Puy Story

Histoire d'une région.

Le Fort de l'An Mil (Puy du Fou)

PUY_8267

PUY_8846

PUY_8834

PUY_8845

PUY_8842

Posté par Puystory à 00:04 - Fort de l'An Mil - Commentaires [0] -


L'église Notre Dame des Epesses

PUY_6704

La première église des Epesses fut celle du Prieuré remplaçant la villa gallo-romaine.
Construite d'abord en bois comme toutes les chapelles primitives, puis après l'an mille, en pierre, au milieu du vaste lieu d'asile inviolable qu'était alors le cimetière, à l'emplacement de l'église actuelle.

Puy du Fou 2011 - 2142

Dès 884, certains textes parlent d'une église Santa Maria de Spissis, ("Epines" – "fourrés") mais le plus vieux document concernant cette église placée sous le vocable de Notre-Dame, date de 1103.

Puystory_01346

Elle y est citée comme relevant de l'abbaye de VEZELAY, ce qui ne veut pas dire qu'elle fut fondée par les moines de cette Abbaye, mais plus vraisemblablement par les seigneurs du PUY DU FOU, qui étaient seigneurs de la paroisse des EPESSES sans doute donnée par eux à cette Abbaye Bourguignonne.

Puystory_01348

L'église romane qui existait en 1103, fut remplacée au 15ème siècle par l'église actuelle.
Cette très belle église à trois nefs possède une particularité qui n'est pas rare dans les églises de cette époque.

Puystory_01377

Les haut-parleurs d'aujourd'hui n'existant pas, on noyait dans la maçonnerie de la voûte, l'ouverture tournée vers le bas, des vases acoustiques en terre cuite, sortes de vases de résonnance qui répercutaient les sons, ce qui fait que dans certaines églises anciennes, on a une acoustique remarquable.

Puy du Fou 2011 - 2130

Le chœur et le portail sont plus récents, et furent reconstruits par les seigneurs de la paroisse.
On dit que la première messe chantée fut célébrée le jour de la St Jean Baptiste, le 24 juin 1440.
Des fouilles ont aussi révélé en sous sol les restes d'une fonderie de cloches.

Puystory_01420

Le portail en 1620 par René Il du Puy du Fou, et vers 1635, une magnifique crypte sépulcrale, en forme de croix, construite en dehors de l'église du 15ème siècle, et dans laquelle plusieurs seigneurs du Puy du Fou furent enterrés.

Puystory_01375

Au début de la révolution, il paraît que la porte du tabernacle en or, fut cachée sous le dallage de l'église et jamais retrouvée.
Au moment de la reprise du culte, au début de l'Empire, le curé des Epesses fit faire une porte en bois sculpté pour ce tabernacle.

DSC_0012

On raconte qu'en 1794, les soldats républicains de la garnison de Cholet, cantonnés aux Epesses sous les ordres de Baron, ami du notaire Gabriel-Vincent Chenuau (1755-1821), de triste mémoire, brisèrent trois cercueils de plomb qui renfermaient les restes des seigneurs.
Le plomb fut emporté et, les squelettes jetés dans un coin où ils restèrent jusque vers 1815.
En 1946, l'abbé Deriez curé des Epesses les réunit dans le tombeau qui se trouve dans cette crypte.

Puystory_01341

Au-dessus de cette crypte, René Il du Puy du Fou construisit le chœur actuel et deux chapelles latérales.
Il voûta le chœur avec des caissons de granit qui avaient été mis en réserve pour la reconstruction de l'aile droite du Puy du Fou.
Ils sont semblables à ceux du grand escalier et de la chapelle.

Puystory_01339

Et vers 1650, le nouveau seigneur du Puy du Fou, Claude de Boylesve (1611-1673) fit construire le très beau retable, un des plus beaux de Vendée (classé par les Beaux-Arts) qui orne le chœur.
De chaque côté du motif central figurent les bustes du constructeur et de son épouse Louise Ogier (1615 -1657), surmontant leurs armoiries.
C'est en 1946 que l'on redonna une sépulture décente à Claude de Boyslesve, propriétaire du château du Puy du Fou en 1959 et à sa femme.

Puy du Fou 2011 - 2132

A son coté se trouve la chapelle Saint-Jean..... On en parlera prochainement.

Posté par Puystory à 00:06 - VENDEE - Commentaires [3] -

En l'An 1429, Les Légendes Chevaleresques (Richard Liègeois)

Puystory_9181

Posté par Puystory à 22:04 - MUSIQUE - Commentaires [1] -

Le Grand Parc du Puy du Fou 2017

Puystory_6275

Elu meilleur parc du monde, le Puy du Fou offre une multitude d'expériences à vivre en famille ou entre amis.

L'Histoire n'attend que vous ! 

Posté par Puystory à 15:44 - PUY DU FOU - Commentaires [0] -

Le Village 18ème du Puy du Fou

Puystory_5119

Puystory_10069

PUY_6756 Puystory

PUY_1840 Puystory

Posté par Puystory à 17:35 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [2] -


3. La quintaine de Jehan (Petite histoire)

PUY_4895

Quelle belle matinée !
Le petit village du Puy du Fou se noie dans le bleu d'un ciel sans nuages, le soleil brille de tous ses rayons et comme pour le fêter, les oiseaux s'égosillent dans les frondaisons.
Jehan et Guillemette, les nouveaux mariés, éveillés par ce joyeux tapage, se regardent, émerveillés.
Ils savent que leur avenir sera aussi lumineux que ce radieux matin d'Avril.
Que ce serait bon de paresser dans le grand lit douillet !

PUY_0760

Mais Jehan doit se soumettre à une rude épreuve :
"la Quintaine des jeunes mariés".
Devant tout le village assemblé, il doit prouver qu'il n'a pas dissipé toute sa vigueur dans des jeux moins périlleux ... !
D'ailleurs, le Seigneur assistera au défi et si le jeune homme triomphe de son "ennemi", il sera généreusement récompensé.
Jehan, escorté par tous les villageois, arrive dans la lice où la quintaine l'attend.

SH100766

Mon Dieu, que ce mannequin d'osier est impressionnant avec ses dix pieds de haut et son bras géant armé d'une lance de bois !
Jehan sait que ce buste gigantesque, à la tête grimaçante, est fixé sur un pivot extrêmement mobile.
Il sait aussi que, seul, à pied, la lance à la main, il n'aura que cinq coups pour l'abattre.
S'il attaque mal, la quintaine accomplira une volte complète et mettra en branle son bras monstrueux qui le frappera violemment dans le dos.

16903365_10212311059600882_2771612018226275369_o

Vaillamment, Jehan concentre son énergie, se précipite sur son "adversaire".
Les assistants retiennent leur souffle...
Hélas, notre héros a mal porté son attaque et n'a que le temps de se jeter au sol pour éviter le choc en retour.
Reprenant son calme, le jeune homme réfléchit avant sa prochaine tentative.
Il comprend qu'il doit atteindre le mannequin en plein "cœur" pour qu'il bascule.
Il s'élance... mais il a encore frappé trop bas.

DSC_2635

Cette fois, il n'arrive pas à esquiver le bras vengeur.
Il se relève, couvert de poussière et ruisselant de sueur.
Les villageois rient à gorge déployée et, plus fort que les autres, le Geoffroy, qui ne lui a pas pardonné d'avoir séduit la petite Maupillier...
Guillemette le foudroie du regard.
Elle souffre de voir son mari ainsi ridiculisé... !
Et quand il retourne à l'assaut, la jeune femme adresse une ardente prière à la bonne Vierge.
Elle ferme les yeux...
Elle ne veut pas regarder...
Et jamais la quintaine se vengeait et le laissait là, sans vie, à même la terre...
Non, il ne faut pas y penser, il ne faut pas attirer le malheur...

PUY_9251

Soudain, une clameur jaillit, des applaudissements enthousiastes éclatent...
Elle soulève lentement les paupières...
La quintaine gît au sol et Jehan lève un bras vainqueur.
Elle court l'embrasser...
Elle est si fière de lui...
Leurs effusions tournent court car le Seigneur s'avance vers Jehan pour le récompenser.
Le Maître se montre bien généreux.

DSC_2735

Le "nouveau Roi de la Quintaine des Vilains" sera libre de redevances pour l'année à venir.
De plus, il pourra assister, dans la tribune d'Honneur, à la prochaine Quintaine des Chevaliers et aux joutes qui marqueront les fêtes de Pâques.
Nos deux amoureux s'en retournent vers leur chaumière pour y goûter un repos bien mérité...

Posté par Puystory à 00:10 - Petites histoires au Puy du Fou - Commentaires [2] -

Bal des Oiseaux Fantômes au Puy du Fou.

PUY_5968

PUY_5983

PUY_6102

Puystory_1283

Puystory_1393

Puystory_1352

Puystory_1193

Puystory_1468

Posté par Puystory à 00:10 - BAL DES OISEAUX - Commentaires [2] -

Au temps de l'an Mil.

PUY_4818

Ces temps-là étaient précaires.
Beaucoup de turbulences guerrières surgissent, avec en particulier, les raids des "Hommes du Nord", les NORMANDS, qui vont tenir le bas Poitou sous leur menace pendant un bon siècle et demi.
Au Xème siècle l'ensemble de la France est recouvert de forêts.
Les routes n'existent pour ainsi dire plus.
Les transports se font par voie d'eau ou à dos d'homme.
Quelques clairières çà et là rassemblent les groupes humains.
Les peurs ancestrales de l'humanité ressurgissent, plus vives que jamais : la famine, la maladie, la guerre ...

PUY_4885

Alors les villages se resserrent frileusement derrière les palissades, à l'ombre des hauts donjons de bois.
De profondes mutations politiques et sociales vont voir le jour en France à cette époque, et se développer petit à petit.
C'est ce qu'on appelle la féodalité.
Puisque le pouvoir central est incapable d'assurer la paix, ce sont les "grands" dans chaque région, dans chaque domaine, qui vont petit à petit garantir la sécurité de leurs gens.
Se tisse alors un réseau de dépendance d'homme à homme.
Le territoire français va se diviser en multiples cellules autonomes ou presque : duchés, comtés, vicomtés, puis seigneuries, châtellenies.
Chacun, du haut en bas de l'échelle, possède des droits qu'il tient de plus haut que lui, et a des devoirs à accomplir.

PUY_7309

Le seigneur qui possède une terre peut y construire une fortification destinée à protéger les gens et les biens.
Et les donjons fleurissent, signes visibles de la puissance du seigneur.
C'est aussi l'âge d'or de la chevalerie avec ses rites (adoubement, quintaine), et son code d'honneur (la défense des causes justes).
Les petites gens vivaient durement.
"Taillables et corvéables à merci", les paysans étaient soumis au caprice de leur châtelain.
Redevances, corvées,... ne leur laissaient pas grand chose pour entretenir leur famille, et leur nourriture consistait essentiellement en pain et légumes (fèves, choux ou pois).

PUY_4716

La viande restait un luxe rare et les troupeaux de porcs que l'on menait à la glandée (nourriture à base de glands de chênes et de faînes de hêtres), fournissaient du lard pour les jours de fête.

Posté par Puystory à 00:01 - Fort de l'An Mil - Commentaires [2] -

L'histoire des Guerres de Vendée dans l'art officiel (2)

DSC_3644

De 1850 à 1913, 90 œuvres évoquant les Guerres de Vendée sont envoyées dans les salons parisiens.
Cela représente une moyenne annuelle variant entre quatre et neuf toiles (avec toutefois une augmentation dans les années 1880 à 1883).
Pour certains artistes, la guerre de 1793 ne constitue pas seulement un thème occasionnel mais devient une spécialité à part entière.
Le sujet s'intègre dans un domaine particulièrement apprécié qui représente alors le sommet de l'art pictural : la peinture d'histoire.
Ces œuvres sont à replacer dans une histoire générale du goût.
C'est dans un premier temps celui des scènes de batailles, prétextes à la peinture d'uniformes variés.
Comme par le passé, la peinture d'histoire demeure un moyen de propagande au service des régimes politiques.
L'Etat est un mécène qui encourage une production artistique à la République.
Cette volonté est particulièrement manifeste après la nomination d'Edmond Turquet aux fonctions de sous-secrétaire d'Etat aux Beaux-arts pendant près de quatre ans, entre 1879 et 1887.
Certains artistes sont sensibles au chant des sirènes et vont traiter le sujet sous un jour favorable à la cause républicaine.
Par exemple, "La bataille du Mans" de Jean Sorieul (1852) met-elle en scène la profonde humanité d'un jeune général républicain.
Inversement, d'autres artistes s'emploient à défendre la cause royaliste, soit que celle-ci réponde à leurs propres convictions, soit qu'ils reçoivent des commandes privées émanant de légitimistes.

DSC_3680

Pourtant, des peintres évoquent les Guerres de Vendée sans pour cela se livrer à quelque acte de militantisme politique.
Les critiques formulées lors des Salons parisiens mettent en évidence la popularité de ces thèmes, mais également leurs limites.
La peinture officielle du XIXème siècle commet une confusion en mettant en place une image nouvelle.
Le mythe du vendéen-chouan breton.
Il n'est pas rare en effet de voir dans des scènes des Guerres de Vendée des personnages directement empruntés au répertoire iconographique breton, finistérien ou morbihannais.
Ils sont alors généralement revêtus d'une culotte bouffante resserrée aux genoux, d'un gilet brodé et d'un large chapeau.
Les paysages eux-mêmes semblent parfois davantage inspirés par la lande bretonne que par la Vendée.
Par ailleurs, la littérature populaire a également contribué à diffuser cette image du "Vendéen-Chouan", qui fait l'amalgame de deux réalités historiques différentes.
Parallèlement aux scènes de bataille, les peintres officiels évoquent très fréquemment le thème de la défense de la foi, notamment à travers la représentation de messes célébrées clandestinement.
Il est vrai que le sujet prend toute son acuité dans le contexte tourmenté de la IIIème République.
La religion faisant l'objet de menaces incessantes, il n'est pas inutile de faire appel aux réminiscences d'un passé encore proche dans les mémoires et de remettre sous les yeux de chacun les qualités de ses ancêtres très chrétiens...

Posté par Puystory à 00:05 - Tableaux - Commentaires [2] -

Dans la grange du Puy du Fou

PUY_4684 Puystory

PUY_6772 Puystory

Puy180602145

PUY_5413 (2)

Puy180602139

Posté par Puystory à 00:12 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [3] -