Puy Story

Histoire d'une région.

Bannock

img291

Revenant d'un voyage au pays des Vikings, j'ai découvert le "Bannock".

img293

Dans un village reconstitué, on propose aux enfants un atelier pédagogique consacré à la fabrication du pain.

img296

La pâte est la même que pour faire le "Stockbrot ", mais elle est cuite dans une poêle et le pain est ainsi plus grand (et plus propre).
1 kg de farine de blé 4 cuillères à thé de sel.
2 sachets de levure boulangère (2 x 7 g).
600 – 700 ml d’eau.
5 cuillères à soupe d’huile.
Une fois cuit on peut conserver le pain une à deux journées.
Réchauffé le matin ça donne un bon petit déjeuner !

Posté par Puystory le 30 janvier 2015 - VIKINGS - Commentaires [0] -


Bâbords et Tribords

13324974

Les mots Tribord et Bâbord nous viennent des Vikings.
En effet "stierboord" et "bakboord" sont composés tous deux de "boord" qui a son origine dans de très vieux parlers germaniques.
Jusqu'au Moyen-Âge, le pilote du navire gouvernait avec une godille, sorte de grande rame, fixée au côté droit du bateau et tournait ainsi le dos au côté gauche.
Ces termes marins veulent dire gauche et droite.
Bâbord c’est gauche et Tribord, c’est droite.
Une façon plus mnémotechnique c'est d'utiliser le mot batterie, que l’on écrit dans ce cas "BaTri".
On a Ba à gauche (comme bâbord) et Tri à droite (comme tribord).

SH101114

Posté par Puystory le 23 janvier 2015 - VIKINGS - Commentaires [0] -

SAINT-PHILIBERT (PHILBERT) 01

PUY_9040

Né en 616, Philibert à 15 ans est page à la cour du roi Dagobert
A 20 ans, il entre au monastère de REBAIS dont il deviendra ABBÉ.
Emprisonné à Rouen, il se réfugie chez l’évêque de Poitiers Ansoald.
Celui-ci lui confie une île dans l’estuaire de la Loire.

Vikings 17082012 - 122

En 675 - 677 (selon les sources), il fonde un monastère sur cette île d’HER (Noirmoutier).
Il meurt à Noirmoutier en 685.
Il est aussitôt proclamé Saint.
Ses reliques sont pendant 150 ans l’objet de pèlerinage.

PUY_8977

Les Normands abordent l'île de Noirmoutier avec leurs drakkars et se servent de l’île comme base arrière pour leurs pirateries dans les églises ou abbayes.
Pendant plusieurs années, les moines cachent les reliques de Saint-Philibert dans la crypte.

DSC03130

En 836, les reliques sont transportées dans un sarcophage à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu qui sera à son tour menacé et dévasté.

SH101091

L’exode des moines durera 39 ans avant de s’établir définitivement à Tournus en 875.

DSC03117

Posté par Puystory le 24 octobre 2014 - VIKINGS - Commentaires [0] -

Ancre de Marine

PuyStory 2011 Aout 2782 Ancre01

Lors du spectacle "Vikings", un jet de flamme est propulsé et peut faire penser à une ancre.
Ancre, du latin "Ancora", issu du grec "Agkura", représente un lien profane ou sacré.
Cet objet de marine est connu depuis la plus haute antiquité, et symbolise, l’espérance, la fermeté dans la foi, la conscience, la pauvreté, la charité et le salut.
Elle illustre aussi, l'attache, la lourdeur, le lien, la fidélité, le retour.
L’ancre est aussi un symbole du christianisme primitif.
Vers 99, le Pape Clément de Rome aurait été précipité à la mer avec une ancre attachée autour du cou, comme Jonas.
L'ancre pourrait ainsi symboliser à partir du Ier siècle la primauté de Rome et du Pape, tête (chef) de l'Église.
Vers 202, Clément d'Alexandrie mentionne l'ancre comme un symbole autorisé des chrétiens, avec le poisson (ichtus).
On la trouve fréquemment représentée au IIe et IIIe siècle dans les catacombes et les cimetières chrétiens et les sarcophages.
Plus généralement, elle est mieux connue comme un objet lourd en métal et terminé par deux branches qu’on laisse tomber au fond de l’eau afin d’empêcher un bateau de dériver avec le courant.
On la dit "flottante" quand elle est utilée pour ralentir un bâteau en cas de tempête.
La dimension est proportionnelle à la taille du navire.
Dès la fin du 18e siècle, les Troupes de Marine l'adoptent et apparaît sur les uniformes, fanions et drapeaux.
On la retrouve aussi en architecture (Ancre de façade).
Extrémité d’une barre de fer, (le tirant), empêchant l'écartement (poussée) de deux murs opposés ou d’angle.
On la retrouve aussi dans l’horlogerie et sur internet (crochet hyperlien).

Posté par Puystory le 10 juin 2013 - VIKINGS - Commentaires [2] -

Vikings

Viking 01

L’action se déroule en l’An mil, au pied de la motte féodale.
Au cœur d’un hameau aux toits de chaume, les villageois s’apprêtent à célébrer les noces d’Aldéric et Cybèle quand les guerriers vikings surgissent de l’eau avec leurs drakkars pour piller le village.
Le spectacle met en scène des drakkars longs de 20 mètres et hauts de 10 mètres, 50 animaux, 30 acteurs et des visiteurs invités à y participer.

Posté par Puystory le 15 mai 2013 - VIKINGS - Commentaires [0] -


Les Vikings

Chaque jour, plusieurs représentations des cinq grands spectacles sont données dans le Grand Parc selon un programme quotidien adapté au nombre de visiteurs.
Ces spectacles sont conçus comme de véritables films en direct avec du rythme, des surprises et de nombreux effets spéciaux.

Posté par Puystory le 21 avril 2013 - VIKINGS - Commentaires [0] -

Le Drakkar

Puy180600719

Le terme "viking" correspond à une activité et non à un nom de peuple (Le concept de nation n’existait pas).
C’était des clans ayant chacun leur chef.
Les jeunes affamés d’aventures décidèrent de partir en "viking" c’est-à-dire d’organiser des raids.
Le drakkar (pluriel de dreki  "dragon") était le symbole de l’épopée viking et représentait l’équipement militaire le plus redoutable.
Il y en avait de toutes dimensions en fonction des besoins (Commerce long courrier, pêche, commerce côtier, guerre, etc…..).
La période de construction et d’utilisation du drakkar se situe entre 300 à 1066 (croissance du Christianisme marque la fin de l’ère viking).
Robustes et rapides, capables de résister aux houles de l’Atlantique et de la mer du Nord, remontant les cours d’eau grâce à leur structure si particulière, les drakkars étaient de véritables outils tactiques.
Attardons-nous au vaisseau de guerre (le Snekkar).

DSC02735

Rappelons-nous que c’était la rapidité d’attaque le principal atout des vikings.
Long (30m), étroit (4m), léger et peu profond et avec sa structure ouverte, il pouvait embarquer jusqu’à 80 hommes (1 par rame).
Lors d'abordage ou de pillages, il était possible de transporter jusqu'à 160 hommes de plus.
Grâce à sa propulsion, constituée de rame, une voile de 120 m² et son faible tirant d’eau (1m), il était très rapide (6 min nœuds avec un max de 20).
Sa symétrie fait que la manœuvre à rame le rend très agile et il était capable de partir à reculons rapidement dans d’étroites rivières.
Ils remontaient fleuves et rivières pour frapper au cœur même des villes et villages.
Ils attaquaient souvent la nuit ou les dimanches lors de la célébration des offices religieux lorsque l’ennemi était catholique.

Puy17061252

Les Drakkars n'arboraient pas systématiquement une tête de Dragon en proue et en poupe, mais souvent une spirale, (motif sacré utilisé par les peuples celtiques et Scandinaves).

Vikings 17082012 - 144

Dans les mœurs vikings, les chefs étaient enterrés avec ce qu'ils connaissaient : leur navire, leurs armes et leur épouse préférée.
Après le sacrifice de la femme, le feu était bouté au navire.

Vikings 17082012 - 139

Dans leur croyance, le guerrier qui mourrait au combat, était emmené par les Walkyries, (celles qui choisissent les morts, des vierges guerrières) à la salle de banquet d’Asgardr où Odin (Seigneur de la Lance) recevait les rois et les guerriers morts.
Les autres, qui ne mourraient pas au combat étaient condamnés à une triste existence dans les ombres du royaume de Hel
Hel, fille de Loki et de la géante Angerboda qui règne sur les neuf mondes (endroit froid, brumeux, inquiétant, où tous ceux qui y pénètrent attendent de recommencer une nouvelle vie ou ne repartent jamais).

Posté par Puystory le 18 février 2013 - VIKINGS - Commentaires [0] -

COULEURS LITURGIQUES

DSC02817

Les vêtements liturgiques nous rappellent que la Messe n'est pas une action ordinaire et nous met en contact avec Dieu.
La diversité des vêtements nous permet de reconnaître la fonction propre de chaque ministre.
Les couleurs expriment les caractéristiques de la cérémonie.
C'est au XVI° siècle, que le Concile de Trente a défini cinq couleurs :
Le blanc : Joie, pureté.
Le rouge : Feu du Saint-Esprit, Sang des martyrs.
Le vert : Printemps, espérance de vie éternelle.
Le violet : Prière intense et pénitence.
Le noir : Deuil, défunts.
 Et c'est au XIX° siècle que ces couleurs liturgiques ont été définitivement codifiées.
Cependant, d'autres couleurs, issues des traditions, sont admises
Le rose : Joie dans le temps de pénitence.
Le bleu : Fêtes mariales
Le gris cendré, n'est pas une couleur liturgique, mais est un rite lyonnais, prévu les jours de semaine pour les temps de pénitence (Avent et Carême).

Posté par Puystory le 07 janvier 2013 - VIKINGS - Commentaires [2] -

L'isopar

Puystory_07588

Isopar fluide est caractérisé comme un hydrocarbure de synthèse produit à partir de solvant isoparaffinique pétrole à base de matières premières qui sont traités par l'hydrogène en présence d'un catalyseur pour produire un produit qui contient de très faibles niveaux d'hydrocarbures aromatiques et est essentiellement inodore et incolore.

L'Isopar liquide est généralement reconnu comme ayant une faible toxicité aiguë et chronique.
ISOPAR a des flammes ISOPARAFINE capables de monter a 10 mètres de haut sans retomber, se combustibles et ni plus ni moins du pétrole type ZYBRO.
Fait partie des solvants isoparaffiniques, solvants de synthèse sans aromatiques.
Sa vitesse d’évaporation plus rapide que les autres solvants de la même catégorie.
La température de combustion atteint 900 °C.
Pour se donner une idée, voici la température d’une flamme de bougie.
Plus on s'approche de l'extérieur de la flamme, plus l'oxygène est présent et plus la température est haute.
La base d’une flamme qui est transparente = env. 600°C
Au dessus de la mèche, la couleur orange = env. 800°C
Au dessus de la flamme = env. 1200°C

Posté par Puystory le 28 août 2012 - VIKINGS - Commentaires [2] -

La crosse de Saint Philibert

Dans le spectacle des Vikings, il nous apparaît Saint Philibert tenant sa crosse.
Mais quelle en est sa significtion ??

IMGP0428mod1

La Crosse (baculus, pedum) est l'emblème de la dignité épiscopale.
Elle symbolise le bâton (houlette) du pasteur (berger) qui veille sur le troupeau (episkopos signifie «veillant sur »).
Tournée en avant, c'est le symbole de la responsabilité et de l'autorité pastorale de l'évêque dans son diocèse.
Lorsqu’il est en dehors de son diocèse, l’évêque tient la crosse tournée vers lui.
Notons que les Abbés (prieur) de monastère portent également une crosse, mais ils la tiennent toujours tournée vers eux, signifiant ainsi la limite de leur juridiction pastorale.

On distingue 3 parties et chaque parties de la crosse a une signification :

1. Le haut bout est pour "Attirez".
2. Le milieu est pour "Gouvernez".
3. La pointe est pour "Corriger.

Quelques crosses allient diverses matières .

L'ivoire (emblème de la douceur) à la volute,
Le buis (emblème de la fermeté) à la hampe,
Le fer (emblème de la sévérité) à l'extrémité.

On l'appelle aussi "pedum", bâton de berger, parce qu'il a la forme du bâton recourbé dont les anciens bergers se servaient pour saisir les moutons par les pieds, afin de les arrêter dans leur course vagabonde.

Posté par Puystory le 20 mai 2012 - VIKINGS - Commentaires [1] -