Puy Story

24 avril 2017

Le mot "puyfolais"*

Puystory_1822

Le mot "puyfolais" a été créé dans les premières années de la Cinéscenie.
Ce mot désigne tous les bénévoles qui font avancer le spectacle.

DSC_1998

C'est un instituteur des Herbiers, René Guicheteau, l'un des pionniers de la Cinéscénie du Puy du Fou, qui a inventé ce mot, dès l'été 1978, à l'issue de la première saison, pour baptiser les bénévoles qui permirent la création d'un spectacle.

DSC_0153

Ce mot fait évidemment référence aux acteurs, mais aussi aux techniciens de la régie, aux personnes de l'accueil, aux vendeurs de confiseries, aux conducteurs des bus qui emmènent les visiteurs âgés et handicapés au pieds des tribunes, les secouristes, le personnel d'encadrement, etc ...

PUY_8170

De 350 en 1978, ils sont maintenant plus de 3600 à se consacrer à ce spectacle, et ils donnent tout leur cœur pour raconter le patrimoine qu'ils ont en commun.

Puystory_923

Le succès de la Cinéscénie est fondée sur la mémoire collective, la richesse du passé local et la mise en valeur des qualités esthétiques d'un site.
Être Puyfolais, c'est un honneur et une fierté, ce n'est en aucun cas un acquis ni un droit.

PUY_7641_00186

Le Puyfolais est celui qui doit prouver son appartenance au milieu "familial" du Puy du Fou en participant activement aux activités liées à la Cinéscénie.
Cette communauté "Puyfolaise" est comme une grande famille où les distinctions de rang social cessent d'exister.

Puystory_2140

Supprimer les générations, les barrières sociales est une démarche qui rapproche les "Puyfolais" les uns des autres.
Dans ce milieu, les gens trouvent ici quelque chose qu’ils ne trouvent pas ailleurs… "une famille".

PUY_8212_00757

La famille n’est pas ici seulement une image, elle désigne à la fois la qualité des relations que les Puyfolais doivent instaurer entre eux et la façon dont chacun doit partager son expérience personnelle.

Puystory_2301

Les grands moments de la vie du spectacle sont en effet ponctués de manifestations festives qui cherchent à concilier la sociabilité et la simplicité des relations.

Puystory_1843

Dès les premières répétitions du mois de mai, les retrouvailles, après la séparation toute relative de l’hiver, se font autour d’une table garnie arrosée d’un petit vin de pays.
Il est bon de remarquer que ce rassemblement "Puyfolais" se fait à contretemps social, à la période où les populations commencent à se disperser avec la venue des beaux jours.

Puystory_2516

Ce resserrement de la famille puyfolaise pendant les mois d’été, contribue au renforcement du sentiment d’appartenance à une communauté à part, "pas comme les autres", et qui ne se disperse vraiment jamais.
La famille puyfolaise possède un autre aspect, sans doute plus caché, mais aux effets plus puissants.

PUY_8385

L’adhésion à la communauté puyfolaise entraîne une imprégnation des valeurs que le Puy du Fou veut promouvoir.  
Etre Puyfolais devient une seconde nature qui englobe tout l’individu dans son comportement sur le site, mais aussi en dehors !

PUY_8229

Le Puy du Fou est un système de valeurs, devenues manières d’être et de faire, inculqué à tel point qu’il devient possible, du moins aime-t-on à le penser, de distinguer les Puyfolais des autres.

PUY_8514_01059

Ainsi être Puyfolais, c’est un état d’esprit portant à la perfection l'identité vendéenne.

PUY_9088

Le sentiment prédominant du Puyfolais, c'est sans conteste celui de la fierté, face à la société actuelle dans laquelle les individus sont de plus en plus dispersés.

Posté par Puystory à 00:05 - -


21 avril 2017

L'exécution du Général DE CHARETTE PLACE VIARME par LE BLANC

15 Exécution Charette

LE BLANT (Julien) Né à Paris en 1851.
Elève de Girard.
Peintre d'histoire et de genre.
Nombreuses scènes de chouannerie et des guerres de Vendée.
1874 : 1ère participation au Salon.
Plusieurs fois récompensé.
Huile sur toile, 1883 est d'une hauteur de 1,60m et une largeur 2,80m.
Le 29 mars 1796, une exécution se prépare à Nantes sur la place des Agriculteurs, devenue ultérieurement la place Viarme.
La victime n'est autre que Charette, placé au premier plan et représenté de dos.
Blessé quelques jours plus tôt lors d'un combat à la Guyonnière, sa tête est entourée d'un mouchoir de Cholet.
Pourtant l'attitude un peu rigide du personnage, son regard hautain en direction des soldats républicains, traduisent la détermination de l'homme face à l'imminence de sa mort.
D'ailleurs, montrant sa poitrine, il déclara :
"Ajustez bien, c'est là qu'il faut frapper un brave".
La froideur de comportement n'est pas sans contraster avec le visage éploré de son compagnon vêtu de noir.
Elle apparaît en outre comme un défi lancé à ce républicain qui se tient debout, de l'autre côté de ce mince filet d'eau qui coule, semblable à une frontière et sépare les protagonistes.
Un prêtre jureur est relégué au fond de la place, au côté des soldats.
Le traitement de ce vaste espace de pavé luisant, occupant la majeure partie de l'œuvre, contribue à la gravité de la scène.
Cette toile fut exposée au Salon de Paris, en 1883.

Posté par Puystory à 00:05 - -

19 avril 2017

Nature au Puy du Fou

PUY_9099

PUY_1311

PUY_6657

Puy du Fou 2011 - 1568

PUY_5670

Posté par Puystory à 00:15 - -

17 avril 2017

Le Puy du Fou (Un rêve d'enfance).

img386

Sur une petite colline abandonnée des hommes, enfouie dans l'oubli, un jeune homme dépose son rêve d'enfance.
Très vite, il se heurte à des difficultés qui paraissent insurmontables.
Toutes les conditions sont réunies pour l'échec.
Le 16 juin 1978, la colline va s'embraser La Cinéscénie du Puy du Fou est née. Puis le Grand Parc de l'Histoire de France, la Cité nocturne, etc..
Le Puy du Fou va devenir un fleuron français, un haut-lieu de la mémoire vivante.
Au fil d'un récit haletant, Philippe de Villiers révèle comment les obstacles furent avalés.
Il raconte la genèse d'un succès foudroyant qui a porté, en quelques décennies, le Puy du Fou sur le toit du monde.
Aujourd'hui, depuis Los Angeles, les oscars et récompenses pleuvent.
De nombreux pays, de l'Espagne à la Chine, sollicitent le Puy du Fou pour mettre en valeur leur culture, leurs racines.
"Chacun veut son Puy du Fou".
C'est toute cette histoire improbable que raconte Philippe de Villiers.
Et il s'interroge en conclusion :
"Pourquoi donc le Puy du Fou connaît-il une telle longévité ?
Pour trois raisons : l'idée ne s'est pas affadie, le feu créatif ne s'est pas éteint et nous avons gardé nos ferveurs".
Le Puy du Fou est une œuvre humaine, fragile, qui n'est pas tout à fait dans la main des hommes.

Récit des 40 ans du Puy du Fou sur 308 pages pour 16,00€
Auteur : Philippe de Villiers
Langue : Français
Puy du Fou Editions

Posté par Puystory à 00:01 - -

14 avril 2017

La fontaine du village. (Contes et Légendes)

Puy20061721

C'était il y a bien longtemps...
Jadis, non loin de là, il y avait une forêt immense et dans cette forêt, cachée parmi les herbes, blottie dans la mousse, une petite fontaine de rien du tout.
Transparente comme le matin et profonde, si profonde que personne n'y pouvait voir dedans la racine de son eau.
Elle n'avait rien d'utile à faire.
Si retirée en solitude que nul ne savait qu'elle était là.
Limpide, elle regardait le ciel et le ciel la regardait.
Mais du fond de la terre secrète depuis son jour de naissance, son cœur d'eau sans cesse bondissait, jaillissait, frémissait, bruissait, égayant les cailloux et berçant les mousses.
Les oiseaux y venaient boire.
Et aussi les autres bêtes.
La biche y amenait son faon ; la hase, ses levrauts ; la renarde, ses renardeaux ; la laie, ses marcassins.
Ils lapaient l'eau lentement, gentiment, sans la blesser et la fontaine, comme une nourrice les laissait faire. Leurs langues roses et naïves ne la troublaient point.
Mais un jour, un chasseur arriva.

PUY_7174

Lui, il était d'autre sorte.
Un archer, le plus adroit, le plus rusé de la contrée.
Avait-il trempé ses flèches dans quelque charme magique ?
Jamais il ne manquait sa proie.
Il s'était, un jour d'été, arrêté près de la fontaine, tout en sueur, haletant.
Il avait longuement poursuivi une biche presque invisible.
Il jeta son arc à terre, quitta ses bottes chaudes, trempa ses mains dans l'eau fraîche et la face penchée sur elle :
- "J'ai soif !" dit-il.
- "Bois !" dit-elle.
Et s'élançant jusqu'à lui de sa plus profonde demeure, alors, d'un grand bond d'azur, elle lui donna son cœur d'eau.
Il but, trouva l'eau délicieuse...
"Jolie fontaine..." commença-t-il, mais, ouvrant la bouche pour parler, un mensonge en sortit et tomba dans l'eau pure.
Tout d'abord, la fontaine n'en éprouva aucun mal.
Le mensonge descendait en elle, tiède comme un oiseau qui plonge, une douceur de Paradis.
Mais quand il se fut répandu, à elle mêlé goutte à goutte, elle se remplit peu à peu et déborda de peine étrange.
Que lui était-il arrivé ?
Elle n'était plus la même qu'avant.
Qui était-elle désormais ?
Troublée, elle regarda le ciel.

DSC03202

Mais le ciel ferma les yeux sans lui rendre son regard.
Elle avait perdu l'azur.
Et elle pleura.
Nuit et jour pleura la fontaine.
Les herbes autour s'assombrirent.
Les oiseaux n'y prenaient pas garde, ni non plus les autres bêtes.
Chaque jour ils revenaient boire l'eau de l'aube et l'eau du soir sans s'apercevoir de son trouble.
Le chasseur, lui, n'était pas revenu.
Il n'avait pas coutume de boire deux fois à la même source.
Nuit et jour pleurait la fontaine, implorant le bleu du ciel.
Mais le mensonge était entre eux et ses vapeurs envenimées, pis que ténèbres, altéraient tout.
Malheureuse ! Gémissait-elle,
"je lave le groin des sangliers, le mufle des putois, le bec des freux et des buses, mais moi, qui me nettoiera ?
Qui me rendra mon eau pure ?"
A quelque temps de là, dans le joli matin, une femme toute auréolée de lumière, sortit d'une chaumière, une corbeille de linge accrochée à son bras.
C'était Sainte Radegonde qui s'en allait laver le linge des lépreux, des malades, des scrofuleux et des mourants dont elle avait la charge.
Mais au lieu de descendre à la rivière, elle se dirigea vers la forêt, marcha, trouva la fontaine et s'agenouilla à côté d'elle avec son linge et son savon.
- "Sainte", soupira la fontaine, "toi qui cherche une eau pure ne viens pas laver ici.
Je ne suis plus qu'une eau troublée."
- "Paix à toi", dit la Sainte, "si l'eau ne lave pas le linge, le linge lavera l'eau."

PUY_5558 Puystory

Et elle commença de laver, plongeant le linge dans l'eau vive, le savonnant sur une pierre, le frottant dans ses mains mousseuses, le frappant et le rinçant selon qu'il convient de faire.
Puis, comme toutes les lavandières, elle eut envie de causer, d'apprendre quelque nouvelle et elle s'informa : 
- "Fontaine, pourquoi es-tu triste ?
Aurais-tu péché ?'
- "Je ne sais", dit la fontaine. "Un jour, un chasseur est venu.
Il avait soif.
Je lui ai donné mon cœur d'eau.
Lui m'a donné un mensonge.
Depuis, je ne vois plus le ciel."
- "Il faut vomir ce mensonge" dit la Sainte.
- "Hélas ! Comment le pourrais-je ?
Tant il a pénétré en moi que maintenant toutes les gouttes de moi sont gouttes de lui.
Pour nous démêler l'un de l'autre, il me faudrait être tarie."
- "Peut-être pas", dit la Sainte.
Elle tira de sa corbeille et jeta dans l'eau une brassière d'enfant qui s'étala sur la fontaine, ses deux petits bras en croix.
- "Fontaine, tu peux être guérie. 
Je vois le remède à ton mal.
Mais il sera dur : il faudra souffrir."
- "Souffrir ?
Je ne sais pas souffrir," murmura la fontaine.
- "Tu apprendras. Je t'aiderai.
Tu n'auras qu'à te laisser faire.
Ecoute !
Toi, la frémissante, toi, la vive dont le cœur d'eau jaillit et coule, tu ne couleras plus, tu ne jailliras plus, tu ne bougeras plus, tu resteras sans mouvement, immobile comme une pierre.
Toi, la voix du bois sauvage, toi, la rieuse, toi, la pleureuse, toi qui racontes si doucement tes secrets aux cailloux, tu ne parleras plus, tu te tairas nuit et jour, silencieuse comme une morte...
Tu frissonnes ?
Pauvre fontaine, il n'y a pas d'autre ressource.
C'est la parole qui t'a troublée.
Le silence te purifiera.
Et tandis que tu te tairas, écoute, fontaine, écoute bien !, le mensonge à toi mêlé, il le purifiera aussi."
- "Je me tairai", dit la fontaine.
Et sur les mains de la Sainte, elle éclata en sanglots.
Maintenant tout était lavé.
Sainte Radegonde se releva, ramassa son linge, l'entassa dans la corbeille, s'essuya les mains, se remit en marche.
- "Suis-moi", dit-elle à la fontaine.
Et la fontaine la suivit.

Puy du Fou 2011 - 8123

Le petit sentier perdu qui retournait à la masure ne paraissait pas avoir à parcourir grande distance.
Pourtant, sortant de la forêt, il devint, à travers champs, long, si long, plus long encore, qu'il sembla ne plus savoir s'il y arriverait jamais.
La belle journée l'avait quitté.
La belle saison avait fui.
Des arbres et des buissons, toutes les feuilles étaient tombées.
Il allait, allait, allait...
Plus il allait, plus le temps qu'il rencontrait devenait rude et plus, devant lui, l'heure sombre.
La bise l'attaquait, lui coupait l'espace.
Plus il avançait, plus il avait froid. Parfois, la Sainte posait sa corbeille à terre pour souffler sur ses doigts engourdis.
Et la fontaine, derrière elle, coulait lourdement, coulait, le cœur de plus en plus serré.
Enfin, tombée la nuit noire, elles entendirent des cris et des gémissements et comme un piétinement sourd.
C'étaient les lépreux, les malades, les scrofuleux et les mourants qui se précipitaient vers Sainte Radegonde.
Quand elle les vit, la Sainte posa sa corbeille à terre et se mit à distribuer à chacun les linges, les vêtements et les habits qu'ils attendaient.
Puis elle s'en alla, avec eux, vers la masure.
Mais avant de fermer la porte, elle se retourna vers la fontaine.
La fontaine avait disparu.
D'un bout à l'autre de la plaine, autour de la masure obscure, la neige était étendue, immobile comme une grande morte, plus blanche que jamais blancheur, plus pure que jamais eau pure.
Elle se taisait.
Plus tard, la belle saison revenue, la neige avait fondu.
La fontaine avait retrouvé son eau pure.
Mais toujours timide et craintive, elle s'était cachée derrière la masure, dans un petit trou d'eau qu'il y avait là.
Elle essayait de se faire oublier.

PUY_5342 Puystory

Bien vite cependant, les lépreux, les malades, les scrofuleux et les mourants l'avaient repérée.
Et souvent ils venaient s'y tremper, s'y rafraîchir et s'y baigner.
Et parfois, l'un d'entre eux en ressortait guéri.
Et c'est ainsi qu'une petite fontaine de rien du tout est devenue un jour :
Source Miraculeuse.

Posté par Puystory à 00:10 - -


12 avril 2017

Les Parkings du Puy du Fou

PUY_3913

PUY_3922

PUY_3930

PUY_8598

PUY_3895

Posté par Puystory à 00:34 - -

10 avril 2017

Vestales

Puystory_4895Chez les Romains, la Vestale était prêtresse de Vesta, consacrée à la virginité et était chargée de l'entretien du feu sacré.
Les vestales étaient au nombre de six.
Prises entre 6 et 10 ans, elles accomplissaient un sacerdoce de trente ans, durant lequel elles veillaient sur le foyer public du temple de Vesta, situé dans le Forum romain.

PUY_0531

Durant cette période, elles étaient vouées à la chasteté, symbole de la pureté du feu.
A cette époque, la difficulté d'allumer un feu était grande.

Puystory_8470

Dans chaque village l'usage s'était d'entretenir un feu public surveillé par les femmes, pendant que les hommes vaquaient à leurs occupations.
Le laisser éteindre était une faute grave, que le "pater familias" punissait avec rigueur en fustigeant la coupable.
Cette coutume ancestrale devait se charger de signification divine au cours des siècles.
Chaque maison eut un foyer en permanence, dont la flamme symbolisait l'âme.

Puystory_8020

Devant elle le "pater familias" célébrait le culte des Lares (divinités romaines d’origine étrusque - dieux choisis pour patrons et protecteurs d'un lieu public ou particulier).
De même, un culte fut célébré au foyer de la cité dont il symbolisait l'unité nationale, avec ses prêtresses, ses rites et sa liturgie.
Comme au temps jadis, la vestale négligente qui laissait le feu s'éteindre était frappée de verges.
Le "Grand Pontife" exécutait la sentence de ses propres mains.
Puis, comme au temps jadis encore, le feu sacré était rallumé par le frottement de deux morceaux de bois.

DSC_7981

Posté par Puystory à 00:06 - -

07 avril 2017

Histoire du Bourg-Bérard (1)

PUY_8124

L'histoire du Puy du Fou, on la connaît surtout de 1977 à nos jours ...
Mais avant ?
Certes, le Spectacle nous éclaire sur ce qui s'est passé au Puy du Fou à travers les âges.
Mais pour mieux connaître la vie passée de ce château dont nous sommes devenus amoureux, il est important de vous raconter son Histoire.
Pour le premier épisode repartons à l'époque des conquêtes romaines...
Le Puy du Fou qui nous intéresse actuellement, ce sont les ruines du château primitif situées à environ 400 mètres du château actuel, sur une petite colline dominant la vallée.
Vallée qui devint par la suite un immense étang, à peu près tel que nous le connaissons aujourd'hui.
Ce château dut être à l'origine une tour de bois, entourée d'une palissade faite de pieux enfoncés en terre autour desquels on entrelaçait des branchages, et entourée elle-même d'un fossé rempli à volonté par les eaux de l'étang.

PUY_3496

Tel que nous le décrivons, il a pu être élevé aux premiers temps de la féodalité.
De longues recherches sur le Puy du Fou, admettait que ce château primitif avait été construit par les Romains.
Simple poste d'observation rattaché au castrum Romain de Mallièvre, sur les bords de la Sèvre, le Puy du Fou, du haut de sa colline, permettait le contrôle de tous les environs mais aussi les routes ou pistes gauloises qui passaient à ses pieds.
Ce qui permettrait de reculer sa fondation dans le temps, bien avant l'ère féodale (Xème – XIIème siècle).
Le château primitif du Puy du Fou, a été construit dans un lieu fort important de notre région, vraisemblablement sur l'emplacement d'un oppidum (ville fortifiée) gaulois.
Là nous arrivons à ce que dut être autrefois, dès l'époque préhistorique, un lieu de rassemblement appelé plus tard le "Bourg-Bérard".
La tradition prétend que dans une prairie voisine du Puy du Fou, était autrefois un bourg considérable, le Bourg Bérard.
Le Bourg étant voisin du château du Puy du Fou, la vaste chapelle du château servait d'église paroissiale.

PUY_2499

Le "Bourg-Bérard" se trouvait à une demi-lieue de l'endroit où se trouve aujourd'hui le bourg des Epesses.
Ce village devenant gênant, les seigneurs du Puy du Fou, le détruisirent pour le transporter vers les Epesses.
II faut se rappeler que les bourgs ruraux prirent naissances dès le 3ème siècle, ou autour d'un sanctuaire, ou autour d'un lieu de rassemblement, de croisement.
Pour les lieux de croisement, il faut se reporter à l'âge du bronze, qui s'étend en Europe du 8ème au 9ème siècle avant Jésus-Christ.
Pour fabriquer ce bronze, il a fallu mélanger l'étain au cuivre déjà connu.
L'étain dont les grands gisements se trouvaient en Europe de l'Ouest, en Cornouailles, en Morbihan, en Loire-Atlantique.
Les mines d'étain de Bretagne étaient connues depuis la plus haute antiquité.
Les navigateurs de Thrace, de Macédoine voire les Scythes s'y ravitaillaient.
Cet étain n'existe pas à l'état pur, mais sous forme de minerai : la cassitérite, dont on l'extrait par fusion.
Et pour transporter cet étain breton, sous forme d'énormes lingots, vers la Méditerranée, deux pistes traversaient le Poitou.
La première, celle qui nous intéresse, part de Rezé, Loire-Atlantique vers Narbonne.
On la suit de Nantes à Arles, et dans notre région elle passait par Clisson, Les Landes-Genusson, La Gaubretière, etc…
Ce chemin passait près du lieu appelé aujourd'hui "La Croix Barra", et rattrapait l'actuelle route dès Herbiers à Saint-Michel, Pouzauges, Saint-Pierre-du-Chemin.

PUY_0154

Cette route était naturellement jalonnée de gîtes d'étapes, de relais, camps de l'âge du bronze.
Pour aller de Nantes à Arles, nos ancêtres transporteurs d'étain mettaient trente jours et les étapes se situaient entre vingt-cinq ou trente kilomètres.
Le long de ces routes nous trouvions des bourgades fortifiées d'enceintes de palissades.
Les guerriers s'y réunissaient, les grandes assemblées s'y tenaient.
D'autres routes remontaient vers le nord, vers la Loire.
Une autre route passait au Boupère, La Croix Barra, Saint-Mars-la-Réorthe, La Chouinière, La Grange, Le Puy du Fou, Rocheneuve et vers Mortagne.
Au Bourg-Bérard, deux chemins très importants s'y croisaient : l'un allait de Poitiers à La Garnache, l'autre des Herbiers à Mallièvre et Mauléon.
Et nous arrivons au Bourg Bérard, qui vraisemblablement était un Oppidum.
Oppidum plus ancien que le château primitif du Puy du Fou dont nous parlerons dans un prochain article sur le Bourg-Bérard.

Posté par Puystory à 00:01 - -

05 avril 2017

La colporteuse (électrique).

PUY_5149

PUY_8784

PUY_8776

PUY_8276

PUY_8768

PUY_8775

PUY_8778

Posté par Puystory à 00:15 - -

03 avril 2017

Le camail. *

PUY_8663

Le camail est une cagoule de mailles qui vient du vieux français "cap mail" (racine Du latin caput "tête" et macula "maille"), c'est-à-dire tête de mailles.
Originellement armure de tête en tissu de mailles, le camail est devenu, pour les évêques, les chanoines et certains dignitaires ecclésiastiques, le vêtement recouvrant les épaules, les bras et la poitrine jusqu'à la ceinture, lors des offices solennels auxquels ils assistent.

SH108891

L’invention des cottes de mailles s’attribue aux celtes, en l’an 300 a.v. J.C. et jusqu’au XIVème siècle étaient les armures principales des soldats.
A l'époque carolingienne, il est fait de peau.
Ensuite, il fait souvent (à partir du XIIè siècle) partie intégrante du haubert (robe masculine médiévale) de mailles.
C'est à partir de la fin du XIIIe siècle qu'il deviendra indépendant du haubert.
Il protégeait la tête, le cou ainsi que le haut de la poitrine et du dos.

DSC_6660

Descendant sur les épaules, déjà couvertes par le haubert, il constituait un second niveau de protection particulièrement utile lors des combats, car le risque était grand de voir le taillant d'une épée glisser sur le casque et briser les clavicules.

PUY_9873

Les camails d’armures ne protégeaient pas contre les objets pointus comme les flèches, mais, pour le chevalier médiéval, c’était une forme de protection très nécessaire, même après l’arrivée de l’armure métallique.
Au fur et à mesure que le monde des armures changeait, la cotte commençait à avoir un rôle secondaire, mais pas moins important dans la défense.

SH100745

Jusqu’à qu'au XVème siècle, elle s’employait strictement pour être portée en-dessous de l’armure.
La cotte offrait une série d’avantages : la flexibilité, la fabrication et la réparation était relativement facile et son coût ne supposait pas de grands investissements d’argent.
Le camail d’armure s’unifie au casque normalement avec des lacets en cuir et des petites attaches connues comme vervelles.
Les camails étaient inconfortables et lourds.

DSC_7342

Ce n'est que durant le XVème siècle avec l'arrivée des armures plates (plaques) que le camail disparait progressivement.
Un camail peut posséder 3000 anneaux et peser de 2kgs à 25 kg selon les modèles.

Posté par Puystory à 00:19 - -