Puy Story

Histoire d'une région.

La prière des Danseuses

PUY_8431

Ô vous, le préposé à ces vannes célestes.
Qui déversèrent sur nous ces cascades glacées.
Vous qui nous avez vu grelotter dans nos vestes en attendant sous l'eau de faire notre entrée.
Ayez pitié de nous !

PUY_6230

Vous qui avez pu voir nos tuniques légères collées sur notre peau de danseuses trempées.
Nos chignons, nos bouclettes, dont nous étions si fières transformées en tignasses et en mèches mêlées
Ayez pitié de nous !

PUY_8973

Vous qui n'ignorez pas le sort de nos chaussons de blancs tissus couverts, aux rubans de satin enfouis dans la gadoue de la pointe au talon.
Et qui n'étaient pas secs le lendemain matin.
Ayez pitié de nous !

PUY_9536

Et tous les spectateurs et les acteurs de l'ombre.
Et ceux de la lumière et les chevaux aussi.
Vous font cette prière avec nous en grand nombre.
Fermez pour cette année les portes de la pluie.

PUY_1333 Puystory

Ayez pitié du Puy du Fou !

Posté par Puystory le 03 juin 2016 - CINESCENIE - Commentaires [2] -


La Roseraie du Puy du Fou

DSC_7927_DxO - Puystory

PUY_0071_DxO - Puystory

Grand Parc 071_DxO - Puystory

PUY_9555_DxO - Puystory

PUY_9795_DxO - Puystory

Posté par Puystory le 01 juin 2016 - GRAND PARC - Commentaires [4] -

Le Sabotier.

"Les belles dames, les gros bourgeois dédaignent mes sabots de bois.
Le roi peut bien se chausser de veau.
Moi je préfère mes durs sabots, sabots de frêne taillés chez nous, ils m'ont coûté quatorze sous."

PUY_8250

Imaginez un instant une armada de plus de mille sabots ...
Sabots massifs tirés d'un morceau de hêtre, propres à naviguer dans la boue, sabots pointus et coquets garnis de cuir, pour danser...
Sabots qu'un Maupillier rageur fait claquer comme un homme, ou lourds sabots qui traînent lorsque la terre enfonce ...
Faits de bois dur, de frêne, de hêtre ou d'orme pour l'hiver, de vergne pour l'été, plus légers, ou sabots fantaisie en noyer.
Certains, destinés aux marins, taillés dans le bois tendre du peuplier, ne causaient aucun dommage aux ponts des bateaux !
Sur le dessus du pied, un coussinet joliment roulé et une semelle intérieure, tous deux confectionnés en paille de seigle, donnaient un certain confort et gardaient le pied au sec.
Le "sabaron", sorte de guêtre en cuir, parfois fixé au sabot, complétait la protection.
Il était d'usage, afin d'éviter qu'ils ne se fendent, d'entourer le dessus des sabots avec un fil de fer.
Celui-ci nommé "pionnette" ou "arçon" était vendu sur les foires et marchés par quelques pauvres bougres qui ont disparu de nos jours.

PUY_8246

Jusqu'à la dernière guerre, avant que la botte de caoutchouc n'envahisse nos campagnes, le sabotier faisait partie de la vie quotidienne du Bocage.
Surnommés "Chausse-Martyrs", ils allaient de village en métairie où ils étaient attendus avec impatience ... Le Saint Patron des sabotiers fut aussi le premier d'entre eux.
En effet, Saint René (396-450), évêque d'Angers, se retire à Sorento (royaume de Naples), vers l'an 440, pour y façonner des sabots.
Le jour de sa fête, le 12 novembre, les manœuvres offraient leur journée de travail au patron sabotier.
Le soir, celui-ci les invitait à un banquet et à des danses.
La fête finissait fort tard dans la nuit voir le lendemain.

PUY_4670 Puystory

Au XVlllème siècle la production était vendue par les boisseliers (fabricant de boîtes en bois et de récipient), les chandeliers (fabricant et marchand de chandelles) et les regrattiers (commerçant de denrée de seconde main) des villes.
Comme les charbonniers (livreur de charbon), les sabotiers en forêt se traitaient de "bons cousins" et formaient un corps du Compagnonnage.
Venus de la forêt où abondait la matière première, les moins farouches, lassés de leur vie d'ermite, se rapprochèrent des villages ouvrirent boutique dans les bourgs.
Aujourd'hui, il reste très peu de ces artisans capables de dégager d'une pièce de bois un de ces sabots qui protégeait si bien le pied de l'eau et du froid.

Posté par Puystory le 30 mai 2016 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [1] -

Vivez le spectacle comme un Viking

PUY_9308

Posté par Puystory le 27 mai 2016 - VIKINGS - Commentaires [1] -

La cuisine traditionnelle du Bistrot (Puy du Fou)

PUY_7578

PuyStory 2011 Aout 2072

PUY_1485

Le menu proposé.

DSC07177

Salade frisée aux lardons et croûtons

DSC07180

 Cuisse de canard confite, sauce échalotes, pommes de terre de Noirmoutier et pois maraîchers

DSC07184

Éclair

PUY_1003 Puystory

Bon appétit.
Une carte aux choix est également disponible.

Posté par Puystory le 27 mai 2016 - Bourg 1900 - Commentaires [2] -


Départ du Roi (Cinéscénie du Puy du Fou)

PUY_7711_00256

PUY_7748_00293

PUY_9717

PUY_7697 Puystory

PUY_5451 Puystory

PUY_4234 Puystory

PUY_4232 Puystory

Posté par Puystory le 25 mai 2016 - CINESCENIE - Commentaires [0] -

C'est quoi la Cinéscénie ??

PUY_7468 Puystory

La Cinéscénie est un nouveau mode d'expression artistique né au Puy du Fou.
Il se définit comme l'espace en mouvement et correspond à ce que les médias ont appelé, en parlant de ce spectacle, le "grand cinéma de plein air".
Utilisant, à partir d'un site exceptionnel, les techniques les plus élaborées, la Cinéscénie du Puy du Fou permet aux bénévoles de préserver leur patrimoine culturel en restituant aux spectateurs leur propre histoire : celle de paysans.

PUY_7542 Puystory

Ce spectacle met en scène une famille, les Maupillier, dont l'aîné, de siècle en siècle, de génération en génération, a toujours été prénommé "Jacques".
Cette famille vit au Puy du Fou depuis le Moyen-âge.
Elle n'a laissé, aux époques successives, dans la grande tradition de sa dynastie paysanne, que le choix du sobriquet, accolé au "petit nom''.

PUY_7520 Puystory

Un Marchand de Quenouilles s'avance lentement pour rejoindre la veillée.
Le Père et la Mère Maupillier, les enfants, l'attendent.
Nous sommes en 1916.
Les dialogues et la suite le feront comprendre.
Plus que ses hôtes, le Marchand de Quenouilles est doué de la Mémoire.
Au coin du feu, les histoires lui reviennent.

PUY_4071 Puystory

Le petit Jacques, qui ne sait pas encore mettre l'histoire en perspective, confond les époques, et nourrit de son imagination les réponses et le récit du vieux sage des "Routes".
Aussi bien les images apparaissent-elles de manière surprenante, nées de l'esprit d'un enfant qui déforme ce qu'il entend, un enfant metteur en scène qui va à son rythme.

PUY_6218 Puystory

Le petit Jacques, écoutant ainsi le Marchand de Quenouilles insister sur l'identité paysanne à travers le "Temps" et le "Prénom", fait surgir, une multitude de tableaux résumant une époque dans la grande dynastie des Maupillier ;
La guerre, l'amour, le travail.

PUY_6209 Puystory

Les questions de la Mère Maupillier amènent finalement le Marchand de Quenouilles à se rattacher lui-même à la longue tradition des vagabonds, conteurs et pèlerins de tous les temps.
Il se met en scène, à son tour, dans les mêmes lieux.

PUY_6197 Puystory

Les auditeurs de la veillée, pris par l'effet de prosopopée (Figure de style par laquelle l’orateur introduit dans son discours soit une personne morte, absente ou feinte) , laissent aller l'oreille et l'œil pour mieux se souvenir de cette terre de paysans et de genêts en fleurs.

Posté par Puystory le 23 mai 2016 - CINESCENIE - Commentaires [3] -

Les Veillées d'autrefois…

PUY_5787

Les veillées du Puy du Fou commence toujours par un long silence...

Quelles étaient agréables ces veillées en hivers !
Je les aimais bien.
Dans la grande cuisine au sol de terre battue où l'on se rassemblait, les hautes flammes suffisaient pour nous éclairer.
Nous étalions devant nous, les outils qu'il fallait réparer.
Nous confectionnions des "papillons", des paniers ….
On voyait alors les brins d'osier se courber, s'enrouler continuellement…

PUY_0365

Les femmes apprêtaient leurs quenouilles.
Dans le courant de la triste saison, nous avions souvent l'occasion de nous rencontrer entre amis.
En effet, les voisins venaient se joindre à nous et les heures semblaient moins monotones.
Tandis que les hommes passaient leur temps à discuter et à goûter le vin nouveau, les femmes aimaient se retrouver devant l'âtre.
C'était aussi d'interminables parties de cartes ou de palets qui se terminaient presque toujours par des histoires de garous, des récits de légendes et de sorcelleries…

PUY_7776 Puystory

Et l'on s'en retournait tard dans la nuit, par les chemins creux vers nos demeures….
Les grandes veillées étaient organisées au moment de "au gui de l'an neuf" et pendant les festivités de la chandeleur et du Mardi-gras ?
Mais "le soir de la fressure", les crêpes et "les bottereaux" (petits beignets) n'ont peut-être pas complètement disparu et ne devez-vous pas encore aujourd'hui vous retrouver pour partager la joie et maintenir l'amitié dont on a toujours besoin ?
Jacques Maupillier (garde)

Posté par Puystory le 20 mai 2016 - Parole de Jacques Maupillier - Commentaires [1] -

Orgues de feu

PUY_2499

PUY_1336

PUY_1344

PUY_1383

PUY_2516

PUY_2598

PUY_2467

PUY_2602

PUY_2660

PUY_2625

Posté par Puystory le 18 mai 2016 - Orgues de feu - Commentaires [2] -

La Gondole au Puy du Fou

PUY_7032 Puystory

La scène de la Renaissance vient s'enrichir de quatre gondoles.
Une surprise faite au Roi François 1er lors de son passage au Puy du Fou. 

PUY_6340 Puystory

Inspirateur et mécène de la Renaissance française, François 1er attire à sa cour des artistes et architectes italiens (Benvenuto Cellini, Dominique de Cortone, Le Rosso et Le Primatice).
Sous sa protection, ils vont inventer un nouveau style.
Primatice sera l'architecte de la transformation du château du Puy du Fou.

PUY_6377 Puystory

La gondole, symbole fort de Venise a cependant une histoire assez méconnue.
Pour les premiers Vénètes habitant dans les îles de la lagune, tous leurs déplacements se sont effectués grâce à divers types de bateaux utilisés pour apporter les matériaux nécessaires à la construction de la Sérénissime République de Venise.

PUY_4232 Puystory

Les premiers écrits mentionnant la gondole de Venise datent de l'an 1094.
Un décret du doge (premier magistrat de plusieurs républiques italiennes, particulièrement de Venise et Gênes) Vitale Falier autorise les citoyens du sud de Venise à utiliser un "gondulam".
Les premières illustrations de ce qui ressemblait à l'aspect d'une Gondole remontent au début du XVIe siècle. 

PUY_6375 Puystory

Moyen de transport utilisé pour circuler dans la ville, les plus pauvres conduisaient eux-mêmes leur embarcation tandis que les familles aisées embauchaient des gondoliers.
Ambitieux de posséder l’embarcation la plus richement décorée et voulant montrer leur puissance, les nobles et les riches marchands (dont certains se ruinaient) décoraient leurs gondoles avec des sculptures, de l’or, des pierres précieuses et des soieries.

PUY_7722 Puystory

Au 15ème et 16ème siècle, les gondoles étaient munies d'un "dais" (baldaquin mobile, voûte) afin d'abriter les passagers.
En 1562, afin de mettre fin à la compétition du luxe, un décret dogal imposa la couleur noire et l'interdiction des décorations superflues aux gondoles de Venise.
Aujourd'hui, on compte environ 400 gondoliers (qui ont un permis de navigation), on en comptait entre 10.000 et 14.000 aux XVIIè et XVIIIè siècle.

PUY_7035 Puystory

La construction des gondoles est très réglementée.
Mesurant 10,80m de long et 1,42m de large pour un poids de 600 kg, cette grande barque à fond plat, destinée exclusivement au transport des personnes et aux régates, est constituée de 280 morceaux de bois (chêne, noyer, tilleul, sapin, larix, acajou, cerisier, cornouiller) et de deux pièces métalliques ("pointes" en proue (partie avant) et en poupe (partie arrière)).
Sa construction demande environs 500 heures de travail et sa durée de vie est d'environ 20 ans.
En 1874, c'est dans le chantier Tramontin qu'on été définie les caractéristiques de la gondole à un seul rameur debout.

gondole_venezia

La coque, relevée à l’avant et à l’arrière, est asymétrique.
Le coté gauche et plus long d’environ 24 centimètres et est plus haut de 2,4 cm que le coté droit.
Cette asymétrie (axe transversal décalé vers la droite) apparue au XIX ème siècle, a pour but de compenser le poids de l'aviron (rame) et du gondolier rendant l'embarcation plus maniable et très stable.
Elément décoratif situé à la Proue de la gondole est le Ferro autrefois appelé Delfino (Dauphin).
Le ferro di prua (terme vénitien pour désigner la figure de proue de la gondole) était à l’origine utilisé pour contrebalancer le poids du gondolier.
Il a acquis sa forme actuelle à la suite d'une longue évolution.

gondole-explications

Sa courbure en S inversé représente le "Grand Canal" qui traverse la cité.
Le haut représente le bonnet Ducal (corno) que porte le Doge de Venise.
L’espace vide formé par la partie supérieure et la première barre représente le "Pont du Rialto".
Les 6 barres horizontales vers l'avant symbolisent les six quartiers (sestieri) de Venise :
San Marco, San Polo, Santa Croce, Castello, Dorsoduro et Cannaregio.
La 7iéme (orientée vers l'intérieure de la barque) représente la Giudecca qui est séparé du reste de la ville.
On retrouve aussi des 3 îles rattachées à Venise (Murano, Burano et Torcello).
La couleur noire fait référence à la poix qui était utilisée pour imperméabiliser la coque.
(Matière résineuse gluante et noire qui s’obtient par la distillation des bois résineux de pins ou de sapins).

La rame plate (en bois indonésien) taillée selon les mensurations du gondolier, mesure environ 4,20 mètres n’est pas fixée et repose sur la "forcola" ce qui permet de la dégager rapidement.

PUY_6386 Puystory

Incontestablement la gondole est le témoin d'un savoir faire quasi millénaire et reste une invention unique de la construction navale.
La position et gestes du gondolier n'ont pas changé depuis la Renaissance.

Posté par Puystory le 16 mai 2016 - CINESCENIE - Commentaires [1] -