Puy Story

22 février 2017

Bal des Oiseaux Fantômes au Puy du Fou.

PUY_5968

PUY_5983

PUY_6102

Puystory_1283

Puystory_1393

Puystory_1352

Puystory_1193

Puystory_1468

Posté par Puystory à 00:10 - -


20 février 2017

Au temps de l'an Mil.*

PUY_4818

Ces temps-là étaient précaires.
Beaucoup de turbulences guerrières surgissent, avec en particulier, les raids des "Hommes du Nord", les NORMANDS, qui vont tenir le bas Poitou sous leur menace pendant un bon siècle et demi.
Au Xème siècle l'ensemble de la France est recouvert de forêts.
Les routes n'existent pour ainsi dire plus.
Les transports se font par voie d'eau ou à dos d'homme.
Quelques clairières çà et là rassemblent les groupes humains.
Les peurs ancestrales de l'humanité ressurgissent, plus vives que jamais : la famine, la maladie, la guerre ...

PUY_4885

Alors les villages se resserrent frileusement derrière les palissades, à l'ombre des hauts donjons de bois.
De profondes mutations politiques et sociales vont voir le jour en France à cette époque, et se développer petit à petit.
C'est ce qu'on appelle la féodalité.
Puisque le pouvoir central est incapable d'assurer la paix, ce sont les "grands" dans chaque région, dans chaque domaine, qui vont petit à petit garantir la sécurité de leurs gens.
Se tisse alors un réseau de dépendance d'homme à homme.
Le territoire français va se diviser en multiples cellules autonomes ou presque : duchés, comtés, vicomtés, puis seigneuries, châtellenies.
Chacun, du haut en bas de l'échelle, possède des droits qu'il tient de plus haut que lui, et a des devoirs à accomplir.

PUY_7309

Le seigneur qui possède une terre peut y construire une fortification destinée à protéger les gens et les biens.
Et les donjons fleurissent, signes visibles de la puissance du seigneur.
C'est aussi l'âge d'or de la chevalerie avec ses rites (adoubement, quintaine), et son code d'honneur (la défense des causes justes).
Les petites gens vivaient durement.
"Taillables et corvéables à merci", les paysans étaient soumis au caprice de leur châtelain.
Redevances, corvées,... ne leur laissaient pas grand chose pour entretenir leur famille, et leur nourriture consistait essentiellement en pain et légumes (fèves, choux ou pois).

PUY_4716

La viande restait un luxe rare et les troupeaux de porcs que l'on menait à la glandée (nourriture à base de glands de chênes et de faînes de hêtres), fournissaient du lard pour les jours de fête.

Posté par Puystory à 00:01 - -

17 février 2017

L'histoire des Guerres de Vendée dans l'art officiel (2)

DSC_3644

De 1850 à 1913, 90 œuvres évoquant les Guerres de Vendée sont envoyées dans les salons parisiens.
Cela représente une moyenne annuelle variant entre quatre et neuf toiles (avec toutefois une augmentation dans les années 1880 à 1883).
Pour certains artistes, la guerre de 1793 ne constitue pas seulement un thème occasionnel mais devient une spécialité à part entière.
Le sujet s'intègre dans un domaine particulièrement apprécié qui représente alors le sommet de l'art pictural : la peinture d'histoire.
Ces œuvres sont à replacer dans une histoire générale du goût.
C'est dans un premier temps celui des scènes de batailles, prétextes à la peinture d'uniformes variés.
Comme par le passé, la peinture d'histoire demeure un moyen de propagande au service des régimes politiques.
L'Etat est un mécène qui encourage une production artistique à la République.
Cette volonté est particulièrement manifeste après la nomination d'Edmond Turquet aux fonctions de sous-secrétaire d'Etat aux Beaux-arts pendant près de quatre ans, entre 1879 et 1887.
Certains artistes sont sensibles au chant des sirènes et vont traiter le sujet sous un jour favorable à la cause républicaine.
Par exemple, "La bataille du Mans" de Jean Sorieul (1852) met-elle en scène la profonde humanité d'un jeune général républicain.
Inversement, d'autres artistes s'emploient à défendre la cause royaliste, soit que celle-ci réponde à leurs propres convictions, soit qu'ils reçoivent des commandes privées émanant de légitimistes.

DSC_3680

Pourtant, des peintres évoquent les Guerres de Vendée sans pour cela se livrer à quelque acte de militantisme politique.
Les critiques formulées lors des Salons parisiens mettent en évidence la popularité de ces thèmes, mais également leurs limites.
La peinture officielle du XIXème siècle commet une confusion en mettant en place une image nouvelle.
Le mythe du vendéen-chouan breton.
Il n'est pas rare en effet de voir dans des scènes des Guerres de Vendée des personnages directement empruntés au répertoire iconographique breton, finistérien ou morbihannais.
Ils sont alors généralement revêtus d'une culotte bouffante resserrée aux genoux, d'un gilet brodé et d'un large chapeau.
Les paysages eux-mêmes semblent parfois davantage inspirés par la lande bretonne que par la Vendée.
Par ailleurs, la littérature populaire a également contribué à diffuser cette image du "Vendéen-Chouan", qui fait l'amalgame de deux réalités historiques différentes.
Parallèlement aux scènes de bataille, les peintres officiels évoquent très fréquemment le thème de la défense de la foi, notamment à travers la représentation de messes célébrées clandestinement.
Il est vrai que le sujet prend toute son acuité dans le contexte tourmenté de la IIIème République.
La religion faisant l'objet de menaces incessantes, il n'est pas inutile de faire appel aux réminiscences d'un passé encore proche dans les mémoires et de remettre sous les yeux de chacun les qualités de ses ancêtres très chrétiens...

Posté par Puystory à 00:05 - -

15 février 2017

Dans la grange du Puy du Fou

PUY_4684 Puystory

PUY_6772 Puystory

Puy180602145

PUY_5413 (2)

Puy180602139

Posté par Puystory à 00:12 - -

13 février 2017

Château revenu du passé !!! *

DSC_0196

Quand on rentre dans le Grand Parc du Puy du Fou, on est frappé par l'aspect authentique des villages et bâtiments servant aux spectacles.
Bon nombre de visiteurs pensent que tout est fidèlement reconstitué.

PUY_1052

Mais au Puy du Fou, le château Renaissance ainsi que le Vieux château (Bal des Oiseaux Fantômes) sont des témoins venant tout droit d'un autre temps.

Image7

Ces deux témoins de l'histoire ont retrouvés leurs places dans l'histoire, et dans le spectacle grâce au travail du Club Archéologique du Puy du Fou.

img140

Pendant plus de 10 ans, cette petite équipe va sonder, creuser, déblayer, analyser et enfin sauver ces vestiges du passé.

BalOis15092012-021

Un vieux château médiéval, porté disparu depuis plus de 500 ans, inscrit sur aucune carte, était enfoui sous des tonnes d'éboulis, envahi par les ronces et la vermine et recouvert par un bois de châtaignier prolifique.

DSC_0712

La forêt envahissante dissimulait, en effet, presque tout, laissant cependant deviner, çà et là, des élévations importantes, des dépressions très marquées, qui donnaient à penser à des murailles écroulées, à des fossés à demi comblés.

BOF 17082012 - 065

En contrebas, un maigre ruisseau s'étire dans un vaste lit de rivière, barré par une légère surélévation sans doute une chaussée moyenâgeuse retenant les eaux d'un petit étang, élément dissuasif complétant la défense d'une enceinte primitive ?...

PUY_9814

Ici le temps n'a plus d'âge...

Puy du Fou 2011 - 7671

Pour le Club Archéologique du Puy du Fou, le plus beau résultat est, sans conteste, d'avoir découvert, mis au jour, consolidé et mis en valeur des ruines médiévales qui témoignent d'un habitat seigneurial, de faible envergure certes, mais utilisant toutes les ressources de la défense militaire de l'époque, dans un coin reculé de campagne, à l'abri d'un repli de terrain surélevé.

PUY_1435 Puystory

Le résultat de ce travail a été récompensé en 1984 par l'obtention du Premier Prix au Concours Régional des Chantiers de Bénévoles, organisé par la Caisse Nationale des Monuments Historiques et des Sites.

Panorama 71

Un autre résultat, et non des moindres, a été la contribution au classement de cette enceinte fortifiée comme Monument Historique, par arrêté en date du 31 août 1986.
Cette découverte est ainsi inscrite définitivement au patrimoine culturel de la France.

Posté par Puystory à 01:02 - -


08 février 2017

Le Dernier Panache du Puy du Fou

Puystory_01555

Le 16 novembre 2016 le "Dernier Panache" est sacré "Meilleure création Mondiale" par THEA AWARD.

Posté par Puystory à 18:33 - -

06 février 2017

La Fée Morgane.*

PUY_6450

La fée Morgane, sœur ou demi-sœur d’Arthur selon les versions, est une séductrice et une redoutable magicienne.
A la mort de son père roi Gorloes de Cornouailles, Seigneur de Tintagel, elle est élevée par son beau-père, Uter Pendragon.
Morgane est très savante dans les sciences médicales, astronomie, hydromancie et magie (enseignées par Merlin).
Morgane suit Arthur et sa femme Guenièvre dans leur forteresse de Camelot.
Un jour, Guyomar, (le cousin de Guenièvre) vient au château.
Morgane et Guyomar parlèrent tant ensemble, qu'ils tombèrent amoureux.
Un matin, la reine Guenièvre surprit les amants et entra en grande fureur et les sépara.
Trahie, déchirée, Morgane va dès lors détester Guenièvre toute sa vie durant et réclamer vengeance.
Devenue sorcière haineuse, elle est acharnée à la perte d’Arthur et pour détrôner son frère.
Elle est même déterminée à le tuer.

PUY_8494

Morgane aurait brodé le fourreau magique d’Excalibur qui protège Arthur de toute blessure fatale au combat.
Elle cherchera par la suite à lui reprendre cet objet sacré.
Pour Morgane, en ne restant pas fidèle à l’ancienne religion, Arthur trahi son serment, ses origines celtes et le Peuple.
Morgane cherche à protéger la Bretagne de l’influence grandissante du christianisme, notamment de l’influence de la reine Guenièvre (très croyante).
Elle voulait défendre auprès du roi Arthur les anciennes croyances, qui étaient à la base de ses pouvoirs magiques, ainsi que de ceux de Merlin, dit l’Enchanteur.

Posté par Puystory à 00:01 - -

04 février 2017

La Citadelle du Puy du Fou

LaCitadelle_logos_BD

 

Posté par Puystory à 14:56 - -

03 février 2017

Histoire Puy du Fou (2)

PUY_2237

Les descendants de Renaud du Puy du Fou, bataillèrent au service du Roi de France ou du comte du Poitou, leur suzerain.
Entre temps, pour acquérir une certaine importance parmi cette noblesse du Moyen Age, ils se marièrent avec les filles des grandes familles du Bas-Poitou tels que :
Les "Parthenay l'Archevêque seigneurs de Mouchamps",
Les "de Vivonne de la Châtaigneraie",
Les "d'Albret de Béarn",
Les "d'Amboise".

Cine2306040014

Certains d'entre eux furent chambellans du Roi de France.
Et pendant la Guerre de Cent Ans, Guy II du Puy du Fou se battant aux côtés du Roi de France, les Anglais pour se venger de lui, prirent et démolirent ce château du Puy du Fou.

PUY_5261

Ce fut vers 1421.
Pour le récompenser de sa fidélité, le Roi de France, Charles VII, l'autorisa en 1432, à faire reconstruire son château du Puy du Fou.

Cine2206020088

Ce fut le quatrième, mais construit sur un autre emplacement.
Celui où se trouve le château Renaissance actuel.
Ce fut encore un château féodal, avec tours, donjon, pont-levis et autres moyens de défense.
Mais un siècle plus tard, ces lourdes demeures féodales ne sont plus de mode.
Nous entrons dans la renaissance.
Le descendant de Guy II du Puy du Fou, François II, à la tête d'une grosse fortune, ayant servi en Italie, s'enthousiasma pour les chefs-d'œuvre construits par les architectes italiens.
C'était la Renaissance dans toute sa splendeur.
François II du Puy du Fou, émerveillé par tant de beautés architecturales demandera au Primatice des plans lui permettant de reconstruire son Puy du Fou au goût du jour.
Nous sommes en 1540, un peu plus d'un siècle après la reconstruction du Puy du Fou.

120 fin

Il commença à démolir et ce pour édifier sa nouvelle demeure.
Ce fut d'abord, face à l'entrée, le grand corps de logis dans lequel on pénétrait par une petite loggia à arcades.
Aujourd'hui démolie, elle desservait de grandes pièces de réception à droite et à gauche, largement éclairées par de belles fenêtres à meneaux (structure verticale en pierre de taille).
On accédait à l'étage et aux combles par un bel escalier à vis.
Au-dessous, une immense cuisine avec à chaque extrémité, de grandes cheminées.
Dans l'une on aurait pu faire cuire un bœuf.
Lorsque François II mourut en 1548, le grand corps de logis était pratiquement terminé.

DSC_3771

Sa veuve, Catherine de Laval et son fils, René Ier du Puy du Fou avec sa belle-fille Catherine de la Rochefoucauld continueront les travaux, en démolissant au fur et à mesure le château du siècle précédent.
Il ne reste plus que les fondations et le donjon carré flanqué de tours que nous voyons en entrant dans la cour.
Le grand degré précédé de la magnifique loggia restaurée ces dernières années et la galerie à arcades bordant le côté gauche de la cour, étaient achevés en 1578.

PUY_7856

La chapelle dédiée à Sainte Marie-Madeleine et la belle salle ornée de deux cheminées était divisée en son milieu par un magnifique arc surbaissé en granit, qui servait de support aux deux voûtes à caissons de granit sculpté qui couvraient cette salle.
La chapelle, la grande loggia et le grand escalier étaient aussi couverts par des voûtes à caissons de granit mouluré.
Une autre galerie à arcades, semblable à celle de gauche devait border le côté droit de la cour, et vraisemblablement une autre loggia devait s'élever à l'angle droit, pour rejoindre celle de gauche.

PUY_3247

Mais vinrent les Guerres du Protestantisme (1562-1598).

Posté par Puystory à 00:01 - -