Puy Story

Histoire d'une région.

Il était une fois ..... la Bataille du Donjon (2000-2010)

Donjon 054

Les événements que nous allons vous raconter se sont déroulés ici, pendant l’été 1429.

Donjon Imaginaire 10

Sur ces hauteurs, là d’où l’on pouvait épier l’horizon hostile, se dressait un véritable chef d’œuvre d’architecture militaire.
Conçu par des soldats, on le sentait né pour la guerre, à la fois forteresse, refuge, et magasin.

Donjon 050

Pendant que le France se libérait de l’occupant, et que Guyon du Puy du Fou était parti accompagner Jeanne d’Arc à Orléans.

Posté par Puystory à 00:49 - DONJON - Commentaires [1] -


Taluté

Donjon 020

Terme de maçonnerie "Taluté".
C'est un ouvrage dont la base est renforcée par une certaine inclinaison par rapport à la verticale.

Puy du Fou 2011 - 9761

Ce procédé était destiné à améliorer la stabilité du mur et à le rendre l'édifice plus résistant.
Les murs talutés permettaient le ricochet (vers l’horizontale) des projectiles lâchés depuis les mâchicoulis qui balayaient ainsi la base du rempart.

En architecture, la partie inclinée du mur s’appelle le fruit.

Posté par Puystory à 00:06 - DONJON - Commentaires [1] -

La Bataille du Donjon. *

Pano__41_

Né sous "Spectacle équestre" en 1989,  il prendra en 1996 le nom de "Fête de Chevalerie".
Le spectacle évoluera pour devenir en 2000 "La Bataille du Donjon".
Pendant ce spectacle, près du château du Puy du Fou, le visiteur reprenait l'histoire en marche sur les traces des Chevaliers de l'ancien temps.
Il présentait à l'origine, des cascades et des figures équestres de l'époque médiévale.

PanoPuydufou_20

En 2000, l'apparition du Donjon de 20 mètres de haut (100 tonnes, mobile grâce à une base similaire au pas de tir des fusée Arianne) ouvre une fenêtre sur  un épisode de la guerre de cent ans.
Et que dire des petites querelles entre le Bouffon et le Maître Canonnier du Puy du Fou.

Panorama 85

L'année 2010 est signe du renouveau.
Le spectacle "Le Secret de la Lance" ouvre la porte sur l'histoire avec des moyens techniques hors du commun avec un rempart escamotable de 50m de long sur 8m de haut.

Posté par Puystory à 00:47 - DONJON - Commentaires [0] -

le trébuchet

SH100762

Le trébuchet fait partie des pièces d’artillerie  médiévales dites à contrepoids.
Il fait son apparition au Moyen Orient dans la première partie du XIIe siècle.
Introduit en France dans le courant du même siècle, son utilisation a perduré jusqu'au XVIe siècle.
Son nom vient de l’occitan (langue romaine d'Europe) trebucca qui signifie :

"Qui apporte des ennuis".

Il est fait d’un assemblage liant une verge à un contrepoids articulé appelé aussi huche.
Le trébuchet fonctionne comme une énorme fronde.
Le levier est tendu à l'aide d'un treuil.
On place ensuite la fronde dans une glissière.
Un boulet de pierre est disposé dans la poche.

PuyStory 2011 Aout 3088

Lorsque d'un coup de maillet on libère le levier, le contrepoids s'abaisse brusquement.
Le levier s'élève alors comme un bras gigantesque qui propulse la fronde et projette le boulet vers les remparts.
Ces énormes pierres qui frappent les murailles dans un bruit terrible finissent par ouvrir d'importantes brèches.
Il fallait plus de cent hommes pour manipuler une telle machine de guerre ... pour seulement 1 à 2 coups à l'heure.
Les boulets pouvaient aller jusqu'à 100 kg et être projetés à 200 mètres environ.
Il arrivait qu’au lieu des boulets, des cadavres soient également envoyés vers les assiégés.
Au repos, le trébuchet était en position vertical, le poids se trouvant au dessous.
Les hommes devaient, à l'aide de cordes et de treuil, ramener le trébuchet en position horizontal afin de permettre aux chargeurs de placer dans la poche le projectile.
Une fois fait, on faisait sauter la cheville de retenue du treuil et le poids, en redescendant, faisait basculer la verge vers l'avant et le projectile partait en direction de l'ennemi.
Ce type d'engin était aussi bien utilisé par les assiégeants que par les assiégés.

Posté par Puystory à 02:48 - DONJON - Commentaires [0] -

La licorne

SH108954

Le spectacle est aussi dans le détails.

Licorne

La licorne (Grec : Μονόκερως, Latin : Unicornis) est un animal mythique ayant le corps et la tête d'un cheval avec une corne torsadée unique au front.
La licorne est un symbole de puissance, de pureté et de chasteté.
On retrouve sa trace dans le Chine médiévale où elle était tout comme le dragon un animal vénéré et approprié à la royauté asiatique.
En Occident, au début de l'ère Chrétienne, la corne de la licorne symbolise aussi l'épée de Dieu.
Les nobles Chevaliers qui partaient en croisade voyaient en la licorne l'image de la chasteté et la fidélité.
Ce qui leurs permettaient de partir l'esprit tranquille.
On retrouve aussi le passage de la licorne dans certains manuscrits de l'Empire musulman, le symbole ici représente l'attachement de toute unité réuni avec le Lotus symbole de la pureté.
Tous deux réunis dans la plus parfaite symbiose permet l'entrée au Nirvana.

Posté par Puystory à 00:14 - DONJON - Commentaires [1] -


Origine de la guerre de cent ans

SH100817

En 1316, les femmes étant écartées de la succession royale, Philippe V, deuxième fils de Philippe le Bel, succède à Louis X, son frère aîné.
En 1328, la lignée des rois capétiens s'éteint à la fin du règne de Charles IV, troisième fils de Philippe le Bel.
Seul prétendant de la lignée masculine, Philippe de Valois est le neveu de Philippe le Bel.
Le roi d'Angleterre Edouard III, fils d'Isabelle (la fille de Philippe le Bel) et du défunt roi Edouard II, et Philippe VI, époux de Jeanne de Navarre (la fille de Louis X), sont les deux prétendants au trône par la lignée féminine.
Les nobles français choisissent Philippe VI de Valois, homme mûr, «né du royaume»; Edouard III, dont le pouvoir est encore chancelant, prête sans difficultés hommage pour ses fiefs français en 1329, réservant ses prétentions dynastiques comme arme diplomatique dans les affaires de Guyenne.
En 1333, les négociations ont presque abouti, mais Philippe VI lutte pour intégrer l'Ecosse au traité.
Edouard III, pour surmonter ses difficultés, cherche de nouveau à conquérir le trône de France, qu'il revendiquera officiellement le 7 octobre 1337. 

Secret_de_la_Lance_2010___233

Posté par Puystory à 11:00 - DONJON - Commentaires [0] -

la quintaine

SH100766

Terme employé au Moyen Âge.
La quintaine est un mannequin destiné à entraîner les chevaliers.
Ce mannequin est composé d'un pieu (planté dans le sol) et d'un écu accroché sur le haut.
Pour transformer cet entraînement en divertissement, on accroche un bras articulé sur le dessus du pieu.
Sur ce bras articulé pend une lourde masse accrochée à une chaîne.
Le chevalier, sur son destrier, doit toucher l'écu au galop.
Le bras articulé tourne et la masse doit être esquivée par l'effacement du chevalier qui se couche sur l'encolure du cheval. Les moins vifs peuvent aussi parer le coup avec leur propre bouclier. S'il manque la cible... rien ne se passe, hormis les clameurs désapprobatrices de la foule.

SH100784

Posté par Puystory à 18:00 - DONJON - Commentaires [3] -

La guerre de cent ans

300px_Cr_cy_jean_froissard

La guerre de Cent Ans couvre la période de 116 ans (1337 à 1453) pendant laquelle s’affrontent la France et l’Angleterre lors de nombreux conflits, entrecoupés de trêves plus ou moins longues.
La guerre commence lorsque Édouard III d’Angleterre envoie un défi (déclaration de guerre) au roi de France Philippe VI de Valois.
Le traité de paix définitif, signé le 29 août 1475 à Picquigny en Picardie, en marque officiellement la fin.
Cependant, on retient plutôt l'année 1453, date à laquelle les Anglais sont totalement chassés de France (sauf Calais).

Posté par Puystory à 18:00 - DONJON - Commentaires [0] -

le blason anglais

Son origine est le blason normand suite à la conquète de l'Angleterre par le duc Guillaume de Normandie.
Le léopard héraldique est souvent confondu avec le lion car il est représenté comme lui avec une crinière et un pelage non tacheté. Il se distingue du lion car représenté "passant", c'est-à-dire marchant sur trois pattes, la quatrième dressée, corps de profil, la tête de face et la queue redressée vers l'extérieur et non retombant sur le dos, comme pour le lion.
Il y a d'autre positions du léopard dites lioné ou rampant, comme le lion.
Cependant il se distingue toujours du lion par la position de la tête et de la queue.

Donjon___425

Lors de la bataille du "Donjon", les attaquants anglais sont reconnaissables à leur drapeau arborant 3 léopards sur fond rouge.
Mais d'où viennent ces couleurs ?

Blason_anglais

Le blason de l'Angleterre est formé par un unique champ de gueules avec trois léopards passants d'or armés d'azur.
Le blason de l'Angleterre fut introduit par le roi Richard Ier durant la dernière décennie du XIIe siècle, il prend exemple sur celui du duc de Normandie.
Les trois léopards pourraient être les deux léopards d'or sur fond rouge de la Normandie, ajoutés au léopards d'or sur fond rouge d'Aquitaine, deux duchés sous possession anglaise.
Le blason de l'Angleterre est présent dans les armoiries du monarque britannique au même titre que celui de l'Écosse et de l'Irlande du Nord.

Posté par Puystory à 18:00 - DONJON - Commentaires [1] -

Les Chevaliers

SCAN0951

Face au château du Puy du Fou, la chevalerie médiévale et Renaissance a retrouvé ses droits.
Sur les traces de Renaud du Puy du Fou, la mémoire embrasse la geste des tournois anciens.
Le galop des chevaux rythme les évolutions des cavaliers.

Bourg_11

Joutes, cascades, chatoiement d'étoffes, le feu des étendards, passes d'armes, esquisses, sauts,voltiges vous transposent au centre d'un tournoi de chevalerie.
Dans la lice, l'agilité est de mise autant que le courage et le spectacle est ... total.

17132239

Posté par Puystory à 18:18 - DONJON - Commentaires [0] -