il fallait bien loger, avant l'avènement de ces tristes cuves en ciment ou en inox, toute cette production.

PUY_8151 Puystory

Le tonneau a chez nous vingt siècles d'âge et les tonneliers y ont été nombreux.
Ce n'est qu'au XIIIe siècle que les "Curparii" qui formaient la corporation des "charpentiers de tonneaux" prirent le nom de tonnelier ; on les appela aussi longtemps des barilliers.
L'exercice du métier était régi par des statuts et des usages sévères.
Le tonnelier de village, lui, était un homme libre payé à la pièce et disposant de son outillage.
A l'exemple des vignerons ils adoptèrent pour patron Saint Vincent et Sainte Anne pour patronne.

DSC_4125

Les chênes à grain fin aux fûts étroits et aux fibres serrées, riches en tanin, sont les plus recherchés mais les bois de châtaignier et d'acacia sont aussi utilisés.
Quatre à cinq mètres cubes de grumes (Tronc d'arbre abattu dont on a coupé les branches mais qui est toujours recouvert de son écorce) donnent 1 mètre cube de bois merrain sans aubier, sans nœud ni aucune tare ; stocké pendant l'hiver qui suit la coupe, le bois restera de longs mois à l'air libre, puis sous abri, avant d'être travaillé.
Chaque tonneau fabriqué est une œuvre d'art.

Image1

Pour une "pièce" de 110 litres, 23 à 28 douelles (élements de bois) de 70 centimètres de long sont nécessaires selon leur largeur pouvant aller de quatre à huit centimètres.
Comme dans la taille des pierres destinées à composer une voûte les douelles doivent avoir la coupe exigée pour leur appareillage.

PUY_9419 Puystory

Chacune est travaillée et planée au chevalet sur toutes ses faces ; les extrémités en sont appointées.
La plane, grand couteau à deux manches, accentue la courbure initiale ce qui rend plus facile le cintrage.
Si besoin est on enlève de l'épaisseur avec une sorte de hache plate et rectangulaire, la doloire.
C'est ce dernier outil qui décapita Saint Jean Baptiste que les compagnons tonneliers "dôleurs" du tour de France ont choisi comme protecteur.

PUY_1952 Puystory

La colombe, sorte de gros rabot inversé d'1,5m de long, muni de pieds, crée le chanfrein de la douelle qu'elle taille en biseau.
Cette opération appelée dolage est suivie du bâtissage, puis du cerclage et enfin du jablage (Action de creuser le jable - Rainure creusée aux extrémités des douves d'un tonneau pour y encastrer les fonds) .
La mise en place des douelles est un véritable jeu d'adresse.

Artisans 090

Elles sont dressées de champ et circulairement à l'intérieur d'un premier cercle provisoire.
Ce bâti assemblé est enserré à mi-hauteur dans un second cercle à l'aide de l'asse et du chasse : c'est ainsi que se nomment le burin et le marteau du tonnelier.
Celui-ci doit maintenant fixer un troisième cercle à l'extrémité inférieure du fût.
Pour ce faire il mouille le bois et allume un feu au milieu du tonneau dont la partie haute est obstruée à l'aide d'une plate.

Image3

Le feu éteint, le bois va sécher légèrement pendant une heure ou deux.
La botissoire, sorte de presse formée d'un bâti de bois et d'une boucle en cordage, sert à resserrer les douelles et permet la mise en place du troisième cercle.
Chanfrinière et jabloir creusent alors chanfreins et veinules, avant que ne soient enlevés, tour à tour, chacun des cercles, pour écarter légèrement les douelles et permettre la pose des fonds.

PUY_1784 Puystory

Les cercles sont remis en place, le fût poli, l'œuvre est terminée ; il ne reste plus qu'à creuser la bonde avec le bondonnoir (Trou rond pratiqué dans un tonneau).
Forme apparemment simple et fonctionnelle le tonneau au vendre rebondi et à l'embonpoint de bon aloi illustre les ressources inventives de l'Homme.

D'autres photos du tonnelier sur :
http://puystory.magix.net/album/tous-les-albums/!/oa/7243005/

Posté par Puystory le 29 février 2016 - Artisans - Commentaires [0] -

La santonnière (Terre de Lumière) au Puy du Fou *

PUY_2874mod1

La richesse des décors et les nuances subtiles des couleurs font de chaque personnage une pièces unique.
La réalisation de santons nécessite plusieurs étapes.

PUY_2870

Le moulage.
Les santons d'argiles sont moulés par pressage un par un dans un moule en plâtre.

PUY_2878mod2

L'ébarbage.
A la sortie du moule, il faut enlever délicatement l'excès d'argile (bavures) et lisser les irrégularités.
L'opération peut durer 1heure 30.

PUY_2872

La cuisson
La cuisson se réalise dans un four électrique pendant 6 heures à une température de 1020°c.
Le temps de refroidissement est de 24 heures.

PUY_2866mod1

La peinture.
Après la cuisson, la faïence devenue blanche est peinte et décorée à la main.
Durée de 2 à 4 heures selon les personnages.

PUY_3664

La tente de la crèche La confection en "organdi" (une mousseline de coton légère) demande 4 heures.
*****

PUY_2853mod2

Retrouvez les réalisation de Marie Daviaud - Terres de Lumière
sur
Facebook

Pour contacter l'artisans :
marie-terresdelumiere@orange.fr
ou le +33 5 46 56 25 87

Article publié avec l'accord de "Terre de Lumière"

Posté par Puystory le 14 novembre 2015 - Artisans - Commentaires [1] -

Réduction du minerai de fer.

DSC07217

DSC07220

DSC07223

DSC07228

DSC07244

Posté par Puystory le 14 octobre 2015 - Artisans - Commentaires [2] -

La coutellerie (Fort de l'an mil).

Puy du Fou 2011 - 8104

La coutellerie, du latin culter, désignant le coutre d'une charrue.

FortAnMil092012-58

C’est l'art de fabriquer un couteau à la main, de la lame jusqu'au manche.
L'histoire de la coutellerie est riche et côtoie celle de l’homme et de ses outils.
Le couteau est certainement l’outil le plus ancien.
Les premiers couteaux réalisés en pierre, silex ou os sont datés d’environ 25 000 ans.
A cette époque, le couteau sert d'outil, mais aussi d’arme.

FortAnMil092012-81

Dès l'âge du bronze, les couteaux sont faits en métal.
Les Romains fabriquent les premières lames en acier.
A partir du Ier siècle les premiers couteaux à lame repliable voient le jour.

PUY_4898

Avec l’évolution de la métallurgie et l’étude des matériaux, la fabrication des couteaux évoluent.
C’est ainsi qu’en 1921 sont produits aux États-Unis les premiers couteaux en acier inoxydable.
Les techniques de trempe permettent, comme pour d'autres outils, de rendre le métal plus dur et plus résistant, autorisant des lames plus fines et plus tranchantes.

Puy du Fou 2011 - 1008

La coutellerie en tant que métier clairement identifié n’apparaît qu’aux environs des Xe et XIe siècles.
Jusqu’à cette époque, c’était le forgeron qui fabriquait les couteaux.
La coutellerie prendra son envol à partir du XVIe siècle, notamment grâce à Catherine de Médicis qui introduit à la cour l’usage du couteau de table.

FortAnMil092012-04

Peu à peu son usage à table va se répandre jusqu’au fond de nos campagnes.
Il deviendra le prolongement direct de la main de l’homme en servant comme outil, ustensile de table et arme parfois.
Petit et facile à transporter, il fait partie de l'équipement de base de tous ceux qui peuvent en avoir l'usage, dont chasseurs, militaires, artisans, cuisiniers, etc.

PuyStory 2011 Aout 1547

Posté par Puystory le 02 janvier 2015 - Artisans - Commentaires [0] -


La joaillerie

PuyStory 2011 Aout 2289

Les premiers bijoux datent de 75 000 ans avant Jésus-Christ.
Au début, ils sont fabriqués avec de l'os, des coquilles d'œufs de serpents ou d'autruches, des dents, des pierres ou de fruits séchés.
Portés en colliers ou en bracelets, ce sont les premiers bijoux élaborés par la main de l'Homme.
Il faut attendre l'Age de Bronze, pour voir apparaître les premiers bijoux en métal.
Le cuivre, le fer, et le bronze sont les premiers métaux travaillés par l'Homme.
D'abord utilisés pour fabriquer des armes et des ustensiles, ils deviendront les premiers bijoux en métal.
C’est au 4ème millénaire avant JC qu'apparaissent les bijoux en or.
Les Egyptiens, civilisation du raffinement, sont les premiers à sertir des pierres précieuses dans de l'or.
La fabrication de la joaillerie repose sur le moulage, la déformation, le pliage, le limage, le sciage, et la soudure de pièces de métaux précieux ainsi que du sertissage de pierres précieuses, pierres fines et perles.

L’histoire de la joaillerie française commence au XVIIème siècle sous le règne de Louis XIII et est considéré comme l’âge d’or de la joaillerie française.
C’est à cette époque que lorsque le cardinal Mazarin lègue de magnifiques diamants montés en bijoux à la Couronne de France.
Depuis, les pierres précieuses prennent de plus en plus d’importance dans la réalisation des bijoux.
Les grandes étapes de la joaillerie sont :
Age de Bronze (premiers bijoux en métal).
Epoque égyptiennes (Premiers bijoux sertis de pierres précieuses).
Le XVIème siècle (Découverte en Amérique du Sud de fabuleux gisements d’or et d’argent et affrontement religieux en Europe sous forme de création de croix magnifiquement travaillées).
Le XVIIIème siècle (apparition de la joaillerie dans le monde de la mode).
Epoque Victorienne (première phase de l’industrialisation de la joaillerie).
XXème siècle : beaux bijoux et faux bijoux (la frontière entre la joaillerie et la pacotille s'affaiblit).
L’industrie du bijou s'internationalise Inde, Chine, Thaïlande, tous ces pays en voie de développement deviennent les nouveaux centres de la joaillerie mondiale.

Puy20061684

Posté par Puystory le 08 octobre 2014 - Artisans - Commentaires [0] -

Le Tonnelier

Le tonnelier

Autrefois appelé "charpentier de tonneau", Le tonnelier est un artisan qui fabrique ou répare les fûts (tonneaux) en bois de chêne (merrains ou douelles) que lui fourni le mérandier.
Principalement partenaire du vigneron et de l’œnologue, son coup de main et son coup d'œil jouent un rôle important dans l'élaboration d’une barrique de bonne qualité qui assurera un bon vieillissement du liquide (vinification).
Le tonneau doit donc être façonné à l’image du vin et aux aspirations du vigneron.

DSC_4125

Le bois de chêne est la seule essence utilisée pour bonifier les vins et les alcools.
Ce bois "respire" et favorise un échange physico-chimique entre l’alcool et l’air extérieur (oxygénation lente).
Ce processus va permettre la transformation et les polymérisations des tanins du vin rendant ainsi le vin plus agréable à boire.
Depuis les gaulois jusqu'à nos jours, le tonnelier intervient sur la qualité du vin.
C’est un métier artisanal qui allie tradition, perfectionnisme (savoir-faire, maitrise et précision), connaissances techniques et bonnes aptitudes physiques.

Artisans 087

Le maître mot du tonnelier c’est : LE TEMPS.
- pour laisser vieillir et sécher les merrains 2 ans au parc à bois.
- pour chauffer les barriques (+/- 2 heures).
- pour la fabrication.
- pour contrôler la qualité.
N’oublions pas qu’il effectue également des actions de réparation de tonneaux.

Artisans 090

La tonnellerie est probablement issue de la construction des navires.
S’il est possible de garder l’eau hors du vaisseau, il est logique que l’on puisse la garder dedans.
Autrefois les tonneliers formaient la corporation des charpentiers de tonneaux.
Selon les régions, on les appelait aussi broquiers, futailliers, lieurs de cuve, barilliers.

Posté par Puystory le 24 septembre 2014 - Artisans - Commentaires [0] -

L'atelier Miniature

Pièces uniques artisanales, animaux décoratifs ou fonctionnels ainsi qu'une ligne design de vaisselle, des cadeaux, bijoux et sculptures en céramique.
Découvrez l'atelier miniature du Pu Du Fou.

Puy du Fou 2011 - 3760

Le façonnage (moulage) par coulage apparaît dans les dernières années du XVIIIe siècle.
Cette technique consiste à verser de la pâte à l'état fluide dans un moule en plâtre présentant en creux la forme de la pièce à obtenir.
Au contact du plâtre, l'eau est absorbée par capillarité.
Il se produit alors une filtration et la pâte se dépose sur la paroi absorbante en épousant toutes les sinuosités du plâtre.
La fabrication des assiettes et des plats et objet de décoration se fait aujourd'hui en série grâce au calibrage mécanique.

Puy du Fou 2011 - 3766

Posté par Puystory le 27 août 2014 - Artisans - Commentaires [0] -

Le Mégissiers

PuyStory 2011 Aout 2242

Avant toutes transformations, la préparation des peaux est confié principalement à deux artisans :

1. Le Tanneur (Grandes peaux brutes tels que : Vaches, Chevaux) et le Mégissier (Petites peaux).
2. Le terme de mégissier vient du verbe "mégir" qui signifie "préparer".
Ils travaillent en blanc (bain d’eau et de centre) et par tannage à l'alun (action de blanchir les peaux), les petites peaux, délicates et fines (agneaux, moutons, chèvre ou veau).
L'alun (du grec als, alos, signifiant "le sel").
La technique consiste à débarrasser la peau de ses impuretés, entre autres de ses poils ou de sa laine.

Les Mégissiers préparent :

- Les peaux dont on veut conserver le poil ou la laine.
- Quelques cuirs propres destinés aux Bourreliers.
- Parchemin et vélin (peau de veau mort-né) avant qu'ils passent entre les mains du parcheminier.

La profession s'inscrit dans l'industrie de la confection.
La mégisserie est un art destiné à l'industrie de la chaussure, de la ganterie, de l'habillement, sacs divers dans le cadre de la production du cuir.
En latin médiéval, on trouvera la profession sous le nom "Alutarius".

Posté par Puystory le 20 août 2014 - Artisans - Commentaires [0] -

Portraitiste à la Cité Médiévale

Puy21062081

Dans l'histoire des arts visuels, la représentation humaine date des plus anciens temps, on trouve des représentations dès la préhistoire. 

PuyStory 2011 Aout 2236

Un portrait est une œuvre d'art picturale, graphique, sculpturale, et photographique, représentant généralement une personne réelle, ou un groupe.
Le portrait a bien longtemps été l’unique façon d’afficher la réussite sociale et de fournir à la postérité des informations sur sa physionomie.

DSC_9905

Les plus anciens vestiges de portrait en peinture dates de l'antiquité romaine.
Différent supports sont utilisés, le bois, la toile, ou même l'ivoire pour les portrait en miniature.

Nade 036

Le portrait dessiné, tout aussi ancien que le portrait peint, se singularise par la grande diversité de ses techniques, qui vont du fusain, au crayon, en passant par le lavis d'encre, et le pastel qui constitue une technique intermédiaire entre le dessin et la peinture.

http://nade.pagesperso-orange.fr/

 

Posté par Puystory le 13 août 2014 - Artisans - Commentaires [0] -