Puy Story

Histoire d'une région.

Histoire du Bourg-Bérard (1)

PUY_8124

L'histoire du Puy du Fou, on la connaît surtout de 1977 à nos jours ...
Mais avant ?
Certes, le Spectacle nous éclaire sur ce qui s'est passé au Puy du Fou à travers les âges.
Mais pour mieux connaître la vie passée de ce château dont nous sommes devenus amoureux, il est important de vous raconter son Histoire.
Pour le premier épisode repartons à l'époque des conquêtes romaines...
Le Puy du Fou qui nous intéresse actuellement, ce sont les ruines du château primitif situées à environ 400 mètres du château actuel, sur une petite colline dominant la vallée.
Vallée qui devint par la suite un immense étang, à peu près tel que nous le connaissons aujourd'hui.
Ce château dut être à l'origine une tour de bois, entourée d'une palissade faite de pieux enfoncés en terre autour desquels on entrelaçait des branchages, et entourée elle-même d'un fossé rempli à volonté par les eaux de l'étang.

PUY_3496

Tel que nous le décrivons, il a pu être élevé aux premiers temps de la féodalité.
De longues recherches sur le Puy du Fou, admettait que ce château primitif avait été construit par les Romains.
Simple poste d'observation rattaché au castrum Romain de Mallièvre, sur les bords de la Sèvre, le Puy du Fou, du haut de sa colline, permettait le contrôle de tous les environs mais aussi les routes ou pistes gauloises qui passaient à ses pieds.
Ce qui permettrait de reculer sa fondation dans le temps, bien avant l'ère féodale (Xème – XIIème siècle).
Le château primitif du Puy du Fou, a été construit dans un lieu fort important de notre région, vraisemblablement sur l'emplacement d'un oppidum (ville fortifiée) gaulois.
Là nous arrivons à ce que dut être autrefois, dès l'époque préhistorique, un lieu de rassemblement appelé plus tard le "Bourg-Bérard".
La tradition prétend que dans une prairie voisine du Puy du Fou, était autrefois un bourg considérable, le Bourg Bérard.
Le Bourg étant voisin du château du Puy du Fou, la vaste chapelle du château servait d'église paroissiale.

PUY_2499

Le "Bourg-Bérard" se trouvait à une demi-lieue de l'endroit où se trouve aujourd'hui le bourg des Epesses.
Ce village devenant gênant, les seigneurs du Puy du Fou, le détruisirent pour le transporter vers les Epesses.
II faut se rappeler que les bourgs ruraux prirent naissances dès le 3ème siècle, ou autour d'un sanctuaire, ou autour d'un lieu de rassemblement, de croisement.
Pour les lieux de croisement, il faut se reporter à l'âge du bronze, qui s'étend en Europe du 8ème au 9ème siècle avant Jésus-Christ.
Pour fabriquer ce bronze, il a fallu mélanger l'étain au cuivre déjà connu.
L'étain dont les grands gisements se trouvaient en Europe de l'Ouest, en Cornouailles, en Morbihan, en Loire-Atlantique.
Les mines d'étain de Bretagne étaient connues depuis la plus haute antiquité.
Les navigateurs de Thrace, de Macédoine voire les Scythes s'y ravitaillaient.
Cet étain n'existe pas à l'état pur, mais sous forme de minerai : la cassitérite, dont on l'extrait par fusion.
Et pour transporter cet étain breton, sous forme d'énormes lingots, vers la Méditerranée, deux pistes traversaient le Poitou.
La première, celle qui nous intéresse, part de Rezé, Loire-Atlantique vers Narbonne.
On la suit de Nantes à Arles, et dans notre région elle passait par Clisson, Les Landes-Genusson, La Gaubretière, etc…
Ce chemin passait près du lieu appelé aujourd'hui "La Croix Barra", et rattrapait l'actuelle route dès Herbiers à Saint-Michel, Pouzauges, Saint-Pierre-du-Chemin.

PUY_0154

Cette route était naturellement jalonnée de gîtes d'étapes, de relais, camps de l'âge du bronze.
Pour aller de Nantes à Arles, nos ancêtres transporteurs d'étain mettaient trente jours et les étapes se situaient entre vingt-cinq ou trente kilomètres.
Le long de ces routes nous trouvions des bourgades fortifiées d'enceintes de palissades.
Les guerriers s'y réunissaient, les grandes assemblées s'y tenaient.
D'autres routes remontaient vers le nord, vers la Loire.
Une autre route passait au Boupère, La Croix Barra, Saint-Mars-la-Réorthe, La Chouinière, La Grange, Le Puy du Fou, Rocheneuve et vers Mortagne.
Au Bourg-Bérard, deux chemins très importants s'y croisaient : l'un allait de Poitiers à La Garnache, l'autre des Herbiers à Mallièvre et Mauléon.
Et nous arrivons au Bourg Bérard, qui vraisemblablement était un Oppidum.
Oppidum plus ancien que le château primitif du Puy du Fou dont nous parlerons dans un prochain article sur le Bourg-Bérard.

Posté par Puystory à 00:01 - PUY DU FOU - Commentaires [3] -


Le Puy du Fou : Pourquoi ce nom ?

Puystory_12021

a) Une première question :
Est-ce le lieu que donna son nom aux premiers seigneurs qui en furent propriétaires ?
Ou ceux-ci imposèrent-ils le leur à la seigneurie ?
Lorsqu'on se penche sur l'étymologie du Puy du Fou, on s'aperçoit qu'il s'agit bien là d'un nom de lieu.
Le Puy désigne une élévation, un podium si on veut.
C'est un nom devenu commun en France, qui serait de source latine, et que l'on retrouve dans toutes les régions plus ou moins accidentées.

Puystory_5929

Le mot "fou" qui y fut accolé prête à plus de fantaisie.
Mais si l'on se rapporte à des auteurs comme Dauzat, on s'aperçoit qu'il s'agit de l'ancienne désignation du hêtre : "fagus", "fouteau".
Fort de cette interprétation, on a admis généralement que le "Puy du Fou" désignait une élévation couverte de hêtres.
Toutefois, dans cette région qui a vu s'élever des autels aux divinités païennes, le mont Malcus par exemple, et sans doute les Justices, on peut penser aussi à une déformation de "fonium" qui signifie "temple".

PuyStory 2011 Aout 4657

B) La deuxième question :
La première partie du mot ne fait aucun doute, dans le Haut-Bocage et dans une partie de la frange des Deux-Sèvres.
Les élévations portent toutes le nom de PUY que la déformation populaire au cours des siècles a transformé en PIED, ou en PIE.
Dans un vieil acte de fondation trouvé dans le chartrier de ROCHETEMER en les HERBIERS, et datant du "lundi d'avant la Toussaint 1358", on trouve "Dame Catherine Dau Puy dau Fo".
La dénomination moderne étant "Puy du Fou", en vieux français LE FOU désigne un hêtre.
Sur cette colline pierreuse, se serait élevé un hêtre, qui par sa rareté, ses proportions, devait être considéré comme un arbre sacré.

PUY_8329

Mais il ne faut pas oublier que dans la langue vulgaire, mélange de Français, de Latin et de Patois, et jusqu'au siècle dernier, LE PUY DU FOU se prononçait "PIED DAU FU".
Le "FU" désigne le Feu, Feu Sacré, le Soleil, le premier dieu adoré par nos lointaines ancêtres.
Ce soleil que chaque matin, les habitants voyaient se lever sur cette colline, où s'élèvera
"LE VIEIL PUY DU FOU".
Colline où devaient brûler les feux de l'ancienne Fête Gauloise, transformés par la Religion Catholique en les FEUX DE LA SAINT-JEAN.
Alors, le PUY DU FOU, Colline du Soleil, Colline du Feu.

PUY_4670_DxO - Puystory

Chacun peut exposer son opinion sur le sujet, mais la question reste posée !

Posté par Puystory à 00:05 - PUY DU FOU - Commentaires [2] -

Histoire Puy du Fou (3)

Puystory_01348

Les Puy du Fou étaient catholiques, et guerroyaient contre les Protestants puissants dans ce Haut Bocage.
Par mesure de sécurité, il fallut abandonner le château et se réfugier dans un autre domaine.
Vraisemblablement, le Puy du Fou fut incendié pendant ces guerres, la haute toiture qui couvrait les combles éclairés par les lucarnes à frontons, dont quelques-unes subsistent encore, s'effondra.
Tant bien que mal, le Puy du Fou fut recouvert d'une économique toiture de tuiles romaines en usage dans le pays.
La construction de la galerie de droite n'eut pas lieu, et les grandes arcades de celle de gauche, bouchées par des murs de maçonnerie.
La fortune des du Puy du Fou amenuisée par les guerres ne permettait plus l'achèvement de ce château.

Puy du Fou 2011 - 2226

Comme beaucoup de grands seigneurs de cette époque troublée, chargés d'honneurs très onéreux, et malgré de grands mariages, les du Puy du Fou se ruinèrent.
Pour payer les troupes levées sur ses terres et équipées à ses frais, payer aussi l'achat de la seigneurie de Mallièvre et la réfection de l'église des Epesses, Gabriel du Puy du Fou vendit peu à peu ses domaines.
D'abord en 1643 le Bois-Niard de Chambretaud, en 1645, l'important marquisat de Combrende, en 1653 Curzon, puis Fromenteau, et enfin le 5 juillet 1659, ce fut le tour du Puy du Fou.
De l'immense fortune de cette famille, il ne restait plus que Pescheseul, où il mourut en 1653, le dernier mâle du nom.
Le Puy du Fou fut acquis par Claude Boylesve, né presque pauvre à Angers en 1611 mort en 1673.
Il devint secrétaire du fameux surintendant Fouquet (1615-1680).
Il fit une fortune scandaleuse, dont il essaya de faire oublier l'origine en se répandant en donations de toutes sortes.
Il fit meubler et décorer magnifiquement l'église des Epesses et élever le beau rétable du 17ème siècle qui orne aujourd'hui le chœur.

Puystory_01416

Mais bien mal acquis ne profite jamais.
A la mort de Claude Boylesve, ses sept enfants recueillirent un maigre héritage.
Le Puy du Fou passa à sa fille Gabrielle (1664-1738), qui épousa François-Pierre de la Forest d'Armaillé (1658-1702).
Un de ses descendants, ruiné à son tour, vend le Puy du Fou, le 24 décembre 1788, au comte de Marconnay. 
La Révolution approchant et avant d'émigrer, il vendit cette terre du Puy du Fou au marquis Godard de Belbœuf (1730-1808), pour le compte de son beau-père Clément-Charles-François de l'Averdy (1724-1793), qui fut ministre des Finances de Louis XVI (1754-1793) et porta sa tête sur l'échafaud le 23 novembre 1793.
Il ne vint sans doute jamais au Puy du Fou, et lors de l'incendie du 31 janvier 1794, par la Colonne Infernale de Boucret (1764-1820), il est fort possible que c'était un château vide qui brûlait.
Monsieur de l'Averdy n'avait certainement pas eu le temps de le meubler.
Seule la grande galerie échappa à l'incendie.

Puystory_00938

L'année suivante le nouveau régisseur, Lelièvre, la transformera pourra en faire son habitation.
Quant aux officiers de justice qui gravitaient autour du Puy du Fou retenons le notaire de la châtellenie, Gabriel-Vincent Chenuau (1755-1821) qui fut adhérant aux idées nouvelles de la Révolution.
Il devint aux Epesses, l'émule du proconsul Jean-Baptiste Carrier (1756-1794), de Nantes, et ses victimes y furent nombreuses.
Pendant que sa fortune à la faveur des acquisitions des Biens Nationaux, devint considérable.
Parmi ses victimes, il faut compter Charles-Joachim Girault, de la Limouzinière, dernier sénéchal du Puy du Fou.
Il s'efforça de protéger ce domaine de la rapacité de Chenuau, Charles-Joachim Girault, de la Limouzinière fut membre du Comité établi par les Vendéens aux Epesses, et fut massacré sur l'ordre de Chenuau, au bourg de Chambretaud où il était caché au début de juin 1794.
Le 14 novembre 1799, les Vendéens du Haut-Bocage sous les ordres du marquis de Grignon de Pouzauges (1781-1816), battirent au Puy du Fou, une colonne républicaine.
Les descendants de Monsieur Grignon de l'Averdy, vendirent le Puy du Fou en 1949.

Posté par Puystory à 00:01 - PUY DU FOU - Commentaires [3] -

"Epica Awards" et le Puy du Fou.

15122896_10211466936135787_4077812393187790411_o

La campagne de publicité des "tableaux" du Puy du Fou vient de remporter la médaille de bronze des
 "Epica Awards",
récompensant l'art dans la publicité.

15138445_10211466935815779_3304871966646899604_o

Delacroix, Géricault, Velasquez…
Autant de grands noms de la peinture qui ont inspiré la nouvelle campagne de communication du Puy du Fou :
"Les Tableaux".

15156819_10211466935895781_6397741163604124346_o

Et les équipes du Grand Parc ont su s’entourer des plus grands spécialistes afin de transmettre la romance spectaculaire, la puissance de l’action et l’émotion des spectacles du Puy du Fou.

15156868_10211466937255815_1868568309496569440_o

Photo-peinture, décors grandioses et personnages épiques, cette collection de 5 "tableaux" tranche totalement avec les codes habituels des parcs de loisirs. 

mediarepo_34537461_9e8c17035d47b921_web
Passez de l’autre côté de l’objectif et découvrez en exclusivité le making-of de cette campagne exceptionnelle (Voir la Vidéo).

Posté par Puystory à 22:45 - PUY DU FOU - Commentaires [2] -

Le Grand Parc du Puy du Fou 2017

Posté par Puystory à 09:18 - PUY DU FOU - Commentaires [2] -


Le Grand Parc du Puy du Fou 2017

Puystory_6275

Elu meilleur parc du monde, le Puy du Fou offre une multitude d'expériences à vivre en famille ou entre amis.

L'Histoire n'attend que vous ! 

Posté par Puystory à 15:44 - PUY DU FOU - Commentaires [0] -

Histoire Puy du Fou (2)

PUY_2237

Les descendants de Renaud du Puy du Fou, bataillèrent au service du Roi de France ou du comte du Poitou, leur suzerain.
Entre temps, pour acquérir une certaine importance parmi cette noblesse du Moyen Age, ils se marièrent avec les filles des grandes familles du Bas-Poitou tels que :
Les "Parthenay l'Archevêque seigneurs de Mouchamps",
Les "de Vivonne de la Châtaigneraie",
Les "d'Albret de Béarn",
Les "d'Amboise".

Cine2306040014

Certains d'entre eux furent chambellans du Roi de France.
Et pendant la Guerre de Cent Ans, Guy II du Puy du Fou se battant aux côtés du Roi de France, les Anglais pour se venger de lui, prirent et démolirent ce château du Puy du Fou.

PUY_5261

Ce fut vers 1421.
Pour le récompenser de sa fidélité, le Roi de France, Charles VII, l'autorisa en 1432, à faire reconstruire son château du Puy du Fou.

Cine2206020088

Ce fut le quatrième, mais construit sur un autre emplacement.
Celui où se trouve le château Renaissance actuel.
Ce fut encore un château féodal, avec tours, donjon, pont-levis et autres moyens de défense.
Mais un siècle plus tard, ces lourdes demeures féodales ne sont plus de mode.
Nous entrons dans la renaissance.
Le descendant de Guy II du Puy du Fou, François II, à la tête d'une grosse fortune, ayant servi en Italie, s'enthousiasma pour les chefs-d'œuvre construits par les architectes italiens.
C'était la Renaissance dans toute sa splendeur.
François II du Puy du Fou, émerveillé par tant de beautés architecturales demandera au Primatice des plans lui permettant de reconstruire son Puy du Fou au goût du jour.
Nous sommes en 1540, un peu plus d'un siècle après la reconstruction du Puy du Fou.

120 fin

Il commença à démolir et ce pour édifier sa nouvelle demeure.
Ce fut d'abord, face à l'entrée, le grand corps de logis dans lequel on pénétrait par une petite loggia à arcades.
Aujourd'hui démolie, elle desservait de grandes pièces de réception à droite et à gauche, largement éclairées par de belles fenêtres à meneaux (structure verticale en pierre de taille).
On accédait à l'étage et aux combles par un bel escalier à vis.
Au-dessous, une immense cuisine avec à chaque extrémité, de grandes cheminées.
Dans l'une on aurait pu faire cuire un bœuf.
Lorsque François II mourut en 1548, le grand corps de logis était pratiquement terminé.

DSC_3771

Sa veuve, Catherine de Laval et son fils, René Ier du Puy du Fou avec sa belle-fille Catherine de la Rochefoucauld continueront les travaux, en démolissant au fur et à mesure le château du siècle précédent.
Il ne reste plus que les fondations et le donjon carré flanqué de tours que nous voyons en entrant dans la cour.
Le grand degré précédé de la magnifique loggia restaurée ces dernières années et la galerie à arcades bordant le côté gauche de la cour, étaient achevés en 1578.

PUY_7856

La chapelle dédiée à Sainte Marie-Madeleine et la belle salle ornée de deux cheminées était divisée en son milieu par un magnifique arc surbaissé en granit, qui servait de support aux deux voûtes à caissons de granit sculpté qui couvraient cette salle.
La chapelle, la grande loggia et le grand escalier étaient aussi couverts par des voûtes à caissons de granit mouluré.
Une autre galerie à arcades, semblable à celle de gauche devait border le côté droit de la cour, et vraisemblablement une autre loggia devait s'élever à l'angle droit, pour rejoindre celle de gauche.

PUY_3247

Mais vinrent les Guerres du Protestantisme (1562-1598).

Posté par Puystory à 00:01 - PUY DU FOU - Commentaires [2] -

Les armoiries du Puy du Fou

Puystory_00654

Les armoiries du Puy du Fou se voient partout aux Epesses, tant au château du Puy du Fou qu'à l'église paroissiale et à la chapelle Saint-Jean.
Elles sont connues de tous et se lisent ainsi :

Puystory_8969

De gueules (rouge) à trois mascles (losanges évidés) d'argent, posées deux en chef et une en pointe.
Ces armoiries semblent signifier que les Puy du Fou n'ont pas été avare de leur sang, qu'ils l'ont versé généreusement sur nombre de champs de bataille, tant et tant que leur bouclier en a été couvert de coups (de gueules) ; qu'ils ont reçu plus d'une blessure dans les combats et leur bouclier plus d'une entaille.

Puystory_9026

Ce que signifient, à proprement parler, les mascles qui meublent leur blason (mascle, du latin, macula, tache, déchirure, entaille, blessure).
Ces armoiries étaient jadis timbrées d'un casque, dont le cimier s'ornait d'une "mélusine" pour la raison que voici :
"L'estime que les Seigneurs du Puy du Fou ont fait de leurs alliances par mariages avec la Maison de Lusignan leur a fait adopter pour cimier une Mélusine".
Les Puy du Fou ne sont pas les seuls à avoir arboré ce singulier cimier.
Plusieurs autres familles du Poitou en ont fait autant, sans beaucoup plus de raisons peut-être !

Puystory_4845

Dans les derniers temps, au XVIIème siècle, ce cimier se composait d'un aigle en vol, posé sur un casque de marquis sommé de la couronne comtale.
Cet aigle portait au bec la bannière des Puy du Fou.
Quant aux supports, ceux-ci sont tantôt des aigles, parfois des léopards, mais le plus souvent des anges que, dans ce cas, on appelle des tenants.

PUY_9342

Ces anges portent la cotte d'armes aux armoiries des Puy du Fou :
"Pour marque de leur dévotion et de la confiance qu'ils (les Puy du Fou) ont en leur protection".

Posté par Puystory à 16:44 - PUY DU FOU - Commentaires [0] -

Histoire Puy du Fou (1)

Puystory_01073

Au commencement était le Feu, puis vinrent les premiers hommes qui l'adorèrent.
Ce fut le premier Puy du Fou, au carrefour de ces pistes primitives empruntées depuis toujours par ces grands hommes velus qui sillonnèrent, puis peuplèrent le "Haut Pays".
Ils se fixèrent au pied de ce promontoire rocheux qui domina l'ancienne vallée de la Sèvre aux temps préhistoriques : ce fut le Bourg-Bérart.
Le plus brave d'entre eux, le plus entreprenant s'y fixa.
Il se fit le chef, le protecteur de cette population primitive, qui de nomade devint sédentaire.
Il y bâtit une haute tour de bois.

PUY_1855

Il entoura d'une palissade faite de pieux fichés en terre, entre lesquels s'entrelaçaient des branches d'arbres, colmatées de terre glaise, hérissée de branches pointues, et dans lequel la population de ces hommes primitifs se réfugiait lorsque ceux des tribus voisines et rivales, affamées, ravageaient leurs cultures, décimaient leur bétail, et enlevaient leurs femmes.
Ce fut le premier Puy du Fou.
Mais pendant plusieurs siècles, ce chef, ce seigneur, arrivant au déclin de la vie se voyait remplacé par un autre désigné, élu par la tribus.

Puystory_02016

Par ces pistes préhistoriques arrivèrent les Gaulois.
Ils firent de véritables chemins et enfin les conquérants romains, qui créèrent de belles routes firent du vieil oppidum gaulois un véritable camp retranché, en même temps qu'un gîte d'étape.
Un jour vient un cadet de la riche famille de Thouars qui possédait tout le "Pagus d'Herbauges", qui plus tard devint le Bas-Poitou, se fait offrir la petite forteresse du Puy du Fou, dont il prit le nom.
Oubliant son origine pour se consacrer entièrement à ce domaine dont il était seigneur, il le transmettra à sa descendance.
Ce sera le début de cette famille du Puy du Fou, qui de modeste devint puissante.
La petite forteresse primitive suivit l'évolution des temps.
Mais hélas aussi le perfectionnement des moyens d'attaque et de défense.

Puystory_02096

Sans doute un massif donjon roman de forme carrée ou rectangulaire, remplaça-t-il la tour de bois.
Pauvre donjon qui ne dut pas résister aux assauts des guerres.
Ce fut le deuxième château du Puy du Fou.
Un ou deux siècles plus tard, un autre château fut construit.
Le troisième Puy du Fou.
Une enceinte de forme carrée, avec tours aux angles, l'une d'elles aux murs énormes, dont la base subsiste encore, servit vraisemblablement de donjon.
Deux fossés concentriques que l'étang voisin alimentait à volonté entouraient cette petite forteresse.

PUY_9618

La Guerre de Cent Ans à suscité à partir de la moitié du 14ème siècle un renouveau de la fortification, et peut-être ce troisième château date-t-il de cette époque !!!
Il dura peu car la Guerre contre l'Anglais vit sa destruction vers 1421.
Le premier seigneur connu qui prit le nom de ce domaine en fut Renaud du Puy du Fou, vivant vers l'an 1200, qui sous le règne de Philippe-Auguste épousa Adèle de Thouars, fille de cette puissante famille.
Avec lui nous entrons dans l'histoire.
Ce fut le fondateur "connu" de la famille du Puy du Fou.

Posté par Puystory à 00:05 - PUY DU FOU - Commentaires [2] -

Première distinction au Puy du Fou en 1980.

C'était en 1980, l'association du Puy du Fou reçoit sa première distinction
La "Plaque Vermeil" du Ministère de la Culture

img008

Fondée en novembre 1977, l'Association de mise en valeur du Château et du Pays du Puy du Fou, regroupe treize cents membres actifs, habitants des treize communes du Pays du "Puy du Fou".
Elle s'est donnée pour objet de présenter chaque été des représentations d'un spectacle conçu comme un film en plein air, qui met en scène l'histoire du pays du Puy du Fou telle que l'ont rapportée les récits de la tradition orale paysanne.
Ce spectacle qui fait appel aux comédiens bénévoles et utilise les moyens de représentation les plus modernes (électronique, informatique, laser) et bénéficie d'un concours sans cesse élargi du monde des Arts et des Spectacles.

img142

Il est sans exemple qu'un effort bénévole suscite la création d'un groupe de plusieurs centaines de comédiens amateurs au service d'un grand Spectacle en plein air.
Il est sans exemple aussi qu'une association subventionne les collectivités locales avec les recettes qu'elle se procure pour exécuter son projet.
A ce double titre, l'expérience du Puy du Fou est une prouesse et une sorte de miracle collectif, qu'il convenait de saluer en cette Année du Patrimoine par l'attribution du plus haut degré de la distinction du Ministre de la Culture et de la Communication.
Extrait de la citation page 3 de la brochure "Plaque du Ministère de la Culture et de la Communication" rédigée à l'occasion de la remise de la Médaille de Vermeil du Ministère de la Culture le 8 décembre 1980, à Paris.

Posté par Puystory à 00:05 - PUY DU FOU - Commentaires [0] -