Puy Story

Histoire d'une région.

Le poilu

Lors de la Cinéscénie, il est fait référence à la première guerre mondiale.
Quant on pense à cette période, le mot "poilu" nous vient à l'esprit.
Mais qui étaient-ils ??

Poilu_14_18

Le mot "poilu" désignait aussi à l'époque dans le langage familier ou argotique quelqu'un de courageux, de viril ou l'admiration portée à quelqu'un "qui a du poil au ventre".
Pendant la guerre les soldats qui étaient au front furent appeler "les poilus" car ils n'avaient pas le temps de se raser ni de se laver, ils avaient des conditions de vie des plus difficiles d'où la naissance de ce terme qui nous est resté.
Cette version ne peut trouver de fondements que dans les débuts de la guerre, car dès lors que les gaz firent leur apparition, les masques à gaz bannirent la barbe des visages des soldats.

vlcsnap_68032

Une fois de retour dans leurs familles les Poilus qui sont encore en vie mènent une vie pas très paisible car certains reviennent mais gravement blessés, ou malade car les conditions de vie pendant la guerre étaient loin d'être amusante.
Les poilus ont adoptés une devise qui est celle-ci : Travail, Famille, Patrie.

Posté par Puystory le 10 juin 2011 - CINESCENIE - Commentaires [1] -


Rapaces

Baloiseaux107

Sur les vestiges envoûtants du château médiéval, les rapaces ont retrouvés les courants ascendants, pour l'une des plus belles manifestations de fauconnerie d'Europe.
Au cœur du public, le maître de volerie lance ses oiseaux de proie, comme autrefois.
Évolution toute en beauté, puissance et envergure.

Panobalois002__1_

Faucons, aigles, vautours et d'autres espèrce de rapace s'élancent, prennent le sens du vent avant de fondre au dessus des spectateurs dans un ballet saisissant.
On est à deux doigts de les toucher, et tout l'art des fauconniers est de maitriser leur vol puissant sans rien enlever à l'émotion.

Panobalois007

Posté par Puystory le 08 juin 2011 - BAL DES OISEAUX - Commentaires [2] -

Avis Cinéscénie

Puy_2010___1152

Jamais en trente-trois ans une représentation de la Cinéscénie n'a été annulée pour quelque raison que ce soit.
Il aura fallu attendre le déluge météorologique la première de la trente-quatrième saison pour que cela se produise.
Les organisateurs ont annulé le spectacle de la Cinéscénie samedi soir.
Une séance supplémentaire est proposée vendredi 10 juin.
Les spectateurs peuvent revenir avec leur billet du 4 juin.
Ils ont aussi la possibilité de réserver une autre date, ou en dernier recours de se faire rembourser.
Renseignements au 0820 09 10 10.

Puy_2010___0937

Réflexion personnelle :

S'il est décevant pour les spectateurs de devoir quitter la tribune de la Cinéscénie sans avoir assisté au spectacle, il est bon de souligner que la SECURITE est et doit rester le maître-mot et être une priorité absolue.
Le fait de supprimer une représentation est aussi une marque de respect pour les visiteurs, mais aussi pour les acteurs, animaux et le matériel engagés lors de ce genre de représentation.
Il est bon de saluer les membres de la direction du Puy du Fou qui ont pris cette pénible décision.
Une autre date (hors calendrier) est cependant proposée et représente aussi un défit d'organisation (contrôle du matériel, convocation de tout le personnel ayant un rôle pour cette représentation (acteurs, technicien, sécurité etc....)).

Posté par Puystory le 05 juin 2011 - CINESCENIE - Commentaires [1] -

le général TURREAU et la Vendée

PanoChateau

Symbole de la résistance vendéenne, le château est la toile de fond de la cinéscénie.

Il a subit les assauts du Général TURREAU.Les cicatrices de son passage sont encore visibles de nos jours.

Mais qui était le général TURREAU ???

 G_n_ral_Turreau_Louis_Marie__1756_1816_

Le 19 janvier 1794, le général Turreau présente à Paris, devant les députés de la Convention, un plan d'extermination de la Vendée.
Près d'un an plus tôt, les paysans de l'ouest de la France s'étaient soulevés contre le pouvoir révolutionnaire parisien au nom de leurs libertés religieuses et par haine de la conscription militaire.
La terrible bataille de Savenay a vu l'écrasement de la «Grande Armée Catholique et Royale» après neuf mois d'exploits et de péripéties.
Au début de l'année 1794, le général en chef Henri de La Rochejaquelein a été tué au détour d'un chemin par un Bleu en embuscade.
D'Elbée a été quant à lui capturé et fusillé sur la plage de Noirmoutier.
L'insurrection vendéenne semble définitivement matée.
Pas assez cependant de l'avis des députés de la Convention qui ont du mal à se remettre de leurs frayeurs.
On fusille 2.000 Vendéens, dont la moitié de femmes à Angers, 1.500 à Noirmoutier, 1.800 aux carrières de Gigant près de Nantes.
Le représentant en mission Carrier fait noyer 4.000 personnes dans la Loire.
C'est alors que le général Turreau présente son plan d'extermination : 24 colonnes vont pénétrer en Vendée avec la consigne de tout brûler et de tout massacrer.
Les horreurs perpétrées par ces colonnes leur vaudront dans l'histoire le qualificatif d'infernales.
La Vendée est mise à feu et à sang.
Dans une seule journée, le 28 février, la colonne de Cordelier fait aux Lucs-sur-Boulogne 563 victimes.
Les excès des républicains réveillent les ardeurs des malheureux Vendéens.
Les survivants de la guerre redressent la tête et se regroupent derrière deux chefs : Charette et Stofflet.
Les massacreurs sont massacrés à leur tour à Chauché, aux Clouzeaux et ailleurs.
La colonne de Crouzat, en l'absence de Stofflet, tue 1.500 personnes dans la forêt de Vezins, le 25 mars.
Elle est exterminée, trois jours après, aux Ouleries.
En février 1794, reprise éphémère de Cholet par les Vendéens (musée de Cholet)

Le plan de Turreau a complètement échoué.
Il a même eu un effet contraire à celui qui était recherché : la Vendée meurtrie est redevenue redoutable.
Les républicains, désemparés, embauchent les trompettes de la propagande.
On exalte la mort héroïque de jeunes volontaires victimes des Vendéens.
Vers la paix Le 13 mai 1794, Turreau est destitué. La Convention qui a besoin de toutes ses troupes aux frontières, évacue la Vendée.
Les bleus se replient dans les camps, aux limites de la Vendée militaire.
Le pays respire.
Malheureusement, les rivalités entre chefs vendéens continuent !
Le 10 juillet 1794, Marigny est fusillé à la Girardière de Combrand par les soldats de Stofflet.
A l'automne, Charette s'empare des camps républicains des Moutiers et Fréligné.
À Paris, cependant, Robespierre est tombé sous le couperet de la guillotine, mettant un terme à la politique de Terreur.
Aux frontières, la sécurité est revenue suite à la victoire de Fleurus.
La Convention se lasse d'une guerre civile qui n'a plus guère de motif.
Elle envoie des émissaires à Charette pour lui proposer la paix.
Les pourparlers se déroulent d'abord à Belleville puis à la Jaunaye, près de Nantes.
Le 17 février 1795, enfin, la paix est signée.
Charette exige et obtient la liberté religieuse pour la Vendée.
Il fait sa soumission à la République.
 FUSILLADES

Posté par Puystory le 05 juin 2011 - CINESCENIE - Commentaires [1] -

Saint-Philbert-de-Grand-Lieu

DSC03135

Le nom de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu vient de Saint Philibert de Tournus (vers 616-vers 684), évangélisateur du Pays de Retz, descendant d’une famille noble d’Aquitaine, et fondateur de la paroisse de Noirmoutier.
La ville, qui s’appelait auparavant Déas (ancien nom de la ville, d’origine gallo-romaine), a pris le nom du saint lors de l’installation de moines de l’abbaye de Noirmoutier en 800.
Grand-Lieu est le nom du Lac de Grand-Lieu voisin de la ville.

Saint_Philbert_de_Grand_Lieu

Puy_2010___0558

Posté par Puystory le 31 mai 2011 - VENDEE - Commentaires [0] -


Les Gaulois (01).

Puystory_06552

Peu à peu, les peuples celtes qui habitent notre pays sont appelés Gaulois par les Romains.
Les gaulois n’utilisent pas l’écriture et ne forment pas un pays uni.
Une soixantaine de peuples, qui ont à leur tête des princes, se partagent la Gaule.
Les gaulois, comme leur lointain ancêtre sont un peuple d’agriculteurs.
Dans les campagnes, ils vivent dans des fermes isolées ou dans de petits hameaux.
Les gaulois portent des braies, sorte de pantalon fermé sur la cheville.
Nous devons aussi les galoches, les ancêtres de nos chaussures montantes.
Les guerriers ont une place importante dans la société gauloise.
Leurs qualités sont reconnues et des rois d’Italie du Sud ou de Sicile les engagent comme mercenaire.

Posté par Puystory le 27 mai 2011 - Gladiateurs - Commentaires [0] -

la herse

Puy_2010___0201

La herse est une grille coulissante glissant dans des rainures verticales et  manœuvrée au moyen d'un treuil commander l'enroulement et le déroulement d'un câble autour d’un axe ou par l’utilisation d'un contrepoids.

Puy_2010___0202

Ce dispositif était souvent utilisé au Moyen Âge.
Le bas de la herse est généralement garni de pointes pour décourager le passage lorsqu’elle descend.
La porte étant l’endroit le plus fragile des châteaux, des ouvrages fortifiés avancés, comme l’assommoir, servaient  à se défendre.
Assommoir : ouverture permettant de jeter des projectiles verticalement.

SH109084

Posté par Puystory le 20 mai 2011 - Cité Médiévale - Commentaires [0] -

Talmont Saint Hilaire

DSC03615

Vers 1030-1040, pour des raisons de confort de vie pour lui et sa "Mesnie", puis de guerres intestines familiales, Guillaume le Chauve entreprend la construction d'un nouveau château qui deviendra le siège d'une riche principauté.

Agrandi au XVe siècle et démantelé sur ordre de Richelieu, le château a conservé une partie de sa triple enceinte et son donjon avec une façade romane et une chapelle intérieure.

Il reçut la visite de Richard Cœur de Lion et de plusieurs rois de France dont Louis VII, Louis XI ou Henri IV.

DSC03611

De nos jours, vous pouvez assister à des manifestations médiévales durant la période estivale.

En 1189, Richard Cœur de Lion roi d'Angleterre, hérite de sa mère Aliènor d'Aquitaine, du conté du Poitou et ainsi du château de Talmont.

DSC03714

Le château devient alors la résidence secondaire de Richard Cœur de Lion, qui y venait chasser et s'y reposer.
Par l'intermédiaire de son vassal, Raoul de Mauléon seigneur de Talmont.
Il fit fortifier l'ancien château en le dotant de nouvelle machine de guerre.
Il fit construire une deuxième enceinte, avec tours de contrôle circulaires.
Renforcé la face Nord avec un impressionnant éperon triangulaire, la face est avec un mur de protection, ainsi que la tour de l'assommoir, unique passage entre la basse et haute cour.
Le château est alors une véritable forteresse de guerre.

Pano_Talmon_04

Posté par Puystory le 18 mai 2011 - VENDEE - Commentaires [0] -

La Cinéscénie

Ci_142

Le jour tire son rideau... Une petite lumière troue la nuit qui vient de s'installer.
Soudain, une voix s'élève, profonde, vibrante.
La mémoire reprend la parole.

"Je n'ai jamais reçu de nom, il m'appelle le vieux galopin, ......."

Une histoire commence, l'histoire recommence.
Son souffle s'élève, envahit l'espace.
Quatorze mille cœurs communient et battent comme un seul homme.
Acteurs, spectateurs, tous passagers du temps.
Pour le plus beau voyage dans le passé.

Posté par Puystory le 16 mai 2011 - CINESCENIE - Commentaires [0] -

Le Nôtre (1613-1700)

Lors du spectacle des "Grandes Eaux", il est fait mention en début de spectacle de grands noms de l'architecture française et de leurs oeuvres.

M___76

Les jardins français de la Renaissance s'inspirèrent à la fois de la tradition moyenâgeuse et des créations italiennes, modèles pour toute l'Europe.
L'art des jardins, jusque-là peu développé en France, s'épanouit alors dans des créations aux formes variées, façonnant au cours du XVIe siècle un art proprement français, dans lequel les jardins du XVIIe siècle puisèrent les sources de leur classicisme.

Puy_2010___2097

Les "Grandes Eaux" sont un spectacle grandiose dont les acteurs sont des grands jets, des gerbes, des fontaines, des petites et grandes cascades conçu et mis en scène par Le Nôtre pour une clientèle privilégiée par le rang et la fortune, principalement, le roi Louis XIV et sa parentèle à Versailles, Marly, Saint Cloud, Sceaux, Meudon et … à Chantilly !

Andre_Le_Notre

Roi des jardiniers et jardinier du roi, Le Nôtre (1613-1700) donna ses lettres de noblesse au jardin à la française.
Il fut l’auteur des plus beaux jardins du XVIIe siècle et fit de Versailles son chef-d’œuvre absolu.
En 1661, Louis XIV charge André Le Nôtre de la création et de l’aménagement des jardins de Versailles qui, à ses yeux, sont aussi importants que le Château.
Les travaux sont entrepris en même temps que ceux du palais et durent une quarantaine d’années.
Il sera aidé par de grandes personnalités tel que : Jean-Baptiste Colbert, Charles Le Brun, Jules Hardouin-Mansart.

Posté par Puystory le 13 mai 2011 - GRAND PARC - Commentaires [1] -