Puy Story

Histoire d'une région.

le manége

Puy_2010___0993

1871 voit l'invention du manège pour enfants.
Le manège consiste en une plateforme tournante avec des sièges pour des passagers.
Ces "sièges" prennent traditionnellement la forme de chevaux en bois (ou autres matériaux) et/ou d'autres animaux.
Les premiers carrousels ont été conçus autour de vrais animaux attachés au bout d'une corde et tournant autour d'un piquet. Les traces d'une utilisation pour le loisir apparaissent sous l'Empire byzantin.

Posté par Puystory le 01 novembre 2010 - CINESCENIE - Commentaires [0] -


L'abbaye de la GRAINETIERE, Les Herbiers

Au début spectacle de la Cinéscénie, il est fait référence de la Grainetière.
Le marchand de quenouille se souvient et dit :

"Je suis le vieux pèlerin de Saint-Rognou, mon bâton de pénitence ouvre mon chemin de prière et me conduit à la Grainetière, je viens ici comme chaque année pour la fête du 1er mai"............

 Ces murs imprégnés d'histoire ...... traversent le temps comme un devoir de mémoire.

Fondée en 1130, l'abbaye est entièrement édifiée en 1210.
Du fait de la Guerre de Cent Ans, de l'institution de la commende et des guerres de Religion l'abbaye connait bien des vicissitudes, déprédations et incendies.
Elle est déclarée bien national en 1790.
L'église devient une carrière de pierres...
Depuis 1963, sauvetage et restauration sont heureusement entrepris.
En 1979 le monastère renait en accueillant un prieuré de la Congrégation bénédictine de Notre-Dame d'espérance.

Publication avec autorisation de l'Abbaye de la Grainetière.

Pour la visite de ce lieu, renseignez-vous au 0033 2 51 67 21 19.


Agrandir le plan

Posté par Puystory le 11 octobre 2010 - CINESCENIE - Commentaires [1] -

Le Roi Francois 1er

470px_Francis1_1

 

Né à Cognac en 1494, mort à Rambouillet en 1547, François 1er est Roi de France de 1515 à 1547.
Fils de Charles d’Orléans et de Louise de Savoie, François Ier, succède en 1515 à son cousin Louis XII, dont il a épousé la fille Claude.
Avec la victoire de Marignan (sept. 1515), François Ier reconquiert le Milanais, enjeu territorial de toute sa politique.
Lorsque Charles Ier d’Espagne accède (1519), sous le nom de Charles Quint, à la couronne impériale, qu’il convoitait, le roi, craignant l’encerclement du royaume par les possessions de son rival, engage les hostilités contre l’empereur après avoir vainement cherché l’appui d’Henri VIII d’Angleterre (entrevue du Camp du Drap d’or, 1520). Veuf en 1524, il se remarie avec Éléonore de Habsbourg, sœur de Charles Quint (1530).
"Roi-Chevalier", François Ier est aussi, avec Louis XII et Henri II, un des bâtisseurs de l’État moderne en France.
Sensible aux idées mercantilistes, François Ier favorise l’industrie et développe le grand commerce maritime.
Il réunit à la France les fiefs du connétable de Bourbon (1531) et rattache définitivement la Bretagne au royaume (1532).
Il réorganise les finances de l’État et réforme la justice par l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539), qui impose notamment la rédaction en français des actes judiciaires et notariés.
Par le concordat de Bologne (1516), il s’assure de la nomination des archevêques, des évêques et des abbés du royaume.
Soucieux du prestige de la monarchie, le Roi favorise par ailleurs l’art de la Renaissance, qui s’épanouit dans la construction et la décoration des demeures royales (Blois, Chambord, Fontainebleau), où François Ier attire et fait travailler des artistes italiens (Léonard de Vinci, le Rosso, le Primatice).
Il encourage les traductions des humanistes, tel G. Budé, et fonde le futur Collège de France, en 1529.
À sa mort en 1547, François Ier est parvenu à limiter la puissance impériale, mais il n’a pas réalisé son rêve italien.

Posté par Puystory le 16 juillet 2010 - CINESCENIE - Commentaires [0] -

La Cinéscénie

D727_893_DSC_0156mod3_jpg

Petit à petit, la Cinéscénie, plonge le visiteur dans 700 ans d'histoire de Vendée.
Pour chaque époque, une atmosphère particulière.

D735_893_Puy_2010_0999_JPG

En un seul mot, CHAPEAU aux Puyfolaises et Puyfolais pour ce beau spectacle.

D736_893_Panorama_19_JPG

Une vue sur les 3200 Puyfolais bénévoles de la Cinéscénie.
Je crois que par les temps qui courent, il est de bon de rappeler que ces acteurs sont tous bénévoles.
Ils travaillent comme des professionnels, le tout au service de l'histoire, mais aussi pour venir en aide à des associations.
J'espère développer prochainement ce dernier point.

Posté par Puystory le 06 juillet 2010 - CINESCENIE - Commentaires [4] -

Les PUYFOLAIS

Ci_042

Le mot "puyfolais" a été créé dans les premières années de la Cinéscenie®.
Ce mot désigne tous les bénévoles qui font avancer le spectacle.

Ce mot fait évidemment référence aux acteurs, mais aussi aux techniciens de la régie, aux personnes de l'accueil, aux vendeurs de confiseries, aux conducteurs des bus qui emmènent les visiteurs âgés et handicapés au pieds des tribunes, les secouristes, le personnel d'encadrement, etc ...

N'oublions pas les personnes qui sont à votre écoute lors de vos réservations, et la direction.

Pour la Cinéscénie, ils sont 3200 à se consacrer à ce spectacle, et ils donnent tout leur cœur pour narrer le patrimoine qu'ils ont en commun,

sur cette terre de géant, et de genêts en fleur ...


vlcsnap_61138

Posté par Puystory le 23 juin 2010 - CINESCENIE - Commentaires [5] -


Hymne final Cinéscénie

18565856

Peut-être les enfants
Sauront-ils deviner
Dans les humeurs du jour
Et portée par le vent
Tout là-haut
La voix d’autres enfants
Qui se souviennent et chantent en foulant
Cette terre de géants et de genêts en fleurs
Cette terre de Vendée et de France (2x)


Cet hymne est reprit en final du spectacle par les tous acteurs de la Cinéscénie.
Tous réunis sur la plus grande scène du monde en se tenant par la main formant ainsi pour court instant la plus grande chaine d'acteurs bénévoles.

Final_007

Un grand moment d'émotion offert par les Puyfolais.

Jets_d_eau_cin_sc_nie

Posté par Puystory le 02 juin 2010 - CINESCENIE - Commentaires [7] -

Cinéscénie

SH100154

La Cinescénie est lancée en 1978 à l'initiative de Philippe de Villiers, qui a découvert le château en ruine et laissé à l'abandon.
Il fait appel à Georges Delerue, qui crée la musique d'accompagnement du spectacle.
Celle-ci sera remplacée en 2002 par une nouvelle œuvre composée et dirigée par Nick Glennie-Smith.
La scène (agrandie en 2005) s'étend sur 23 ha, ce qui en fait la plus grande scène de spectacle du monde.

Le support du projet est l'association du Puy du Fou, qui comprend 3 200 membres bénévoles appelés les Puyfolais, pour la plupart issus des communes des alentours.

Chaque saison, la cinéscénie accueille environ 380 000 spectateurs lors de ses 28 représentations.
Les effets spéciaux comme la projection d'images sur un mur d'eau, par exemple, ont entièrement été créés par les membres du Puy du Fou et ont été exportés dans de nombreux pays y compris aux Etats-Unis.
Depuis 1982, le texte, écrit par Philippe De Villiers et porté par la voix de Philippe Noiret, commence avec les paroles :

"Je n'ai jamais reçu de nom.

Ils m'appellent le vieux galopin.

Je ne me suis jamais perdu.

Ils m'appellent le vieux cherche pain,......."

PanoPuydufou_02mod1

Posté par Puystory le 12 mai 2010 - CINESCENIE - Commentaires [0] -

La cinéscénie

vlcsnap_66475

La trame est l'histoire de la famille Maupillier, reflet symbolique du peuple Vendéen.
Toute l'action s'organise autour du face à face entre Jacques Maupillier et un vieux marchand ambulant. Mémoire de tout le peuple vendéen, le voyageur raconte au jeune Jacques l'histoire de ses ancêtres.
Du Moyen-Âge à la Seconde Guerre Mondiale, le vieil homme caresse les époques et chaque siècle qu'il décrit fait apparaître des décors inattendus et appellent de nouveaux personnages, par milliers.

Posté par Puystory le 26 avril 2010 - CINESCENIE - Commentaires [0] -

La corne

Extrait du spectacle de la Cinéscénie :

"Le petit Jacques n'ose pas te demander, pourquoi tu portes toujours à la bretelle une corne gravée".

Corne_grav_e_02

Réponse :

La corne ses nombreuses qualités :
obtention d'un récipient frais, grande résistance du matériau aux chocs, possibilité de le personnaliser, de l'orner, de le graver...
De par leurs symboliques, réservées à l'usage des chefs.
L'usage de la corne se perpétue jusqu'au XII° siècle alors que de nombreux ustensiles à boire (gobelets, coupes, mazer...) sont d'usages courants, la raison n'est pas son aspect pratique, mais bien la symbolique de puissance, abondance, mais également de richesse et de force guerrière.
Rappelons que les cornes sont des cornes de bovidés : aurochs, buffles...
Les cornes des bovidés sont l'emblème de la Magna Mater divine.
Dans les cultures néolithiques, elles marquent la présence de la Grande Déesse de la fertilité Les cornes à boire, ornées de décorations, cerclées d'or ou d'argent, sont travaillées comme de véritables œuvres d'art.

Posté par Puystory le 19 mars 2010 - CINESCENIE - Commentaires [0] -

Jacques-Louis Maupillier

Jacques_Maupiliermodif

Jacques-Louis Maupillier s'est engagé dans l'armée catholique et royale en 1793.
Il est blessé de nombreuses fois, notamment à la bataille de Bois-Grolleau et de la Châtaigneraie.
Louise de la Rochejaquelein l'a dessiné les armes à la main, parce qu'il ne les a jamais quittées.
En 1977, Philippe de Villiers s'est inspiré d'un véritable personnage historique pour raconter son histoire à travers la Cinescenie.

Jacques-Louis Maupillier est né le 28 septembre 1777 à Chanteloup et décédé à Boismé (Deux-Sèvres) le 24 juin 1857. Combattant des guerres de Vendée, ce jeune paysan Deux-Sévrien s'enrôle dans l'armée vendéenne en 1793.
Il est blessé 5 fois, notamment d'un coup de baïonnette dans le dos à la bataille de Bois-Grolleau près de Cholet et au bras et à la jambe gauche à la bataille de La Châtaigneraie en l'année 1794.
Un certificat de pension est daté du 30 août 1826.
Il se retira à Boismé, journalier demeurant « aux Touches » et meurt dans une extrême pauvreté et hors d’état de pourvoir à sa subsistance et à celle de sa famille, à cause de ses blessures.

Posté par Puystory le 17 mars 2010 - CINESCENIE - Commentaires [0] -