Puy Story

Histoire d'une région.

Rome et les Chrétiens

PUY_1868

Les débuts du Christianisme passèrent inaperçus.
Les Romains, en général, étaient tolérants envers les autres religions...
Pourtant, à partir du règne de Néron (37-67), l'opinion publique fut très hostile aux Chrétiens.
On leur reprochait de faire "bande à part", de fuir les jeux du cirque, de célébrer des cérémonies mystérieuses où ils égorgeaient des enfants dont ils buvaient le sang.
On les traitait "d'ennemis du genre humain".
On méprisait leur culte dont le dieu était mort sur une croix comme un esclave !

PUY_3974

On se demandait pourquoi ces adeptes du Christ refusaient de se battre, de sacrifier aux dieux de l'Etat et même de participer au culte impérial.
Bien vite, une rumeur les désigna comme, un danger pour la société et l'Etat.
Ce qui autorisa toutes les persécutions.
Les persécutions des 1er et 2ème siècles.
Elles furent intermittentes et locales.
Néron (37-68), en 64, accusa les Chrétiens de Rome d'avoir incendié la ville et leur infligea d'atroces supplices.
On les crucifiait enduits de matières inflammables et la nuit, on les embrasait pour éclairer les jardins de l'empereur !

PuyStory 2011 Aout 2518

Sous Marc-Aurèle (121-180), en 177, les Chrétiens de Lyon furent martyrisés.
Le vieil évêque Pothin (87-177) et l'esclave Blandine (162-177) subirent avec héroïsme d'horribles tortures.
Ainsi, la pauvre jeune fille fut livrée aux bêtes fauves qui l'épargnèrent.
Puis elle supporta le fouet, la chaise de fer rougie au feu.
Comme un souffle de vie s'échappait encore de ses lèvres, on l'enferma dans un filet et on la jeta dans les cornes d'un taureau.
Selon un contemporain, "elle paraissait ne rien sentir, tout entière à son espoir, poursuivant son entretien intérieur avec le Christ.
Les persécutions du 3e siècle.

PUY_8110

Elles devinrent systématiques.
Septime-Sévère (145-211) se contenta d'interdire les conversions au christianisme.
Décius (201-251) et Valérien (200-260), en 250 et 258, déclenchèrent une terrible répression.
Les prêtres devaient être exécutés, les fidèles obligés d'abjurer et de sacrifier aux dieux sous peine de mort.
Dioclétien (244-311) et Galère (260-311) firent, entre 303 et 306, la dernière et la plus violente attaque contre les Chrétiens.
Les martyrs furent nombreux dans tout l'empire.
Mais l'Eglise survécut à la tourmente.
Le triomphe du christianisme.
En 313, les deux empereurs Constantin (272-337) et Licinus (263-325) accordèrent enfin aux Chrétiens un édit de tolérance appelé l'Édit de Milan.

PUY_0721

"Chacun pouvait adorer à sa manière, la divinité qui se trouvait dans le ciel".
Désormais, à l'abri des persécutions, ils purent s'organiser au grand jour et même bénéficier de l'appui des empereurs (tous les successeurs de Constantin furent chrétiens à l'exception de Julien dit l'Apostat).

Enfin, en 392, l'empereur Théodose (347-395) fit du christianisme la religion officielle de l'État romain.

Posté par Puystory à 00:10 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [2] -


Sous le Sable de l'arène

DSC00256mod2

A travers l'Empire romain, plus de 250 amphithéâtres romains nous sont connus.
Ils ont souvent laissé d'impressionnants vestiges.

img463(Amphithéâtre de Fréjus)

Citons des exemples comme Fréjus, d'Arles et de Nîmes, Xanten, etc....

PUY_9837(Amphithéâtre de Xanten)

Sanglants les spectacles donnés dans les amphithéâtres étaient diversifiés et proposaient :
des combats de gladiateurs (munera)
des chasses (venationes)
des batailles navales, ou naumachies (naumachiae)

img836

L'amphithéâtre romain le plus célèbre est celui de Rome.
Un soin tout particulier avait été apporté dans la composition des mécanismes d'accès à l'arène.
Les fauves et les hommes surgissaient au niveau de l'arène et cela pour le plus grand plaisir des spectateurs.

img834

Cet amphithéâtre, construit au 1er siècle av. J.-C., doit peut-être son nom à la proximité d'une statue "colossale" du Soleil.
C'était un immense ovale de 188 mètres sur 156 qui dressait ses quatre étages à 57 mètres de hauteur.
Il pouvait recevoir entre 50.000 et 70.000 spectateurs.

img021

Le schéma présenté représente une très petite partie des aménagements du Colisée ...
La galerie (1) permet aux spectateurs d'accéder aux gradins (2) dont les plus proches de l'arène sont réservés aux notables : le "podium".
Trois séries de gradins, séparés par des couloirs de circulation, surplombent le podium.
La troisième plate-forme, tout en haut, est une simple terrasse sans sièges, réservée aux esclaves et aux étrangers.

PUY_0224(Amphithéâtre de Xanten)

On accède aux gradins par des galeries voûtées et des escaliers en pentes, les "vomitoria" car ils "dégorgent" le public avant et après le spectacle.
Un parapet et un filet de protection (3) protègent le public des incursions des fauves ...

Puy du Fou 2011 - 3100

L'amphithéâtre est protégé du soleil et de la pluie par un immense "velum" (manœuvré par les marins de la flotte militaire de Misène).
L'arène (du mot latin "arena", sable (4)), est construite au-dessus d'un vaste labyrinthe de galeries voûtées, de murs, de cellules, d'escaliers, de cages ...
Elle est constituée d'un plancher épais recouvert de sable, reposant sur un réseau de poutres et de madriers. 
Dès leur arrivée au Colisée, les fauves sont introduits dans la galerie (5).
Celle-ci, au dernier sous-sol, court tout autour de l'arène et donne sur des cages de fer (6) qui n'ont que 3 côtés.
La porte en fer (7), selon sa position, ferme la cage ou obstrue la galerie (5).

PUY_6460

Ainsi, chaque fauve est conduit dans sa cage.
La porte est refermée et libère la galerie pour le fauve suivant.
Un simple mais ingénieux système d'ascenseur (8), avec un contrepoids et un cabestan, hisse la cage au niveau supérieur.
La cage n'ayant que 3 côtés, le fauve peut s'échapper vers l'escalier (9) et accéder à l'arène dès l'ouverture de la trappe (10).

PUY_5728

Le suplice des prisonniers commence.

Posté par Puystory à 00:01 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [2] -

Du sang, toujours du sang ...

Signe Triomphe 16082012 - 029

Si les jeux du Cirque provoquaient parfois la mort de quelques infortunés auriges, l'Amphithéâtre voyait, à la grande satisfaction des citoyens romains, couler des flots de sang
Le programme de chaque journée de jeux était immuable.
Parcourons ce programme.
La matinée ou comment "chauffer" les spectateurs.
Le citoyen romain qui désire assister aux jeux reçoit, à l'entrée, un jeton de terre cuite où sont gravés trois numéros.
Celui de la porte par laquelle il doit entrer, celui de la série de gradins et celui du siège qu'il doit occuper.

PUY_5396

Il pourra, grâce à ce sésame, entrer et sortir à volonté, à tout moment de la journée, de l'aube à la nuit.
Mais en général, il reste sur place, sans se lasser.
La matinée commence par des présentations d'animaux extraordinaires venus des provinces les plus éloignées de l'empire.
Voici deux panthères attelées à un char, un lion qui happe un lièvre vivant et le relâche au commandement !
Des tigres exécutent toutes sortes de tours, puis viennent lécher la main du dompteur qui les a fouettés !
Des éléphants s'agenouillent respectueusement devant la loge impériale, puis tracent sur le sable, avec leur trompe, des phrases latines.

PUY_6461

Après ces attractions inoffensives, viennent des combats d'animaux.
Ils opposent les couples les plus étranges : ours contre buffle, taureau contre éléphant, lion contre rhinocéros !
Heureusement qu'une grille solide sépare la foule des fauves rendus furieux par la peur et la douleur.
Quand vient la pause du midi, les notables quittent leur place pour aller se restaurer, mais le grand public reste sur place.
Il se régale d'un casse-croûte à base de pois chiches et de noix grillées, diverti par une troupe d'acteurs et de musiciens.
L'après-midi, et le "vrai" spectacle Enfin, les "munus" (jeux) vont commencer, les gladiateurs vont entrer dans l'arène.

PuyStory 2011 Aout 2410

Ces hommes sont, en général, des esclaves, des prisonniers de guerre, des miséreux contraints à ce métier.
Mais, il y a aussi des volontaires qui aiment les combats à mort et comptent sur les récompenses en cas de victoire.
Tous, ils abandonnent leur corps, leurs droits et même leur vie entre les mains de leur entraîneur et propriétaire : le "lanista".
La troupe, la "famille", vit dans une caserne où règne une discipline de fer.
On s'y exerce à toutes les formes de luttes.

Puy180601342

Selon ses aptitudes physiques, chacun se voit attribuer une spécialité.
Samnite avec casque, jambières, bouclier long et épée.
Thrace avec rondache (bouclier rond), jambières, brassard et sabre court.
Mirmillon (ou gaulois) avec épée, petit bouclier, casque figurant un poisson ou "murma".
Rétiaire avec ceinturon et plaques de protection, filet, trident et protège-bras. La veille des jeux, l'empereur offre aux gladiateurs un grand festin.

Signe Triomphe 17082012 - 100

Le public peut y assister, observer les combattants.
Certains, pour oublier ce qui les attend s'empiffrent et s'enivrent.
D'autres résistent aux tentations de la bonne chère pour être en forme le lendemain.
D'autres encore, que la peur paralyse, se lamentent et rédigent leur testament.
A la première heure après midi, les gladiateurs traversent Rome en procession, de leur caserne au Colisée. C'est la "pompa".
Ils entrent ensuite solennellement dans l'arène, en ordre militaire, vêtus de tuniques rouges brodées d'or.
Ils sont suivis de valets qui portent leurs armes.

Puy du Fou 2011 - 2743

Arrivés devant la loge impériale, ils lèvent la main droite et prononcent la sinistre salutation :
"Ave Caesar ! Morituri te salutant" ... " Ceux qui vont mourir te saluent" (en fait, selon Suétone, cette phrase n'aurait été prononcée qu'une seule fois, devant l'empereur Claude).
Le défilé terminé, on teste le tranchant des armes pour éviter que les combats ne soient truqués.
Ensuite, on tire au sort les paires de combattants, soit en opposant des gladiateurs de même catégorie, soit d'armes différentes : Mirmillon contre Rétiaire, Thrace contre Samnite.
Des gardes, armés de fouets et de glaives, découragent toute tentative de fuite et surveillent l'échauffement des gladiateurs qui feignent coups et parades.
Puis, s'élève la cacophonie d'un curieux orchestre mêlant les flûtes, les trompettes, les cors, l'orgue hydraulique, et enfin, sur l'ordre du président des jeux, les duels commencent.

Signe Triomphe 17082012 - 010

A peine la première paire a-t'elle entamé son combat que le public est soulevé de passion.
Comme aux courses, tous ont parié sur tel ou tel combattant.
Chaque blessure que se portent les adversaires provoque des cris sauvages d'encouragèrent :
"Frappe ! Tue ! Egorge !" et un instructeur réchauffe l'ardeur homicide des gladiateurs en les frappant jusqu'au sang de leurs lanières de cuir.
Dès que l'un des deux chancelle, une terrible allégresse saisit l'assistance.
Le plus souvent, le vaincu est seulement terrassé.
Il n'est pas mort mais, incapable de continuer la lutte, il dépose les armes, s'allonge sur le dos et lève la main gauche pour demander grâce.

PUY_0330

Il appartient, en principe, au vainqueur de décider de son sort, mais, en général, il demande l'avis de l'empereur.
Celui-ci, à son tour, interroge la foule.
Si le vaincu s'est bien battu, les spectateurs agitent leur mouchoir, lèvent un doigt en criant "Renvoie-le !".
L'empereur lève alors le pouce et il n'y a pas mort d'homme.
Par contre, si le combattant au sol s'est battu avec mollesse, le pouce impérial s'abaisse et le malheureux n'a plus qu'à tendre sa gorge au coup de grâce du vainqueur.
Aussitôt, des serviteurs s'approchent, déguisés en Charon, le batelier qui conduit l'âme des morts aux Enfers.
Ils s'assurent à coups de maillet sur le front et avec des fers rougis, que l'homme est bien passé de vie à trépas !

DSC_1653

Ils l'emmènent ensuite et retournent hâtivement le sable rougi par le sang.
Le gladiateur victorieux est immédiatement récompensé.
Plats d'argent chargés de pièces d'or et autres cadeaux précieux dans les mains, il quitte l'arène sous les acclamations de la foule.
Il est riche et glorieux, mais pour combien de temps ?
S'il a la chance de terminer son contrat, il reçoit une épée en bois, symbole de sa libération.
Mais souvent, incapable de renoncer à la bonne nourriture, à l'ivresse de la victoire, il "rempile" ou devient, à son tour, instructeur.

PUY_1968

Des centaines de duels vont ainsi se succéder et le sang continuera de couler.
L'odeur en est tellement insoutenable que des esclaves aspergent régulièrement la foule de parfums exotiques !
A la tombée du Jour ... les "chasses".
Dans l'amphithéâtre illuminé, on installe avec une rapidité déconcertante, un décor compliqué d'arbres et de rochers ménageant de nombreuses cachettes.
Des bêtes sauvages : lions, tigres, panthères, ours... sont lâchés dans ce paysage reconstitué.
Puis, les gladiateurs paraissent, entourés d'une meute de chiens écossais.
Et la chasse commence.

PUY_8187

Souvent les "chasseurs" affrontent avec courage les ours, à mains nues, aveuglent les lions sous les plis d'un manteau ou encore excitent les taureaux avec un chiffon rouge.
Ils enthousiasment aussi les spectateurs par leurs feintes et leurs ruses.
Pour éviter l'attaque des fauves, ils escaladent des murs, sautent à la perche, se faufilent derrière des parapets et même se glissent dans des paniers sphériques garnis de piquants : les "hérissons".

Puy19061124

Le spectacle est certes magnifique, mais il aboutit, parfois à de véritables tueries.
Plus de 500 bêtes furent sacrifiées lors de la cérémonie d'inauguration du Colisée par Trajan en 80 !
Mais ce déluge de sang n'est rien à côté du plus horrible des jeux qui se déroule aux premières lueurs de l'aube.
Seuls les spectateurs les plus acharnés, les plus sanguinaires y assistent.
On amène les condamnés à mort.
Ils sont attachés à des poteaux, nus...puis on libère les fauves : lions affamés ou taureaux furieux.
Pendant les persécutions contre les chrétiens, beaucoup de martyrs périrent par cet affreux supplice que l'empereur Constantin interdit, enfin, le 1er octobre 326.

PUY_8160

Il nous reste à nous demander pourquoi les Romains dont la vertu essentielle était la mesure, ont pu se laisser séduire par ces spectacles de mort.
L'ivresse du sang répandu sur le sol réveillait sans doute leurs plus vils instincts et, comme Sénèque (4av J.-C - 12 avril 65), nous ne pouvons que nous interroger :
"N'attendaient-ils d'une créature humaine que son agonie" ?
Bien inquiétante question pour un peuple qui a colonisé et "civilisé" des milliers d'hommes en Europe et en Afrique.
Ne serait-ce pas cet héritage de sang, de violence et de haine qui génère bon nombre de nos conflits actuels ?

Posté par Puystory à 00:14 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [3] -

Le licteur

PUY_5555

Licteur est un nom masculin venant du latin "lictor", de ligare (lier).
L'étymologie du mot reste douteuse, elle viendrait du verbe "ligare" parce qu'ils devaient lier les pieds et les mains des criminels avant d'exécuter la sentence.
C'est aussi le nom de douze sergents d'armes de l'ancienne Rome.

DSC_7978

Serviteur d'un haut magistrat détenteur de l'impérium (droit de vie et de mort).
Il était chargé d'écarter la foule sur son passage et de procéder à l'exécution des peines physiques ordonnées par son maître (fouetter les criminels ou leur trancher la tête).
Il portait, à cet effet, le faisceau (paquet de verges liées à l'aide de branches de laurier) et la hache (pour les missions hors de Rome).
Les gouverneurs étaient précédés de six licteurs ...
Les empereurs de douze ... et le dictateur en avait vingt-quatre.

Posté par Puystory à 00:13 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -

La louve et Rome

img837

Ce symbole de Rome va chercher ses origines dans une légende contant la création de la cité.
Il faut, non pas remonter au déluge, mais presque, pour éclairer cette sombre histoire de famille.
Après la prise de Troie par les Grecs, un seul homme, "Enée", échappa au massacre grâce à la protection de sa mère, la déesse "Vénus".
Il erra en Méditerranée à la recherche d'un asile et finalement échoua en Italie, sur les bords du Tibre, dans le royaume de Latinus, dont il épousa la fille.
Enée fut l'ancêtre d'une dynastie de 10 rois qui régnèrent sur la Latium autour de la capitale : "Albe" (emplacement de l'actuel Castel Gandolfo).
Les héritiers du dernier roi, "Procas", se disputèrent le pouvoir : l'aîné, "Numitor", fut renversé par le cadet, "Amulius" qui assassina son neveu et obligea sa nièce "Rhéa Silvia", à la déesse "Vesta" et au célibat.
Mais le dieu "Mars" visita la Vestale qui mit au monde des jumeaux.
Romulus et Remus. Furieux, "Amulius" abandonna les deux enfants aux eaux du Tibre qui les déposa au pied du Mont Palatin.

PUY_7405

C'est là qu'une louve, descendue des montagnes, leur offrit ses mamelles.
Par la suite, un berger les recueillit….
A 18 ans, les deux frères eurent la révélation de leur naissance et purent rétablir "Numitor" sur le trône.
Ils décidèrent de fonder une ville et choisirent le site du Palatin, où le Tibre les avait jadis déposés.
Le problème était de savoir qui serait le roi ?
Les jumeaux s'en remirent aux dieux en consultant le vol des oiseaux.
Romulus l'emporta.
Il traça aussitôt, à la charrue, le fossé qui entourerait les murs, soulevant la charrue à l'emplacement des "portes" (de portare = soulever).
Hélas, Remus, plein de rancune, franchit le sillon ainsi creusé.
Romulus, insulté dans son œuvre sacrée, lui fendit le crâne pour donner l'exemple.
Rome était née en 753 av. J.-C. 

Posté par Puystory à 00:31 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -


Bacchus

PUY_7295

Venant de la mythologie grecque, Dionysos (fils de Zeus et de Sémélése), il se retrouve sous le nom de Bacchus chez les romains.
Dieu de la vigne, de la végétation et des plaisirs, chez les romains, il était le fils de Jupiter et d'une simple mortelle, la princesse Sémélé.
Junon, l'épouse légitime, la fit périr dans l'incendie de son palais.

PUY_1874

Heureusement, Jupiter réussit (par on ne sait quelle opération ... ) à sauver le fœtus et à le mettre dans sa cuisse où il le garda le temps nécessaire pour qu'il termine son développement (d'où l'expression bien connue: "être né de la cuisse de Jupiter").

PUY_6294

Il voyagea beaucoup pour échapper au courroux tenace de Junon, accompagné par son père nourricier Silène.

PUY_8656

Ce dernier l'initia aux plaisirs du vin qui, selon lui, éclaircissait l'esprit et permettait de pénétrer les mystères de la création du monde (beaucoup ont courageusement essayé depuis ... et on ne sait toujours rien ... il faut dire qu'ils oublient régulièrement la couronne de lierre qui dissipe les effets de l'ivresse ...).

PUY_7298

On dit que les masques et les cris des cortèges de Bacchus donnèrent naissance aux premières représentations théâtrales qui d'ailleurs commençaient toujours par un sacrifice au dieu ...
souvent des pies ...
car elles sont bavardes, comme ceux qui ont trop bu ... !

Posté par Puystory à 00:36 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -

Le Signe du Triomphe

PUY_5516

PUY_5603

PUY_5620

PUY_5405

PUY_5730

DSC_6030

PUY_5672

PUY_4031

PUY_5777

D'autres photos sur : http://puystory.magix.net/album/tous-les-albums/!/oa/7241119/

 

Posté par Puystory à 00:54 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -

la vraie vie des Romains : les courses de chars (Puy Du Fou)

PUY_5483

Les courses de chars constituaient l'événement à nature sportive et religieuse majeure de l’Antiquité grecque, de l’Empire romain et de l'empire byzantin, pratiqué dans le cadre de nombreux jeux panhelléniques.

PUY_6397

 Les graves blessures et quelquefois la mort que ces courses pouvaient entraîner pour les participants donnaient à l'épreuve une dimension spectaculaire qui contribua à son succès auprès du public.

Chaque char était tiré par un, deux (bige, originellement un jeu étrusque), trois (trige), quatre (quadrige) ou six chevaux.
Les chars de compétition étaient conduits par des auriges.

Posté par Puystory à 00:13 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -

Stadium

PUY_6272

PUY_6302

PUY_6338

PUY_6383

PUY_6501

Posté par Puystory à 00:57 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -

Les colonnes romaines (construction)

En 146, avec la prise de Corinthe et la destruction de Carthage, le monde méditerranéen s'ouvre aux romains.

img171

Ils découvrent l'art grec et assimilent les traditions architecturales de ces régions en commençant par copier les temples grecs.
Les Romains utilisaient, seuls ou en association, la pierre, la brique cuite ou crue, le mortier, le béton.

PUY_9958

A partir du 2e siècle av JC, le marbre fait une apparition timide dans la décoration des édifices, mais ensuite sous Auguste, il connait une forte progression sous l'Empire principalement pour les frises et les colonnes et chapiteaux et les marbres précieux seront pour les placages et certains revêtements.

PUY_9944

La dureté de cette pierre permet de la travailler avec précision et d'en obtenir une grande pureté de lignes et de détails.

DSC_5574

Une colonne peut être comparée à un tronc d'arbre sur lequel s'appuierait un toit.
On retrouve des colonnes en marbre, en pierre, mais aussi en briques.

PUY_0017

Plus rapide et moins chère, les colonnes de briques ou de pierres seront très rependues dans l'habitat romain.
Composée d’un empilement de briques, assemblées entre elles autour d’un noyau cylindrique, elles sont bloquées par un mortier à base de chaux.
Ensuite, elles sont recouvertes d'une épaisse couche d’enduit soulignant l’esthétique de la colonne avec, par exemple, des cannelures ou des moulures.

Puy du Fou 2011 - 0988

L’argile est l’élément de base des briques de colonnes, qui peuvent être des quarts, des sixièmes ou des huitièmes de cercle.
Le mortier romain était composé à base de chaux, de sable fin ou fin gravier et d'eau.
Grâce à la chaux et au processus chimique de carbonatation, le mortier romain durcit en vieillissant, ce qui explique son extraordinaire conservation pendant des siècles.
Appréciée par les Romains, la brique présentait de nombreux avantages (plasticité, résistance à l’eau et au feu) et aussi un faible coût de production grâce à l’abondance de l’argile.

Posté par Puystory à 00:34 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -