Puy Story

Histoire d'une région.

Souvenirs de Dame Catherine du Puy du Fou (2/3)

Puystory_01675

François 1er reçoit Catherine du Puy-du-Fou.
La servante entre à pas feutrés dans la chambre où repose Dame Catherine...
Elle s'approche doucement du grand lit, écarte les rideaux damassés...
Personne...
Un petit rire moqueur la rassure.
Catherine est bien là, assise devant un vieux coffret.
Devant elle, les précieuses reliques de son Passé... des boucles de cheveux, des fleurs séchées, des bagues, des épingles et puis... un collier... le collier de Saint-Michel que le Roi remit à François, son premier époux, un beau jour d'Août 1537.
Catherine revoit le messager apportant l'invitation royale...
Comme elle était fébrile en veillant aux préparatifs du voyage !
Pensez-donc...
Se rendre à la Cour...
Affronter les routes durant plus de trois semaines... !
Mais, les soucis, elle les a oubliés...
Seule son arrivée au château de Fontainebleau s'impose à sa mémoire...
La litière s'avance lentement sur la chaussée de Maintenon qui borne les eaux de l'étang où, parmi des nénuphars roses, glissent des cygnes nonchalants.

Puystory_02174

Soudain, des trompettes résonnent, saluant les nouveaux venus au château.
Catherine et François franchissent la porte d'Orée, pénètrent dans la cour du Donjon et leurs yeux s'émerveillent...
Disparues les lourdes masses féodales, envolés les murs austères et froids...
Ils ne voient que constructions ajourées, fenêtres qui s'ouvrent à la lumière et à la chaleur du soleil...
Les valets se précipitent...
Sa Majesté attend ses invités dans la Galerie...
La fameuse Galerie... !

Puystory_02196

Le Roi, entouré de sa Cour, s'avance vers eux.
Catherine se sent gauche et maladroite.
Comme les robes des dames sont somptueuses... !
En velours, en satin, en toile d'or frisé... !
Et comme les couleurs sont chatoyantes... !
Rouges, vertes, violettes... !
Elle n'ose penser à sa garde-robe stricte et sombre de petite provinciale...!!

Puystory_02209

Avec un plaisir non feint, le Roi accueille François, son compagnon des bons et des mauvais jours italiens... Mais son œil qui s'allume laisse à penser qu'il n'est pas indifférent au charme de la belle Dame du Puy-du-Fou...
Le regard noir que lui jette une des dames de la suite royale en est la preuve !
Ce regard jaloux serait-il celui de l'insolente favorite, la blonde Madame d'Etampes ?
Mais Catherine oublie bien vite cette déplaisante impression tant elle est éblouie par la splendeur de la galerie où elle se trouve...
Devant le plafond cloisonné soutenu par des caryatides de faunes grimaçants et de nymphes gracieuses, devant les murs ornés de guirlandes enchevêtrées de fleurs et de fruits, devant la profusion des couleurs, Catherine évoque son lugubre château dont les seuls ornements sont de tristes tapisseries usées par le temps...
Toute à ses pensées, Catherine entend à peine le Roi lui proposer de prendre un peu de repos.
C'est avec reconnaissance qu'elle accepte, car en ce mois d'Août, la chaleur est accablante et, malgré le confort de la litière tirée par quatre robustes chevaux, la poussière et les cahots de la route ont rompu son corps.

Puystory_05434

Enfin, Catherine et François se retrouvent seuls dans leur appartement où une collation les attend : des fruits, des confitures, des brioches, des dragées..
Mais bien vite, une servante pimpante et gaie apparaît.
Elle apporte des linges de toilette, des miroirs, des pots à éponges, des pelotons de satin pour les épingles, des étuis serrant des peignes.
Elle propose aux deux voyageurs d'aller se détendre dans l'Appartement des Bains.
Intimidés et éblouis, ils admirent longuement cette enfilade de salles d'eau, de pièces de repos et d'étuves.
Aux murs, pour le plaisir et le délassement des yeux, ce ne sont que tableaux, notamment ceux de ce Maître Léonard que le Roi ramena d'Italie, avec ses mystères et ses étranges inventions.
N'avait-il pas imaginé de faire marcher les hommes au fond des eaux et même de les faire voler ?
Catherine prolonge sa visite, charmée, irrésistiblement attirée par ce portrait de femme qui lui sourit avec une tendre douceur.
Avec regrets, elle s'arrache à sa contemplation et, toujours escortée de la petite servante, regagne sa chambre.
Avant de se préparer pour le souper et le bal, la châtelaine du Puy-du-Fou se penche à sa fenêtre.

Puystory_01454

Dans la cour du Donjon, la colonne d'Orée illumine le crépuscule grâce au flambeau qui brûle à son sommet ; au-delà, l'Etang des Carpes s'étale paresseusement dans le soleil couchant et, plus loin encore, s'effilochent les frondaisons de la forêt où, demain, elle ira courir le cerf avec toute la Cour... 
Une porte s'ouvre...
Une petite servante s'avance...
Il faut que Madame s'allonge et prenne ses potions...
Catherine reprend brutalement pied dans la réalité.
Les belles images de Fontainebleau s'estompent... pour un temps...
Un jour prochain, elles revivront en sa mémoire.

Posté par Puystory à 00:01 - Histoire de château - Commentaires [0] -


Marie-Madeleine

Sainte_Marie_Madeleine

Dans les différents châteaux du Puy du Fou, une chapelle était consacrée à Marie-Madeleine.
Marie-Madeleine serait née en l'an 3 de notre ère et aurait été la fille de l'archiprêtre Syrus le Yaïrite, prêtre de David.
Marie Madeleine, soeur de Marthe et de Lazare, était d'une famille distinguée de Béthanie.
Marie avait reçu en héritage le château de Magdala, en Galilée, d'où lui vint le surnom de Madeleine (Marie de Magdala), et elle y vivait dans le luxe et les plaisirs au point qu'elle devint le scandale de toute la Galilée.
On ne la connut bientôt que sous le nom de la Pécheresse.
En punition de ses débordements, elle fut possédée du démon jusqu'au jour où le Sauveur l’a délivre des sept démons de Satan.
Comme d'autres disciples, Marie-Madeleine assiste au supplice de la crucifixion de Jésus et à sa mise au tombeau.
Peu de temps après, elle reçoit l'une des premières visites du Christ ressuscité.
Un texte apocryphe du codex de Berlin, écrit en copte à la fin du II° s., porte le nom de : Évangile de Marie.
Il s'agit d'un texte à caractère religieux comprenant un dialogue entre le Christ et Marie de Magdala et les autres disciples.
Selon les Questions de Marie, qui date de la fin du III° s., Marie-Madeleine est la partenaire privilégiée de Jésus.
Marie-Madeleine a été et est considérée par certains comme une incarnation du Féminin Sacré, représentant d'une certaine manière la Déesse-Mère, dont le culte s'étendait au Moyen-Orient dans l'Antiquité.
Au travers de mythes, de légendes et de symboles, un conte romanesque s'est élaboré autour d'elle et s'est répandu en Europe.

Posté par Puystory à 17:32 - Histoire de château - Commentaires [0] -

PRIMATICE - l'architecte du château du puy du Fou

Primatice___Autoportrait

Primatice part à 22 ans pour Mantoue, la cité de Frédéric II de Gonzague.
Il y devient l’assistant de Giulio Romano, l’un des plus puissants héritiers de Raphaël. En 1532, Primatice arrive comme substitut de Guilio Romano auprès de François Ier, à qui il présente les modèles de son maître pour la Tenture de Scipion l’Africain.
Le roi de France envoie alors Primatice à Bruxelles superviser la transcription de ces petits patrons à l’échelle définitive.
La destinée du peintre bolognais est dès lors liée à celle des derniers Valois.
Il retrouve à la cour de France un autre italien, Rosso Fiorentino, arrivé en 1530 sur la recommandation de l’Arétin. Fontainebleau est alors un centre artistique en pleine effervescence.
Sous la direction du Florentin, une vaste équipe d’artistes œuvre à la décoration de la galerie François Ier, tandis que Primatice est en charge de celle des appartements royaux.
La mort soudaine de Rosso en 1540 laisse le champ libre pour trente ans à Primatice. Primatice est un des maîtres incontestés de l’École de Fontainebleau, le premier à mettre en scène la Cour.
Il imagine fêtes et mascarades, multiplie les décors intérieurs (la Galerie Basse, l’Appartement des Bains, la chambre de la duchesse d'Étampes, le cabinet du roi, etc.) mais aussi dans le jardin du château de Fontainebleau (pavillon de Pomone, fontaine d'Hercule, grotte des Pins).
Le chantier de la galerie d’Ulysse s’ouvre dans les années 1540 et se poursuit au-delà de la mort de son concepteur, en 1570.
Au cours de séjours réguliers en Italie, il fait venir des œuvres antiques ou leurs moulages et importe les dernières inventions du maniérisme italien.
Sous le règne d’Henri II, les réalisations se multiplient dans le domaine de la sculpture funéraire (tombeau des Guise, urne du cœur de François Ier…), à Fontainebleau, il dirige Nicolò dell’Abate, dans la décoration de la Salle de Bal. Nommé surintendant des bâtiments, il consacre principalement ses dernières années au monument funéraire d’Henri II et à la rotonde des Valois à Saint-Denis.
Peintre du roi, à la fois dessinateur, sculpteur, architecte, Primatice fait évoluer l’art en introduisant en France le raffinement et le maniérisme italien, l'héroïsme épique (en référence permanente à la mythologie, dieux et héros) créant ainsi un style personnel, un style primaticien, dont l'influence va gagner toute l'Europe.

Posté par Puystory à 07:55 - Histoire de château - Commentaires [0] -

La foire médiévale

Au moyen-âge, le Puy du Fou était réputé pour accueillir une grande fête annuelle, d'une durée d'une semaine réunissant un nombre considérable de commerçants de tout genre et de toutes les contrées environnantes.
Cette foire, se faisant dans la plus pure tradition commerciale médiévale se tenait une la grande prairie au lieu dit :

"La Grange".

Gladiateurs140

"La Grange" situé à l'Ouest du Stadium et qui jouxte le terrain du Grand Parc.
(à droite lorsqu'on regarde le stadium depuis l'allée de défilement).
  Il est probable qu'elle s'étendait jusqu'au lieux dit :

"La forge"

Puy_2010___0072

"La Forge" correspondant à un espace situé entre La Halle Renaissance et le Grand Carrousel, abritant le spectacle "Mousquetaire de Richelieu".

Vous pourrez vous dire que probablement plusieurs siècles plus tôt, une grande foire se tenait en ce lieux.

dscf2717

Dans la campagne environante du Puy du Fou; il subsiste encore une porte datant des années 1400.

Posté par Puystory à 07:03 - Histoire de château - Commentaires [0] -

L'ordre Ionioque et corinthien

Donjon___241mod1

Lors de la construction du château renaissance, un retour vers l'antiquité est privilégié pour l'embellissement de la loggia.
Ces deux ordres sont ici représentés sur le donjon.
Sur la partie inférieurs, l'ordre ionique et sur la partie supérieur, l'ordre corinthien.
1. L'ordre ionique date des alentours de -560 et est le second ordre architectural apparu en Grèce.
Il semble originaire d'Asie (l'Ionie grecque).
Il est facilement identifiable par son chapiteau à volutes.
Cet ordre a pour caractère général la grâce et l'élégance.
L'ordre corinthien a été découvert aux alentours de 380 avant J-C.
Il est en premier lieu utilisé dans les parties secondaires des grands édifices.
2. L'ordre corinthien se caractère par un chapiteau décoré de deux rangées de feuilles d'acanthe.
Les Acanthes sont des plantes vivaces de la famille des Acanthacées.

Donjon___241mod2

Amis visiteurs, les concepteurs des spectacles du Puy du Fou ont le souci du détail.
Tous les décors sont inspirés d'une réalité historique.
Comme je le dis souvent à mes amis, au Puy du Fou, il y a les spectacles et les décors qui sont sous vos yeux.
A vous de prendre le temps pour les comtempler.

Posté par Puystory à 07:00 - Histoire de château - Commentaires [0] -


Les souterrains

Baloiseaux114

Sur les terres du Puy du Fou, les souterrains étaient nombreux.
Il partaient du "Vieux château" vers Mallièvre et Saint Michel ainsi que du nouveau château allant dans plusieurs directions.
Si ces souterrains servirent à abriter pour de courtes périodes des familles de paysans qui cherchaient à se protéger des exactions des troupes ennemies de passage dans la région, ils servaient aussi à entreposer la nourriture.
De nos jours, il est aisé de conserver les aliments grâce aux réfrigérateurs, mais au Moyen-Âge l’utilisation des souterrains servait pour aussi de caves.
On pouvait y trouver des cavités (grottes) dans les parois pour entreposer la nourriture. D’autres moyens de conservations étaient utilisés.
1. Le silos, vastes garde-manger, creusés dans le sol et tapissés en hivers de blocs de glace et recouvert d’herbes coupées où l’on entreposait de la viande, du poisson et des céréales.
2. Le sel était très recherché et se récoltait dans les marais salant.
Il servait à la conservation des aliments mais aussi comme "monnaie".
C'était "l'or blanc". Le mot SALAIRE représente l'importance du sel et de sa valeur.
3. Le fumage, cette technique permettait de garder du jambon.
La méthode est de suspendre le jambon dans l'âtre de la cheminée.
4. Le séchage ayant pour but d'enlever l'humidité afin que les aliments ne pourrissent pas.
5. Les pâtés : toutes les viandes (gibier) les poissons étaient fréquemment mis en terrines, par souci de bien manger mais aussi pour en assurer la conservation (entourer par une croûte).
6. Le sucre roux et miel consacrer à la préparation des fruits sous formes de confitures.
7. Les tonneaux pour la conservation des vins.

Posté par Puystory à 07:02 - Histoire de château - Commentaires [0] -

Résumé Sur l'histoire des châteaux du Puy du Fou.

SH109069DSC04372DSC02743

1ère période : De 50 Av.  JC  jusqu'au 5éme siècle présence d'une tour d'observation
2éme période : Du 5éme siècle jusqu'au 11éme siècle, fortification de la tour pour devenir  un château fort.

Donjon_Imaginaire_14SH109799

3éme période : 11éme siècle, construction du château (Donjon) situé sur la surface du spectacle des Oiseaux Fantômes.
A l'époque de  la construction de ce château, on retrouve la présence d'un dénommé Guillaume du Puy du Fou qui fut évêque de Poitier de 1124 – 1140.
Mais rien ne permet de lui attribuer la réalisation de l'œuvre.
Vers l'époque de 1140 on assiste à la naissance de la dynastie des Puy du Fou.
Ce vieux Château sera complètement détruit par les anglais en 1430.

Cin_sc_nie_mod013R_alisation_pour_blog001DSC03497

4éme période : En 1432 construction d'un nouveau château fort.
Guy II du Puy du Fou reçoit du Roi Charles VII les fonds nécessaires pour les travaux.

5éme période : En 1540, François II, transforme le château fort en château renaissance.

1548 voit la fin du gros œuvre du logis principal ainsi que le décès de François II le 17 juillet 1548.
1559 Catherine de Larochefoucauld  et René Ier reprennent les travaux de décoration intérieure.
1566 Mort de René 1er et construction de l'aile gauche.
1578 Mort de Catherine de Larochefoucauld et FIN des travaux.
L'aile droite du château ne sera jamais construite et les matériaux consacrés à la réalisation serviront à agrandir l'église des Epesses (2 chapelles latérales et agrandissement de l'extrémité de l'église derrière l'autel au fond du cœur (Chevet)).

*****

1642 Mort de René II du Puy du Fou (Dernier de la dynastie à avoir vécu dans le château).
1659 Gabriel du Puy du Fou vend le château et décède le 05 juillet 1659 entrainant avec lui la fin de la dynastie des Puy du Fou.
1794 Entre le 26 et 30 janvier, mise à sac et incendie du château par la colonne de Boucret.
Colonne sous les ordres du Général Turreau.

En 1977, une nouvelle aventure commence pour le château, mais c'est une autre histoire....

Posté par Puystory à 07:26 - Histoire de château - Commentaires [1] -

La fin du château

PanoNuit_02

Gabriel du Puy du Fou, fils de René II résidant entre Paris et Pescheseul va commencer à vendre les terres qui avaient donné un nom célèbre à une famille.
En 1659, peu de temps avant son décès, il vent la totalité des  biens qui passeront de mains en mains jusqu'en  1977.
Date à laquelle, il devient la propriété du Conseil général de la Vendée.
En 1794, la colonne de Broucret, une des nombreuses colonnes du Général Turreau, incendie le château.
En 1949, le château est vendu aux enchères et devient propriété de Maître Louis Savard (notaire à BRESSUIRE).
Il rétablit l'étang à la place qu'il occupait au pied de la terrasse.
La cour d'honneur est réhabilitée et une partie du bâtiment est remis à neuf pour y être habités.
En 1962, le château sera, Louis Savard, sous l'impulsion de  classé comme monument historique.
Le 13 juin 1977, un jeune homme de vingt-sept ans frappe à la porte de l'aile gauche du château et Gustave, le régisseur, lui ouvre la porte de ce qui deviendra la toile de fond du plus beau spectacle au monde (la cinéscénie).

Panorama_19

A la lecture de l'histoire des châteaux du Puy du Fou, j'aurai au final de la Cinéscénie aussi une pensée pour les hommes et les femmes qui ont écrit les pages du Puy du Fou.

Et vous ??

Photos et synthèse par C. SERVAIS. Sur base de l'historique d'Eugène Deriez. Publication complète sur www.Puyfolonaute.com

Posté par Puystory à 04:40 - Histoire de château - Commentaires [1] -

de 1577 à 1642

Chateau_0021

En 1577, Catherine de la Rochefoucauld n'est plus de ce monde, son fils Gilbert n'a que 15 ans et est sous la tutelle de Euzèbe du Puy du Fou grand-oncle paternel.
Nous sommes dans une période des guerres de religion et l'intérêt pour le château Renaissance est remis à plus tard.
Devenu majeur, Gilbert passe son temps, avec ses troupes, à la guerre contre les protestants et contre les ennemis du roi et ce fait, il n'a plus un sous à consacrer au château.
En 1581 il épouse Philippe de Champagne et de Chasteaubriant, qui quitte définitivement le Puy du Fou en 1589 pour s'installer au château de Pescheseul. Château construit sur le modèle de celui du Puy du Fou.

Ouvrons ici une parenthèse.
Le château de Pescheseul est toujours habité de nos jours.
Mais de grâce ne déranger pas le châtelain, ce château  a subit de profondes transformations et ne ressemble plus à ce qu'il était en 1540.
De plus il n'est pas classé et donc pas visitable.
Fermons la parenthèse.

En 1597 Gilbert quitte ce monde en laissant son fils de 10 ans : René 2
En 1609, René 2 revient vivre au château de Puy du Fou.
Ayant été écarté de la Cour par le cardinal de Richelieu et devant faire face aux créanciers, il prend la décision d'abandonner définitivement les travaux.
Seuls des aménagements seront opérés sur le côté médiéval restant du château. 
Disparition  du pont-levis et le comblement des fossés.
Mais alors que faire des matériaux excédentaire ???
On va agrandir l'église des Epesses.
En 1642 et René II du Puy du Fou meurt et fut le dernier des Puy du Fou à habiter en ce château.

Photos et synthèse par C. SERVAIS. Sur base de l'historique d'Eugène Deriez. Publication complète sur www.Puyfolonaute.com

Posté par Puystory à 07:27 - Histoire de château - Commentaires [0] -

l’échauguette

Secret_de_la_Lance_2010___161

Au XIVe au XVIe siècle, l’échauguette (ou eschauguette, eschargaite ou escharguettes, escargaite, eschelgaite, esgaritte, garite, pionnelle, maisoncelle, centinelle, hobette) désignait la sentinelle.
Le terme désigne aussi une petite construction destinée à abriter, dans un château fort, le veilleur.
Cette petite tourelle qui couronne le décrochement d’un mur de fortification ou les coins d’une tour carrée et permettant de surveiller les abords.
Elles sont couvertes et munies d’une saillie sur un angle, le long d’une courtine, de manière à offrir un flanquement (Angle de tir ou de vue) destiné à faciliter la surveillance.
La base s’appelle "Cul-de-lampe" et possédait un mâchicoulis. Les défenseurs pouvaient ainsi laisser tomber des pierres verticalement.

Posté par Puystory à 07:37 - Histoire de château - Commentaires [0] -