Puy Story

Histoire d'une région.

Un discours prémonitoire.

 

Puystory144

Voici le discours d'accueil prononcé le 3 décembre 1977 par André COUTAND, maire des Epesses à l'époque, lors de l'illumination du château du Puy du Fou qui allait être l'élément déclencheur de l'aventure Puyfolaise.
Après 40 ans, ce texte n'a pas prit une ride.
Il ne faut que changer le nom du spectacle de "Ce soir la Vendée" en "Cinéscénie". …//…

Puystory_05309

Il me semble que si les murs qui nous entourent pouvaient parler, ils frémiraient d'aise en pensant que les grands moments d'autrefois allaient revivre.
Preux chevaliers s'en allant à la guerre ou noce villageoise dansant une gavotte dans l'enceinte du château et même à sa périphérie.
Il me semble que si les bâtisseurs de ce château qui dorment çà et là aux alentours de leur dernier sommeil revenaient ce soir, ils remercieraient les baladins modernes qui ont permis que ce coin historique de la haute Vendée revive et continue à être le témoin de ces hommes et ces femmes que l'on a surnommés les Géants et dont nous, les descendants pouvons être fiers.
Mon propos n'est pas de vous présenter le destin de ce château, ni de vous dévoiler la trame du spectacle qui se déroulera l'été prochain, avec pour titre "Ce soir la Vendée" d'autres plus qualifiés que moi vont le faire.
Nous aurons un avant-goût de ce spectacle en regardant tout à l'heure le bouquet final et nous finirons, comme tout bon Vendéen qui se respecte, par le verre de l'amitié.
Je ne voudrais pas terminer avant de dire encore merci.
Merci aux nouveaux propriétaires : préfecture et conseil général car sans eux nous ne serions pas là ce soir.
Merci à d'autres personnes, beaucoup d'autres personnes dont je tairai volontairement les noms de peur d'en oublier.
Ce sont les créateurs du spectacle, les metteurs en scène, les artificiers que l'on va voir œuvrer tout à l'heure, les artistes qui sont venus de Paris et d'ailleurs en un mot tous les organisateurs du spectacle :
"Ce soir la Vendée".
Je peux dire qu'ils ont réussi dans la première partie de leur programme car ils nous ont communiqué leur foi et c'est pour cela que nous sommes là ce soir.
Merci encore aux responsables de l'association qui ont accepté la charge de la mise en route du spectacle malgré le travail supplémentaire que cela pose.
Merci enfin à vous tous qui êtes venus ce soir et qui demain serez figurants, spectateurs, ou invités.
Vous serez notre meilleure publicité.
C'est vous, qui porterez chez vous et autour de chez vous le témoignage qu'il se passe en ce coin de Vendée quelque chose de beau et de jamais vu et l'on viendra de loin, de très loin même, et je vous propose de nous retrouver tous le 16 juin 1978 date de la première représentation du spectacle d'art et d'histoire :
"Ce soir la Vendée".

img647mod2

André COUTAND

Posté par Puystory à 20:19 - Divers - Commentaires [2] -


Nouvel an..

Puystory_4877

Puystoriennes, Puystoriens, Puyfolaises, Puyfolais et .. futurs visiteurs du Puy du Fou et de Puystory....
je vous souhaite un très bon réveillon avec une très bonne glissade en douceur vers 2018.
Merci à vous pour cette très bonne année 2017....

Puystory_4388

Vous donne rendez-vous en 2018 pour de nouvelles histoires....
Bisous à toutes et tous !!!

Posté par Puystory à 13:47 - Divers - Commentaires [1] -

Ouverture des huîtres

PUY_6165

Vous voilà devant votre panier d'huîtres, savourant déjà ce goût naturel incomparable, mais avant la corvée de l'ouverture s'impose.
Voici quelques conseils et techniques pour que cela ne soit plus une corvée.
Tout d'abord équipez vous d'un bon couteau à huîtres (à lame courte et pointue, si possible sans garde mois cela dépend des goûts).
Pour les droitiers, positionnez l'huître dans la main gauche, l'arrière vers vous et la partie plate au-dessus.
Pour les gauchers, placez dons la main droite, l'avant vers vous, toujours la partie plate au-dessus.
Introduisez la lame en forçant sur le côté de l'huître, à un peu plus de la moitié de l'huître (vers l'avant) afin de tomber sur le nœud.

PUY_6166

Une fois la lame introduite, sectionner le nœud, puis racler la coquille du dessus et finalement ôter la coquille supérieure.
L'ouverture des huîtres plates est plus difficile car le nœud est situé plus au milieu de l'huître.
Dans ce cas, il faut l'ouvrir par la charnière, en faisant levier entre les deux coquilles pour faire sauter le dessus.
Pour tous ceux que l'ouverture des huîtres rebute encore, il existe des couteaux spéciaux qui permettent de casser le bord de l'huître pour couper le nœud sons effort.
Les plus fortunés pourront même employer les services d'un écailler qui fera cela très bien.
Les huîtres avec un fil d'ouverture sont à déconseiller, car le processus de mise en place de ce fil fatigue l'huître et altère sa qualité.

IMG_3052

Posté par Puystory à 21:19 - Divers - Commentaires [1] -

La Petite Fetelière

Puystory_11608

http://www.petitefeteliere.fr/

Posté par Puystory à 13:58 - Divers - Commentaires [2] -

Un peu de spectacle.

Puy180600477mod1

Puystory_6695

Puystory_4451mod1

Puystory_3840

Puystory_5034

Posté par Puystory à 00:01 - Divers - Commentaires [1] -


Un peu de spectacle 2

PuyStory 2011 Aout 4019mod1

PUY_1913

PUY_6441mod1

PUY_2858mod1

PUY_9314

Posté par Puystory à 00:01 - Divers - Commentaires [1] -

Le Roman de La Durbelière, une grande fresque historique

img559

Etudiant en Histoire, passionné par les guerres de Vendée et la Littérature française depuis l’enfance, Armand Bérart nous livre une fresque historique romancée, celle de la famille de Rorthais.
Le premier volet de cette œuvre inspirée nous entraîne dans ces dernières années d’Ancien régime qui bouleversèrent le destin de cette famille poitevine…
À travers ce récit haut en couleur c’est le rêve d’une époque à jamais révolue, faite d’Honneur et de Panache, que l’auteur nous fait partager.
Publié aux éditions Pays et Terroirs, à Cholet, Le Roman de La Durbelière (format 15,5 x 23 cm, 450 pages) peut être commandé dès à présent.

Liens pour la commande du livre :

Leslibraires.fr
ou via
Amazon

Posté par Puystory à 15:22 - Divers - Commentaires [0] -

Vent de Galerne et le Puy du Fou.

img112

Vent de Galerne est un film qui a été tourné 1989 pour une durée de tournage de 10 semaines.
Nous avons vu aussi précédemment, que le village où se déroule l'action a été reconstitué (en 60 jours) au Puy du Fou.
Pour les scénes en intérieur, 3 maisons seront construites et équipées pour pouvoir accueillir le matériel technique

img093mod1

Un large description se retrouve sur www.puystory.net (Village 18ème).
D'abord appelé "Puy de Galerne", il prendra quelques années plus tard le nom de "Village 18ème".
Ce film, né de la volonté et de la ténacité d'un producteur Claude NEDJAR, n'a malheureusement pas eut le succès escompté.
Et pourtant, le producteur avait su convaincre toute une région de l'intérêt de son projet.
La région avait répondu présente et avait mis en place diverses structures afin d'apporter huit millions de francs sur les trente-cinq prévus au budget.

10517598_10152539875982649_5606934768369659538_oPhoto : Christophe Dagobert

Le producteur avait aussi réussi à décider le Canada à coproduire le film et à persuader une compagnie américaine, la Twentieth Century Fox à le distribuer à travers le monde (27 pays) pour 1.500.000 spectateurs espèrés.
Ce producteur a voulu replonger les vendéens dans leur histoire.
A ses côtés, un réalisateur : Bernard FAVRE.
L'histoire, est basée sur un ouvrage d'André GUILLOTEAU :
"Sous le Vent de Galerne".

img482

Ce film retrace "un moment" de l'histoire de Vendée.
Il n'a nullement la prétention de vouloir exprimer sur ce que furent les Guerres de Vendée, période de drame et d'horreur.
Laisserons aux historiens le soin de se pencher sur la manière dont sont relatés les aspects historiques de cette époque.
Mais l'important pour ce film n'est-il pas d'avoir mis en lumière une page de notre histoire bien souvent oubliée... par les autres. 
Voici un résumé du film :

VdG 04Photo : Bernard Favre

En ce printemps 1793, un méchant vent de galerne semble souffler de Paris sur la vieille province de l'ouest, la Vendée.
Pourtant, ses représentants aux Etats Généraux en 1789 avaient porté à Versailles des cahiers de doléances aussi revendicateurs et chargés d'espoir que ceux de tout le pays.
Pourquoi donc quatre ans plus tard tout a-t-il tant changé ?...
Dans le bocage vendéen, la chasse aux prêtres réfractaires a commencé.
Coupables d'avoir refusé le serment de fidélité à la République, ils sont désormais traités en hors-la-loi et traqués.
Au village, la Garde Nationale fait brusquement irruption chez le forgeron, André Bluteau.

VdG 24Photo : Bernard Favre

Le jeune homme est soupçonné de cacher l'ancien curé réfractaire de la paroisse "Pancrace".
Alors que l'annonce de la mort du roi se répand comme une traînée de poudre en Vendée, d'autres bruits inquiètent les paysans : la jeune République est, paraît-il, menacée aux frontières et fait appel à ses fils pour repousser l'envahisseur prussien et autrichien.
Elle décrète la levée en masse d'une nouvelle armée.
Chaque village devra fournir un contingent d'hommes.
Dans la région, c'est la consternation... et la colère.

img113

André, le premier, va redresser sa faux et en faire le symbole de la révolte.
Pour échapper à une conscription injuste parce qu'elle ne frappe que les plus humbles, André et ses compagnons, rejoints bientôt par d'autres villages, vont se rendre au chef-lieu pour y brûler les registres paroissiaux et faire ainsi disparaître les listes de conscription.
Mais la manifestation dégénère rapidement et tourne en insurrection : effractions, destructions, viols entachent cette journée.

img116Photo : Bernard Favre

Le cycle de la répression se met inexorablement en marche.
Pris dans l'engrenage, André entraîne ses amis dans les bois qui désormais leur servent de refuge.
La vie se réorganise clandestinement : le prêtre réfractaire officie dans une église de genêts, les paysans improvisent une armée : la leur.
Farouches et déterminés, les Vendéens, dans leur bon sens paysan, se savent incompétents dans l'art de la guerre.

VdG 19Photo : Bernard Favre

Ils vont donc dénicher et forcer les nobles dont la guerre est le métier à devenir leurs chefs et à épouser leur cause.
Delouche, un bourgeois qui les a rejoints, propose d'aller trouver le Chevalier de Charette.
André découvre alors un autre monde : celui des bals, des festivités, de l'insouciance avant le combat.
A son ralliement, le Chevalier impose deux conditions : se procurer des armes et cesser les exactions.
Avec les moyens du bord, l'aide et les conseils d'un compagnon horloger, les villageois fabriquent trois canons.

Panorama 20Photo : Bernard Favre

L'heure est venue de passer à l'action.
Le village au complet se met en marche pour rejoindre la troupe de Charette.
Soudain, des coups de feu éclatent, des corps tombent.
Les Bleus ont tendu une embuscade et encerclent le village.
Les combats sont violents et inégaux.

img114Photo : Bernard Favre

Les Républicains réunissent les survivants, les enferment dans l'église à laquelle ils mettent le feu.
Aux cris de désespoir peu à peu succède un chant religieux...
Mais que toutes les cloches de toutes les Vendées ne cessent plus jamais de sonner les libertés promises et pour les quelles la Vendée sera toujours debout.

Posté par Puystory à 00:05 - Divers - Commentaires [1] -

Le Puy du Fou (Un rêve d'enfance).

img386

Sur une petite colline abandonnée des hommes, enfouie dans l'oubli, un jeune homme dépose son rêve d'enfance.
Très vite, il se heurte à des difficultés qui paraissent insurmontables.
Toutes les conditions sont réunies pour l'échec.
Le 16 juin 1978, la colline va s'embraser La Cinéscénie du Puy du Fou est née. Puis le Grand Parc de l'Histoire de France, la Cité nocturne, etc..
Le Puy du Fou va devenir un fleuron français, un haut-lieu de la mémoire vivante.
Au fil d'un récit haletant, Philippe de Villiers révèle comment les obstacles furent avalés.
Il raconte la genèse d'un succès foudroyant qui a porté, en quelques décennies, le Puy du Fou sur le toit du monde.
Aujourd'hui, depuis Los Angeles, les oscars et récompenses pleuvent.
De nombreux pays, de l'Espagne à la Chine, sollicitent le Puy du Fou pour mettre en valeur leur culture, leurs racines.
"Chacun veut son Puy du Fou".
C'est toute cette histoire improbable que raconte Philippe de Villiers.
Et il s'interroge en conclusion :
"Pourquoi donc le Puy du Fou connaît-il une telle longévité ?
Pour trois raisons : l'idée ne s'est pas affadie, le feu créatif ne s'est pas éteint et nous avons gardé nos ferveurs".
Le Puy du Fou est une œuvre humaine, fragile, qui n'est pas tout à fait dans la main des hommes.

Récit des 40 ans du Puy du Fou sur 308 pages pour 16,00€
Auteur : Philippe de Villiers
Langue : Français
Puy du Fou Editions

Posté par Puystory à 00:01 - Divers - Commentaires [2] -

2017... Année des anniversaires

Puystory657mod1Capture

Posté par Puystory à 22:38 - Divers - Commentaires [1] -