Puy Story

Histoire d'une région.

1. Le Noel de Guillemette

PUY_3884

"Guillemette ! Guillemette !"
L'appel de sa mère arrache la jeune fille à ses pensées.
Tristes pensées, en vérité...
Pourtant, en ce 24 Décembre, la joie rayonne dans les cœurs, les yeux brillent, les rires fusent.
Le village s'apprête à fêter la Nativité.
Depuis plusieurs jours, les chaumières résonnent des joyeux préparatifs.
Chez Guillemette aussi, chacun s'affaire.

Puystory_00675

Les hommes ont installé la bûche de chêne dans l'âtre.
Pierre, le benjamin y a versé le vin et le sel qui préservent des mauvais esprits.
L'aïeul y a fait couler quelques gouttes du précieux cierge de la Chandeleur, celui qui garantit longue vie à toute la maisonnée.
Les femmes ont sorti le porc du saloir.
Après la messe de Minuit, la soupe sera bonne.
Guillemette, elle-même, a préparé le gâteau traditionnel à base de pommes, de noix et de miel.
Mais elle se sent étrangère à cette liesse ...
"Guillemette ! Guillemette ! Viens t'habiller pour la messe !"

Puystory_00746

C'est vrai... la crèche vivante...
N'a-t-elle pas été choisie, parmi toutes les jeunes filles de la Seigneurie, pour incarner la Vierge Marie ?
Un honneur que toutes ses compagnes lui envient...
Pourquoi ce poids pèse-t-il sur son cœur ?
Pourquoi toute cette animation lui paraît-elle dérisoire ?
Pourquoi deux yeux bleus dansent-ils devant les siens ?
"Guillemette ! Guillemette ! ... mais à quoi rêves-tu ? Je te parle, voyons !
- Oui, Maman !...  
Surtout tu ne lèveras la tête sous aucun prétexte, tu garderas une attitude modeste et recueillie, tu... "
Mais Guillemette n'entend plus rien.
Lancinants, les souvenirs affluent...
Il avait promis :
"Je serai de retour aux vendanges. 
Je poserai mon sac. 
Je resterai dans ton village. 
Attends-moi !"
Et voilà des mois que le vin est en fûts, des mois qu'elle espère, des mois que son cœur bondit au moindre bruit de pas...
Mais rien !
Pourtant, elle sait qu'il était sincère, ce beau colporteur.
Il était venu un matin d'Avril, avec ses quenouilles et ses fuseaux.

PUY_5823 Puystory

On l'avait accueilli à la ferme comme le veulent les lois de l'hospitalité.
A la veillée, il avait raconté ses voyages, sa vie aventureuse et Guillemette buvait ses paroles.
Et lui ne semblait parler que pour elle...
Surtout lorsqu'il disait qu'il était las de courir les routes, qu'il voulait fonder un foyer.
Il avait réparé les rouets et avait repris son chemin...
Mais ses dernières paroles étaient pleines d'espoir.
Alors ?
"Guillemette ! Guillemette ! Nous partons ! L'heure avance".
Arrivée dans l'humble chapelle, la jeune fille prend place entre le bœuf et l'âne, serrant dans ses bras l'Enfant Jésus de chiffons.
Les trois messes basses se déroulent.
Guillemette pense à Jehan.

DSC_0099

Peut-être est-il seul dans le froid et la neige ?
Peut-être l'a-t-il oubliée ?
Peut-être est-il en train de faire les mêmes promesses à une autre fille, là-bas ?
Et Guillemette prie.
Elle implore Marie de l'aider, de la protéger.
La cérémonie touche à sa fin.
Un homme s'avance vers l'autel.
Il porte l'agneau blanc.

PUY_0160

En cette nuit sainte, Dieu pardonne les fautes et l'âme des Fidèles retrouve sa blancheur à l'image de la toison de cet agneau.
Le rôle de Guillemette est terminé.
Désormais, l'agneau symbolisera la pureté dans la crèche de Noël.
La jeune fille va rejoindre sa famille.
La main du berger se tend pour l'aider.
Elle lève la tête et ses yeux rencontrent ... un regard bleu qui lui sourit.
"Je suis là !"
dit une voix grave.
Ce fut, sans doute, le plus beau Noël de Guillemette.

Posté par Puystory à 00:10 - Petites histoires au Puy du Fou - Commentaires [3] -


La nuit de noël

Puystory_00757

J'attendais toujours avec impatience les fêtes de Noël.
Autrefois, pendant une période appelée l'Avent, on nous incitait déjà à préparer avec ferveur cette grande fête religieuse dite "fête carillonnée".
Chez nous, le soir de Noël, des hommes vigoureux venaient poser l'énorme bûche dans la grande cheminée.
Selon le rite habituel, le maître de la ferme, répandait sur la grosse bûche quelques gouttes d'eau bénite avec un peu de sel.

Puystory_01711

La bûche devait "tenir" le feu pendant plusieurs jours.
Quand elle était entièrement consumée, on mettait de côté quelques charbons afin de protéger la ferme du feu et de l'orage pendant toute l'année.
Avec la bûche enflammée, la joie était entrée dans la grande cuisine où l'on préparait à réveillonner avant la messe de minuit.

PUY_9274

C'était alors la traditionnelle "soupe grasse" suivie du "bouilli" (pot au feu) que l'on retrouvait encore le soir du premier de l'an.
Le repas se prolongeait avec mes frères et mes sœurs j'apprenais à chanter les Noëls poitevins, ces vieux Noëls, la plupart abandonnés maintenant.
Quelle ne fut pas ma grande joie, lorsque pour la première fois, on m'autorisa à assister à la messe de minuit.

Puystory_01056

L'église était située à une lieue (4,8 km) de notre demeure.
Je partais avec ma famille, les yeux lourds de sommeil, dans la nuit noire et très froide.
Des voisins nous rejoignaient et les groupes se formaient.
Les femmes enveloppées de leur grande cape de laine, parlaient peu et suivaient avec peine les hommes, coiffés de chapeaux à fond aplati, qui faisait claquer leur sabots teintés sur la terre gelée et qui pour la circonstance, portaient la blouse de cérémonie.

PUY_3007

Au loin, s'envolait le carillon de Noël.
Dans l'église obscure, éclairée seulement par quelques luminaires, on apercevait, dans nef, toujours à la même place, la crèche peuplée de personnages sculptés par les gens des hameaux.
Avec les enfants de mon âge, je venais contempler le petit Jésus entouré Marie et de Joseph.
L'âne, le bœuf, les moutons avec leurs bergers, parmi la pierre et la mousse, au milieu des branchages, faisaient notre administration.
Pendant l'Office, les assistants engourdis dans leurs vêtements attendaient le "Minuit Chrétien" chanté par le "ténor" du village.
Mais peu à peu, nous succombions au sommeil et déjà la ferveur était réduite lorsque commençaient les deux autres messes basses auxquelles nous avions l'habitude d'assister.

PUY_1090

Au retour de très modestes cadeaux nous attendaient dans les sabots placés devant la cheminée.
Il y avait aussi des pipes en sucre, des noix, des noisettes de la dernière récolte.
On nous servait un bol de lait chaud et nous allions nous coucher rapidement.
Autrefois, dans la joie de Noël, les fêtes de famille se prolongeaient plusieurs jours.
Les anciens attachaient également une grande importance à la température de ces journées.
Ils croyaient que le temps des premiers mois de l'année dépendait du temps des fêtes de Noël.

PUY_4161

Cependant, de toutes les maximes, la plus simple et la plus vraie était sans doute
"Noël au balcon, Pâques au tison".
A la fin de l'année, deux autres journées étaient très attendues.
Celle du "Premier de l'An" qui permettaient les échanges de vœux entre parents et amis.
Nous les enfants, nous étions bien gâtés.
Nous recevions des gâteaux, des friandises et parfois des sous pour étrennes.
Et puis, quelques jours plus tard, les réjouissances de l'Epiphanie venaient terminer les fêtes de fêtes de Noël.

Jacques Maupillier (garde)

Posté par Puystory à 00:10 - Parole de Jacques Maupillier - Commentaires [2] -

Le Feu

PUY_5789

J'aime vous voir réunis autour du feu, à chaque veillée d'hiver.
Le feu, c'est la magie chaque fois renouvelée de la chaleur et de la lumière.
Feu de la Saint-Jean où je dansais avec les filles et les gars du temps de ma jeunesse, comme vous aujourd'hui.
Feu de sarments sur lequel nous faisions griller les châtaignes et les premières pommes de terre qui commençaient une timide apparition dans le bocage.
Feu de l'âtre qui chauffait péniblement la maison au creux de l'hiver.

DSC_0234

Quand je vous vois craquer une minuscule tige de bois et faire naître la flamme d'une brassée de sarments, je crois rêver !
Savez-vous qu'après le grand désastre, il nous fallut réinventer le feu, en faisant jaillir des étincelles avec des pierres dures !

PUY_2928

Ce feu, on le cultivait, on le dorlotait.
On conservait les baises sous la cendre et on les échangeait de maison en maison.
Les femmes, qui ne pouvaient entretenir un feu toute la journée venaient quémander (demander) chez la voisine une pelletée de braise ou bien remplissaient l'écuelle de leur chauffe-pieds.

Puystory_00110

L'hiver, on voyait partir de bon matin les bergères vêtues de leur cape de droguet, quenouille au coté, tenant d'une main un bâton, de l'autre la chaufferette en terre où les braises jetaient de petites lueurs rouges.

PUY_9271

Dans les rares maisons qui disposaient de plusieurs pièces, la salle commune, ouvrait ses deux yeux, c'est-à-dire la chaleur et la lumière qui se perpétuaient dans la cheminée devant laquelle la maisonnée s'entassait pour la veillée.
J'aime vous voir réunis autour du feu, à chaque veillée d'hiver.

J. Maupillier (garde)

Posté par Puystory à 00:15 - Parole de Jacques Maupillier - Commentaires [1] -

Charrette en lumière.

Puystory_01173

Puystory_01693

Puystory_01707

Puystory_01725

Puystory_01724

Posté par Puystory à 20:01 - GRAND PARC - Commentaires [2] -

«Grâce aux prisonniers !».

PUY_8041 Puystory

A la Restauration (1814 – 1852), les familles des victimes vendéennes de la Révolution reçurent le droit d'honorer leurs morts.

PUY_1665

Le roi Louis XVIII (17 novembre 1755 -16 septembre 1824) autorisa l'édification d'un monument funéraire au général Charles Melchior Artus de Bonchamps (10 mai 1760 - 18 octobre 1793).
En octobre 1793, les blancs, vaincus devant Cholet, rejoignent Saint-Florent-le-Viel avec 5000 prisonniers républicains.
Lors de la bataille de Cholet (17 octobre 1793), le général vendéen a reçu une balle dans le dos et est transporté agonisant dans le village.

PUY_8089_00634

Depuis son lit de mort, il ordonne qu'on fît grâce aux prisonniers républicains retenus dans l'église de Saint-Florent-le-Vieil.

PUY_1639

La charité, la bonté, la générosité n'étant pas les valeurs de leur république, les soldats républicains reçurent la consigne de ne jamais parler de cet épisode et furent contraints de reprendre les armes contre ceux qui les avaient graciés.

PUY_1652

Le père du petit Pierre-Jean David, (Pierre-Louis David, ébéniste) engagé volontaire dans l'armée de la République, était parmi les graciés.

PUY_1666

Pierre-Jean David (républicain et franc-maçon), devenu sculpteur, immortalise le général Charles de Bonchamps, royaliste et très chrétien, dans le marbre en signe de gratitude qui sera déposé et inauguré en 1825 dans l'abbatiale de St-Florent-le-Vieil.

 PUY_1684 PUY_1698

PUY_1697 PUY_1703

Marquée par le néoclassicisme du début du 19e siècle (nu antique) et par les codes du portrait historique du siècle précédent (attributs militaires), l'œuvre de David d'Angers (12 mars 1788 - 5 janvier 1856) est très symbolique dans son appel à la clémence.
Il est toujours accompagné de la légende :

"Grâce aux prisonniers !".

On remarque le contraste entre le marbre noir du tombeau et blanc de la statue.
Finement décoré, festons (Guirlande de feuillage sculpté ou peint) de lauriers et de cyprès.
On retrouve aussi trois noms évocateurs de la vie du héros.

PUY_1694

THOUARS, V-MAI (Prise d'assaut par les Vendéens de la ville Thouars le 5 mai 1793).

PUY_1695

TORFOU, XIX-SEPTEMBRE (défaite des Républicains commandés par Kléber le 19 septembre 1793).

PUY_1696

SAINT-FLORENT, XVII-OCTOBRE (bataille de Cholet, le 17 octobre 1793 et retraite vers Saint-Florent le Vieil – Episode de "La Virée de Galerne).

PUY_1692  PUY_1693

Deux bas-reliefs. A droite, représentant la "France" et à gauche, la "religion".

PUY_1705

Le premier exemplaire de la "Religion" s'est brisé pendant le transport et est appliqué sur le mur.
Sur le tombeau, on remarque un blason.

PUY_1669

Ce sont les armoiries de la famille d'Artus de Bonchamps.
Depuis le XIIIe siècle, les seigneurs de Bonchamps rendant hommage au roi avaient pour armes ce blason.
Un aveu (Charte délivrée par le vassal à son seigneur, attestant sa prestation de foi et d'hommage et l'acquisition de son fief) mentionne que Guillaume de Bonchamps rendit à Saumur en 1312 pour son fief de Pierrefitte situé dans la paroisse de Berthegon.

PUY_1680

La "Couronne de Marquis" et "Gueules" à deux triangles vidés d’or entrelacés en forme d'étoile.
La figure représente l'Etoile de David, encore appelée le Sceau de Salomon.
Pour les Juifs, les six branches du Sceau de Salomon représentent les six jours de la création du monde et le point central est le 7ème jour où Dieu se reposa.

DSC_2715

Pour les Chrétiens, les 6 branches du Sceau de Salomon peuvent symboliser deux fois la Trinité.Le triangle pointe en haut, représente le bien (le paradis) et l'autre pointe vers le bas représente le mal (l'enfer).

Posté par Puystory à 19:00 - CINESCENIE - Commentaires [3] -


Mystère de Noël

Puystory_00137

Puystory_00168

Puystory_00196

Puystory_01636

Puystory_01699

Puystory_01836

 

D'autres photos sur :
http://puystory.magix.net/album/tous-les-albums/!/oa/7315158/

Posté par Puystory à 00:24 - Mystère de Noël - Commentaires [2] -

Animaux au Puy du Fou !

Puystory_01068

Puystory_00131

Puystory_01701

Puystory_01702

Puystory_01479

Posté par Puystory à 19:50 - Animalibus - Commentaires [1] -

Ballet d'hiver (Cinéscénie Puy du Fou)

PUY_6990 Puystory

Dernière veillée, dernière parole de famille.

PUY_6995 Puystory

PUY_8973

PUY_6688

PUY_0202

PUY_7019 Puystory

Vous ne me reverrez jamais, je ne suis jamais revenu, un soir d’avril que la lune rousse dans un dernier sursaut d’hiver frappait un dernier coup de froid, un soir que le temps était vif, que la glace prenait sous mes pas, la lune rousse d’avril ma brisé au creux d’une dernière barge. 

PUY_8339 Puystory

Posté par Puystory à 00:07 - CINESCENIE - Commentaires [3] -

La révolution Française

Puystory_00791_DxOVP

La Révolution française abolit la société de privilèges fondée depuis le Moyen-âge.
Les ordres du clergé, de la noblesse et du tiers état disparaissent au profit d'une société où l'individu prime.
La monarchie absolue est progressivement remplacée par la Première République.
Elle a permis d'élaborer la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen et instaure le principe d'égalité et de liberté pour tous les individus.
La Révolution a créé des divisions dans le peuple français, entre les partisans des idées révolutionnaires et les défenseurs de l'ordre ancien.
La Constitution civile du clergé transforme les membres du clergé en fonctionnaires salariés par l'État.
Les prêtres doivent prêter serment et certains, les prêtres réfractaires, vont s'y opposer.
Ce refus de prêter serment conjugué à la levée des trois cent milles hommes en février 1793 va aboutir à de violents affrontements.

PUY_8602

La Vendée se soulève en mars 1793.
La loi se durcit et conduit à déclarer également suspects les défenseurs de l'ordre ancien ainsi que les émigrés ayant trouvé refuge dans les royaumes d'Europe.
La levée des trois cent milles hommes imposée par décret du 24 février 1793 constitue l'étincelle qui enflammera toute la Vendée en mars 1793.
Les paysans, "les Blancs" se constituent au fur et à mesure en troupes de l'Armée catholique et royale et combattent les troupes républicaines, "les Bleus".
Noirmoutier, de par sa position dominante sur l'estuaire de la Loire, est très vite convoitée par les Blancs.

18 Mort de D'Elbée

Elle passera tour à tour entre les mains des Blancs et des Bleus, à trois reprises en seulement deux ans jusqu'au début du mois de janvier 1794, où le général royaliste, Maurice d'Elbée, est exécuté sur la place devant le château.
De janvier à août 1794, les commissions militaires se déroulent à Noirmoutier.
Elles constituent l'un des symboles de la Terreur, non seulement sur l'île mais dans la France entière.
Elles ont jugé des milliers de personnes accusées d'être des ennemis de la Liberté et ont fait exécuter plus de 1800 de ces royalistes sur l'île.

PUY_5673

Le 24 janvier, le château devient la maison d'arrêt du district de Challans et l'île se transforme peu à peu en prison jusqu'au début de l'année 1795.
A compter de 1795, la guerre de Vendée commence à s'essouffler.
Les troupes, déjà mobilisées depuis deux ans s'épuisent.
La France connaît également un climat nouveau propice à des accords de paix.
Les premières tentatives menées en février 1795 permettent d'aboutir au Traité de la Jaunaye, mais, certains royalistes s'y opposent et la guerre finit par reprendre durant l'été.
Il faut attendre le traité de Monfaucon pour voir la paix revenir en Vendée.

Posté par Puystory à 19:01 - VENDEE - Commentaires [2] -

Falot jour/nuit

PUY_2600

DSC_0106

PUY_3367

PUY_3017

PUY_2550

Posté par Puystory à 00:18 - NOËL - Commentaires [2] -