Puy Story

Histoire d'une région.

Georges Delerue et le Puy du Fou.

img350

Né à Roubaix le 12 mars 1925 dans une famille ouvrière, Georges Delerue a disparu le 20 mars 1992, à Los Angeles, en pleine gloire.
Il aimait passionnément la vie et sa vie était absolument indissociable de la musique.
De ses origines, Georges Delerue gardait le devoir et le respect du travail.
Sa mère lui disait : "Ne mets pas tes mains dans tes poches, les mains sont faites pour travailler".
Au travail s'ajoutait un irrépressible besoin de création :
"Une idée naît en vous on ne sait comment, elle pousse, pousse de plus en plus fort et vous oblige à écrire, à sortir ce que vous avez dans la tête. C'est un accouchement".
Des débuts musicaux dans le théâtre avaient permis à Georges Delerue de rencontrer des artistes aussi divers que Boris Vian (1920-1959), Beckett (1906-1989), Ionesco (1909-1994), Claude Roy (1915-1997), François Chaumette (1923-1996), Michel Piccoli (1925-xxxx) ou Maurice Jarre (1924-2009).
Dans ce creuset artistique, il développa son goût pour l'Histoire, la lecture ou la peinture.
Au début des années 90, Georges Delerue disait :
"Si je regarde en arrière, j'ai le vertige en voyant tout ce que j'ai fait. Je ne sais pas comment j'ai pu tant écrire".
Convaincu de sa vocation musicale à l'âge de seize ans (après une grave opération) , il fait ses études musicales au conservatoire de Paris.
Il a pour professeurs Henri Busser (1872-1973) et Darius Milhaud (1892-1974).
Il devient ensuite chef d'orchestre à la Radiodiffusion française.
A partir de 1948, il compose des musiques pour le théâtre.
En 1949, il obtient le premier prix de Composition et le premier second Grand Prix de Rome.

Dans les années 60, il collabore avec les plus grands noms de la nouvelle vague : Godard (1930-xxxx), Varda (1928-xxxx), Robbe-Grillet (1922-2008), de Broca (1933-2004), Louis Malle (1932-1995) et surtout François Truffaut (1932-1984) pour qui il composera la musique de onze films dont "Le dernier métro" et "La nuit américaine".
Sa célébrité s'étend aux Etats-Unis où il travaille avec George Cukor (1899-1983), John Huston (1906-1987), Fred Zinnemann (1907-1997), Mike Nichols (1931-2014), Oliver Stone (1946-xxxx).
Au total, une œuvre de plus de cent cinquante films, ponctuée par le célèbre "Concerto de l'Adieu", musique du film "Dien Bien Phû" de Pierre Schoendoerffer.
Parallèlement à son œuvre cinématographique, Georges Delerue ne cessera jamais d'avoir une production classique immense.
D'une richesse d'inspiration toujours renouvelée.
Elle comprend des Concertos, des Symphonies, différents mouvements pour orchestres, des Sonates, ainsi que quatre Opéras et neuf Ballets.
En récompense de son œuvre immense, Georges Delerue a notamment reçu les distinctions suivantes : un Emmy Award (1967), un Oscar (1979) pour la musique de "A little romance" de George Roy Hill (1921-2002) et trois César.
Il était Commandeur des Arts et Lettres.
L'œuvre de Georges Delerue en quelques chiffres :
85 musiques de scène (dont Jules César, Le Roi se meurt...)
155 musiques de télévision (Les Rois maudits, Jacquou le Croquant...)
137 musiques de court métrage (Opéra Bouffe...)
188 musiques de film (L'homme de Rio, Platoon, Jules et Jim...)
23 musiques de son et lumière (les Pyramides d'Egypte, les Invalides...) et de très nombreuses œuvre classiques...

img322

Parmi l'œuvre immense de Georges Delerue, on compte la composition de la musique de la Cinéscénie du Puy du Fou.
De celle-ci, le compositeur disait :
"Dans le domaine scénique, c'est l'œuvre la plus importante que j'ai composée jusqu'à maintenant".
Musiques de spectacles préférées de Georges, il renoncera à ses droits d'auteur pour s'inscrire dans le bénévolat comme les Puyfolais !
Dix années séparent la création de la musique de la Cinéscénie du Puy du Fou de ce jour de mars 1992 où Georges Delerue nous a quittés.
Dix années au cours desquelles Georges Delerue est devenu Puyfolais de cœur.
En 1982, lors de l'enregistrement de la musique du spectacle à Paris, le compositeur disait aux Puyfolais présents :
"lorsque j'ai assisté au spectacle, j'ai tout de suite senti ce qu'il y avait à faire. Vous savez, la musique, c'est les tripes.
Ainsi, après l'exécution des différentes scènes, j'ai ressenti, à plusieurs reprises, votre émotion et votre enthousiasme... même à travers vos silences...".
La musique de la Cinéscénie du Puy du Fou, de 1982 à 2002, est éditée en version intégrale.
L’une des plus belles œuvres de Georges Delerue.

img323

Pour la première fois, cette magnifique musique est éditée dans sa version longue et intégrale de 74 minutes, avec un livret illustré de seize pages.
http://www.musicbox-records.com/en/cd-soundtracks/3924-la-cinescenie-du-puy-du-fou.html

Dans le village "Les Epesses" situé en Vendée, une rue porte son nom.

PUY_8025

Découvrez ou redécouvrez l'artiste via son site internet : 
http://www.georges-delerue.com/fr

Posté par Puystory le 06 novembre 2016 - CINESCENIE - Commentaires [1] -


Habits de château (2)

13613205_10210051456312212_2843397716937283813_o

Puystory_3198

13576649_10209976248912074_7042262465284698_o

Puystory_3109

Puystory_2120

Posté par Puystory le 02 novembre 2016 - CINESCENIE - Commentaires [0] -

Le béret

PUY_1024

Papa, papa, ton béret, ne perd pas ton béret.

DSC_2989

Il marche, là-bas, une fleur à la bouche.....

PUY_8005

Et puis, un jour, ont nous a dit : c’est la paix. 

DSC_3029

Le béret de votre mari, madame....

PUY_8273_00818

Posté par Puystory le 26 octobre 2016 - CINESCENIE - Commentaires [1] -

Les ombres du Puy du Fou (1)

DSC_6079mod1

PUY_7883_00428mod1

PUY_6057 Puystorymod1

Puystory_2598mod1

PUY_9003mod1

Posté par Puystory le 23 octobre 2016 - CINESCENIE - Commentaires [1] -

La Veuze ou Vèze

PUY_7892 Puystory

L’étymologie du mot veuze ouvre trois versions :
Du latin "bucinum, bucina" à l’ancien français "buisine" comme dans la chanson de Roland.
Une autre version donne, "Vesica", donne vèze et vesse.
Rabelais mentionne, dans son Quart Livre en 1552, que "Les vezes", bousines et cornemuses sonnèrent harmonieusement.
Une nouvelle piste viendrait des essences utilisées, particulièrement le buis, en breton "Beuz", donnant "Veuz" avec la mutation des consonnes initiales propre à la langue bretonne.

PUY_7890 Puystory

C'est en 1260 que les premières représentations de cornemuses apparaissent dans le manuscrit des "Cantigas de Santa Maria" (Source iconographique pour instruments médiévaux).
En 1508, dans le livre d’heures d’Anne de Bretagne, nous retrouvons une cornemuse aux dimensions identiques à la veuze.
"Out' foué, o l'avé de vèze.  
T'ch'était dos espèces de binious.
O l'avé in' sac, pis dos fiutes qu'étiant fic'laïes dessus ... ".

PUY_7832 Puystory

Voilà la description qu'en faisaient nos ancêtres.
De la famille des cornemuses, c'est un instrument à vent formé de la réunion de plusieurs tuyaux sonores :
- 1 tuyau mélodique à trous appelé chez nous "ohalumia" ou "pibole",
- 1 tuyau d'accompagnement ou bourdon : "Le Veuzon".

PUY_4000

Ces tuyaux reliés à un sac de peau gonflé d'air qui fait office de soufflerie : "La bouzine".
Le joueur de veuze étant : "le veuzou".
Ces différents termes vous rappelleront certainement des expressions du parler vendéen.

PUY_7845 Puystory

Par exemple, on dira facilement de quelque chose qui fait du bruit :
"Arrêt' ta bouzine"
ou bien encore :
"O veuzoune" en entendant le bourdonnement d'une guêpe.

Posté par Puystory le 17 octobre 2016 - CINESCENIE - Commentaires [0] -


Le marché

PUY_8170_00715

PUY_2974

PUY_4241

PUY_0959

PUY_7888

Posté par Puystory le 12 octobre 2016 - CINESCENIE - Commentaires [0] -

Habits de château (01)

PUY_8116

Puystory_1785

Puystory142

Puystory_3413

Puystory_2424

Posté par Puystory le 02 octobre 2016 - CINESCENIE - Commentaires [0] -

La Vie reprend (Cinéscénie du Puy du Fou)

PUY_6774 Puystory

PUY_0915

Il n’y a plus qu’un seul Maupillier pour danser et c’est un enfant, c’est moi.

PUY_8109 Puystory

PUY_8203_00748

Plus tard, bien plus tard, par les fils de 14, 

PUY_0995

les bœufs de Maupillier changeront encore de nom, on les appellera Verdun.

PUY_4280

Posté par Puystory le 28 septembre 2016 - CINESCENIE - Commentaires [2] -

Il y a bientôt 40 ans,

img110

Je viens de retrouver un des premiers articles sur "Ce soir la Vendée".
A part quelques noms et chiffres, cet article est toujours d'actualité.

img111

Annoncé au début de l'hiver, le premier "son et lumière" du Puy-du-Fou prend forme discrètement.
Le vieux château Renaissance, désormais propriété du département de la Vendée, et qui se mire dans un vaste étang, s'anime au long des semaines.
A quelques kilomètres des Herbiers, aux Epesses, se prépare ainsi un spectacle exceptionnel.
Le scénario, écrit par Philippe de Villiers, un jeune et talentueux Vendéen, "deus ex machina" de cette prodigieuse réalisation, a pour titre :
"Ce soir, la Vendée".
C'est l'évocation d'un haut relief, à travers 12 tableaux fastueux, et une animation originale, de tout le passé riche de la Vendée, du Moyen Age à nos jours.
Un spectacle grandiose mis en scène par Philippe de Villiers, entouré de Gaby Chataigner, directeur artistique, de Philippe de Robemont et d'une cinquantaine de bénévoles, et dont on polit actuellement les derniers détails, parallèlement à l'installation des extraordinaires moyens techniques.
Venant de 12 communes, plus de 350 figurants répètent presque chaque soir, au Puy-du-Fou, avec discipline, docilité et bonne volonté.
La grande première de ce "Son et Lumière" exceptionnel, aura lieu le jeudi 16 juin.
Il se poursuivra chaque vendredi et chaque samedi, avec une séance supplémentaire le jeudi 13 juillet Déjà, plus de 2.0.00 places sont retenues.
La location reste ouverte (Permanence : tél. (51) 57.35.78 : prix des places individuelles : 20 F ; réduction pour groupes).

Posté par Puystory le 23 septembre 2016 - CINESCENIE - Commentaires [1] -

Du cœur.. rien que du Cœur.

Puystory_4876

Puystory_1708

Puystory_3237

Posté par Puystory le 16 septembre 2016 - CINESCENIE - Commentaires [2] -