Puy Story

Histoire d'une région.

De l'histoire....

Puystory_01445

Mon histoire...

Puystory_01475

Bâtit en 1430, ma partie médiévale se distingue par ses blocs de granit....

Puystory_01450

Ma période renaissance est visible derrière l'ombre de ces fenêtres....

Puystory_01466

Avec mes briques roses, je suis une légende,....

PUY_5196

Avec ma cour d'honneur, je suis une histoire,....

Puystory_4389

Avec mes acteurs, je suis redevenu vivant, .....

Puystory_3949

Avec mon premier château, je suis le premier Puyfolais du temps....

img120

Devenu ruine abritant les moineaux de muraille, j'étais un château oublié des mémoires......

PUY_8113

Mais, il y a 40 ans...

PUY_0231

L'histoire me sortait de l'ombre....

Puystory_01454

Je suis le Puy du Fou !!!!

Posté par Puystory à 00:05 - Château - Commentaires [0] -


Le camail

PUY_8663

Le camail est une cagoule de mailles qui vient du vieux français "cap mail" (racine Du latin caput "tête" et macula "maille"), c'est-à-dire tête de mailles.
Originellement armure de tête en tissu de mailles, le camail est devenu, pour les évêques, les chanoines et certains dignitaires ecclésiastiques, le vêtement recouvrant les épaules, les bras et la poitrine jusqu'à la ceinture, lors des offices solennels auxquels ils assistent.

SH108891

L’invention des cottes de mailles s’attribue aux celtes, en l’an 300 a.v. J.C. et jusqu’au XIVème siècle étaient les armures principales des soldats.
A l'époque carolingienne, il est fait de peau.
Ensuite, il fait souvent (à partir du XIIè siècle) partie intégrante du haubert (robe masculine médiévale) de mailles.
C'est à partir de la fin du XIIIe siècle qu'il deviendra indépendant du haubert.
Il protégeait la tête, le cou ainsi que le haut de la poitrine et du dos.

DSC_6660

Descendant sur les épaules, déjà couvertes par le haubert, il constituait un second niveau de protection particulièrement utile lors des combats, car le risque était grand de voir le taillant d'une épée glisser sur le casque et briser les clavicules.

PUY_9873

Les camails d’armures ne protégeaient pas contre les objets pointus comme les flèches, mais, pour le chevalier médiéval, c’était une forme de protection très nécessaire, même après l’arrivée de l’armure métallique.
Au fur et à mesure que le monde des armures changeait, la cotte commençait à avoir un rôle secondaire, mais pas moins important dans la défense.

SH100745

Jusqu’à qu'au XVème siècle, elle s’employait strictement pour être portée en-dessous de l’armure.
La cotte offrait une série d’avantages : la flexibilité, la fabrication et la réparation était relativement facile et son coût ne supposait pas de grands investissements d’argent.
Le camail d’armure s’unifie au casque normalement avec des lacets en cuir et des petites attaches connues comme vervelles.
Les camails étaient inconfortables et lourds.

DSC_7342

Ce n'est que durant le XVème siècle avec l'arrivée des armures plates (plaques) que le camail disparait progressivement.
Un camail peut posséder 3000 anneaux et peser de 2kgs à 25 kg selon les modèles.

Posté par Puystory à 00:19 - Château - Commentaires [2] -

C'EST A JAMAIS

PUY_9345

Les seigneurs du Puy du Fou avaient une devise.

PUY_8661

Devise laconique et demeurant assez énigmatique :
"C'EST A JAMAIS."

PUY_8125

Devise qui peut vouloir dire qu'une fois qu'ils ont adopté une ligne de conduite, les Puy du Fou ne s'en séparent pas et qu'il n'y a plus à y revenir, que c'est à jamais, enfin !

PUY_6846

Interprétée ainsi, cette devise conviendrait assez bien aux Puy du Fou, dont le trait distinctif paraît bien d'avoir toujours tenu, au cours des siècles, une ligne de conduite uniforme et inconditionnelle.

Puystory_00653

Fidélité à Dieu (avec le symbole de l'eau du baptême) et au Roi (engagement au combat pour la liberté).

Puystory_9418

Une fidélité dont ils ne se sont jamais séparés,

"C'est à jamais" !

Posté par Puystory à 18:38 - Château - Commentaires [1] -

Le château du Puy du Fou

PUY_5100

PUY_9332

PUY_5160

PUY_5197

PUY_5045

Posté par Puystory à 00:15 - Château - Commentaires [2] -

La Gargouille

PUY_6817

Le mot "gargouille" est composé de la racine "garg" et de l’ancien français "goule" (du latin gula : gueule).
Il fait référence au bruit de l’eau restituée par le gosier (évocation du "glouglou" de l’eau).
Sculptée sur les dégorgeoirs, les gargouilles ont des formes très multiples et inattendues.
Parties saillantes d’une gouttière, elles ont pour rôle principal d’évacuer les eaux de pluie à bonne distance des murs.
Représentant des animaux ou des personnages imaginaires ou monstrueux, les gargouilles intriguent toujours.

Puy21062096

Elles apparaissent dans l’Antiquité (-3000 à +476) avec des formes courtes (principalement des animaux) mais l'usage disparait à la fin de cette période.
Le XIIIe siècle, associé à l'art gothique, voit le retour des gargouilles.
Vers la fin du XIIIe siècle, elles seront plus élaborées et des figures humaines remplacent les animaux.
Au cours des siècles suivants, elles s'allongent, s'affinent, sont décorées, mais deviennent aussi plus féroce.
Les gargouilles avaient une utilité réelle mais aussi décorative avec un rôle symbolique.

PUY_2966

Pendant la seconde moitié du XVIe siècle, les sculpteurs prennent comme modèles des figures tel que : dragon, griffon ou chimères (statue ayant un aspect fantastique et effrayant) représentant un démon de pierre esclave et enchaîné par l’homme.
Elles seraient les gardiennes du bien (les églises), rappelant aux fidèles que rien ne les menace à l’intérieur puisqu'elles éloignent les forces du mal (esprit malin, êtres démoniaques, les non chrétiens).

PUY_0146

Elles mettraient aussi en garde les chrétiens contre les tentations de l’extérieur.
La légende raconte que par vent sifflant, les gargouilles hurlaient à l'approche du "mal", qu'il soit visible (sorciers, magiciens, démons incarné) ou invisible.
De plus, elles avaient un rôle purificateur (associé au Bien) en laissant passer au travers de leur corps les eaux sales (eau : symbole de purification dans le christianisme).

PUY_0144

La plupart ont été supprimées car gargouilles dégradaient les maçonneries voisines et devenaient dangereuses pour les passants.

Posté par Puystory à 00:01 - Château - Commentaires [2] -


Ces Ruines !

PUY_5909 Puystory

Ces ruines sont l'ouvrage de l'homme, qui porte ses coups.
Usant de sa liberté pour briser les statues, il a appris la haine aux pierres en leur donnant cette terrible silhouette d'une force tragique, comme pour se venger de lui-même.

DSC_2678

Ces ruines sont l'ouvrage du "Temps".
Elles n'effraient pas.
Le "Temps", les dépouillant de leur aspect farouche, leur a donné des grâces féériques.
La nature a travaillé auprès des ans.
Elle a semé des fleurs dans les lézardes.

DSC_0490

Sur les décombres, elle a fait le nid des oiseaux.
Tous les jours, sans cesse, elle y remet la vie.
Non, il n'y a rien autour de ces ruines qui ressemble à la haine.

Puy du Fou 2011 - 3374

Et l'amour, qui connaît tous les arts, l'amour qui, jadis en ces lieux, se fit architecte et sculpteur, aujourd'hui se fait admirateur du charme et de la pureté.

(Extrait de "Ce Soir la Vendée" - 1978)

Posté par Puystory à 00:16 - Château - Commentaires [1] -

Le château renaissance.

Puystory_1713

PUY_7997

Puystory_1727

PUY_6847

Puystory_1760

PUY_2161

Puystory_1777

PUY_2164

Posté par Puystory à 00:56 - Château - Commentaires [1] -

Gobelins

Au Puy du Fou, le visiteur peut découvrir notamment au "Château renaissance" et au "Camps du Drap d'Or" des "Gobelins".

PUY_1061

Dès le XIVème siècle les eaux de la Bièvre (rivière prenant sa source dans le quartier de Bouviers à Guyancourt et se jetant à Paris) vont attirer teinturiers et tanneurs.
L’histoire des Gobelins débute au XVe siècle. Vers 1440, dans le faubourg Saint-Marceau (aujourd’hui faubourg Saint-Marcel) Jean Gobelin, ( xxxx -1475) teinturier champenois (Reims), ouvre un atelier de teinture réputé pour ses couleurs rouges, à l’écarlate.

PUY_7294

C'est en 1601 que l'activité de tapisserie aux Gobelins voit le jour, lorsque Barthélemy de Laffemas (1545-1612) conseiller du roi Henri IV (1553 – 1610)) fait venir des tapissiers flamands associant ainsi la tapisserie flamande à la grande maison de teinture de la famille des Gobelins.

PUY_7299

En 1655, sous le règne de Louis XIV (1638 – 1715), Colbert (1619 – 1683) favorise l'activité (procédé de la teinture écarlate) de Jean Glucq (xxxx-1718) en décidant de regrouper aux "Gobelins" divers ateliers de tapisserie éparpillés dans Paris, mais aussi des peintres, des graveurs, des orfèvres, des lapidaires (tailleur et polisseur de pierres précieuses et fines), des ébénistes, chargés de dessiner et d'exécuter les meubles, les tentures, les statues et les ornements destinés aux palais et aux jardins royaux..

PUY_7752

En 1662, la manufacture des Gobelins est officiellement créée avec à sa tête le peintre Charles Le Brun (1619-1690).
En 1667, cet ensemble prendra le nom de "Manufacture royale des Meubles de la Couronne", et deviendra un haut lieu de renommée européenne.

PUY_9356

C'est au XVIIIe siècle, sous la direction du peintre Oudry (1686-1755), que la manufacture devient la première d’Europe et connaîtra son apogée grâce à la qualité des tissages imitant la peinture et l’ampleur de la production.

PUY_7290

A cette époque, on y dénombre d’une centaine d’ouvriers lissiers (qui montent les lisses - technique de la tapisserie utilisant un métier à tisser disposé dans un plan proche de l'horizontale), sur 58 métiers produisant plus de quarante séries de tapisseries différentes.
Le tissage est une création qui exige savoir-faire exceptionnel et un véritable talent d’adaptation pour passer d’un dessin à une tapisserie.

PUY_2259

En 1825 – 1826, les métiers de basse lisse s'installent à Beauvais et en 1940, suite à la destruction, les ateliers de la manufacture de Beauvais reviennent aux Gobelins sous l'appellation "Manufactures des Gobelins, de Beauvais, de la Savonnerie".
Depuis 1937, la manufacture est rattachée au Mobilier national.
Aujourd'hui, la manufacture crée des œuvres selon des méthodes artisanales et demande entre 3 et 5 ans à la fabrication d’une tapisserie.

Posté par Puystory à 01:04 - Château - Commentaires [1] -

La Renaissance du Château - Making-Of

107716678

Le Puy du Fou ouvre les portes de son Château et invite les visiteurs à percer son mystère.
Découvrez les coulisses de la création du spectacle :
"la Renaissance du Château"

Posté par Puystory à 00:01 - Château - Commentaires [2] -

La crypte.

Lors de la visite du château du Puy du Fou, nous sommes invités dans la crypte.

PUY_3084

L'étymologie du mot crypte du latin "crypta", du grec "crypte" signifie caché.
Les premières cryptes ou grottes sont taillées dans le roc ou maçonnées sous le sol, pour cacher aux yeux des profanes les tombeaux des martyrs.

PUY_3086

Plus tard, on éleva des chapelles et de vastes églises.
C'est à partir de l'époque carolingienne (de 752 à 987 après J.-C.) que le nombre d'églises pourvues de cryptes placées sous le chœur, renfermant les corps saints recueillis par la dévotion des fidèles, augmente.
Mais c'est pendant la période romane (Xème- fin du XIIème siècle) que le nombre de crypte se multiplie.

PUY_3159

Les cryptes ne sont pas toujours enfouies.
De nombreuses cryptes ne sont que semi-enterrées et reçoivent un éclairage extérieur.
Exceptionnellement, elle peut ouvrir directement à l'extérieur.
Vers la fin du XIIe siècle, les corps saints jusque-là renfermés dans les cryptes furent placés dans des reliquaires et exposés dans l'église supérieure.
Au début de la période gothique (fin XIIe-1230 environ – au XIVème siècles), la crypte, si fort en usage à l'époque précédente, disparut presque entièrement.

PUY_3148

Dans certain édifices, c'est une partie souterraine abritant souvent un dépôt précieux.
Depuis le moyen-âge, généralement chaque château possède sa chapelle et sa crypte.

Posté par Puystory à 00:13 - Château - Commentaires [1] -