Puy Story

Histoire d'une région.

LA LEGENDE D'HERBAUGES

Puystory_9769mod1

Dans le spectacle "Vikings" on entend :
"Oh je vous en supplie, faites sonner le tocsin, ouvrez votre chapelle, ouvrez votre donjon et ouvrez votre cœur.
Invoquez notre saint, car ils (les Vikings) ont quitté l’île très tôt dès ce matin.
Ils viennent par la Loire, et la Sèvre, et les Mauges !
Ramant sans perdre haleine dans toutes nos rivières, au pays de Tiffauges, de Pouzauges et d’Herbauges !
Aidez-nous à sauver notre Saint Philibert !"

Puystory_9865

On connait les villages de Tiffauges, Pouzauges.
Mais la question reste… :
Où est le pays des Herbauges ?
HERBAUGES ne fut pas une ville, mais un Pagus, plus tard un immense Comté qui comprenait à peu près le territoire de l'actuel département de la Vendée.
Au siècle dernier, un enfant de Bazoges-en-Paillers, ISIDORE MASSE, nommé instituteur aux HERBIERS en 1819 et où il mourut en 1832, écrivit un ouvrage très romantique, intitulé "LA VENDEE POETIQUE ET PITTORESQUE".
Affabulateur né, il plaça la fameuse légende de la Ville d'HERBAUGES, ensevelie sous la malédiction de Saint MARTIN, dans les eaux de l'immense étang qui s'étendait du quartier des PIERRES.

Puystory_3474

FORTES au PONT DE LA VILLE, et dans lequel on aurait trouvé, entre autres "une maison romaine de deux étages, avec son mobilier, son outillage, enfoncée dans la vase, intacte, sous le cataclysme Saint-Martinien" !
Isidore MASSE dans cet ouvrage récidive en situant la sépulture du mythique MERLIN L'ENCHANTEUR, le barde breton, aux alentours des HERBIERS, vers MALLIEVRE, LES EPESSES, sépulture qu'un de nos amis passionné de préhistoire s'acharna en vain, pendant de longues années à rechercher.
Avec cet autre faussaire de génie, Benjamin FILLON, Isidore MASSE aurait parfaitement convenu comme créateur de légendes vendéennes.
Cette légende de la ville engloutie d'HERBAUGES, qui semble copiée sur celle de SODOME et GOMORHE, vit le jour aux alentours du Xème siècle, fut transposée aux HERBIERS par Isidore Massé au cours du XIXème siècle et reprise plus tard par l'Abbé AILLERY dans ses Chroniques Paroissiales du Diocèse de Luçon.

PUY_1984

Ce qui est certain, c'est qu'après les ravages des envahisseurs Normands qui ruinèrent les Villas Herbretaises, et virent l'effondrement de l'Empire Romain, les Comtes du POITOU, vers la fin du IXème siècle, créèrent une nouvelle noblesse de chevalerie succédant à l'ancienne noblesse Gallo-Romaine, et placée par eux aux points stratégiques de leur immense Comté.
Les vicomtes de THOUARS se virent confier le territoire de l'actuel département de la Vendée, à l'exception du Talmondais.

Puystory_9703

Sur les ruines de ces villas Herbretaises, ils placèrent des cadets de leur famille de Thouars, créant ainsi les châtellenies des HERBIERS, l'une à la COURT près du Pont de la Ville, l'autre à la ROCHETEMER.
De 956 à 1104, trois seigneurs du nom d'HERBERT ou ARBERT furent vicomtes de THOUARS, seigneurs de TIFFAUGES et MORTAGNE dont dépendaient les HERBIERS, et probablement un de ces HERBERT donna son nom à l'agglomération qui s'étendait de chaque côté du lac Herbretais, d'où le nom cité en plusieurs chartes de "VILLIS DE HERBERTIS", "VILLAS D'HERBERT".

PUY_3568

L'un d'eux, Arbert III de THOUARS, prit part à la première Croisade et mourut à JAFFA en 1104.
Les historiens, qui se penchèrent sur le passé Herbretais, nous disent qu'un seigneur des HERBIERS mourut à la première Croisade. 
C'est donc bien Herbert de THOUARS qui fut seigneur des HERBIERS et à l'origine du nom donné à l'agglomération, en remplacement du nom gallo-romain aujourd'hui oublié.
Il était frère de Geoffroy de THOUARS, seigneur de TIFFAUGES.

Posté par Puystory à 00:01 - VIKINGS - Commentaires [4] -


Les Vikings

Posté par Puystory à 22:10 - VIKINGS - Commentaires [1] -

Vivez le spectacle comme un Viking

PUY_9308

Posté par Puystory à 00:27 - VIKINGS - Commentaires [1] -

Vikings

PUY_2801

PUY_2978

PUY_2871

PUY_2883

DSC_6733

PUY_2998

PUY_2019

D'autres photos sur : http://puystory.magix.net/album/tous-les-albums/!/oa/7241121/

Posté par Puystory à 00:22 - VIKINGS - Commentaires [1] -

ARCHITECTURE Générale DU FORT DE L’AN MIL *

Puy du Fou 2011 - 3883

Conçu sur une période allant du VIIIème au XIème siècle, le Fort de l’An Mil est composé d’un donjon et d’un village fortifié.
À cette époque la peste, la famine et la guerre sont les trois dangers qui guettent les populations.
Les chaumières groupées autour d’un point d’eau, entourées de palissades et d’un fossé rempli d’eau sont sous la protection du donjon et des tours de guet qui permettent de signaler une troupe au galop ou des pillards qui voudraient attaquer le village et s’emparer des récoltes.

PUY_4885

Suite à la décadence de la société gallo-romaine et au pillage des barbares, il a fallu inventer un nouveau système de défense avec fortification.
C’est la mise en place de la féodalité avec un seigneur qui dépend lui-même d’un suzerain et la codification des droits et devoirs.
Le donjon de la motte féodale est le symbole de la puissance du seigneur et sert de refuge pour les gardes.

SH109544

Construit en bois d’une hauteur de 17 mètres, on peut observer des troncs de chêne de 9 mètres provenant de la forêt de Mervent.
Il représente l’ancêtre des donjons de pierre.

Posté par Puystory à 00:59 - VIKINGS - Commentaires [1] -


Vikings au Puy du Fou

PUY_4715

PUY_4734

PUY_4810

PUY_4843

PUY_4863

Posté par Puystory à 00:06 - VIKINGS - Commentaires [1] -

Le chaume *

DSC04380

Du latin classique calamus ("roseau" puis "tige d'une plante") lui-même emprunté au grec ancien κάλαμος, kalamos, de même sens.

PUY_0370

Le chaume sert à couvrir les habitations de nos campagnes. 
Les anciens utilisaient les matériaux disponibles localement pour fabriquer les toitures. 

PUY_1737

Le chaume désigne la tige (souvent creusée aux entrenœuds et aux feuilles parfois coupantes) de Poacées (anciennement appelées graminées), à la fin de l'été ou au début de l'automne, lorsqu'elle sèche et s'éclaircit. 

PUY_1803

Le matériau utilisé est soit de la paille longue, de seigle ou de blé soit du roseau.
Après le battage, la paille sélectionnée est peignée pour être débarrassée des herbes de pied, puis liée en bottes. 

DSC_8518

Ainsi préparée et prête à l'emploi, elle prend le nom de glu, gavelle (nom variable selon les régions)
Cet usage était très répandu jusqu'à la fin du Moyen Âge. 

PUY_1165

Il connait un renouveau grâce à ses grandes qualités : isolation thermique et phonique, ressource renouvelable.

SH109202

Posté par Puystory à 00:02 - VIKINGS - Commentaires [2] -

La motte castrale

PUY_5230

La motte castrale avait principalement une fonction militaire.

motte-castrale2

Elle était enfermée par une succession de palissades de bois.

DSC04371

La motte est un monticule élevé (entre 4 et 15 mètres) et très raide (entre 30 et 50°) constituée de la terre tirée du fossé circulaire qui l’entoure et enfermée par une succession de palissades de bois.

DSC_7004

Au pied de la motte, on retrouvait la basse cour qui pouvait être renforcé par un fossé et une palissade propre.

PUY_9077

Le fossé étant rempli d'eau, la motte et la tour sont accessible que par une passerelle mobile.

La réalisation était rapide et à proximité des forêts fournissant la matière première.
Les paysans étaient réquisitionnés pour le terrassement et la fabrication des palissades.

DSC_5571

La motte surmontée d’une tour en bois (rectangulaire), haute de plusieurs étages assurait la surveillance et la défense de la basse cour et était le dernier refuge en cas d'attaque.

PUY_7217

Généralement, le seigneur vivait dans une maison à part dans la basse cour parmi ses domestiques, ses troupes et les animaux, mais progressivement et selon les dimensions, la tour deviendra la résidence du seigneur, de sa famille ainsi qu'un entrepôt à vivres.

PUY_5309

Pour le seigneur, la possession d’une motte devait un privilège et un symbole de puissance.
Construites en bois d'abord, elles deviendront au fil des siècles de brique ou de pierre.
Ce sont les premiers donjons.

Posté par Puystory à 00:05 - VIKINGS - Commentaires [1] -

Bannock

img291

Revenant d'un voyage au pays des Vikings, j'ai découvert le "Bannock".

img293

Dans un village reconstitué, on propose aux enfants un atelier pédagogique consacré à la fabrication du pain.

img296

La pâte est la même que pour faire le "Stockbrot ", mais elle est cuite dans une poêle et le pain est ainsi plus grand (et plus propre).
1 kg de farine de blé 4 cuillères à thé de sel.
2 sachets de levure boulangère (2 x 7 g).
600 – 700 ml d’eau.
5 cuillères à soupe d’huile.
Une fois cuit on peut conserver le pain une à deux journées.
Réchauffé le matin ça donne un bon petit déjeuner !

Posté par Puystory à 00:05 - VIKINGS - Commentaires [0] -

Bâbords et Tribords

13324974

Les mots Tribord et Bâbord nous viennent des Vikings.
En effet "stierboord" et "bakboord" sont composés tous deux de "boord" qui a son origine dans de très vieux parlers germaniques.
Jusqu'au Moyen-Âge, le pilote du navire gouvernait avec une godille, sorte de grande rame, fixée au côté droit du bateau et tournait ainsi le dos au côté gauche.
Ces termes marins veulent dire gauche et droite.
Bâbord c’est gauche et Tribord, c’est droite.
Une façon plus mnémotechnique c'est d'utiliser le mot batterie, que l’on écrit dans ce cas "BaTri".
On a Ba à gauche (comme bâbord) et Tri à droite (comme tribord).

SH101114

Posté par Puystory à 11:51 - VIKINGS - Commentaires [0] -