Puy Story

Histoire d'une région.

Les colonnes romaines (construction)

En 146, avec la prise de Corinthe et la destruction de Carthage, le monde méditerranéen s'ouvre aux romains.

img171

Ils découvrent l'art grec et assimilent les traditions architecturales de ces régions en commençant par copier les temples grecs.
Les Romains utilisaient, seuls ou en association, la pierre, la brique cuite ou crue, le mortier, le béton.

PUY_9958

A partir du 2e siècle av JC, le marbre fait une apparition timide dans la décoration des édifices, mais ensuite sous Auguste, il connait une forte progression sous l'Empire principalement pour les frises et les colonnes et chapiteaux et les marbres précieux seront pour les placages et certains revêtements.

PUY_9944

La dureté de cette pierre permet de la travailler avec précision et d'en obtenir une grande pureté de lignes et de détails.

DSC_5574

Une colonne peut être comparée à un tronc d'arbre sur lequel s'appuierait un toit.
On retrouve des colonnes en marbre, en pierre, mais aussi en briques.

PUY_0017

Plus rapide et moins chère, les colonnes de briques ou de pierres seront très rependues dans l'habitat romain.
Composée d’un empilement de briques, assemblées entre elles autour d’un noyau cylindrique, elles sont bloquées par un mortier à base de chaux.
Ensuite, elles sont recouvertes d'une épaisse couche d’enduit soulignant l’esthétique de la colonne avec, par exemple, des cannelures ou des moulures.

Puy du Fou 2011 - 0988

L’argile est l’élément de base des briques de colonnes, qui peuvent être des quarts, des sixièmes ou des huitièmes de cercle.
Le mortier romain était composé à base de chaux, de sable fin ou fin gravier et d'eau.
Grâce à la chaux et au processus chimique de carbonatation, le mortier romain durcit en vieillissant, ce qui explique son extraordinaire conservation pendant des siècles.
Appréciée par les Romains, la brique présentait de nombreux avantages (plasticité, résistance à l’eau et au feu) et aussi un faible coût de production grâce à l’abondance de l’argile.

Posté par Puystory à 00:34 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -


LES AMPHITHÉÂTRES *

PUY_9940

Symbole par excellence de la grandeur de Rome, les amphithéâtres romains sont des constructions impressionnantes par leur grandeur et la complexité de leur conception.

PUY_2050

Dans le grand Empire, de l’Est de l’Europe jusqu’à l’Anatolie, en passant par le Nord de l’Afrique, plus de deux-cents de ces amphithéâtres ont été construits entre le IIe siècle avant J.-C. et le IIIe siècle après J.-C.

PUY_0438

Leur rôle était principalement de divertir le peuple romain, qui prenait goût aux spectacles violents et sanglants.

PUY_0337

Les différents amphithéâtres pouvaient accueillir des combats navals, des courses de char, des combats de gladiateurs, des combats d’animaux, et plusieurs autres divertissements.

PUY_9344

Posté par Puystory à 00:03 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -

La grue Romaine

PUY_9867

Le terme "grue" apparaît pour la première fois au XVème siècle pour désigner un engin de levage.

PUY_9869

Dans la Grèce et la Rome antiques, les cités se développent nécessitant des techniques plus efficaces et plus rapides pour construire des bâtiments publics, des édifices sacrés, les voies de transports, les ponts ou encore les ports.

PUY_9872

Il faut dès lors démultiplier la force musculaire des hommes et des animaux à l’aide de systèmes mécaniques. C’est l’apparition des premiers engins de levage en bois, activés à la force des hommes ou des animaux.

PUY_9877

Le matériel alors employé est très proche de celui de la marine : roues à cliquet, treuils, palans et moufles, engrenages à roues dentées…
Les chèvres à poulies est assemblée à partir de poutres assemblées en pointe avec un système de poulies démultipliant la force et permet de déplacer des charges que l'homme ne pourrait pas porter.
Certaines machines pouvaient élever jusqu’à 20 tonnes mais étaient limitée par la résistance des câbles. (Compter environ une tonne par câble, mais rien n’empêche de les multiplier).

PUY_9847

La puissance de sortie dépendant uniquement du nombre de poulies pour un câble dans le palan.
Sur le modèle présenté, une corde de 4 cm de diamètre pouvait lever une charge de 9 tonnes.

PUY_9844

Le pouvoir démultiplicateur de la force de cet engin, fait qu'un enfant aurait pu déplacer une charge de 1 tonne.

Posté par Puystory à 00:41 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -

Le char dans l'Antiquité (Puy du Fou)

PUY_6376

L'Ancêtre du char d'assaut,il est apparu dans l'Égypte à l'époque des Pharaons,il fut aussi grandement utilisés par les Grecques et les Romains, il était tirés par 2 ou 4 chevaux et il servait à percer les lignes ennemis.
Par la suite d'autre machines comme des tours sur roues ont fait leur apparition sur les champs de batailles.

Posté par Puystory à 00:51 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -

Fauves au Puy du Fou

DSC_7799_DxO - Puystory

DSC_7804_DxO - Puystory

PUY_6451_DxO - Puystory

PUY_6453_DxO - Puystory

PUY_6464_DxO - Puystory

Posté par Puystory à 00:57 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -


Vespasienne

 

Puy21060976

Vespasienne (nom féminin) est "urinoir public" qui était présent au sein des grandes villes de l’empire Romain.

Néron ayant mis Rome dans un état de crise économique dramatique, Vespasien (17 novembre 9 ap. J.-C - 23 juin 79 ap. J.-C) empereur romain de 69 à 79, se doit de redorer l’image de l’empire en commençant par assainir les finances et en mettant de nouveaux impôts en place.
Le plus connu d’entre eux est celui sur la collecte de l’urine.
L’urine était utilisée par les teinturiers de l’époque comme agent fixant avant la coloration ainsi que pour dégraisser les laines et était aussi utilisée par les "Foulons" nettoyeurs à sec.

Signe Triomphe 16082012 - 031

Vespasien a l’idée de créer des endroits publics "payant" permettant uniquement aux hommes d’uriner quand bon leur semble.
Ces installations "vespasienne" étaient généralement rectangulaires (chambres) possédant quelques sièges (jusqu'à 100 personnes) reliées à des citernes.
L'empereur Vespasien avait également fait répandre dans Rome de grandes urnes d’argile dont le public pouvait faire usage pour effectuer leurs besoins naturels.
Cette taxe sur les urines, appelée Chrysagyre, était payable tous les quatre ans par tous les chefs de famille, au prorata des personnes vivant sous leur toit, et même des animaux qui pourtant n’utilisaient pas lesdites urnes !
Cette mesure lui valut un grand nombre de moqueries.
Vespasien aurait, selon certains, déclaré "pecunia non olet", c’est-à-dire "l’argent n’a pas d’odeur".

Puy du Fou 2011 - 3453

Grâce à ces mesures, les Romains purent reconstruire et restaurer leur ville et augmenter indirectement la puissance économique de l’empire.
Le capitole fut ainsi rebâti et en 75 débuta la construction du Colisée (sur l’emplacement de la Domus Aurea, le somptueux palais de Néron).

Le Colisée se nommait en début de sa construction : "l’amphithéâtre de Flavien" du nom de la dynastie flavienne dont était issu l'empereur Vespasien.

Posté par Puystory à 00:36 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [1] -

l'Hypogée

PUY_2052

Le stadium est un spectacle à part entière.

PUY_0270

Sous l'arène et les gradins, une structure souterraine appelée Hypogée abrite les services indispensables au déroulement des jeux.

PUY_0428

Du latin hypogeum emprunté au grec ancien "ὑπόγειον" signifie "chambre souterraine".

PUY_6331

On y retrouve : machines, cages pour les fauves, armes, costumes, accessoires, salle des premiers soins, entrepôt des décors et une chambre mortuaire provisoire pour les combattants tués.

Les gladiateurs, fauves et condamnés à mort étaient hissés sur l’arène au moyen d’élévateurs mécaniques.

PUY_6301mod1

Faisant partie de l’Hypogée, il y avait un passage souterrain spécial pour les empereurs afin qu’ils ne se mêlent pas à la foule pour faire leur entrée.
A Rome, grâce à cette structure, les gladiateurs pouvaient rallier leur caserne a proximité du colisée.

Posté par Puystory à 00:39 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [0] -

Signe du triomphe (01)

Puy du Fou 2011 - 3450

Puy23061345

DSC_0266

Posté par Puystory à 00:47 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [0] -

MARS

A l’entrée du Stadium, on aperçoit deux statues celle d’AUGUSTE et celle de MARS.

DSC_1919

La présence de Mars à l’entrée du Colisée est symbolique :
il est l’ancêtre de la nation romaine et le garant de sa stabilité.
Sa statue placée à côté de celle de l’empereur affirme la puissance militaire et politique de Rome.

Puy21060985mod1

Mais qui est Mars ?
Arès, fils de Zeus et d’Héra, est le dieu grec de la guerre assimilé à Mars par les Romains.
Le culte d'Arès originaire de Thrace était peu pratiqué dans la Grèce Son nom viendrait du mot grec "Anaïrês"  qui signifie "Le tueur".
Arès (Mars) serait aussi la personnification de l'orage et du tonnerre selon certains mythologues Mars (Arès) est le fils de Junon (Zeus) et de Jupiter (Héra) et a douze femmes dont la vestale "Rhéa Silviaet" et dix-huit enfants.
Vestale (Vouées à la chasteté, les vestales encouraient la mort si elles rompaient leurs vœux) et enceinte, Rhéa Silvia sera épargnée mais sera enfermée.

00160

Elle accouche des jumeaux Romulus et Rémus qui deviendront plus tard les fondateurs de la ville de Rome.
Rome se développe sur un fond légendaire entretenu et relayé par les écrivains latins.
Dans la mythologie romaine, Mars est le dieu de la guerre et :

  • Protège les hommes qui croient en lui.
  • Aime pousser les gens au combat.
  • Intervient pour assurer la victoire militaire à Rome.
  • Insuffle le courage aux troupes.
  • Décuple les forces des soldats.
  • Assure la qualité de l'armement.
  • Il est aussi le dieu de l’agriculture et de la végétation.

PUY_2252

Mars est habituellement représenté comme un homme de taille imposante vêtu d’une cuirasse, armé d’une lance et casqué et ses symboles sont le vautour et le coq.
La lance sacrée de Mars est conservée dans la Regia : "la maison du roi".
L'ancile est un bouclier tombé du ciel.
D'après la légende, Mars en aurait fait faire onze copies afin de brouiller les pistes et éviter ainsi les vols.
Ce bouclier assure la protection de Rome.
Les romains donneront son nom au Champ de Mars qui servira de camp d'entraînement à l'armée romaine.
Le culte de Mars orienté vers la guerre, son temple se situe à l’extérieur de la ville car les citoyens en armes n’ont pas le droit de pénétrer dans l'enceinte sacrée de la ville.
Le culte de Mars est servi par un collège de prêtres, choisis parmi les patriciens, appelés Saliens.
En l’honneur de Mars, l’empereur Auguste éleva un temple sur son Forum en lui donnant le nom "d’Ultor", le "Vengeur".

Mars donne son nom au mois de l'année Martius (mars) qui marque l'ouverture de la saison de la guerre qui dure jusqu'en octobre (calendrier romain).

Posté par Puystory à 00:17 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [0] -

Le Masque

Puy180601267

Étymologiquement, le mot théâtre vient du grec "Theatron" qui désignait les gradins, l'endroit où l'on voit.
En 364 avJC, les Romains empruntèrent aux Etrusques leurs danses et les utilisèrent lors des jeux.
Mais c'est en 240 que naît officiellement le théâtre romain.
Le premier théâtre en pierres n'apparaît à Rome qu'en 55-54 avJC.
Les premières pièces sont la traduction en latin des pièces grecques.
Pour la suite, des auteurs comme "Plaute", "Térence", "Sénèque" écriront des pièces originales.
La plupart sont inspirées de Bacchus, le dieu du vin et de l’ivresse.
Le théâtre devient davantage un divertissement, comme les jeux du cirque (combats de gladiateurs, les courses de chars ou les batailles navales).
Les spectacles étaient payés par l’État.
Au début, les acteurs utilisaient le maquillage.
- en blanc symbolisait une femme. 
- en rouge, un esclave
- en brun une personne libre.

Puy180601283

Fait de chiffon et de plâtre, les masques font leur apparition au 1er siècle avant J.-C., et accompagne une bonne partie de la création scénique. 
Les vastes proportions du théâtre et l’inattention du public rendaient nécessaire un décryptage simple du spectacle. 
Les masques servaient à couvrir et à agrandir le visage pour être vu de tous les spectateurs.
Il existait une quarantaine de masques pour la comédie (rire) et une vingtaine pour la tragédie (douleur)
Expressifs, il servait à marquer encore plus le caractère du personnage. (Triste, joyeux Jeunes, vieillards, femmes ou serviteurs…)
C’étaient aussi un moyen de faire jouer à une même personne plusieurs rôles. 
Une perruque pouvait être dressée sur la tête pour accentuer l'expressivité. 
Il permet d'identifier, d'entrée de jeu, le héros. 
Les masques servaient de porte-voix.

Posté par Puystory à 02:53 - Stadium Gallo-Romain - Commentaires [0] -