Puy Story

05 juillet 2022

Mystère de La Pérouse.

PUY_0100_06289

PUY_0435

PUY_0459

PUY_0091_06280

PUY_0099_06288

Posté par Puystory à 17:00 - -


03 juillet 2022

La harpe *

Orgues de feu 082012 - 220

La harpe est un instrument à cordes pincées.

Un peu comme le piano, chaque corde donne une note.
La harpe fait partie des instruments les plus vieux et sa forme remonte à l'époque égyptienne vers 2000 - 3500 av JC.
De petite dimension, on parle pour cette époque d'un arc musical amélioré où sont tendues quelques cordes (+/- 20) de longueurs différentes: la harpe arquée.
La harpe angulaire est très similaire.
Vers le IXème, elle arrive en occident par les pays Scandinaves et Anglo-Saxons où elle semble avoir été pratiquée dès le début de notre ère.
A la fin du moyen-age, début de la renaissance, elle prendra sa forme moderne composée de deux pièces distinctes formant un angle (une sorte de 'L').

Puy du Fou 2011 - 6525

La colonne et la caisse de résonance.
Les cordes étant maintenues par la console.
Instrument très prisé au moyen-âge, mais étant un instrument diatonique, (ne sait pas jouer toutes les notes de chaque ton), on lui préfère les premiers instruments à clavier.
Les luths qui apparaissent à cette époque.
C'est en 1697 que le luthier allemand Hochbrücker invente un mécanisme qui permet de changer la note de chaque corde au moyen de pédales.

DSC_3720

Cette évolution lui redonne du succès.
Nous devons à Sébastien Erard la harpe moderne.
En 1800, il inventa un astucieux système permettant pour chaque note de la monter d'un ou deux demi-tons.
Ce mécanisme est encore utilisé aujourd'hui.
La harpe est présente dans diverses civilisations à travers le monde et sous des formes diverses.

Posté par Puystory à 00:12 - -

01 juillet 2022

Lanterne au Puy du Fou !

Puystory_6072

DSC_5240

DSC_5606

PUY_0016

PUY_2240

Posté par Puystory à 00:17 - -

28 juin 2022

Le Walhalla

PUY_2755

Le Walhalla ou Val-Hall, seul paradis de la mythologie nordique et germanique est l’endroit le plus célèbre pour le séjour des guerriers valeureux et des héros qui succombent dans les combats.
Ce palais brillant, "la fortification d’Ásgard", était situé à Gladsheim (séjour de la joie), et en face s’étendait le délicieux bois appelé Glasur, dont les arbres portaient des feuilles d’or.
Devant le palais, dont la hauteur était telle qu’on avait de la peine à en apercevoir le sommet, était suspendu, comme symbole de la guerre, un loup sur lequel se reposait un aigle.
La grande salle était toute tapissée de boucliers et de hampes de lance.
Elle avait 540 portes, par chacune desquelles pouvaient passer à la fois 800 einherjer, ou braves qui après leur mort arrivaient chez Odin.

PUY_5169

Les combattants célèbres, surtout quand ils avaient dévasté beaucoup de pays et porté au loin leur épée ruisselante de sang, étaient reçus à leur entrée dans le Walhalla par Bragi et Hermode, envoyés par Odin pour leur souhaiter la bienvenue.
La grande salle du palais était ornée en leur honneur, et tous les héros divins se levaient à leur arrivée.
Dans la mythologie nordique il y a deux façons de mourir, la première la plus courante est la mort "classique", c’est-à-dire de vieillesse ou de maladie.
La seconde est la mort sur le champ de bataille.
Et c’est sur les champs de bataille que les vierges guerrières, les Valkyries (menées par la déesse guerrière Freyja monté sur son cheval volant), cherchaient et récupéraient les âmes des hommes afin de les ramener dans Ásgard, où Odin les attend pour les préparer à la bataille finale, le Ragnarök.

PUY_1153

Ces combattants, nommés les Einherjar, étaient tous des mortels élus à leur mort par les Valkyries pour leur bravoure.
Cette faveur était la plus grande, accordée à un guerrier, puisqu’elle reconnaît ses exploits et son courage.
Une fois accompagné à Asgard (ou Asaheim), la moitié allait au Walhalla (ou Valhöll), le considérant comme étant le palais d’Odin, l’autre moitié allait au Fölkvanger qui serait le palais de Freyja.
Les guerriers d’Odin étaient ceux qui vouent leur existence à la guerre, et les guerriers de Freyja, ceux qui combattent pour protéger leurs biens et leurs familles.
Au Walhalla dont les portes étaient gardées par le dieu Heimdal, les guerriers vivaient toujours la même journée qui commence un réveil au chant du coq Guillinkambi et continuaient à mener des combats à mort et les vaincus ressuscitaient au couché du soleil.

PUY_3352

La nuit, ils s’adonnaient à des festins mangeant la chair du sanglier "magique" Sæhrímnir (préparé par le cuisiner Andhrimmer dans le chaudron appelé Eldhrimmer) qui ressuscitait au matin pour être de nouveau mangé le soir suivant et à des beuveries d’hydromel provenant des pis de la chèvre Heidrun servis par les Walkyries dans des cornes à boire ou dans les crânes de leurs ennemis.
Tous attendaient le jour où sortant des 540 portes de la Valhöll en rang de huit cent, ils combattront dans une dernière guerre contre le terrible fils de Loki, le loup Fenrir, et de nombreux autres ennemis.
Les âmes de tous les autres iraient rejoindre une sorte d’enfer nommé "Hel", le royaume des morts.
On peut d’ailleurs remarquer, que le mot anglais désignant le diable maître des enfers est Hell.

PUY_6284

Walhalla est évidemment le ciel

Posté par Puystory à 00:05 - -

26 juin 2022

Mousquetaire de Richelieu

PUY_8885

PUY_7410

PUY_2168

PUY_7137

PUY_7140

Posté par Puystory à 00:05 - -


24 juin 2022

Le Labyrinthe

Puy15061005

Parmi les créations des jardiniers du Puy du Fou, le labyrinthe.
Un vrai challenge, avec comme toujours, l'imagination créative et exigeante des responsables pour sa conception.

Puystory_6976

Un ensemble de 2500 mètres carrés en deux parties avec une passerelle avec des végétaux assez denses, et diversement mélangés dans les espèces, pour que cela soit à la fois mystérieux, beau, et que le public ne passe pas à travers les buissons pour gagner du temps dans leurs interrogations.

Puystory_6969

Les labyrinthes dans les parcs sont souvent constitués d'ifs.
C'était déjà autrefois un espace de secrets et de jeux.
Le labyrinthe du Grand Parc est unique, sur treillage de bois, avec beaucoup d'arbustes et de plantes grimpantes allant jusqu'à quatre mètres...

PUY_3205

Il y a aussi des animaux farceurs subtilement placés attendant les  réactions imprévisibles des visiteurs.
Le public est soit un peu perdu, soit un peu déconcentré, mais à la sortie ravi par une belle vision végétale et un parcours particulier au sein du Grand Parc.

Posté par Puystory à 00:05 - -

21 juin 2022

Vikings.

PUY_4226mod1

PUY_3401

PUY_3415

PUY_3455

PUY_3462

Posté par Puystory à 17:39 - -

19 juin 2022

L'armement à travers les siècles

SH100752

Les armes, seuls vestiges laissés par les premiers hommes, sont nées avec l'homme.
Pour l'homme, fabriquer des armes était un besoin.
Pour se protéger des animaux sauvages et de ses semblables ou bien pour attaquer ces derniers par nécessité ou par instinct.
Il est probable que la première arme dont se servit l'homme, fut un morceau de bois (une branche d'arbre)
Mais, ils ont vite compris qu'une pierre serait plus efficace pour blesser ou tuer l'animal qui lui fournit nourriture et vêtements.

PUY_2540 Puystory

Il taille donc dans la pierre des haches et des couteaux à tous usages.
A l'âge du bronze, il transforme les haches de pierre et fabrique des haches à douilles destinée à recevoir un manche.
Il en fit ainsi de différents modèles à côté desquels on a retrouvé des poignards, des épées, des pointes de flèches et de lances, des casques et des cuirasses.
A l'âge de fer, les armes les plus caractéristiques sont : épées, poignards, lances et javelots.

Puystory_9811

Comme armement défensif, on retrouve des casques, cuirasses, boucliers de bois ou de cuir à garnitures métalliques. 
Les anciens, pour qui la chasse et la guerre étaient les plaisirs favoris, savaient aussi construire et se servir de machines de guerre redoutable.
Macédoniens, Carthaginois, Romains employaient le bélier, la tortue-bélier, la tour mobile pour assiéger les places fortes ou pour percer les portes et murailles.

Donjon 036

La baliste et la catapulte, ancêtres du fusil et du canon, pour lancer au-dessus des murs des pierres, des boulets rougis.
A l'époque féodale et des communes, tous ces engins destructeurs étaient nécessaires pour le siège des châteaux forts.
Les combattants de l'époque employaient aussi le "trébuchet" autre ancêtre du canon qui permettait de lancer jusqu'à 150 mètres et de plus gros projectiles.

Puystory_9531

La lance et l'épée étaient les armes réservées aux cavaliers et aux seigneurs.
Les fantassins tiraient à l'arc et à l'arbalète qui replacèrent la fronde.
La fronde était une arme projetant une pierre ou un morceau de silex employée par l'homme primitif pour chasser des animaux plus rapide que lui.
Au XVème siècle, l'arc et arbalète sont encore des armes des fantassins qui portaient comme protection un casque bombé en fer, tandis que l'armure, propre à la cavalerie est plus compliquée à l'usage, mais plus complète.

Donjon 408

Mais, l'homme allait trouver un nouveau moyen de destruction, la poudre à canon, que les Anglais utilisèrent pour la première fois en Europe à la bataille de Crécy en 1346.

Posté par Puystory à 00:05 - -

17 juin 2022

Ruines du Vieux Château !

PUY_9826

Puystory_5671

Puystory_5679

PUY_0095

PUY_9618

Posté par Puystory à 00:11 - -

14 juin 2022

La cabosse

istockphoto-627306800-612x612

La cabosse est le fruit du cacaoyer  pour les fèves de chocolat.
C'est une baie qui contient de 15 à 40 graines.
Après fermentation et torréfaction, ces graines sont utilisées pour la fabrication du cacao et du chocolat.
La cabosse, dans le vieux langage, faisait aussi référence à une contusion, à une bosse ou à une meurtrissure.

PUY_5982

Dans le spectacle du "Dernier Panache", on assiste à la "Danse des Cabosses" qui représente des personnes qui n'ont pas eu une vie facile, qui ont subi beaucoup d'épreuves.
Charrette aimait danser et la fête.
A la vieille d'un combat, la danse et l'amour étaient de bons exutoires à la violence à venir.

PUY_8381

A chaque victoire, Charrette organisait un bal, notamment à son quartier général de Legé.
Très technique, la "Danse des Cabosses" nécessite de danser... avec des sabots.
Et en l’écoutant, même les plus timides et les moins adroits sont pris d’une irrépressible envie de danser !

Posté par Puystory à 00:05 - -