Puy Story

Histoire d'une région.

Dans le Village 18ème

Puystory_07626

Puystory_9971

Puystory_10049

Puystory_10068

Puystory_10071

Posté par Puystory le 27 juillet 2020 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [0] -


Grange aux Fiefs (Nouveauté 2020).

PUY_3226

Dans un décor champêtre du 18ème siècle, la Grange au Fiefs vous invite à arrêter le temps et à déguster les vins du terroir Vendéens.

IMG_9751

PUY_5224

PUY_5245

Et pourquoi ne pas les accompagner avec un assortiment de fromage ou de charcuterie.

PUY_6115

Posté par Puystory le 19 juillet 2020 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [0] -

Dans le Village 18ème du Puy du Fou

008

Puy du Fou 2011 - 1900

PUY_3348

PUY_6669

Village 18 - 038

Posté par Puystory le 10 juin 2020 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [0] -

Dans le Village 18ème

PUY_6777 Puystory

PUY_7242

PUY_9320

Puystory_04076

Puystory_5118

Posté par Puystory le 23 mars 2020 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [0] -

C'est en Forgeant

Puystory_514

Il y a peu encore, chaque village avait sa forge.
C'est un lieu de passage et de rencontre par excellence, au même titre que l'estaminet ou la place du marché.

Puystory_537

Les hommes aiment à s'y retrouver autour du feu qui réchauffe et qui éclaire l'endroit en faisant danser les ombres sur les murs noircis.
Ils y échangent les dernières nouvelles alors que le forgeron étire le fer à grands coups de marteau et le dompte en faisant jaillir des bouquets d'étincelles.

Puystory_516

Sa force physique impressionne.
Beaucoup d'activités dépendent de son travail et cela lui donne une réelle importance.
Sa maîtrise du feu, de l'air et de l'eau... en font le personnage de la vie villageoise.
C'est lui qui ferre les chevaux, les mules et les vaches, fabrique et répare les versoirs et les pièces en fer des charrues et des attelages.

Puystory_543

Il réalise tout l'outillage à main nécessaire aux travaux des champs et les outils des artisans du village.
Il forge également les objets de la vie de tous les jours, en particulier ceux qui servent à la cuisine, à l'âtre : landiers, trépieds, grils et crémaillères.

PUY_7829

Le foyer et son énorme soufflet, l'enclume, la cuve d'eau pour tremper le fer incandescent occupent la plus grande partie de l'espace disponible.
De cinq heures du matin à tard le soir, l'enclume sonne joyeusement, même le dimanche.
Il n'y a guère qu'à la Saint Eloi que le silence se fait.
Un peu magicien, le forgeron est aussi vétérinaire, dentiste et guérisseur.

PUY_3714

Ne dit-on pas que son marteau a le pouvoir de guérir ?
On lui amène des enfants souffrant de convulsions placés nus sur l'enclume que l'homme de l'art martèle avec violence.
Il lève le bras, fait semblant de frapper l'enfant, arrête le marteau à deux doigts du ventre du petit malade avant de le toucher doucement avec le fer et la guérison espérée se produit quelquefois.

Posté par Puystory le 19 février 2018 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [1] -


Le Village 18ème du Puy du Fou

Puystory_5119

Puystory_10069

PUY_6756 Puystory

PUY_1840 Puystory

Posté par Puystory le 24 février 2017 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [2] -

Dans la grange du Puy du Fou

PUY_4684 Puystory

PUY_6772 Puystory

Puy180602145

PUY_5413 (2)

Puy180602139

Posté par Puystory le 15 février 2017 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [3] -

Dans l'atelier du Sabotier

PUY_8245

Dans l'atelier de l'artisan règne une bonne odeur de menuiserie.
Au mur, des outils rudimentaire alignés comme à la parade.
Au centre, éclairé par les fenêtres, trône "la chèvre", sorte de billot de bois à quatre pieds auréolé de copeaux blonds qui jonchent le sol.

PUY_5399

L'artisan manie la hache, l'herminette et le paroir et dégrossit son morceau de bois.
Le bois se travaille demi-sec.
Abattu en vieille lune, dépouillé de son écorce et débité en bille d'un mètre de long, il est entreposé près de l'atelier.
Chacune de celles-ci est elle-même sciée en trois morceaux correspondant à la longueur maxima des sabots. Leur taille se donne en pouces et va du 8 1 /2 (22 cm) au 13 (34 cm).

PUY_5382

Le bûchage s'effectue à l'aide de la hache à bûcher, appelée aussi hache à épaule de mouton.
C'est un outil caractérisé par la forme très particulière de son manche et de son fer décentré sur la gauche pour ne pas gêner le mouvement du sabotier.

PUY_8252

Le talon est marqué d'une encoche et l'ébauche est fixée sur un billot.
La mise en forme est commencée à l'herminette pour être achevée au paroir, sorte de long couteau à un manche fixé par une extrémité.
L'artisan taille, épluche, lime sans un raté.
Copeau après copeau, la forme émerge de sa gangue parfaitement équilibrée.

PUY_5400

Le sabot est ensuite creusé à l'aide de gouges, tarières et autres cuillères diverses.
La talonnette sert à donner l'arrondi du talon tandis que la rouannette permet de planer le dedans.
La finition est assurée au racloir.

PUY_8251

Il est alors possible de les décorer et de les teinter au brou de noix ou à la suie ou bien encore de les vernir.
L'œuvre terminée, devant tant de savoir-faire, on ne peut s'empêcher de penser à la marionnette que "Gepetto" avait créée avant tant d'amour et à qui une fée donna la vie.

Posté par Puystory le 08 août 2016 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [5] -

Village 18ème du Puy du Fou

PUY_6750 Puystory

PUY_6797 Puystory

PUY_1842 Puystory

PUY_4683 Puystory

PUY_5420

Posté par Puystory le 29 juin 2016 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [0] -

Le Sabotier.

"Les belles dames, les gros bourgeois dédaignent mes sabots de bois.
Le roi peut bien se chausser de veau.
Moi je préfère mes durs sabots, sabots de frêne taillés chez nous, ils m'ont coûté quatorze sous."

PUY_8250

Imaginez un instant une armada de plus de mille sabots ...
Sabots massifs tirés d'un morceau de hêtre, propres à naviguer dans la boue, sabots pointus et coquets garnis de cuir, pour danser...
Sabots qu'un Maupillier rageur fait claquer comme un homme, ou lourds sabots qui traînent lorsque la terre enfonce ...
Faits de bois dur, de frêne, de hêtre ou d'orme pour l'hiver, de vergne pour l'été, plus légers, ou sabots fantaisie en noyer.
Certains, destinés aux marins, taillés dans le bois tendre du peuplier, ne causaient aucun dommage aux ponts des bateaux !
Sur le dessus du pied, un coussinet joliment roulé et une semelle intérieure, tous deux confectionnés en paille de seigle, donnaient un certain confort et gardaient le pied au sec.
Le "sabaron", sorte de guêtre en cuir, parfois fixé au sabot, complétait la protection.
Il était d'usage, afin d'éviter qu'ils ne se fendent, d'entourer le dessus des sabots avec un fil de fer.
Celui-ci nommé "pionnette" ou "arçon" était vendu sur les foires et marchés par quelques pauvres bougres qui ont disparu de nos jours.

PUY_8246

Jusqu'à la dernière guerre, avant que la botte de caoutchouc n'envahisse nos campagnes, le sabotier faisait partie de la vie quotidienne du Bocage.
Surnommés "Chausse-Martyrs", ils allaient de village en métairie où ils étaient attendus avec impatience ... Le Saint Patron des sabotiers fut aussi le premier d'entre eux.
En effet, Saint René (396-450), évêque d'Angers, se retire à Sorento (royaume de Naples), vers l'an 440, pour y façonner des sabots.
Le jour de sa fête, le 12 novembre, les manœuvres offraient leur journée de travail au patron sabotier.
Le soir, celui-ci les invitait à un banquet et à des danses.
La fête finissait fort tard dans la nuit voir le lendemain.

PUY_4670 Puystory

Au XVlllème siècle la production était vendue par les boisseliers (fabricant de boîtes en bois et de récipient), les chandeliers (fabricant et marchand de chandelles) et les regrattiers (commerçant de denrée de seconde main) des villes.
Comme les charbonniers (livreur de charbon), les sabotiers en forêt se traitaient de "bons cousins" et formaient un corps du Compagnonnage.
Venus de la forêt où abondait la matière première, les moins farouches, lassés de leur vie d'ermite, se rapprochèrent des villages ouvrirent boutique dans les bourgs.
Aujourd'hui, il reste très peu de ces artisans capables de dégager d'une pièce de bois un de ces sabots qui protégeait si bien le pied de l'eau et du froid.

Posté par Puystory le 30 mai 2016 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [1] -