Puy Story

Histoire d'une région.

Décorations de Noël

Puystory_00026

Puystory_00062

Puystory_00049

Puystory_02206

Puystory_02211

Posté par Puystory à 00:03 - NOËL - Commentaires [1] -


Ouverture des huîtres

PUY_6165

Vous voilà devant votre panier d'huîtres, savourant déjà ce goût naturel incomparable, mais avant la corvée de l'ouverture s'impose.
Voici quelques conseils et techniques pour que cela ne soit plus une corvée.
Tout d'abord équipez vous d'un bon couteau à huîtres (à lame courte et pointue, si possible sans garde mois cela dépend des goûts).
Pour les droitiers, positionnez l'huître dans la main gauche, l'arrière vers vous et la partie plate au-dessus.
Pour les gauchers, placez dons la main droite, l'avant vers vous, toujours la partie plate au-dessus.
Introduisez la lame en forçant sur le côté de l'huître, à un peu plus de la moitié de l'huître (vers l'avant) afin de tomber sur le nœud.

PUY_6166

Une fois la lame introduite, sectionner le nœud, puis racler la coquille du dessus et finalement ôter la coquille supérieure.
L'ouverture des huîtres plates est plus difficile car le nœud est situé plus au milieu de l'huître.
Dans ce cas, il faut l'ouvrir par la charnière, en faisant levier entre les deux coquilles pour faire sauter le dessus.
Pour tous ceux que l'ouverture des huîtres rebute encore, il existe des couteaux spéciaux qui permettent de casser le bord de l'huître pour couper le nœud sons effort.
Les plus fortunés pourront même employer les services d'un écailler qui fera cela très bien.
Les huîtres avec un fil d'ouverture sont à déconseiller, car le processus de mise en place de ce fil fatigue l'huître et altère sa qualité.

IMG_3052

Posté par Puystory à 21:19 - Divers - Commentaires [0] -

40 ans du Puy du Fou

Puy Noël 2017_00139

PUY_1052

Posté par Puystory à 14:53 - PUY DU FOU - Commentaires [0] -

Légende de Noël (Ne pas déranger les bêtes)

PUY_3356

Les anciens vous le diront :
autrefois il valait mieux ne pas pénétrer dans les étables pendant la nuit de Noël surtout à l'approche de minuit.
Vieille croyance encore vivante dans la contrée jusqu'au milieu du siècle.
La légende qui va suivre a été, comment c'est souvent le cas, fortement moralisée.
En effet au siècle dernier, les autorités religieuses s'efforçaient de "christianiser" les anciennes superstitions. Le récit pouvait impressionner.
Il avait pour buts d'inciter les paroissiens à respecter la religion et de leur faire songer au salut de leur âme.
La veillée de Noël débutait dans chaque famille par la mise en place et la bénédiction de la "cosse de Nô" (bûche de Noël) suivant un cérémonial traditionnel.

Puystory_00675

La bûche allumée, les grandes personnes se préparaient à veiller, tandis que les enfants, leur prière faite, s'en allaient dormir mais non sans avoir auparavant apporté au coin de l'âtre, leurs petits souliers bien cirés.
Quand le petit Jésus descendrait par le trou noir, il ne manquerait pas de les voir et de les remplir de bonnes choses.
Leur maman leur avait répété cela bien des fois, ils pouvaient dormir et rêver de trésors merveilleux.
De trésors justement il n'en était guère dans les masures de paysans !
Aussi, même à la veille de Noël, on travaillait.

PUY_5510 Puystory

Les femmes tricotaient ou filaient la laine et la filasse, soit à la quenouille, soit au rouet.
Dans les maisons les plus nombreuses et spécialement au bourg, les hommes jouaient aux cartes en buvant quelques verres de vin du pays.

Puy Noël 2017_00010

Au cours de ces veillées, l'on savourait la douce chaleur que dégageait la grosse bûche rongée par la flamme.
Les vieux rêvaient des noëls de leur jeunesse et s'abandonnaient à évoquer leurs souvenirs que tous écoutaient religieusement.

Puystory_00760

Les vieux racontaient que jamais le maître de maison ne se couchait sans avoir fait sa ronde aux étables.
Mais le soir de Noël, au lieu de la faire en fin de veillée, il la faisait au début.
En effet, il ne fallait pas déranger les bêtes la nuit de Noël, car elles ont reçu du créateur le privilège de parler et même de prier en ce moment sacré.
Un paysan s'entêta à vouloir visiter son étable une nuit de Noël.

PUY_7168

A peine eut-il fait quelques pas dans le bâtiment qu'il entendit une voix profonde :
"Qué-t-au qui f'rons demain ?"
disait un des grands bœufs couché.
Son compagnon répondit sourdement :
"I irons charrier dau bois pour faire le cercueil de not ' maitre".
Le fermier sentit son sang se glacer.
Il rentra précipitamment à la maison, et quelques jours plus tard il mourut !
Les vieux ajoutaient même qu'au Sanctus de la messe de minuit, le bétail se mettait à genoux et priait.
Un gars ne voulait pas croire à ces légendes.

Puystory_01178

Pénétrant dans son étable comme sonnait le Sanctus, il avisa un bœuf immobile qui semblait oublier de ruminer.
Le gars lui donna un coup de pied :
"Dors-tu Maréchau ?"
Le boeuf :
"Non je prie et toi tu t'en vas demain pour avoir tué ma prière".

Posté par Puystory à 00:14 - NOËL - Commentaires [1] -

Souvenirs soirée du 27/08/2017 (Villers-la-Ville. Nuit des Chœurs 2017)

Posté par Puystory à 16:10 - Commentaires [0] -


Le Grand Carillon.

Puy Noël 2017_00235

Puy Noël 2017_01056

Puy Noël 2017_01061

Puy Noël 2017_01065

Puy Noël 2017_01083

Puy Noël 2017_00233

Puy Noël 2017_01050

Posté par Puystory à 00:01 - Grand Carillon - Commentaires [1] -

Mystère de Noël 2017

PUY_7162

Puy Noël 2017_01156

Puy Noël 2017_01196

Puy Noël 2017_01319

Puy Noël 2017_01674

Posté par Puystory à 20:31 - Mystère de Noël - Commentaires [0] -

Père Noel du Bourg 1900.

Puystory_00048

Puystory_00049

Puystory_00062

Puystory_00055

Puystory_00051

Posté par Puystory à 00:10 - Bourg 1900 - Commentaires [1] -

Eglise fortifiée du Boupère (Vendée)

Puystory_5191

Eglise fortifiée, monument historique, appartenant dans l'ensemble aux XIV-XVème siècles.
La première église est construite au 12ème siècle et fortifiée au Moyen-Age avec des meurtrière, chemin de ronde....
La restauration, qu'elle a subie au siècle dernier, a fait disparaître les restes romans du chœur et des absidioles et contribue à lui donner son unité de style actuelle.
Elle a dû présenter à l'époque romane l'aspect d'une construction en forme de croix latine, dont le chœur, semi-circulaire à l'origine, a été transformé dans la suite.
Vers 1867, on a doublé la profondeur du transept aux dépens du chœur et des absidioles : celles-ci furent alors démolies.

Puystory_11930

L'église se compose actuellement d'une abside formée d'une travée unique avec grande baie ouvragée restaurée au siècle dernier, d'un transept très profond comprenant deux travées, de même que les croisillons, et enfin de la nef.
Celle-ci, de même que la travée centrale primitive du transept, voûtée de huit nervures mono-toriques, remonte aux origines de l'église.

Puystory_11958

La nef comprend deux travées égales, dont les voûtes, légèrement bombées, n'occupent pas toute la largeur du vaisseau, d'où il s'ensuit la formation, au Sud, d'une sorte de bas-côté très étroit, fausse basse-nef analogue aux bas-côtés de La Caillère.

Puystory_11931

La voûte, repose au Nord directement sur le mur goutterot, retombe de l'autre côté sur un pilier isolé entre les deux travées et relié au mur d'enceinte par une maçonnerie dans l'épaisseur de laquelle a été ménagé un passage cintré.
Cette particularité a son contrecoup dans l'agencement de la façade occidentale.
Celle-ci présente un portail et un oculus du plus pur XVème siècle.

Puystory_11979

Le portail occupe le milieu de la façade, tandis que l'oculus (œil-de-bœuf) est situé au centre de la travée voûtée, ce qui fait que les deux ouvertures sont sensiblement décalées l'une par rapport à l'autre.

Puystory_11980

Cette façade est couronnée extérieurement d'une jolie galerie de mâchicoulis supportant un parapet crénelé qui protège un chemin de ronde terminé à chaque extrémité par une échauguette s'appuyant sur les contreforts d'angle.
Cette galerie se continue tout autour de l'église, sauf au niveau du clocher.
Celui-ci, qui complète si harmonieusement l'édifice sur le côté Sud, a été lui-même restauré encore 1890.

Puystory_5214

Quelques dates repères...
Au 12ème siècle une église en croix latine romane à chevet plat aux arcs légèrement brisés.
1179, la Bulle du Pape Alexandre III précise que la paroisse Alba Petra (Le Boupère) est une possession du monastère de Saint-Jouin de Marnes.

Puystory_11966

26 mars 1305, Bertrand de Got archevêque de Bordeaux est en visite pastorale au Boupère.
Peu après il est nommé pape et s'installe à Avignon sous le nom de Clément V.
14-15 ème siècles sera l'époque de la fortification de l'église.
1563-1598, les seigneurs locaux adoptent la réforme protestante et l'église devient un temple protestant pendant 35ans.
24 juin 1798, l'état vend l'église aux enchères, au citoyen Bertrand.

Puystory_11969

En 1808, la commune rachète l'église.
1862, transfert du cimetière entourant l'église vers son emplacement actuel.
1867-1868, élargissement du sanctuaire et construction du second transept gauche.
1891-1892, construction du transept droit (Sacré-Cœur) et reconstruction totale du clocher.

Puystory_11982

15 et 16 février 1906, malgré l'opposition des habitants, les gendarmes pénètrent par un vitrail et procèdent aux inventaires.
1966, après le concile Vatican II l'autel de pierre est enlevé.

Puystory_5198

Celui d'aujourd'hui est à proximité des fidèles, la liturgie se déroule face au peuple.

Posté par Puystory à 00:05 - VENDEE - Commentaires [1] -

5. La transformation du château

Puy du Fou 2011 - 3376

Pour la transformation du château, c'est l'architecte italien, Le Primatice (1504-1570) qui dressa les plans.
Pour la construction de la grande Loggia, toute la première partie du château construite un siècle plus tôt au bord de l'étang fut démolie.
De nouvelles fondations furent bâties sur pilotis en raison des infiltrations provenant de l'étang tout proche.
Sur l'arrière, on retrouve une terrasse de 5 mètres de haut surplombant l'étang.
Dès 1540, la construction du grand corps de logis de plus de 66 mètres, qui fait face à l'entrée était commencée.

PUY_9216

Il se composait d'une vaste cuisine en sous-sol avec deux immenses cheminées, dont l'une pouvait cuire un bœuf entier.
Ensuite des magasins à vivres, des celliers.
La lumière du jour provenait par des fenêtres donnant sur la grande cour et sur la terrasse qui tout le long de l'étang borde le château.
On pénétrait dans le rez-de-chaussée par une petite loggia composée de deux arcades de granit.
A gauche, le grand salon éclairé par six belles fenêtres à meneaux.

PUY_6820

En face de l'entrée, un escalier à vis desservait l'unique étage et les combles.
Puis à droite, d'autres saules plus petites.
L'aspect de ces façades rappelle l'architecture italienne de la Renaissance.
Le sous-sol a la sévérité du style toscan.

PUY_6816

Le rez-de-chaussée dresse ses fines colonnades ioniques et le riche corinthien orne l'étage.
Une belle et large corniche, sommée d'élégantes lucarnes à frontons couronnait le tout.
Toutes les ouvertures, les colonnades étaient de fin granit de Mortagne, et les murs étaient remplis par un briquetage aux tons roses très décoratifs.

PUY_0079

La charpente élancée permettait de créer des combles habitables, éclairés par les petites lucarnes en plein cintre à frontons triangulaires.
Comme tous les châteaux d'une certaine importance dans la région, la toiture était vraisemblablement composée par des tuiles plates au bout arrondi, dites "tuiles écailles", clouées sur une charpente assez élevée.
Ces tuiles étaient fabriquées sur place car chaque domaine avait sa tuilerie, qui travaillait non seulement pour le château, mais pour les multiples métairies du domaine.

PUY_2158

Le Primatice étant un architecte de goût, il n'aurait pas eu l'idée de coiffer un château de briques roses, par une sombre toiture d'ardoises, matériau d'ailleurs peu employé au-dessous de la Loire.
Pendant les Guerres du Protestantisme (1562-1598), le Puy du Fou fut incendié.
Sa haute toiture s'effondra, et on rétablit une couverture plus économique, moins haute et faite de tuiles romaines.

DSC_3768

Ce qui eut sans doute pour conséquence la suppression de l'habitabilité des combles.
Mais les lucarnes furent conservées en raison de leur bel effet décoratif.
Ceci était le grand corps de logis commencé en 1540 et terminé en 1548.
François II du Puy du Fou (1495-1548) tomba malade à Saumur et en mourut le 17 juillet 1548.
Si bien que sa veuve, Catherine de Laval (1499-1584), se contenta de terminer la décoration intérieure et extérieure de ce premier corps de logis.

Cine2206020023

Le 2 novembre 1559, René ler du Puy du Fou (1520-1566), fils de François II et de Catherine de Laval, épousera Catherine de la Rochefoucauld (1528-1577), fille du Grand Sénéchal de Guyenne, Gouverneur de Paris et de Jeanne d' Amboise.
Ils viendront s'installer au Puy du Fou et continueront l'œuvre de leur père François II.
René ler du Puy du Fou meurt en 1566, dans de tragiques circonstances, très probablement des suites de la Guerre entre Catholiques et Protestants.
Sa veuve continuera, malgré l'insécurité des temps, l'œuvre de reconstruction du Puy du Fou.

Posté par Puystory à 00:01 - Château - Commentaires [2] -