Puy Story

Histoire d'une région.

La draisienne

800px_Draisine_or_Laufmaschine__around_1820

1816: un Allemand, le Karl Friedrich Drais conçoit la draisienne.
Un bicycle, au cadre en bois et la roue avant munie d'un guidon, mais sans pédalier.
Pour avancer, l'utilisateur devait battre des pieds sur le sol !!!!
En 1817, Drais aurait couvert la distance Mannheim-Schwetzingen en une heure, alors que la malle-poste la parcourait en 4 h.
Nous sommes en loin du tour de France.

Posté par Puystory à 17:55 - Commentaires [1] -


Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein

200px_Henri_de_la_rochejacquelein_1

Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein, né le 30 août 1772, à la Durbelière, près de Châtillon-sur-Sèvre (Poitou) et tué le 28 janvier 1794, à Nuaillé.
Chef vendéen, issu d'une famille du Bas-Poitou dont l'origine remonte au XIIIème siècle.
Officier dans la garde constitutionnelle du roi, Henri de La Rochejaquelein reçut le baptême du feu le 10 août 1792, devant les Tuileries.
Rentré dans sa province natale, il refusa la conscription, rejoignit son cousin Lescure, et, à partir d'avril 1793, combattit les armées républicaines aux côtés de d'Elbée et de Bonchamps.
Devant tous ses compagnons, le jeune chef vendéen prononça les paroles fameuses :
"Mes amis, si j'avance, suivez-moi ; si je recule, tuez-moi ; si je meurs, vengez-moi !".
A la tête des milliers de paysans vendéens qui le rejoignirent et constituèrent l'armée du Haut-Poitou, La Rochejaquelein remporta sur les Bleus une première victoire, le 13 avril, participa le 3 mai à la prise de Bressuire, puis à celles de Thouars (5 mai), de Fontenay (25 mai) et de Saumur (9 juin).
Au mois d'août, il sauva à Luçon l'armée vendéenne, battue à trois reprises et menacée de la déroute, puis remporta au mois de septembre la victoire de Chantonnay.
Après la défaite de Cholet, le 17 octobre, il fut contraint, le lendemain, de franchir la Loire.
Le 20 octobre, Henri de La Rochejaquelein fut élu généralissime des armées catholiques et royales en remplacement de d'Elbée, grièvement blessé.
Pieux, extrêmement courageux, jusqu'à la témérité, mais inexpérimenté, le jeune chef fut davantage un officier, un sabreur, qu'un tacticien.
A la tête de ses troupes, il dirigea la marche vers Granville, prit Avranches le 12 novembre, mais échoua le lendemain devant Granville et fit retraite vers Angers pour repasser la Loire.
Poursuivi par Marceau, Kléber et Westermann, battu au Mans le 12 décembre, écrasé le 23 à Savenay, le jeune généralissime parvint à franchir la Loire, et quitta son armée.
S'enfonçant alors dans le bocage vendéen, en butte aux critiques de ses anciens compagnons, il poursuivit la guérilla, et fut tué par un soldat républicain le 29 janvier 1794.

Ses phrases célèbres :

- "Allons chercher l'ennemi ; si je recule, tuez-moi ; si j'avance, suivez-moi ; si je meurs, vengez-moi."    
- "Si de ma vie dépend le bonheur de la Vendée, alors, je suis prêt à la sacrifier toute entière."    
- "Crois celui qui cherche la vérité, doute de celui qui la trouve."    
- "Ne prends l'habitude de suivre mais d'être suivi."

Posté par Puystory à 00:44 - GLOIRE DE VENDEE - Commentaires [0] -

les fauves

7040

FORT BOYARD : deux fois par an accueille des tigres.

Les fauves en cage arrivent en camion et une grue les soulève ensuite pour les déposer sur le pont d'un bateau.

Cap vers fort Boyard.

Pour débarquer sur la plateforme offshore, les visiteurs doivent s'agripper à une nacelle -

un panier avec une bouée - hissée encore par une grue.

Difficile d'imposer pareille gymnastique à des tigres, même nés en captivité, conciliants et courtois.

Donc, on enlève le panier de transbordement et on utilise une araignée de levage pour chaque cage.

Ensuite, sur la plate-forme, un par un, les fauves

- Shogun, Myn, Cali et Kanji qui viennent du Puy-du-Fou

- sont transférés dans des petites cages (des sabots) mesurant 1 mètre sur 1,50 m.

Ces dimensions réduites facilitent le passage à l'intérieur du fort.

FortBoyard____32

Pour plus d'informations sur le Fort Boyard, cliquez sur la photo pour un transfert vers "PHOTOSCOPE".

Posté par Puystory à 18:00 - Gladiateurs - Commentaires [0] -

Histoire

Dans le spectacle de la Cinéscénie, un volet s'ouvre sur l'histoire de la deuxième guerre mondiale.
Si nous en connaissons le résultat, la plupart d'entre nous ignorent l'endroit d'où se sont prises d'importantes décisions.
Si je vous dit "Obersalzberg", "Berghof"..., je suis certain que vous me dites :

"C'est quoi ça ??" ou  "C'est où ??".

Je vous propose deux petits montage qui vous feront découvrir l'histoire tragique d'une montagne.
Il est rare de trouver des blogs ou des sites traitant ce délicat sujet qui pour certaines familles reste comme une cicatrice.
Mais tout en respectant le devoir de mémoire de chacun, PuyStory prend ce risque, en considérant que si nous développons des périodes Romaines, Moyen-Âge, Révolution Française, je crois qu'il est bon d'ouvrir aussi une page sur cette période.

Avant d'émettre un commentaire, je vous suggère de regarder les vidéos en ayant une pensée aux braves qui se sont battus et perdus la vie au nom de notre liberté.

Si vous souhaitez en connaître plus sur cet endroit, je vous propose de découvrir mon autre blog 'Obersalzberg"

Posté par Puystory à 12:15 - CINESCENIE - Commentaires [1] -

La Peugeot de Grand-père

320x220_601

Mais que grand-mère était belle au volant de la Peugeot.

Auto_GP01

Depuis peu, grand-père l'a rangée dans la grange du Puy du Fou.

Voici l'histoire de cette belle mécanique.

Avec la 601, Peugeot revient au six cylindres, mécanique noble qu’il avait abandonnée depuis le retrait de la 12 SIX (la plus belle).

Présentée en 1934, ce haut de gamme est motorisé par un groupe à soupapes latérales de 2,1 litres développant 60 ch. Comme toutes les Peugeot depuis la 201 C, la 601 reçoit un essieu avant à roues indépendantes.

Les superbes carrosseries des versions coupé, cabriolet et Eclipse feront les beaux jours des concours d’élégance.

Retirée en 1936 après un succès mitigé, la 601 sera la dernière six cylindres Peugeot jusqu’au lancement de la 604 quatre décennies plus tard.

Pour plus d'info sur ce modèle, cliquez ICI

Posté par Puystory à 18:00 - Divers - Commentaires [0] -


Marais poitevin et l'abbaye de maillezais

Maillezais_2010___006

Le Marais Poitevin entre Niort et l'Océan Atlantique, ancien Golf du Poitou est une région basse de 96.000 hectares que longe la côte.
C'est par l'action conjuguée de la nature et des travaux d'assèchements entrepris dès le Xème siècle par les moines des grandes abbayes que l'on a aboutis à la construction de ce vaste territoire.
A l'extrême pointe de l'ancienne île de Maillezais, au cœur du Marais poitevin, juste au pied de la grande abbaye Bénédictine, l'embarcadère de l'abbaye vous emmène à la découverte de la Venise Verte.
Avec un batelier ou en toute liberté, laissez vous gagner par la magie du marais.
http://www.marais-poitevin-tourisme.com/
Pour lire la suite je vous invite sur la rubrique "Un paysage unique" ou sur   http://www.maraispoitevin.org/ (rubrique histoire).

Maillezais_2010___051

Au Xème siècle, une douzaine de moines bénédictins de l'abbaye Saint Julien de Tours s'installent à Saint Pierre le Vieux, non loin de l'île de Maillezais où une place forte avait été construite pour protéger la région.
Grâce au comte du Poitou, Guillaume le Grand, l'emplacement du château devient le lieu de construction d'un monastère plus important qui ne cessera de s'enrichir aux XIème et XIIème siècles.

Au XIVème, devenue l'abbaye la plus riche du Poitou, le Pape Jean XXII, la transforme en évêché !
Les guerres de religion lui furent fatales : pillée, ravagée, dévastée, servant de place forte aux catholiques puis aux protestants, l'abbaye décline tout doucement pour devenir à la Révolution une carrière de pierres...
De la cathédrale abbatiale il ne reste que le grand mur nord du XIVème, long de 95 mètres, mais les bâtiments conventuels, mieux conservés, ont pu être restaurés et transformés en salles d'expositions...

Posté par Puystory à 18:04 - VENDEE - Commentaires [1] -

la tanière

SH101916

La traversée de la tanière aux loups nous ramène au début du siècle.
Frissons garantis dans ce repaire peuplé d'ombres inquiétantes.
Une reconstitution minutieuse qui perce les secrets d'une espèce en voie d'extinction.

SH101914

Nom latin : Canis lupus
Taille : varie entre 50 et 80 cm, suivant l’espèce Longévité : jusqu’à 10 ans en liberté
On trouve des loups en Russie, au Canada, aux Etats-Unis, mais aussi plus près de chez nous :
en Europe de l’Est (Roumanie, Pologne…) et de l’Ouest (Espagne, France, Finlande…).

Posté par Puystory à 05:06 - GRAND PARC - Commentaires [1] -

le manége

Puy_2010___0993

1871 voit l'invention du manège pour enfants.
Le manège consiste en une plateforme tournante avec des sièges pour des passagers.
Ces "sièges" prennent traditionnellement la forme de chevaux en bois (ou autres matériaux) et/ou d'autres animaux.
Les premiers carrousels ont été conçus autour de vrais animaux attachés au bout d'une corde et tournant autour d'un piquet. Les traces d'une utilisation pour le loisir apparaissent sous l'Empire byzantin.

Posté par Puystory à 18:00 - CINESCENIE - Commentaires [0] -

La Spina

Gladiateurs002

La Spina représente une barrière implantée dans un champ de courses mieux connu sur la dénomination "Cirque".

Le plus célèbre est le Circus Maximus (Grand Cirque) situé à Rome.

circus3

Long mur bas s'étendant au milieu du cirque et sur 2/3 de sa longueur, servant à déterminer la longueur de la course et empêchant les chars de se heurter face à face.
Les chars devaient en faire sept fois le tour. La Spina est équipée de bornes (metae) situées aux extrémités, de dauphins (delphinorum columne) servant à informer les spectateurs du nombre tours à parcourir.
On peut aussi y retrouver un autel, statues de divinités, ...

Puy_2010___0328

Posté par Puystory à 17:45 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -

Aramis

Henri d’Aramitz ou Aramis est un abbé laïc.
Comme Porthos, Aramis appartenait à une famille protestante du Béarn.
À la différence des autres mousquetaires béarnais, il était d’origine militaire noble.
Son grand-père, le capitaine huguenot Pierre d’Aramitz joua un rôle fort actif dans les guerres de religion qui sévirent dans le Béarn et la Soule à l’époque de Jeanne d'Albret.
Son père, Charles d’Aramitz, était, au début du XVIIe siècle, maréchal des logis à la Compagnie des Mousquetaires.
Une des sœurs de Charles d’Aramitz épousa M. de Tréville.
C’est donc tout naturellement que ce dernier reçut en 1640 son neveu par alliance dans sa compagnie, en même temps qu'Athos et Porthos, et au moment où d'Artagnan arrivait à Paris.
On ne sait combien de temps Henri d’Aramitz resta au service, mais on connaît la date de son mariage : le 16 février 1654 ; le nom de sa femme : Jeanne de Béarn-Bonasse.
On sait aussi qu’il eut deux fils (Armand et Clément) et deux filles.

Posté par Puystory à 18:00 - MOUSQUETAIRES - Commentaires [0] -