Puy Story

Histoire d'une région.

Le Signe du Triomphe

PUY_5516

PUY_5603

PUY_5620

PUY_5405

PUY_5730

DSC_6030

PUY_5672

PUY_4031

PUY_5777

D'autres photos sur : http://puystory.magix.net/album/tous-les-albums/!/oa/7241119/

 

Posté par Puystory à 00:54 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -


Féodalité dans la région du Haut Bocage...(3)

20090716120038(1)

Les actes de l'époque féodale reflètent assez fidèlement la condition sociale des vassaux, des châtelains. Quelques-uns possèdent un petit château qui n'en porte pas le titre.
Ce sont souvent des "hôtels nobles", des "maisons nobles" comme aux Herbiers, Le Landreau, l'Etenduère, l'Ementruère, et dans les environs : le Puy du Fou, les Noyers, la Traverserie, la Gastière, la Paintrollière et d'autres.
Cependant la plupart sont démunis de ces châteaux.
Ce sont des hobereaux (Petit gentilhomme campagnard) de village, des écuyers, des chevaliers ou des exploitants ruraux de moindre importance.
Leur patrimoine consiste en quelques biens fonciers, qu'ils exploitent eux-mêmes avec quelques domestiques.
Ils sont d'ailleurs plus ou moins fortunés.
Puis la nécessité de préserver l'unité de la châtellenie entraîna rapidement la mise en place de pratiques successorales qui consistaient à faire du fils aîné le principal héritier du fief, avec les droits et les devoirs qui s'y attachaient.

Donjon Imaginaire 15

C'est ainsi que le château devint le berceau et la résidence d'une famille chevaleresque.
Quelques-unes de nos grandes familles du Poitou en sont issues, telles les Chabot, les Jousseaume, les Quatrebarbes, les des Herbiers, l'Etenduère, les du Puy du Fou, les Châteaubriant, les Du Plantis, les Foucher, les Barroteau et d'autres.
Mais avant de passer au fils aîné, le domaine revenait au frère cadet du détenteur du domaine, puis au second frère jusqu'au dernier avant de revenir finalement au fils aîné, suivant la coutume du Poitou.

Atelier Costume 082012 - 24

Selon la coutume féodale, les chevaliers vassaux habitant une châtellenie étaient attachés au seigneur châtelain.
Ils devaient être en disponibilité permanente pour assurer la garde du château, le guet.
A partir du XIIème siècle, ils furent progressivement remplacés dans cette tâche par des chevaliers soldés.
Cette obligation subsista longtemps à titre honorifique.
Si le châtelain avait des devoirs envers la population, comme celui de la protéger en cas de guerre, il avait aussi de multiples droits, redevances que lui devaient ces vassaux.

Grand Parc 084

Outre ce droit de guet, il jouissait de ces droits féodaux si décriés lors de la Révolution Française de 1789.
Dont le droit de prééminence (Avantage, prérogative, supériorité) dans toutes les églises dépendant de sa châtellenie.
Le châtelain y possédait son banc seigneurial pour lui et sa famille.
La plupart du temps dans le chœur de l'église, face à celui du célébrant.
Le caveau de sa famille se trouvait toujours dans le chœur.
Une litre funèbre, sorte de longue draperie peinte en noir sur laquelle se voyaient ses armoiries et celles de ses alliances courant tout autour du chœur et souvent dans la nef de l'église.
Quelques très rares restes existent encore dans les églises du Puybelliard et de La Barotière.

Posté par Puystory à 00:02 - VENDEE - Commentaires [1] -

Jacques l'Epourail (Cinéscénie du Puy du Fou)

PUY_5811

"Je suis Jacques Lépouraille, je garde les champs contre les grolles, quand vient le mai de la quintaine, c’est moi qui dispose les mannequins figurant les traitres et les païens"
 ****
La trame du cette partie est :

Les questions de la Mère MAUPILLIER invitent finalement le Marchand de quenouilles à se situer lui-même, se rattachant ainsi à la grande tradition des Vagabonds, Conteurs et Pèlerins de tous les temps, il se met en scène, à son tour, dans les mêmes lieux.
Les auditeurs de la veillée captivés par la prosopopée, laissent aller l'oreille et l'œil "parmi les défricheurs et les écuyers".
A travers les galops lointains, les "ombres de Frayeur" montent de la veillée jusqu'aux étendards de l'ancien château.
L'évocation continue avec le Marchand de quenouilles redevenu le "vieux pèlerin de SAINT-ROGNOU" (St-Rognou nous vient de la tradition orale : Saint Guérisseur).
Il marche avec les aveugles.

DSC_4213

Le petit Jacques devient "Jacques I'Epourail" (Epourail = épouvantail), l'enfant qui défend les récoltes contre les corbeaux, en plantant des épouvantails dans les champs.
Une succession de spots visuels et sonores souligne à la fois la misère (les aveugles), la sérénité (les mendiants) et la fête (l'arbre de mai).
La fête de mai se déroule conformément à l'usage : Jacques l'Epourail vient placer son épouvantail sur le chemin, donnant ainsi le branle à la Quintaine.

PUY_7564 Puystory

Devant un nombreux public de paysans, les cavaliers débouchent de l'arrière-scène et se succèdent sur la digue et l'avant-scène, rivalisant de prouesse et d'adresse, se précipitant, lance au poing, sur les épouvantails-mannequins disposés sur leur passage.
Après la vision fugitive d'une jeune fille à une fenêtre du château, le petit Jacques de la veillée revient à lui, et, dans sa curiosité de gamin, observe la corne gravée accrochée à la bretelle du vieux "Cherche-Pain".

Posté par Puystory à 00:03 - CINESCENIE - Commentaires [1] -

Première vidéo filmée au retour de l'anneau de Jeanne d'Arc en France

Posté par Puystory à 23:56 - Commentaires [0] -

Le Secret de la Lance.

PUY_1999

PUY_2053

 Jeanne, voici nos cavaliers d'élite.
C'est à vous de choisir les meilleurs.

PUY_2101

PUY_2110

PUY_2157

D'autres photos sur : http://puystory.magix.net/album/tous-les-albums/!/oa/7241115/

Posté par Puystory à 00:20 - Secret de la lance - Commentaires [2] -


Gobelins

Au Puy du Fou, le visiteur peut découvrir notamment au "Château renaissance" et au "Camps du Drap d'Or" des "Gobelins".

PUY_1061

Dès le XIVème siècle les eaux de la Bièvre (rivière prenant sa source dans le quartier de Bouviers à Guyancourt et se jetant à Paris) vont attirer teinturiers et tanneurs.
L’histoire des Gobelins débute au XVe siècle. Vers 1440, dans le faubourg Saint-Marceau (aujourd’hui faubourg Saint-Marcel) Jean Gobelin, ( xxxx -1475) teinturier champenois (Reims), ouvre un atelier de teinture réputé pour ses couleurs rouges, à l’écarlate.

PUY_7294

C'est en 1601 que l'activité de tapisserie aux Gobelins voit le jour, lorsque Barthélemy de Laffemas (1545-1612) conseiller du roi Henri IV (1553 – 1610)) fait venir des tapissiers flamands associant ainsi la tapisserie flamande à la grande maison de teinture de la famille des Gobelins.

PUY_7299

En 1655, sous le règne de Louis XIV (1638 – 1715), Colbert (1619 – 1683) favorise l'activité (procédé de la teinture écarlate) de Jean Glucq (xxxx-1718) en décidant de regrouper aux "Gobelins" divers ateliers de tapisserie éparpillés dans Paris, mais aussi des peintres, des graveurs, des orfèvres, des lapidaires (tailleur et polisseur de pierres précieuses et fines), des ébénistes, chargés de dessiner et d'exécuter les meubles, les tentures, les statues et les ornements destinés aux palais et aux jardins royaux..

PUY_7752

En 1662, la manufacture des Gobelins est officiellement créée avec à sa tête le peintre Charles Le Brun (1619-1690).
En 1667, cet ensemble prendra le nom de "Manufacture royale des Meubles de la Couronne", et deviendra un haut lieu de renommée européenne.

PUY_9356

C'est au XVIIIe siècle, sous la direction du peintre Oudry (1686-1755), que la manufacture devient la première d’Europe et connaîtra son apogée grâce à la qualité des tissages imitant la peinture et l’ampleur de la production.

PUY_7290

A cette époque, on y dénombre d’une centaine d’ouvriers lissiers (qui montent les lisses - technique de la tapisserie utilisant un métier à tisser disposé dans un plan proche de l'horizontale), sur 58 métiers produisant plus de quarante séries de tapisseries différentes.
Le tissage est une création qui exige savoir-faire exceptionnel et un véritable talent d’adaptation pour passer d’un dessin à une tapisserie.

PUY_2259

En 1825 – 1826, les métiers de basse lisse s'installent à Beauvais et en 1940, suite à la destruction, les ateliers de la manufacture de Beauvais reviennent aux Gobelins sous l'appellation "Manufactures des Gobelins, de Beauvais, de la Savonnerie".
Depuis 1937, la manufacture est rattachée au Mobilier national.
Aujourd'hui, la manufacture crée des œuvres selon des méthodes artisanales et demande entre 3 et 5 ans à la fabrication d’une tapisserie.

Posté par Puystory à 01:04 - Château - Commentaires [1] -

Flores au Puy du Fou

PUY_3927

PUY_6692

DSC_4882

DSC_5635

DSC_5593

Posté par Puystory à 11:37 - GRAND PARC - Commentaires [1] -

L’anneau de Jeanne d’Arc racheté par le Puy du Fou

web-ring-joan-of-arc-c2a9-c2a9-timeline-auctions

Dérobé à la Pucelle par l'évêque Cauchon lors de son procès en 1431, la relique a été rachetée aux Anglais par le célèbre parc d'attraction français lors d'une vente aux enchères historique.
L'anneau de Jeanne d'Arc pèse 4,90 grammes pour un diamètre interne de 18,25 mm et un diamètre externe de 21 mm.
Il est accompagné d'une boite pesant 127 grammes, mesurant 79 x 58 x 77mm.
Cet anneau en argent doré est une relique du XVème siècle.
Cet anneau fut offert à Jeanne d'Arc par ses parents.
Un anneau qu'elle porta tout au long de son existence et qui fut un élément central de son procès.
C'est au moment de ce procès que les Anglais lui confisquèrent l'anneau.
Il aura finalement passé 600 ans en Angleterre avant son retour en France.

http://fr.aleteia.org/2016/03/03/lanneau-de-jeanne-darc-rachete-par-le-puy-du-fou/

*****

PUY_9691

L'histoire renaît avec le retour de l'anneau en France.
Et que dire de plus sur la symbolique du retour sur les terres du Puy du Fou.
En 1431 le Vieux château est détruit par les Anglais en représailles à l'alliance et participation de Guy II à la bataille de "cent ans" à côté de Jeanne D'Arc.
Deux grands personnages de l'histoire se sont rencontrés et combattus pour leurs convictions.
A présent, il nous restera deux valeurs hautement symboliques au Puy du Fou.....
Les ruines d'un "Vieux Château" et "l'anneau.....de la Sainte Patronne de la France".
*****
Lire l'histoire sur :
http://www.puydufou.com/histoires-de-ouf/

*****

Medieval Joan of Arc Devotional Ring with Casket

 

Interview exclusive de Philippe de Villiers

 

Posté par Puystory à 20:12 - Secret de la lance - Commentaires [4] -

Le Bal des oiseaux Fantômes

PUY_2650

Soyez les bienvenus dans la demeure d'Isabeau du Puy du Fou.

PUY_1374

PUY_0910

C'est dans cette tour que s'est endormie une jeune fille... c'était le 11 juin 1137.

PUY_5002

PUY_9574

D'autres photos sur : http://puystory.magix.net/album/tous-les-albums/!/oa/7287861/

Posté par Puystory à 00:44 - BAL DES OISEAUX - Commentaires [2] -

Le Tonnelier (un vieux métier)

PUY_8130 Puystory

"Juste le temps de renverser le barricot pour faire couler le vin nouveau, qui fait oublier la sueur sur les fronts moites ..."
La Vendée n'est certes pas une région de vignes mais produit, malgré tout, quelques petits vins ...
Des couplets célèbres ont immortalisé celui de Sigournais, la Folle ...Rosnay, Mareuil et son Ragoûtant ont acquis leurs lettres de noblesse et le Franc Blanc du pays des Olonnes surprend toujours ...
Le Naha et sa mauvaise réputation sont encore évoquées par les anciens.
En outre, le Layon et ses coteaux ne sont pas si loin et le Muscadet fringant mûrit sur les pentes toutes proches du Sèvre et Maine.
Il fallait bien loger, avant l'avènement de ces tristes cuves en ciment ou en inox, toute cette production.

PUY_8151 Puystory

Le tonneau a chez nous vingt siècles d'âge et les tonneliers y ont été nombreux.
Ce n'est qu'au XIIIe siècle que les "Curparii" qui formaient la corporation des "charpentiers de tonneaux" prirent le nom de tonnelier ; on les appela aussi longtemps des barilliers.
L'exercice du métier était régi par des statuts et des usages sévères.
Le tonnelier de village, lui, était un homme libre payé à la pièce et disposant de son outillage.
A l'exemple des vignerons ils adoptèrent pour patron Saint Vincent et Sainte Anne pour patronne.

DSC_4125

Les chênes à grain fin aux fûts étroits et aux fibres serrées, riches en tanin, sont les plus recherchés mais les bois de châtaignier et d'acacia sont aussi utilisés.
Quatre à cinq mètres cubes de grumes (Tronc d'arbre abattu dont on a coupé les branches mais qui est toujours recouvert de son écorce) donnent 1 mètre cube de bois merrain sans aubier, sans nœud ni aucune tare ; stocké pendant l'hiver qui suit la coupe, le bois restera de longs mois à l'air libre, puis sous abri, avant d'être travaillé.
Chaque tonneau fabriqué est une œuvre d'art.

Image1

Pour une "pièce" de 110 litres, 23 à 28 douelles (élements de bois) de 70 centimètres de long sont nécessaires selon leur largeur pouvant aller de quatre à huit centimètres.
Comme dans la taille des pierres destinées à composer une voûte les douelles doivent avoir la coupe exigée pour leur appareillage.

PUY_9419 Puystory

Chacune est travaillée et planée au chevalet sur toutes ses faces ; les extrémités en sont appointées.
La plane, grand couteau à deux manches, accentue la courbure initiale ce qui rend plus facile le cintrage.
Si besoin est on enlève de l'épaisseur avec une sorte de hache plate et rectangulaire, la doloire.
C'est ce dernier outil qui décapita Saint Jean Baptiste que les compagnons tonneliers "dôleurs" du tour de France ont choisi comme protecteur.

PUY_1952 Puystory

La colombe, sorte de gros rabot inversé d'1,5m de long, muni de pieds, crée le chanfrein de la douelle qu'elle taille en biseau.
Cette opération appelée dolage est suivie du bâtissage, puis du cerclage et enfin du jablage (Action de creuser le jable - Rainure creusée aux extrémités des douves d'un tonneau pour y encastrer les fonds) .
La mise en place des douelles est un véritable jeu d'adresse.

Artisans 090

Elles sont dressées de champ et circulairement à l'intérieur d'un premier cercle provisoire.
Ce bâti assemblé est enserré à mi-hauteur dans un second cercle à l'aide de l'asse et du chasse : c'est ainsi que se nomment le burin et le marteau du tonnelier.
Celui-ci doit maintenant fixer un troisième cercle à l'extrémité inférieure du fût.
Pour ce faire il mouille le bois et allume un feu au milieu du tonneau dont la partie haute est obstruée à l'aide d'une plate.

Image3

Le feu éteint, le bois va sécher légèrement pendant une heure ou deux.
La botissoire, sorte de presse formée d'un bâti de bois et d'une boucle en cordage, sert à resserrer les douelles et permet la mise en place du troisième cercle.
Chanfrinière et jabloir creusent alors chanfreins et veinules, avant que ne soient enlevés, tour à tour, chacun des cercles, pour écarter légèrement les douelles et permettre la pose des fonds.

PUY_1784 Puystory

Les cercles sont remis en place, le fût poli, l'œuvre est terminée ; il ne reste plus qu'à creuser la bonde avec le bondonnoir (Trou rond pratiqué dans un tonneau).
Forme apparemment simple et fonctionnelle le tonneau au vendre rebondi et à l'embonpoint de bon aloi illustre les ressources inventives de l'Homme.

D'autres photos du tonnelier sur :
http://puystory.magix.net/album/tous-les-albums/!/oa/7243005/

Posté par Puystory à 09:27 - Artisans - Commentaires [0] -