Puy Story

Histoire d'une région.

calendrier révolutionnaire

Sur le blog, on a abordé les "Guillotinés de la Révolution (Article du 30 septembre 2008).

Sur le site en référence, on y voit des dates correspondant au calendrier révolutionnaire.

Une explication de ce calendrier était, me semble-t'il, nécessaire.

dep_06

Pour les vrais révolutionnaires, l'Ancien Régime ne pouvait disparaitre qu'avec l'abolition de l'ancienne ère.
Un nouveau calendrier s'imposait
Le 20 septembre 1793, le mathématicien Romme, député du Puy-de-Dôme, présenta à la Convention un projet de décret modifiant le vieux calendrier grégorien et donna à l'année une "division plus scientifique et plus en accord avec les mouvements célestes, les saisons et les traditions". Romme s'était chargé de l'étude scientifique du problème.
Fabre d'Eglantine, un poète, se réserva la partie pittoresque en choisissant pour les mois, des noms aux résonances harmonieuses, évocatrices des beautés de la nature.
L'année révolutionnaire ne débutait plus le 1er janvier, mais le jour de l'équinoxe d'automne, correspondant à l'anniversaire du premier jour de la République.
Pour l'automne : Vendémiaire (Mois des vendanges), Brumaire (Mois des Brumes), Frimaire (Mois des Frimas).
Pour l'hiver: Nivôse (Mois des Neiges), Pluviôse (Mois des Pluies), Ventôse (Mois des Vents).
Pour le printemps : Germinal (Mois des Germination), Floréal (Mois des Fleurs), Prairial (Mois des Prairies),
Pour l'été : Messidor (Mois des Moissons), Thermidor (Mois des Chaleurs et des Bains), Fructidor (Mois des Fruits).
Chaque mois comptant uniformément trente jours, il restait cinq jours pour compléter l'année.
Ces cinq journées supplémentaires, situées entre le 16 et le 22 septembre, furent consacrées à la célébration de cinq fêtes laïques et républicaines.
Les fêtes de la Vertu, du Génie, du Travail, de l'Opinion, des Récompenses.
En cas d'année bissextile, on ajoutait la fête de la Révolution.
Ces journées furent appelées sans-culottides.
Chaque mois était divisé en trois décades de dix jours nommés :
Primidi, Duodi, Tridi, Quartidi, Quintidi, Sextidi, Septidi, Octidi, Nonidi, Décadi.
Le décadi était le jour de repos des travailleurs.
Chaque journée était placée sous le signe d'un objet ou d'un animal symbolique, comme le raisin, la carotte, l'âne ou la cheval, etc...
La Convention vota, le 5 octobre 1793, le décret instituant le nouveau calendrier.
Rétrospectivement, l'ère révolutionnaire fut comptée à partir du 22 septembre 1792.
La nomenclature de Fabre ne fut adoptée que le 4 frimaire ( 24 novembre 1793).
Les citoyens s'adaptèrent difficilement à la nouvelle datation : ils regrettaient le bon vieux dimanche. Bonaparte le rétablit après Brumaire, puis le calendrier révolutionnaire céda la place au calendrier grégorien le 1er janvier 1806.

Pour conversion des date, cliquez ICI.

calendrier_republicain

Posté par Puystory le 30 novembre 2010 - CINESCENIE - Commentaires [3] -


Spectacle

M___01

Sous le Grand Carrousel, immense manège équestre couvert, ce spectacle de cape et d'épée façon 17e s. résonne du son des cavalcades et des combats à l'épée.
Chevaux andalous et flamenco sont au programme, ainsi qu'une aquatique évocation des cascades de Grenade en guise de surprise finale.

mo01

Posté par Puystory le 28 novembre 2010 - MOUSQUETAIRES - Commentaires [1] -

Destruction du Château du Puy du Fou

Réédition de l'article

Puy_2010___0976

Le 17 janvier 1794, le général Turreau s'adresse au comité comme suit :
"Mon intention est bien de tout incendier, de réserver que les points nécessaires à établir les cantonnements propres à l'anéantissement des rebelles.
Mais cette grande mesure doit être prescrite par vous.
Je ne suis que l'agent passif des volontés du corps législatif...
Vous devez également prononcer d'avance sur le sort des femmes et des enfants que je rencontrerai dans ce pays révolté.
S'il faut les passer tous au fil de l'épée, je ne puis exécuter une pareille mesure sans un arrêté qui mette à couvert ma responsabilité...
En huit jours, la Vendée doit être battue, tous les rebelles pressés entre moi, Haxo et Dutry, et si j'avais adopté une autre marche, j'aurais manqué mon but, ..."

 

En regardant la partie consacrée à ce fait, lors du spectacle de la Cinéscénie, je m'imagine comment ce château a subit les assauts de ces colonnes.
Je pense aussi aux Vendéens qui ont perdus la vie pour leur foi et conviction.
Je leurs dédient ce petit montage.
Ce montage présentant en arrière plan, la destruction du château est le fruit de mon imaginaire.

Posté par Puystory le 27 novembre 2010 - CINESCENIE - Commentaires [0] -

La vie de château

Réédition de l'article du 20 mars 2010

Panorama_7

Assis sur la tribune du spectacle "Le Bal des Oiseaux Fantômes", j'observe les ruines du vieux château et la tête me tourne, les ruines me parlent, me racontent l'histoire des lieux.
Au XIe siècle, les descendants des vicomtes de Thouars, la famille du Puy du Fou édifient un premier château sur les lieux même du spectacle.
Agrandi et modifié jusqu'au XIVe, le château est incendié durant les guerres de Cent Ans par les Anglais.
L’acte des Anglais est la conséquence de l’alliance entre le seigneur des lieux Guy II du Puy du Fou (1375-1453) et le roi de France Charles VII.
Aussitôt je me souviens du spectacle du "Donjon" et........

Panorama_Donjon_15

et que non loin, se dressent les deux tours du château des Essarts.

essarts_20012

Et je m'imagine comment se dressait le château avant l'arrivée des Anglais.

Donjon_Imaginaire_14web
(Photo modifiée et sortie de mon imaginaire)

En 1432 et suite à la destruction du vieux château, Guy du Puy du Fou entreprend, avec le soutien de Charles VII, la construction d'un nouveau château en bordure de l'étang du Puy du Fou.

Un siècle plus tard et avec l’aide du célèbre architecte PRIMATICE, François II du Puy du Fou (1495-1548), modifie le château dans le style renaissance italienne.

R_alisation_pour_blog

(Photo modifiée et sortie de mon imaginaire).

Il fait notamment édifier un corps de logis de 64m de long dont la façade extérieure surplombe l'étang du domaine.
Son fils René (1528-1570) et la veuve de ce dernier Catherine de la Rochefoucauld poursuivent les travaux par la construction de l'aile nord et la grande loggia.

PanoChateau

Les guerres de religions interrompent définitivement les travaux.

SH101216

En 1794 les colonnes infernales du général Turreau incendient une partie du château.
Les Belboeuf et leurs descendants essayeront de sauver le château mais cela n'empêche pas l'effondrement du 1er étage du logis au début du XXe.

DSC03204

Depuis 1977, sous la plume de Mr. Philippe De Villiers, le château est devenu la toile de fond de 700 ans d'histoire de Vendée.

Posté par Puystory le 25 novembre 2010 - Divers - Commentaires [1] -

qualité

Puy_2010___0052

Petit message placé dans une boutique du Bourg 1900.

Puy_2010___0058

Posté par Puystory le 24 novembre 2010 - Bourg 1900 - Commentaires [0] -


La draisienne

800px_Draisine_or_Laufmaschine__around_1820

1816: un Allemand, le Karl Friedrich Drais conçoit la draisienne.
Un bicycle, au cadre en bois et la roue avant munie d'un guidon, mais sans pédalier.
Pour avancer, l'utilisateur devait battre des pieds sur le sol !!!!
En 1817, Drais aurait couvert la distance Mannheim-Schwetzingen en une heure, alors que la malle-poste la parcourait en 4 h.
Nous sommes en loin du tour de France.

Posté par Puystory le 22 novembre 2010 - Commentaires [1] -

Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein

200px_Henri_de_la_rochejacquelein_1

Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein, né le 30 août 1772, à la Durbelière, près de Châtillon-sur-Sèvre (Poitou) et tué le 28 janvier 1794, à Nuaillé.
Chef vendéen, issu d'une famille du Bas-Poitou dont l'origine remonte au XIIIème siècle.
Officier dans la garde constitutionnelle du roi, Henri de La Rochejaquelein reçut le baptême du feu le 10 août 1792, devant les Tuileries.
Rentré dans sa province natale, il refusa la conscription, rejoignit son cousin Lescure, et, à partir d'avril 1793, combattit les armées républicaines aux côtés de d'Elbée et de Bonchamps.
Devant tous ses compagnons, le jeune chef vendéen prononça les paroles fameuses :
"Mes amis, si j'avance, suivez-moi ; si je recule, tuez-moi ; si je meurs, vengez-moi !".
A la tête des milliers de paysans vendéens qui le rejoignirent et constituèrent l'armée du Haut-Poitou, La Rochejaquelein remporta sur les Bleus une première victoire, le 13 avril, participa le 3 mai à la prise de Bressuire, puis à celles de Thouars (5 mai), de Fontenay (25 mai) et de Saumur (9 juin).
Au mois d'août, il sauva à Luçon l'armée vendéenne, battue à trois reprises et menacée de la déroute, puis remporta au mois de septembre la victoire de Chantonnay.
Après la défaite de Cholet, le 17 octobre, il fut contraint, le lendemain, de franchir la Loire.
Le 20 octobre, Henri de La Rochejaquelein fut élu généralissime des armées catholiques et royales en remplacement de d'Elbée, grièvement blessé.
Pieux, extrêmement courageux, jusqu'à la témérité, mais inexpérimenté, le jeune chef fut davantage un officier, un sabreur, qu'un tacticien.
A la tête de ses troupes, il dirigea la marche vers Granville, prit Avranches le 12 novembre, mais échoua le lendemain devant Granville et fit retraite vers Angers pour repasser la Loire.
Poursuivi par Marceau, Kléber et Westermann, battu au Mans le 12 décembre, écrasé le 23 à Savenay, le jeune généralissime parvint à franchir la Loire, et quitta son armée.
S'enfonçant alors dans le bocage vendéen, en butte aux critiques de ses anciens compagnons, il poursuivit la guérilla, et fut tué par un soldat républicain le 29 janvier 1794.

Ses phrases célèbres :

- "Allons chercher l'ennemi ; si je recule, tuez-moi ; si j'avance, suivez-moi ; si je meurs, vengez-moi."    
- "Si de ma vie dépend le bonheur de la Vendée, alors, je suis prêt à la sacrifier toute entière."    
- "Crois celui qui cherche la vérité, doute de celui qui la trouve."    
- "Ne prends l'habitude de suivre mais d'être suivi."

Posté par Puystory le 20 novembre 2010 - GLOIRE DE VENDEE - Commentaires [0] -

les fauves

7040

FORT BOYARD : deux fois par an accueille des tigres.

Les fauves en cage arrivent en camion et une grue les soulève ensuite pour les déposer sur le pont d'un bateau.

Cap vers fort Boyard.

Pour débarquer sur la plateforme offshore, les visiteurs doivent s'agripper à une nacelle -

un panier avec une bouée - hissée encore par une grue.

Difficile d'imposer pareille gymnastique à des tigres, même nés en captivité, conciliants et courtois.

Donc, on enlève le panier de transbordement et on utilise une araignée de levage pour chaque cage.

Ensuite, sur la plate-forme, un par un, les fauves

- Shogun, Myn, Cali et Kanji qui viennent du Puy-du-Fou

- sont transférés dans des petites cages (des sabots) mesurant 1 mètre sur 1,50 m.

Ces dimensions réduites facilitent le passage à l'intérieur du fort.

FortBoyard____32

Pour plus d'informations sur le Fort Boyard, cliquez sur la photo pour un transfert vers "PHOTOSCOPE".

Posté par Puystory le 19 novembre 2010 - Gladiateurs - Commentaires [0] -

Histoire

Dans le spectacle de la Cinéscénie, un volet s'ouvre sur l'histoire de la deuxième guerre mondiale.
Si nous en connaissons le résultat, la plupart d'entre nous ignorent l'endroit d'où se sont prises d'importantes décisions.
Si je vous dit "Obersalzberg", "Berghof"..., je suis certain que vous me dites :

"C'est quoi ça ??" ou  "C'est où ??".

Je vous propose deux petits montage qui vous feront découvrir l'histoire tragique d'une montagne.
Il est rare de trouver des blogs ou des sites traitant ce délicat sujet qui pour certaines familles reste comme une cicatrice.
Mais tout en respectant le devoir de mémoire de chacun, PuyStory prend ce risque, en considérant que si nous développons des périodes Romaines, Moyen-Âge, Révolution Française, je crois qu'il est bon d'ouvrir aussi une page sur cette période.

Avant d'émettre un commentaire, je vous suggère de regarder les vidéos en ayant une pensée aux braves qui se sont battus et perdus la vie au nom de notre liberté.

Si vous souhaitez en connaître plus sur cet endroit, je vous propose de découvrir mon autre blog 'Obersalzberg"

Posté par Puystory le 09 novembre 2010 - CINESCENIE - Commentaires [1] -

La Peugeot de Grand-père

320x220_601

Mais que grand-mère était belle au volant de la Peugeot.

Auto_GP01

Depuis peu, grand-père l'a rangée dans la grange du Puy du Fou.

Voici l'histoire de cette belle mécanique.

Avec la 601, Peugeot revient au six cylindres, mécanique noble qu’il avait abandonnée depuis le retrait de la 12 SIX (la plus belle).

Présentée en 1934, ce haut de gamme est motorisé par un groupe à soupapes latérales de 2,1 litres développant 60 ch. Comme toutes les Peugeot depuis la 201 C, la 601 reçoit un essieu avant à roues indépendantes.

Les superbes carrosseries des versions coupé, cabriolet et Eclipse feront les beaux jours des concours d’élégance.

Retirée en 1936 après un succès mitigé, la 601 sera la dernière six cylindres Peugeot jusqu’au lancement de la 604 quatre décennies plus tard.

Pour plus d'info sur ce modèle, cliquez ICI

Posté par Puystory le 07 novembre 2010 - Divers - Commentaires [0] -