Puy Story

Histoire d'une région.

La chapelle du Puy du Fou

SH109156

Ce fut elle notre consolation dans la traversée de toutes ces épreuves.
Il faut vous dire, que nous mettions notre point d'honneur après chaque carnage, à reconstruire d'abord et en premier notre Chapelle car elle a toujours été notre force et notre courage.
C'est pourquoi elle porte en elle, plus que d'autres constructions, les traces des différentes époques qu'elle a traversées.

Puy du Fou 2011 - 0914

Du lieu de culte primitif il ne reste pas grand chose, hormis la crypte du VIIème siècle, pratiquement intacte avec sa Source Miraculeuse et son sarcophage mérovingien.

PUY_1564

Les murs de la nef, avec leurs claustras (sortes de vitraux ajourés en bois) sont du XIème siècle.

Puy21062657

La façade d'entrée a été faite au début du XIIème siècle.
Le chœur gothique a été reconstruit au XIIIème siècle.
Il faut aussi voir l'intérieur.
Entrez avec moi.

PUY_7585 Puystory

Ici aussi on a toutes les époques.
Fin XIIème siècle : les peintures murales de la nef représentent le départ et le retour de la Croisade, selon le prêche de Saint Bernard.
Sur le mur de l'entrée, allégorie de la victoire du Bien sur le Mal (le Mal symbolisé à gauche par un dragon, à droite par un infidèle).

Puy22060829

XIIIème siècle : Mise en place dans le chœur des vitraux qui représentent les scènes de la Passion.
A gauche, Arrestation, Flagellation et Crucifixion.
A droite, Descente de Croix, Mise au Tombeau et Résurrection.
Nous avons aussi fabriqué le Fauteuil en fer forgé (siège du célébrant) et du meuble de la sacristie.

Puy du Fou 2011 - 0902

Au XIVème siècle : les peintures murales du chœur draperies et représentations symboliques des 4 Evangélistes : l'homme = St Matthieu, le bœuf = St Luc, l'aigle= St Jean, le lion = St Marc.
Fabrication de la grille du chœur en fer forgé.

PUY_8264

Mise en place des statues de bois sur la Poutre de Gloire : la Vierge, St Jean et le Christ en Croix.
Au XVème siècle : on procéda à la réalisation des peintures de la Crypte (Vierge à l'Enfant) et des peintures de la voûte du chœur.
Fabrication du pupitre en fer forgé.

SH109095

Il nous reste à jeter un œil sur ce petit bâtiment accolé à la Chapelle et que nous appelons la Maladrerie.
C'est le refuge des malades et des mourants.
Il a été construit au XIVème siècle.

PUY_9948

Au centre de la cour se dresse une très vieille Croix Hosannière.
Elle a été érigée là à la fin du XIIIème siècle.
Jadis nous enterrions nos morts autour de la Chapelle et c'est devant cette croix de milieu de cimetière que nous venons tous les ans les célébrer en chantant !
'Hosanna des Rameaux (d'où son nom de Croix Hosannière).

PuyStory 2011 Aout 2263

Vous avez remarqué le superbe petit pont à arche brisée.
Nous l'avons construit au XIVème siècle.
C'est par là que nous arrivent les pèlerins qui empruntent le chemin de St Jacques de Compostelle.
"Voilà, notre très longue et trop rapide histoire de ce petit Village Médiéval..."
Continuez votre visite en passant par les échoppes des artisans…

Posté par Puystory à 00:10 - Cité Médiévale - Commentaires [2] -


Un petit tour en Médiévale (Puy du Fou).

Puystory_4993

Posté par Puystory à 00:04 - Cité Médiévale - Commentaires [0] -

Médiéval... Dis-moi Guillemette, tu as bien dit MÉDIÉVAL ?

Puy du Fou 2011 - 7556

"Mais oui, Messire Claude, c'est notre fier Moyen Âge qui refleurit à présent".

*****
"C'est ma foi vrai... Mais l'on m'apprit jadis, dès mon plus jeune âge que lentement les choses se font, puis très vite se défont et parfois se refont avec le temps, sinon pareillement, du moins habilement."
*****
"Que nenni... Point ici, nous sommes au Bas Poitou, vous savez, le pays de notre bonne fée MELUSINE et de notre vieil Enchanteur MERLIN...
Quand ils le veulent, ces deux-là, tout leur paraît facile et le temps ne compte plus !

Puy du Fou 2011 - 5970

Tenez ... regardez là-bas à travers les branches de châtaignier, à 2 pas, il y a un vrai castel ancien en sommeil depuis 500 ans.
Tout juste sorti de l'oubli par des gaillards passionnés, il étale ses vestiges, ruines encore fumantes, incendiées par l'Anglais au XVème siècle.
C'était jadis un repaire de rapines... un repaire de ripailles...
C'est devenu depuis peu, grâce à la Mère Mélusine et à Merlin le Magicien, un repaire de rapaces !

PUY_6628

Vous les voyez tournoyer là-haut, ces aigles, ces faucons, ces vautours cherchant les courants ascendants, comme pour admirer ou surveiller de plus haut cet étonnant petit village si ancien et si nouveau.
Et bien oui, Messire Claude, ce vrai-faux village médiéval est de même époque et a connu la même histoire que le vieux castel d'à côté.
Et je m'en vais vous la conter.

img018

"Il était une fois une modeste pâturé, nichée au creux d'un vallon, près d'un petit bois : Le Bois de l'Etang.
Cette pâture, d'aussi longtemps qu'on s'en souvienne, était connue sous le vocable : L'Ouche de la Fontaine, à cause d'une petite source jaillissante, constamment active qui alimentait une ou deux pièces d'eau en contrebas.
Plus tard, au VIème siècle, on découvrit que cette source avait des propriétés miraculeuses.
Elle guérissait les aveugles et les lépreux.
On attribua ce phénomène à Sainte-Radegonde, servante des Pauvres.
Sa renommée fut telle, que de partout on vint implorer la Sainte et que dès le Vllème siècle on y bâtit un premier lieu de culte qui devint ensuite la Chapelle du Village.

Panorama 108

C'est ainsi que ce village que vous avez sous les yeux, mon bon Messire, s'est construit petit à petit auprès de sa Chapelle, à partir du Xlème siècle et ce jusqu'au XVè siècle.
Nous avons dû le fortifier, comme vous voyez, car il fallait se protéger des voleurs, des hordes de pillards, des bandes de brigands, ainsi que des Anglais qui sillonnaient la contrée et convoitaient notre Source Miraculeuse en même temps que la foule de pèlerins qu'elle attirait.

Puy du Fou 2011 - 3788

Cent fois nous avons repoussé leurs attaques, à l'abri de nos hautes murailles, qui portent encore inscrites en elles, ineffaçables, les meurtrissures béantes des assauts répétés !
Et à chaque fois, il a fallu déblayer, rabibocher, colmater les brèches et reconstruire.
Ce village, empreint de sueur et de sang, est à la mesure de notre courage et de nos épreuves et du grand talent de nos artisans.
Regardez cette énorme muraille...

CiteMed092012-13

Elle date du Xllème siècle, du temps de RENAUD du Puy du Fou, le premier du nom.
C'est lui qui nous a enseigné l'art de la fortification.

CIMEDIE 01

Il nous a appris à ménager une entrée fortifiée en édifiant la porte nord, dite de "FONTBEL", du nom de la petite fontaine toute proche,

Puy du Fou 2011 - 2508

qui capte une source ancienne bien utile aux besoins des villageois.

DSC_3486

De cette époque, il ne reste plus qu'une seule maison, la plus ancienne du village, celle de l'émailleuse.
Au Xlllè siècle, du temps de notre Saint Roi Louis le Neuvième, et de son frère Alphonse qui dirigeait alors notre Poitou, ayant un peu de répit, nous avons fait quelques travaux :

Puy du Fou 2011 - 3784

Ouverture d'une seconde entrée à l'ouest, avec la porte dite du PLESSIS, du nom de la palissade en défense avancée.

Cité Médiévale 005

Positionnement d'une herse à treuil à la porte nord.

DSC_3495

La construction de la maison à 3 arcades, dont il ne reste que le rez-de-chaussée, pour le Sculpteur sur Bois. 

Cité Médiévale 064

Construction d'une auberge (la Taverne) pour les pèlerins et les voyageurs.
Au XIVè siècle, alors là ce fut l'épouvante, avec une guerre qui a duré cent ans !
Nous étions toujours sur la brèche, malgré le PONT-LEVIS à contrepoids que nous avions installé à ce moment-là et qui nous a été bien utile.
Mais à la fin du siècle, presque tout était en ruines et nous comptions les survivants.
Au XVè siècle, enfin, mon bon Seigneur, le soleil a recommencé à luire pour nous.

CiteMed092012-15

Le début fut un peu mouvementé cependant malgré de nouvelles fortifications que nous avions installées en haut de la porte du PLESSIS (MACHICOULIS), nous avons eu encore quelques destructions...

Cité Fabi 2012 - 06

Néanmoins, nous avons refait peu à peu tous les étages de nos maisons en pans de bois, en particulier celle du Tonnelier (au-dessus du Sculpteur sur Bois) avec sa couverture en bardeau et sa girouette à tête de dragon.

DSC_3483

Il a fallu rebâtir entièrement les maisons de l'Enlumineuse et de la Portraitiste, ainsi que l'atelier du Maître Verrier.

Cité Médiévale 069

Nous avons rajouté une Halle Marchande à la Taverne,

Cité Médiévale 057

installé un atelier pour le Tailleur de Pierres à la porte du nord,

Cité Médiévale 021

reconstruit l'Estaminet adossé au rempart avec donnant sur la rue ses poutres sculptées dont nous sommes si fiers.

Puy du Fou 2011 - 0842

Enfin, tout en haut du village, nous avons pu abriter le vieux Four Banal où chaque famille, à tour de rôle, vient cuire son pain.

PUY_5753 Puystory

Voilà, Monseigneur, toute notre aventure dont notre village porte les traces.

Cité Médiévale 056

Ah ! J'allais oublier notre petit joyau, LA CHAPELLE. Mais je vous la conterai bientôt.

Posté par Puystory à 00:11 - Cité Médiévale - Commentaires [2] -

Fontaine miraculeuse.... Légende ou pas ?

Puy20061720

Puystory_4997

Puystory_4999

Puystory_4928

Puystory_4908

Découvrez sa légende sur : 
www.puystory.net

Posté par Puystory à 00:34 - Cité Médiévale - Commentaires [2] -

Le vieux métier de boulanger

DSC_0002 mod

Le Ciel, la Terre et la Mer.
De l'eau, du froment écrasé, un rien de sel.
Simples les ingrédients.
Simple la recette de la pâte à pain.
Pour que le miracle ait lieu le feu est nécessaire.
Le tour de main du boulanger préside aux noces de la farine et du levain.
Rien n'a changé depuis le 18e siècle et pourtant tout est différent.
La machine s'est substituée à l'homme.

PUY_9628

Adieu la beauté du geste et dur le métier d'alors.
Le fournil était l'univers du boulanger qui passait quinze heures par jour sans interruption du 1er janvier au 31 décembre pour du pain frais chaque jour !
De l'Antiquité jusqu'au 8ème siècle les recettes de fabrication se transmettaient oralement.
Jusqu'aujourd'hui elles n'ont pas connu de modifications d'importance, du moins chez les boulangers traditionnels.
Tout commence par la confection du levain.
Une préparation en trois temps.

DSC_0087

Le "chef" obtenu à partir d'un peu de pâte de la fournée précédente à laquelle on incorpore un peu de farine et d'eau.
Vient ensuite le levain qui peut représenter jusqu'au tiers du volume final.
Ce levain est émietté et mélangé à de l'eau salée avant d'être incorporé à la farine.
Ensuite, le pétrissage s'effectue en plusieurs étapes dont la plus pénible, le soufflage, consiste à battre la pâte en l'étirant et en la laissant retomber brutalement afin d'y introduire de l'air.
Dès que la pâte est prête, elle est divisée en pâtons qui sont alors disposés dans des bannetons, sorte de corbeilles en osiers garnies de toiles.

PuyStory 2011 Aout 2208

Jusqu'au règne de Philippe-Auguste les boulangers étaient contraints de cuire au four banal et de payer une redevance au seigneur propriétaire.
C'est Saint-Louis qui affranchira les villes de la banalité des fours.
Le brigadier, celui qui "gouverne l'ouvrage", ou le patron lui-même assurent le chauffage du four et l'enfournement.
Chaque four possède ses particularités propres et la répartition des fagots qui y seront enflammés conditionne la bonne température à la fois de la voûte et de la sole.

DSC_0234

Au fur et à mesure de la combustion les braises sont réparties avant d'être retirées à l'aide d'une racle pour être éteintes un étouffoir.
Les dernières restantes à la périphérie du four sont ramenées vers la gueule.
La température est vérifiée en jetant de la farine sur la sole.
Toujours la même quantité, toujours au même endroit.
La rapidité de son brunissement détermine du bon moment de l'enfournement.

Artisans 092012-040

L'important est de placer le plus de pains possible en évitant qu'ils ne se touchent.
Les pâtons sont retournés sur la pelle et mis à cuire après avoir été incisés à l'aide de la grigne.
Un mouvement sec, un à un ils s'allongent sans dommage sur la sole.

PUY_1685 Puystory

Posté par Puystory à 00:07 - Cité Médiévale - Commentaires [2] -


Le vitrail *

DSC_5258

Un vitrail est une fenêtre composée de multiples verres colorés, assemblés au moyen de plombs, représentant des scènes, des personnages, des symboles.

PUY_1567

Il est devenu, en Occident, à partir du Moyen Age, une expression artistique très utilisée en architecture et plus particulièrement dans les édifices religieux, empruntant les techniques de la peinture et de la céramique.
L'histoire du vitrail commence dés l'antiquité, peu de vitraux on été conservés entier avant le XI ème siècle, son développement a commencé a partir du XII ème siècle, ce qu'on appelle "l'explosion du vitrail".

Artisans 092012-021

L'art du vitrail commence à la fin de l'art roman, les premiers vitraux étaient en fait trois vitraux du chevet de la cathédrale de Poitiers (vers 1160).
La fonction du vitrail, étant de représenter Dieu, qui à l'époque médiévale, était symbole de lumière dans les églises.
Il fallait donc, représenter la lumière divine.

DSC_5261

Une autre fonction du vitrail c'était de raconter aux fidèles des scènes bibliques (puisque la plupart de la population ne savait pas lire).
Cet art à provoquer la source de la vie quotidienne, plus généralement le début des corporations (associations de mêmes métiers).

Vitraux_01
Cette rosace provient de "Notre Dame de Paris"

PUY_1424

Posté par Puystory à 00:15 - Cité Médiévale - Commentaires [0] -

Cité médiévale Puy du Fou

PUY_2309

PUY_6566

PUY_7360

PUY_6573

PUY_7356

Posté par Puystory à 00:27 - Cité Médiévale - Commentaires [1] -

Visitez la Cité médiévale

PUY_2105

Posté par Puystory à 07:44 - Cité Médiévale - Commentaires [0] -

La table au Moyen-âge.

PUY_3844

Il est coutume, au moyen âge, de manger copieusement deux fois par jour.

Au lever, entre 6h et 8h selon les saisons, avec le "disjejunium" (rupture du jeûne nocturne) constitué d'un morceau de fromage et d'un verre de vin.
Rarement de l'eau car les puits et sources d'eau étaient soumissent aux caprices du temps et pouvaient provoquer des coliques et flux de ventre.
Entre 11h et 13h, le "prandium", repas rapide se prenant après la première moitié du travail.
Entre 16h à 19h, la "cena" repas principal précoce afin de ne pas avoir recours aux chandelles.
Avant les repas, les convives étaient invités á se laver les doigts dans une sorte de rince-doigts et á s’y rincer la bouche.

PUY_0265

La table est constituée d'une planche de bois montée sur tréteaux, que l'on dresse lorsqu'on en a besoin pour la retirer ensuite.
Une nappe placée sur la table, était recouverte d'une pièce de tissu pliée en deux, appelée "doublier", destinée à s'essuyer les mains et la bouche.

DSC_2618

On mange donc attablé, assis sur des tabourets, ou des bancs.
L'utilisation du banc lors les grands festins aristocratiques a d'ailleurs donné le verbe "banqueter".
Au centre de cette table, une grande coupe sur pied où se trouve le plat principal.

DSC_1239

Les céréales sont la base de l'alimentation, le plus souvent sous forme de pain.
La ration de pain se situe entre 500 g et un kilo par jour et par personne.
Les viandes, poissons, légumes, fruits, graisses et fromages ne forment que l'accompagnement du pain.

Puy du Fou 2011 - 7535

Le chou en particulier, mais aussi, carottes, poireaux, navets, épinards, panais et les légumes secs (pois chiches, fèves, lentilles).

Au fil des siècles, on verra arriver l'ail, les oignons, le cresson, les laitues, les artichauts, les concombres, les épinards, les asperges...

PUY_9601

Dans les villes, des marchands ambulants vendent les légumes verts (épinards, poireaux ou choux) qui serviront à confectionner purée et soupe.
Les aliments ne sont pas posés sur des assiettes mais sur des "tailloirs" ou "tranchoirs", larges et épaisses tranches de pain, qui absorbent le jus.

PUY_7208

Elle évoluera avec les temps en plaque de bois, de métal ou d'or.
Les gens mangent avec leurs doigts.
Le couteau est le principal couvert que l'on utilise pour manger.
La cuillère, servant de louche, est réservée au service du plat central.

DSC_4138

La fourchette individuelle n'existe pas à cette époque (introduite sous Henri III).
C'est un grand ustensile à deux dents, utilisé pour servir les viandes ou piquer des fruits à la fin du repas.
La nourriture est hachée (on a de mauvaises dents) et très épicée (elle se conserve mal).
Les carafes, pour l'eau et pour le vin, et différentes sortes de cruches et de pichets sont utilisées dans chaque maison.

Atelier Costume 082012 - 23

Le vin est sur toutes les tables.
La teneur en alcool ne dépasse pas 7 à 10 degrés.
Le volume consommé est de un à trois litres par jour et par personne, femmes et moines compris.
La bière est attestée dès le XIII°s.
L'écuelle, la coupe ou gobelet n'était pas d'usage individuel et les partager son était le symbole d’une grande convivialité.
Les jours de fête, la table est généralement recouverte d'une nappe blanche.

Posté par Puystory à 00:01 - Cité Médiévale - Commentaires [1] -

Le Rôle de l'église au moyen-âge.

Cité Médiévale 054

Au Moyen Âge, la plupart des habitants de la France sont des chrétiens.
Ils croient qu’il y a une autre vie après la mort et qu’ils seront jugés.
Les bons iront au paradis, les mauvais seront condamnés à l’enfer.
L’église est riche : elle possède de vastes domaines et le peuple lui verse un impôt, "la dîme" et reçoit également des dons des fidèles.

Cité Médiévale 034

L’église a un grand rôle dans la société : elle enseigne, soigne le peuple, accueille les pauvres et les voyageurs.
Un hospice destiné à l’accueil des patients et des pèlerins jouxte la chapelle.

Puy du Fou 2011 - 0927

Au Moyen-Âge, soigner les malades était en effet un acte de charité qui incombait à l’église.

DSC_1946

La porte, surmontée d’une tête de mort, rappelle aux hommes leur fin prochaine et aux malades l’incertitude de leur sort.

Posté par Puystory à 00:32 - Cité Médiévale - Commentaires [0] -