Puy Story

Histoire d'une région.

De la Villa-Gallo Romaine (Puy du Fou).

PUY_4432_DxO - Puystory

PUY_7243_DxO - Puystory

Puy22060631_DxO - Puystory

Posté par Puystory le 10 avril 2015 - Villa Gallo Romaine - Commentaires [0] -


La table au Moyen-âge.

PUY_3844

Il est coutume, au moyen âge, de manger copieusement deux fois par jour.

Au lever, entre 6h et 8h selon les saisons, avec le "disjejunium" (rupture du jeûne nocturne) constitué d'un morceau de fromage et d'un verre de vin.
Rarement de l'eau car les puits et sources d'eau étaient soumissent aux caprices du temps et pouvaient provoquer des coliques et flux de ventre.
Entre 11h et 13h, le "prandium", repas rapide se prenant après la première moitié du travail.
Entre 16h à 19h, la "cena" repas principal précoce afin de ne pas avoir recours aux chandelles.
Avant les repas, les convives étaient invités á se laver les doigts dans une sorte de rince-doigts et á s’y rincer la bouche.

PUY_0265

La table est constituée d'une planche de bois montée sur tréteaux, que l'on dresse lorsqu'on en a besoin pour la retirer ensuite.
Une nappe placée sur la table, était recouverte d'une pièce de tissu pliée en deux, appelée "doublier", destinée à s'essuyer les mains et la bouche.

DSC_2618

On mange donc attablé, assis sur des tabourets, ou des bancs.
L'utilisation du banc lors les grands festins aristocratiques a d'ailleurs donné le verbe "banqueter".
Au centre de cette table, une grande coupe sur pied où se trouve le plat principal.

DSC_1239

Les céréales sont la base de l'alimentation, le plus souvent sous forme de pain.
La ration de pain se situe entre 500 g et un kilo par jour et par personne.
Les viandes, poissons, légumes, fruits, graisses et fromages ne forment que l'accompagnement du pain.

Puy du Fou 2011 - 7535

Le chou en particulier, mais aussi, carottes, poireaux, navets, épinards, panais et les légumes secs (pois chiches, fèves, lentilles).

Au fil des siècles, on verra arriver l'ail, les oignons, le cresson, les laitues, les artichauts, les concombres, les épinards, les asperges...

PUY_9601

Dans les villes, des marchands ambulants vendent les légumes verts (épinards, poireaux ou choux) qui serviront à confectionner purée et soupe.
Les aliments ne sont pas posés sur des assiettes mais sur des "tailloirs" ou "tranchoirs", larges et épaisses tranches de pain, qui absorbent le jus.

PUY_7208

Elle évoluera avec les temps en plaque de bois, de métal ou d'or.
Les gens mangent avec leurs doigts.
Le couteau est le principal couvert que l'on utilise pour manger.
La cuillère, servant de louche, est réservée au service du plat central.

DSC_4138

La fourchette individuelle n'existe pas à cette époque (introduite sous Henri III).
C'est un grand ustensile à deux dents, utilisé pour servir les viandes ou piquer des fruits à la fin du repas.
La nourriture est hachée (on a de mauvaises dents) et très épicée (elle se conserve mal).
Les carafes, pour l'eau et pour le vin, et différentes sortes de cruches et de pichets sont utilisées dans chaque maison.

Atelier Costume 082012 - 23

Le vin est sur toutes les tables.
La teneur en alcool ne dépasse pas 7 à 10 degrés.
Le volume consommé est de un à trois litres par jour et par personne, femmes et moines compris.
La bière est attestée dès le XIII°s.
L'écuelle, la coupe ou gobelet n'était pas d'usage individuel et les partager son était le symbole d’une grande convivialité.
Les jours de fête, la table est généralement recouverte d'une nappe blanche.

Posté par Puystory le 06 avril 2015 - Cité Médiévale - Commentaires [1] -

Aurélie et le conservatoire des races anciennes

DSC_5661

Publié en accord avec "Hélène et les Animaux".

Posté par Puystory le 03 avril 2015 - Animalibus - Commentaires [1] -

Chevaliers de la table ronde (Puy du Fou)

PUY_8897_00068

PUY_8915_00086

PUY_8928_00099

PUY_8950_00121

PUY_8969_00140

Posté par Puystory le 01 avril 2015 - Chevalier de la Table Ronde - Commentaires [1] -

Le Cimier

PUY_2350

Etymologie : Espagnole - "cimera" ; italien - "cimiero" ; latin - "cimeria", "cimerium", dans des textes du XIVe siècle.

DSC_7646

L'usage du CIMIER date de l'antiquité et à servi de fondement à plusieurs fables de la mythologie.
Homère, Virgile, le Tasse et l'Arioste, ont fait dans leurs poèmes la description de plusieurs CIMIERS.

PUY_2763

Le cimier est un ornement, décoré de manière élaborée, par des têtes et cols d'animaux (licorne), des bustes ou membres issants (animal tel que : lion, aigle semblant sortir d'une pièce), des ailes (demi-volée ou vol), des cornes ou des monstres chimériques, surmontant un casque ou un heaume destiné à frapper les imaginations des spectateurs avant l’entrée en tournoi.

DSC_8248

Le cimier est une marque commune à toute une famille et a une fonction militaire.

PUY_9785

Pièces constitutive des casques de cavalerie, il sert à grandir la silhouette de son porteur pour mieux impressionner son adversaire.
Le cimier a été abandonné après le XVIe siècle, mais a survécu comme élément décoratif des armoiries.

Posté par Puystory le 30 mars 2015 - Secret de la lance - Commentaires [1] -


Les cascadeurs du Puy du Fou (Secret de la Lance)

PUY_9170

DSC_9294

 

PUY_5049_DxO - Puystory

PUY_5037_DxO - Puystory

Posté par Puystory le 27 mars 2015 - Secret de la lance - Commentaires [1] -

JEANNE D'ARC

2015-03-22 16

2015-03-22 16

2015-03-22 16

Ce jour pas de bla bla... 
Simplement un grand merci à l'académie junior pour 
le très grand professionnaliste du spectacle.

" JEHANNE D'ARC "

Ainsi qu'à toute l'équipe les encadrant. 

Posté par keyouest le 24 mars 2015 - ACADEMY - Commentaires [3] -

La Charrue

PUY_6688

Dérivé du mot gaulois "carros" (char), du latin "carrus" (char) et "carrūca" (char à deux roues), c'est d’abord un char de guerre ensuite un char rural.
La charrue est l'invention capitale qui a fait décoller la production agricole.

DSC_5629

Entre 7000 et 5000 avant J.­C, l'araire (qui fend les sols mais sans retourner la terre) est considéré à tort comme l'ancêtre de la charrue, remplace le bâton à fouir et se diffuse dans toute l'Europe.
Vers 3000 av. J.-C., les agriculteurs de Mésopotamie ajoutent à l'araire un semoir (réservoir-distributeur en roseau) pour ne plus devoir semer à la volée.

GrandParc092012-10

C'est au IIe siècle avant notre ère qu'apparaît la charrue telle qu’on la connaît.
Elle permet de labourer, c’est-à-dire retourner la terre et de la préparer à recevoir le semis, le tout en enfouissant les résidus des cultures précédentes et les mauvaises herbes.

Puy du Fou 2011 - 1911

Les premières disposent d'un soc (pièce travaillante de la charrue) en planche de bois.
Un siècle plus tard, les socs deviendront métalliques et s'enfoncent plus profondément pour retourner les sols lourds, accroissant de 30% les rendements agricoles.
Jusqu'au moyen-âge, la charrue se perfectionnera.

Puy du Fou 2011 - 8103

Elle se dotera de roues, d'une lame incurvée fixée dans le prolongement du soc (permettant de soulever et de retourner la bande de terre) et prendra sa forme définitive.
Du XIème au XIIIème siècle, les techniques agricoles s’améliorent et notamment l'apparition du collier d’attelage qui repose sur les épaules du cheval (ne l’étranglant plus), et le ferrage des chevaux, le tout augmentant la force de traction.

Puy du Fou 2011 - 3705

Au niveau du rendement des terres, on commence à les laisser se reposer un an sur trois en y laissant paître les animaux.
C’est ce qu’on appelle l’assolement triennal.
Les charrues évolueront encore et d'autres types se sont développés pour effectuer des travaux spécifiques comme la charrue de brabant, la charrue à disque, la charrue chisel, le motoculteur.

Posté par Puystory le 23 mars 2015 - GRAND PARC - Commentaires [1] -

Confessions d'Histoire - La Guerre des Gaules

PUY_7089

Posté par Puystory le 21 mars 2015 - Commentaires [0] -

Les Epesses

blason
Composé sur fond d'or, 
de gueules à trois Macles d'Argent. 
Double Cœur de Vendée
et du Chêne de Sinople.

Armes du Puy du Fou
Cette famille et ses successeurs ont marqué les Epesses pendant un millénaire.

Double Cœur Vendéen
Marque l’attachement de la Commune à la Vendée, son département.
Il est aussi le symbole de la révolution Vendéenne.

Un chêne de Sinople
Pour marquer l’origine étymologique du nom "Epesses" qui vient du latin "Spissis". 

Audace et Sagesse

Posté par Puystory le 20 mars 2015 - VENDEE - Commentaires [0] -