Puy Story

Histoire d'une région.

Le Mystère du Puy du Fou (2/2)

PUY_7155 Puystory

Pourquoi le Puy du Fou ?
On songe à quelque lieu étrange enrobé d'un puissant mystère, dont l'origine nous plongerait au cœur d'une histoire lointaine et tourmentée. 
Le détour toponymique nous aide à en comprendre le sens exact.
Les "Puy" sont nombreux en France et signifient toujours une élévation, depuis la montagne altière jusqu' à la paisible butte.
Promontoire qui dissimule les vallées, son origine latine révèle un podium.
Le substantif qui le caractérise, facile à traduire désigne un arbre, plus précisément un hêtre.
Un demi-siècle avant Jésus-Christ, lors de l'occupation romaine, cette colline devait être boisée.

Puystory_5801

Plusieurs hêtres dominaient alors le paysage.
L'histoire est assez imprécise et le lieu garde encore tout son mystère.
Il faut bien dire que le Château du Puy du Fou était alors le siège de légendes et d'anecdotes peu flatteuses.
Mais le château de Puy du Fou est le présent lié au passé.
Le château, dont les grandes lignes Renaissance se sont brisées dans des volutes de charpentes en feu, était la plus perdue des ruines, au fond d'un des terroirs les plus secrets.

Puy du Fou 2011 - 2126

Le Bocage vendéen est l'équilibre même de la nature.
Son relief est à l'image des cartes de Noël émaillées de paillettes de notre enfance, avec des petits chemins qui se perdent derrière des collines basses.
Mais ses floraisons ont la violence d'un sacre et les versants se couvrent de bleu, de mauve ou de jaune.
Les Vendéens sont de cette sorte.
Ce peuple qui regarde le monde à travers des rideaux de lin fermés est capable de réveils et de colères cosmiques.
Ces gens n'aiment pas que d'autres pensent à leur place et leur dictent leur bonheur.

DSC_5453

Leur silence est observation, ou désapprobation.
Leur fureur est générosité. Une expérience comme celle du Puy du Fou peut se faire partout, mais la dimension du phénomène social est ici exceptionnelle.
Ici, une population a décidé qu'une ruine serait à la fois église, école, terrain de spectacle, centre de méditation, stade.
Aspiration collective, fraternelle, inspirée par un chef naturel et le contraire d'un embrigadement de masse ou de loisirs programmés.
Du Marais à la Loire, de la Plaine au Pays de Retz, le terrain semblait vierge.
Mais lorsque la baguette du magicien commença à jouer, les silhouettes sortirent de partout, étonnées d'être si nombreuses, si jeunes et enthousiastes, si désintéressées.

PUY_2865

Ils se déclarèrent chez eux, dans ce château pathétique, dont aucun motif ne reflète la prétention, mais dont chaque pan de mur a un air de dignité innée.
Fierté de vivre et de mourir debout, mais en toute simplicité….
Un château sans histoire.
Il n'est pas de ces grands navires qui ont marqué les itinéraires de l'histoire.

Puystory_3239

Il reflète la vie d'un pays, d'une petite noblesse très attachée et liée à ses paysans.

Posté par Puystory à 00:10 - PUY DU FOU - Commentaires [0] -


Le Mystère du Puy du Fou (1/2)

Puystory_03790

En 1978, Puy du Fou est une carcasse décharnée.
D'un aspect imprévu, le château enchante l'œil.
Face au couchant, des pans de murs ruinés baignent dans des flaques de boue.
Une fois le porche franchi, on pénètre dans la cour carrée autour de laquelle s'ordonnent les bâtiments.
Les deux tours octogonales de l'aile nord rappellent ce que fut la demeure au XVème siècle.
La partie principale du château se compose de deux corps de bâtiments réunis autour d'un escalier somptueux enrichi d'un péristyle à arcades et colonnes.

Cine1606010105mod1

Premier regard, première passion.
Le granit roux des Mauges aux gros grains de mica, les tuiles creuses, les briques roses, donne à l'ensemble une allure sobre et élégante.
Les tons pastel des tuiles et des briques tranchent habilement sur le granit.
Et lorsque le soleil, dans un ciel bleu de mer, éclaire sa façade, le Puy du Fou rayonne de pureté.
L'éblouissement gagne le visiteur : délicatesse et raffinement.
Les blocs de granit s'écartent sous la pression des racines sauvages et des paquets d'herbes folles.
Sur les caissons Renaissance, une pellicule verte, algue ou champignon, retient une humidité sournoise qui pénètre la pierre.

img107

La grande cour intérieure donne des allures de grosse ferme.
Au sol, des lapins s'agitent dans leurs clapiers.
Plus haut, sur des meneaux brisés, perchent des coqs, surveillant leur harem.
Dans les airs, tournoient des nuées de corbeaux dont les nids se détachent sur un ciel indifférent gorgé de nuages froids.
L'usure du temps et l'incurie des hommes ont eu raison, en un siècle, de sa partie centrale très certainement copiée sur le péristyle de Lebreton à Fontainebleau.
La nuit, une chouette-effraie crie et redonne vie à cette énigme de blocs effondrés, de corniches rousses de mousses.
Cette chouette est un lien.
Se souvient-elle et imite-t-elle le cri des hommes qui, dans ce pays, ressemble au sien ?

PUY_7919 Puystory

Ces hommes qui ont défendu leur château contre les colonnes infernales de Turreau.
1794, l'année de sang, qui crucifia ce pays de son épée de feu, lui enlevant une âme sur deux, anéantissant tous ses villages, incendiant ses bois et ses champs.
Le souvenir des reflets de fer et de feu des guerres de Religion s'était estompé, depuis si longtemps, lorsque la plus injuste des répressions s'abattit sur ce peuple de paysans et d'artisans, au nom de la liberté, de l'égalité et de la fraternité.
Devenu inutile, restreint à un rôle de symbole déformé dans l'esprit des volontaires parisiens, le château ne pouvait être qu'une cible facile et sans grand danger pour les incendiaires.
Puis, destin commun aux chefs-d'œuvre en péril, il offrit ses cicatrices aux villageois ayant leur foyer à construire ou à reconstruire.

DSC_2679

Triste dépeçage justifié par les nécessités d'un pays exsangue aux survivants hagards.
Mais les Vendéens, peuple secret, peuple généreux et méfiant, se renfermeront derrière une pudeur qui en fait des géants et ne parleront plus de ce qu'ils n'oublieront jamais.
Pendant un siècle et demi, les murs du Puy du Fou braveront un destin scellé d'avance.
Lente érosion des souvenirs et des pierres, jusqu'au jour où en 1978, une nouvelle aventure attend le château dont le nom secret provoque à lui seul l'enchantement.
Un jour, l'École Nationale d'Administration (l'ENA, comme on dit) allait accueillir un jeune et brillant lauréat qui, pour l'instant, planchait sur ses manuels.
Etudiant aux champs avant de devenir sous-préfet, allongé sur l'herbe, face au château enflammé par les chauds rayons de soleil d'une fin d'été.
Manuels dans la main gauche, mais bloc de papier dans la droite, sur lequel une fine écriture dessinait une mise en forme de l'histoire à la dimension des hommes et des femmes du pays du Puy du Fou.

Puy du Fou 2011 - 2233

Au printemps 1977, le département de la Vendée vient d'acheter ces ruines.
Alors, commence l'itinéraire d'abord solitaire de ce fils du pays qui allait déclencher une réaction en chaîne engendrant une série d'opérations collectives à vocation culturelle, inspirée par une pensée claire, et aussitôt prise en main par les populations du Haut-Bocage.
La plus importante est la renaissance du rôle social du château en pays rural.

DSC03213

Puisque tout commence par la soif culturelle, les ruines du château allaient, en quelques mois, devenir une fourmilière et l'amorce du plus grand centre culturel de la région.
Une multitude d'actions et de créations allait éclore spontanément du savoir faire des acteurs du "Spectacle du Puy du Fou", car le creuset est né dans les textes et les images de ce fils du pays, Philippe de Villiers, et grâce à l'Association pour la mise en valeur du château et du pays du Puy du Fou.
Les répétitions de 1978 prouvent immédiatement qu'un nouveau mode d'expression est né, qui s'appellera "Cinéscénie", cinéma vivant de plein air, en direct, par des acteurs qui se souviennent et refont les gestes de leurs anciens.

DSC_5705

Fêtes et labeurs autour des quintaines du Moyen Age, danses et travaux des champs le long du passage légendaire de François Ier au château, saines colères pour la liberté de croire et de penser, modernismes et guerres mondiales.
Fil conducteur, témoin immuable de tous les temps : le paysan vendéen, Jacques Maupillier.
Un symbole parmi des millions d'ancêtres, hier la faux à la main et aujourd'hui manipulant des amplificateurs, des lasers, des jets d'eau ou de géantes brioches.
Ce pays caché a retenu son souffle car au départ, les notables craignent l'échec.
Mais les Vendéens ont compris l'importance du spectacle et se sont reconnus.
C'est encore leur victoire.
Le miracle de leur château va leur donner de nouvelles raisons de vivre et de se dépasser, subjugués par un phénomène que l'on croyait périmé, le bénévolat absolu.

DSC_6517

La Vendée n'était plus un pays perdu, oublié, méprisé.
La caricature que l'on avait voulu donner de ce pays de bocage, de marais, de landes et de plaines, pendant des décennies, vola en éclats en un soir.
Le bâtiment en lui-même n'est pas le sujet du spectacle.
Château vivant, propriété sentimentale d'un pays, il est un catalyseur entre le cœur des Vendéens et l'âme de leur terre.

Puystory_02106

Le produit en est un phénomène social unique, dépassant la beauté et la charge émotionnelle d'une prestation qui est pourtant une réussite d'originalité avoisinant la perfection.
Les Puyfolais veillent sur lui, le château de tout un peuple.
En foulant la terre de sa cour, chacun s'y sent à la fois le propriétaire et le serviteur.
Pourquoi au Puy du Fou ?

Suite dans le preochain article.

Posté par Puystory à 00:10 - PUY DU FOU - Commentaires [0] -

Le Puy du Fou

Puystory_03777

En arrivant au Puy du Fou, oubliez le XXlème siècle et lancez-vous dans un grand voyage dans le temps.

PUY_5297 Puystory

Sur plus de 50 hectares, partez à la découverte d'un parc naturel abritant des spectacles grandioses, quatre villages authentiques avec leurs artisans d'art et plus de 1500 animaux en pleine nature.

Puy du Fou 2011 - 8074

Entre deux spectacles, respirez dans les allées arborées et prenez le temps de flâner d'une aventure à l'autre.
Les héros du Puy du Fou nous entraînent dans leur aventure artistique au cœur d'un voyage éblouissant à travers les siècles.

PUY_0659_09101

Emotion garantie face aux acteurs, aux prouesses techniques des décors et des spectacles.
Chaque spectacle du Grand Parc du Puy du Fou possède ses particularités et ses propres effets.
Un très bon moyen d'immerger les visiteurs au cœur de l'action.

Panorama Stadium 02

Des moments inoubliables et chargés d'émotions en commençant par des frissons dans l'impressionnant Stadium Gallo-Romain lors la fureur des jeux du cirque, l'émerveillement lorsque le drakkar des Vikings surgit des eaux, la magie de la mise en scène du "Dernier Panache" au Théâtre des Géants, de la tranchée de Verdun et du grand voyage sur le bateau du "Mystère de Lapérouse".

PUY_6326

Et que dire devant l'inoubliable ballet aérien des oiseaux orchestré par les fauconniers, les prouesses équestres des cavaliers du "Secret de la Lance" et la fascinante histoire de "Mousquetaire de Richelieu".

Puystory_7965

Le soir, après une pause repas bien méritée, nous sommes devant l'apothéose de la journée, quand s'ouvre devant nous le décor monumental de la Cinéscénie un spectacle grandiose à couper le souffle.

PUY_5007 Puystory

Un voyage dans le temps à partager en famille ou entre amis.

PUY_9044

Posté par Puystory à 19:40 - PUY DU FOU - Commentaires [2] -

Les albums

Couverture CD

Derrière les musiques du "Signe du Triomphe" et du "Dernier Panache" se cache le talent de Nathan Stornetta, compositeur et ami du Puy du Fou.

Posté par Puystory à 20:40 - PUY DU FOU - Commentaires [0] -

40 ans du Puy du Fou

Puy Noël 2017_00139

PUY_1052

Posté par Puystory à 14:53 - PUY DU FOU - Commentaires [0] -


Le dernier Sénéchal du Puy du Fou

PUY_9603

Sénéchal ?
Un bien grand titre pour une châtellenie comme celle du PUY DU FOU.
Mais pour savoir quelles étaient exactement ses fonctions, il faut tout bonnement prendre le Petit Larousse.
Découvrirez qu'un sénéchal "était un officier féodal ou royal qui dans un certain ressort était chef de la Justice".
Pour nos seigneuries Bas-Poitevines, c'était en quelque sorte le Juge de Paix.
Au Puy du Fou, comme ailleurs, nos ancêtres étaient passablement chicaneurs Le sénéchal défendait les intérêts de son seigneur, et rendait la justice sur toute l'étendue de la châtellenie.
Le sénéchal du Puy du Fou était en même temps notaire et régisseur, rendait les hommages que la baronnie devait à Rochetemer et à Mortagne, dont elle dépendait.
En un mot ses attributions étaient de faire régner l'ordre sur toute l'étendue de la juridiction du Puy du Fou.
Charles-Joachim Girault de la Limouzinière remplissait ces fonctions depuis au moins 1780.
Il était né et baptisé le 12 septembre 1742 à La Ferrière, et était fils de François Girault de la Clairie et de Marie Basty de Grandchamp.
Ces Girault appartenaient à cette bourgeoisie vendéenne que nous retrouvons en ce Haut-Bocage exerçant de multiples charges de judicature (chargé de rendre la justice).
Charles-Joachim Girault épouse le 9 mai 1780 à Sainte-Gemme-des-Bruyères, actuellement le Tallud-Sainte-Gemme, Jeanne-Charlotte Merlet, fil le de René Merlet sieur de la Jaunière, notaire et procureur-fiscal de Palluau, et de Charlotte Bodin, sœur de Merlet, premier Préfet de la Vendée.
Quand éclata l'insurrection Vendéenne, Charles-Joachim Girault opta résolument dès le premier jour pour le mouvement insurgé.
Dès 1793, il fit partie du premier, puis du second Comité Contre-Révolutionnaire des Epesses, mis en place par l'Etat-major des Armées Vendéennes.
Au sein de ce Comité, il prendra des initiatives qui lui vaudront la haine du révolutionnaire local, Gabriel-Vincent Chenuau, notaire du Puy du Fou.

PUY_9883

Aux tous premiers jours du soulèvement, Charles-Joachim Girault et cinq autres membres du Comité des Epesses : Fuseau, Rayneteau, Brandit, Lerin et Brousseau, oblige Chenau, alors prisonnier des Vendéens aux Herbiers, à leur remettre la somme de 10.440 livres, provenant de la vente effectuée de biens et objets mobiliers.
Cette somme sera remise au marquis de Donissan, Général de l'Armée Vendéenne.
Le 8 novembre 1793, alors que l'Armée Vendéenne bataillait Outre-Loire, le citoyen Baron, de la garnison de Cholet, fut chargé d'aller "révolutionner" le bourg des Epesses et ses environs.
Chenuau lui remit une liste de 26 habitants des Epesses, que Baron fit arrêter.
Sur cette liste figurait Girault.
Ces vingt-six habitants furent arrêtés sauf Joachim Girault qui réussit à se cacher.
Ils furent envoyés à la Commission militaire de Saumur qui les jugea et les fit exécuter.
Et le 13 novembre Chenuau écrivait à Baron de retour à Cholet :
"Il nous faudrait encore Girault ; l'on m'a assuré qu'il était caché à la métairie de Roche-Venve, paroisse de Saint-Malo-du-Bois ...".
Mais Girault restait introuvable.
Une de ses cachettes se trouvait non loin du Puy du Fou, dont il ne cessait de défendre les intérêts, la métairie de La Garouflère.
Puis les Vendéens ayant réagi vivement contre les Colonnes Infernales, Girault en profitera pour sortir de sa cachette, il reprendra ses fonctions de sénéchal du Puy du Fou et on trouvera sa dernière signature le 27 mai 1794.
Suprême imprudence !
Quelques jours plus tard, Joachim Girault était massacré dans le bourg de Chambretaud, par les amis de Chenuau.
Ce décès est mentionné sur la liste des victimes établie le 19 juin 1794, par l'abbé Gabard, curé de Chambretaud.

PUY_9986

Ce fut le dernier sénéchal du Puy du Fou, et il périt victime de ses convictions religieuses.

Posté par Puystory à 00:01 - PUY DU FOU - Commentaires [0] -

Puy du Fou Académie

Puystory_02437

Depuis septembre 2015, le Puy du Fou a sa propre école, associant l'apprentissage scolaire à la pratique des arts !

Puy du Fou Académie ambitionne ainsi de transmettre dès le plus jeune âge le savoir-faire du Puy du Fou grâce à la formation aux arts du spectacle vivant.

Puystory_03273

Posté par Puystory à 17:19 - PUY DU FOU - Commentaires [0] -

Soirée 40 ans du Puy du Fou

PUY_1508

Découvrez ou revivez la belle cérémonie des 40 ans du Puy du Fou.

Posté par Puystory à 08:26 - PUY DU FOU - Commentaires [0] -

1. Le premier Puy du Fou.

Puy du Fou 2011 - 2118

Tous les auteurs ayant écrit sur le Puy du Fou font dériver ce nom du latin "Puy" élévation, podium, hauteur surplombant toute la région.
Pour la première partie de ce nom, c'est vraisemblable, mais la seconde "Le Fou" en vieux français désignait un "hêtre", peut-être le seul de toute cette région où il n'en existe pas aujourd'hui.
Un hêtre, qui par sa rareté, ses proportions, était considéré comme un arbre sacré.

PUY_0495

En 1632, lorsque Gabriel du Puy du Fou dressa la généalogie de sa maison, il consulta les sommités de l'époque et le savant bénédictin Besly, lui écrivant le 25 juillet 1632 s'arrêtait à cette origine latine.
Depuis, tout le monde à emboité le pas derrière Besly.
Cette petite colline dominait le vieux "Bourg Bérart", blotti à ses pieds.
N'oublions pas que nos lointains ancêtres étaient de fervents adorateurs du "Dieu Soleil".
Ce Soleil que les habitants du Bourg Bérart voyaient chaque matin se lever sur cette colline où plus tard s'élèvera le premier Puy du Fou.

PUY_2264

Le Soleil que nos ancêtres appelaient "Bel" ou "Belen", et auxquels de nombreux lieux-dits sont consacrés.
N'avons-nous pas jouxtant le Puy du Fou, le lieu-dit de "Belair", lieu consacré au Dieu "Bel", le Grand Dieu Solaire.
Les Irlandais lui consacraient la Fête du 1er Mai, ou "Beltaine" (Feu de Bel), et la plupart des hauts lieux lui étaient réservés.
Dans la nuit du Noël chrétien, qui correspondait à la nuit du solstice d'hiver, les Gaulois allumaient des feux sur les lieux élevés en l'honneur du Dieu Soleil.
Peut-être eut-il sur la colline du Vieux Puy du Fou, des feux autour desquels des danses rituelles se déroulaient toute la nuit.
La nuit du 1er au 2 novembre, Fête du Feu était aussi la Fête des Défunts.
Les feux de la Saint-Jean, sont les feux de l'ancienne Fête Gauloise du Soleil.
Ce culte "Solaire" a laissé des traces profondes dans les noms de lieux de notre région.
Les innombrables toponymes qu'on peut trouver dans notre Haut-Bocage, sont bien en rapport avec le Soleil. Cette région du Puy du Fou, des Herbiers, est-ce "Le Pays du Soleil" ?

DSC_6425

Alors le Puy du Fou ….."Colline du Soleil", "Colline du Feu".
Doit-on prendre en considération cette hypothèse, si l'on veut sortir des sentiers battus ?
Mais revenons à notre Puy du Fou primitif.
Les invasions barbares, vers la fin du 3ème siècle de notre ère, obligèrent les habitants des Bourgs à construire sur les escarpements des ouvrages défensifs.
Ce fut certainement le cas pour les habitants du Bourg Bérart, et notre premier "Puy du Fou" fut certainement le suprême refuge de ses habitants en cas de siège.

Donjon Imaginaire 15

Peut-être d'abord un souterrain-refuge, qui fut le premier système défensif de nos lointains ancêtres.
Puis autour on creusa des fossés, on dressa des palissades faites de pieux entrelacés de branchages et enfin on éleva une tour de bois.
Le premier donjon, le premier château du Puy du Fou.
De ces fortifications qui ont pu être dressées pendant la période mérovingienne ou carolingienne, il ne subsiste rien.
Alors, à partir du Xème et des XIème siècles, dans tout l'Ouest de la France se dressa des fortifications de pierres, donjons carrés ou rectangulaires, dont quelquefois les murs sont renforcés par des contreforts plats.

PUY_4105

Voyez le donjon rectangulaire des Herbiers.
Au XIe siècle, c'est l'époque des donjons romans, une tour carrée, avec aux angles ces massifs cylindriques, et au centre des contreforts intermédiaires, souvent eux-mêmes en demi-cylindre.
A partir du XIIIe siècle, les châteaux se multiplient.
Autour d'un donjon, souvent intérieur, se développent une ou plusieurs enceintes, dont les courtines sont flanquées de tours rondes.
Souvent le donjon est l'une de ces tours.
Et ce fut certainement pareil pour le Puy du Fou, dont les ruines se dressent encore sur la " Colline du Soleil". En 1810, M. Poëy d'Avant (1792-1864), visitait ces ruines et il y voyait quelques vestiges de tours.
P. Lelièvre y découvrait la base de quelques tours "dénotant l'architecture militaire du Xème ou du XIème siècle.

Balois 043

Posté par Puystory à 00:01 - PUY DU FOU - Commentaires [0] -

Histoire du Bourg-Bérard (2)

PUY_2525

Près du Bourg-Bérard, une foire de huit jours qui se tenait tous les ans dans la grande prairie de la Grange. Foire importante, réunissant un nombre considérable de commerçants de tous genres.
Ce Bourg-Bérard subsista longtemps, pendant de longs siècles, mais vraisemblablement, il dut perdre de son importance, en même temps d'ailleurs que le château du Puy du Fou.
Ce déclin s'amorcera à partir du 15ème siècle, lors de la guerre entre les Anglais et le Roi de France, dont Guy du Puy du Fou était un chaud partisan.
Son château fut alors démoli par les Anglais vers 1430.
Il est vraisemblable que le Bourg-Bérard subit le même sort.
Les habitants n'ayant plus la protection du château voisin reconstruisirent leurs habitations autour de l'église paroissiale des Epesses.
Bâtie elle-même depuis un temps immémorial au milieu du vaste lieu de repos qu'était le vieux cimetière, dont l'existence est attestée par les trouvailles faites, tant sur la place de la Mairie, celle de l'Eglise que dans la Chapelle Saint-Jean, en 1948.

Puy du Fou 2011 - 2132

L'église Notre-Dame est d'ailleurs citée dès 1103, comme relevant de l'abbaye de Vezelay.
En mars 1432, le Roi Charles VII (1403-1461) autorisait Guy du Puy du Fou (1375-1453) à reconstruire son château sur un autre emplacement.
Nous essaierons plus tard de voir pourquoi il abandonna la colline où se dressait le château primitif, pour construire le nouveau, sur un terrain plat, sans défenses.
Il subsista quand même quelques maisons du Bourg Bérart.
Dans l'aveu rendu le 2 novembre 1563 à Hocheterner-en-les-Herbiers, par René du Puy du Fou, dans l'énumération des divers domaines faisant partie de la Seigneurie du Puy du Fou, domaines échangés entre Guy du Puy du Fou et les habitants du Bourg Bérart partis aux Epesses, on lit :
"Le Bourg-Bérard comprenant cinq ou six maisons, dont l'une s'appelle la Maison du Brumault".

image-1024-1024-84851

Le seigneur du Puy du Fou devait pour ce domaine à la châtellenie de Rochetemer, huit chapons de cens.
En 1740, dans un autre aveu à Rochetemer, le Bourg-Bérard était de nouveau mentionné.
Mais il n'existait plus, puisque dans cet acte on lit :
"Le Bourg Bérart lequel est depuis un temps immémorial destruit et dépendances d'icelluy réunies à mon castel du Puy du Fou".
Quant au nom donné à ce Bourg-Bérard ou Bérart, il ne faut pas y voir un nom, prénom ou surnom de famille.
Etant donné son ancienneté, il faudrait plutôt se tourner vers la toponymie (noms propres désignant un lieu).
Les noms de famille n'existant pratiquement pas avant le XIème siècle et même le XIIème siècle.
Mais quel est son emplacement exact et son étendue sur le terrain ?
Il semble qu'au siècle dernier, le soc de la charrue du laboureur heurtait souvent les restes des murailles enfouies sous terre du Bourg-Bérard.
Nous voilà loin du château du Puy du Fou, mais puisque le Bourg-Bérard lui était antérieur, il fallait bien commencer par le commencement.

Posté par Puystory à 00:01 - PUY DU FOU - Commentaires [1] -