Puy Story

Newsletter
22 janvier 2024

Dans l'atelier de La Fontaine

IMG_2680

PUY_1259

PUY_4605

PUY_8004

PUY_8509

19 janvier 2024

Les Veillées d'autrefois…

PUY_5787

Les veillées du Puy du Fou commencent toujours par un long silence...

Quelles étaient agréables ces veillées en hivers !
Je les aimais bien.
Dans la grande cuisine au sol de terre battue où l'on se rassemblait, les hautes flammes suffisaient pour nous éclairer.
Nous étalions devant nous, les outils qu'il fallait réparer.
Nous confectionnions des "papillons", des paniers ….
On voyait alors les brins d'osier se courber, s'enrouler continuellement…

PUY_0365

Les femmes apprêtaient leurs quenouilles.
Dans le courant de la triste saison, nous avions souvent l'occasion de nous rencontrer entre amis.
En effet, les voisins venaient se joindre à nous et les heures semblaient moins monotones.
Tandis que les hommes passaient leur temps à discuter et à goûter le vin nouveau, les femmes aimaient se retrouver devant l'âtre.
C'était aussi d'interminables parties de cartes ou de palets qui se terminaient presque toujours par des histoires de garous, des récits de légendes et de sorcelleries…

PUY_7776 Puystory

Et l'on s'en retournait tard dans la nuit, par les chemins creux vers nos demeures….
Les grandes veillées étaient organisées au moment de "au gui de l'an neuf" et pendant les festivités de la chandeleur et du Mardi-gras ?
Mais "le soir de la fressure", les crêpes et "les bottereaux" (petits beignets) n'ont peut-être pas complètement disparu et ne devez-vous pas encore aujourd'hui vous retrouver pour partager la joie et maintenir l'amitié dont on a toujours besoin ?
Jacques Maupillier (garde)

17 janvier 2024

Au Noces de Feu

PUY_3732

PUY_8103

PUY_3906

PUY_4550

PUY_3764

15 janvier 2024

La Vendée militaire de 1793

Puystory_00749

Napoléon admirait les Vendéens et disait qu'ils étaient des "géants".
Durant toute l'année 1793, ils firent trembler la Révolution.
Elle leur fit payer cette peur par des atrocités sans nom.
Ils étaient le petit peuple des campagnes et des bourgs.

Puystory_5568

Au début de 1793, leur soulèvement s'étendit comme un raz de marée.
Ils s'en allèrent chercher d'anciens officiers nobles pour les commander.
C'est ainsi que tout a commencé.
La Vendée du soulèvement contre la Révolution, la "Vendée militaire", n'avait pas d'unité historique avant 1793 et pas plus d'unité géographique.

Capture2

Au nord-est, elle mord sur l'Anjou, au sud sur le Poitou.
Le marais ne ressemble pas au pays des Mauges qui est différent du bocage.
Un destin tragique a forgé l'unité de ce pays de 600 paroisses et de 700000 habitants.
La "Vendée militaire" n'est pas limitée au territoire du département qui porte son nom.

Puystory_12031

Elle forme une vaste région de cent kilomètres de profondeur sur la rive gauche de la Loire.
Elle est circonscrite au nord par le fleuve, à l'ouest par l'océan, dont la côte sera constamment disputée.
Au sud, sa frontière passe au-dessus de Luçon, ville républicaine, et à l'est elle suit le cours du Thouet entre Saumur et Parthenay.

PUY_1430 Puystory

En 1793, les routes étaient rares et médiocres.
Hormis les deux grands axes Nantes-La Rochelle et Les Sables-Cholet qui se coupent au lieu-dit les Quatre-Chemins, les communications étaient assurées par des chemins que l'hiver transformait en bourbiers.
Les haies qui les bordaient et clôturaient les champs étaient souvent épaisses de trois mètres et plus, hérissées de houx, de ronces et d'aubépines d'où surgissaient les troncs des ormes et des chênes.
Après deux récoltes, les terres restaient en jachère pendant quatre ans et se couvraient rapidement d'ajoncs et de genêts d'une hauteur supérieure à celle d'un cheval.
Dans un tel pays, il était facile de se déplacer sans être vu, de constituer des gîtes pour le repli et l'accueil.

Puystory_02016

Kléber dira :
"C'était un labyrinthe obscur et profond dans lequel une armée ne peut en quelque sorte marcher qu'à tâtons et sans se déployer"

12 janvier 2024

Bal des Oiseaux

PUY_2221

PUY_2246

PUY_2257

PUY_2259

PUY_2299

10 janvier 2024

Qui est Clovis !*

PUY_0902mod1

Clovis Ier (en allemand Chlodwig ou Chlodowech, en latin Chlodovechus) est roi des Francs saliens de 481 à 511.
Issu de la dynastie des Mérovingiens, du nom hypothétique de son grand-père, Mérovée (cf. liste des monarques de France), il est considéré comme le premier roi chrétien du royaume des Francs, qui prendra le nom de France au XIIIe siècle.
Nous connaissons Clovis à travers la longue description de son règne par l'évêque gallo-romain Grégoire de Tours, né près de trente ans après la mort de Clovis, et dont l'Histoire, rebaptisée tardivement Histoire des Francs.

PUY_4844

Les Francs étaient un conglomérat de peuples.
Leur origine est essentiellement germanique.
Ils forment deux groupes : Francs Saliens et Francs Ripuaires.
Ils vivaient à la frontière de l'Empire romain, sur le limes.
Ces peuples acceptèrent de se mettre au service de l'Empire comme paysans ou comme soldats.
Le mot Franc signifiait "guerrier".

PUY_1941

Né en 465 – 466 (selon les sources), Clovis devient Roi en 481.
A cette époque, on ne devient pas roi par un sacre, mais par héritage d'une part, et d'autre part, d'après un choix de la famille aristocrate, sur des critères particuliers : bravoure et nombreuses victoires.
En d'autres termes, c'est une coutume d'un temps ancien qui faisait son effet.
Clovis, est baptisé le 25 décembre 496 par l'évêque Rémi à Reims.
Il a en effet décidé de se convertir au catholicisme, lui le païen.

PUY_5138mod1

Ce qui fait toute la différence, c'est l'histoire de la Sainte-Ampoule.
Les témoignages sont nombreux.
Selon les notices historiques sur le couronnement des rois de France par Pierre Augustin Dérodé-Géruzez
Clovis est le premier de nos Rois qui ait été sacré et couronné.
Ce fut en 496, la veille de Noël, que ce prince, nouvellement converti à la foi chrétienne, il reçut des mains de saint Remi le baptême et l'onction sainte.

PUY_1589

La plupart des évêques du royaume se trouvaient alors réunis à Reims (Rheims).
Grégoire de Tours nous apprend que les rues de la ville furent tendues de tapisseries peintes et les églises de draps blancs, que l'on répandit des parfums en abondance, et que l'on alluma une grande quantité de cierges.
Et que 486 correspond à la bataille de Soissons contre Syagrius.

PUY_4927

8 janvier 2024

Mais qui était François Athanase Charette de La Contrie ?

PUY_6369

PUY_7434

5 janvier 2024

Résumé sur Jeanne d'Arc

PUY_8534

Aux confins de la Lorraine et de la Champagne, le petit village de Domremy a vu naître, au début du XVème siècle, une des héroïnes les plus populaires de l'histoire de France.
Jeanne y est née et a grandi, parmi ses frères et sœurs ; Jacquemin, Jean, Pierre et Catherine.
Elle oscille entre des épisodes de paix relative et de conflits ouverts, impactant directement la vie des habitants frontaliers.
C'est dans ce contexte bien particulier que Jeanne a grandi, avec en toile de fonds, des croyances populaires (l'arbre aux fées) mêlées à une piété exemplaire.

PUY_8655

Au cœur de ce village vosgien, et à seulement 13 ans, la destinée de cette simple fille de laboureur, a pris un tour inattendu, exceptionnel et légendaire.
C'est la conjonction de ces divers éléments qui conduira la jeune Lorraine à dépasser toutes les frontières, tant physiques que symboliques, au départ de Domremy, "là où tout a commencé".
Des voix qu'elle dit avoir entendu "dans le jardin de son père", Jacques d'Arc, à sa détermination à prendre les armes pour son futur roi Charles VII (1403-1461).

PUY_6237

Les grandes dates sont :  
1412 : Naissance de Jeanne à Domremy
A cette époque, il n'y avait pas d'enregistrement des naissances.
Les registres paroissiaux reprenant les naissances, les baptêmes, mariages et décès n'apparaîtront que plus tard (environ 1450).
Cependant, il est possible de situer sa naissance à partie de son témoignage lors du procès de Rouen quand elle déclare le 21 février 1421 être âgée de 19 ans.
Pour ses contemporains, elle serait née le jour de l'Epiphanie le 6 janvier 1412.

PUY_8672Mod1

1425 : Premier appel des "voix" de Saint Michel, Sainte Catherine et Sainte Marguerite.
1428 : En mai, Jeanne se rend à Vaucouleurs pour rencontrer Robert de Baudricourt (1400 – 1454).
Elle demande à être envoyée en France auprès du Dauphin Charles pour lui transmettre un message divin et l'aider à sauver la ville d'Orléans, assiégée par les Anglais.

PUY_8675Mod1

1429 : Le 13 février, départ de Vaucouleurs.
Après plusieurs entrevues, le capitaine Baudricourt autorise Jeanne à rejoindre le Dauphin à Chinon.
Elle parcourra les 600 km en 11 jours selon le témoignage de Jean de Metz (1398 – xxxx).
Le 23 février, elle reçue par le Dauphin (Charles).
Le 8 mai, libération et levée du siège d'Orléans : Baudricourt lui confie une armée qui lève le siège d'Orléans le 8 mai.

PUY_8677Mod1

Le 18 juin, les troupes françaises écrasent les Anglais à Patay.
Jeanne libère ensuite les villes de la vallée de la Loire et de Champagne pour ouvrir la route vers Reims.
Après la victoire à Orléans, Jeanne convainc Charles de se rendre à Reins pour son sacre.
Importante décision car pour Jeanne et le peuple, c'est par ce sacre que le souverain deviendra pleinement le "Roi".
Mais pour se rendre à Reims, il faut traverser des territoires tenus par les Bourguignons et des villes telles que Troyes se rendent permettant ainsi la cérémonie du sacre possible.

PUY_8681Mod1

Le 17 juillet, Charles VII devient "Roi de France" à Reims.
1429 : Jeanne commande le 8 septembre les assauts sur Paris, mais ce sera un échec et elle sera blessée à la jambe.
Cet assaut sera utilisé contre Jeanne car le 8 septembre était une fête religieuse importante en tant que la "Nativité de la Vierge".

PUY_3654

1430 : Le 23 mai, les troupes bourguignonnes capturent Jeanne à Compiègne.
La ville de Compiègne est assiégée par les Bourguignons, alliés des Anglais.
Charles VII choisit de négocier avec le duc de Bourgogne, mais Jeanne souhaite continuer le combat et de chasser les Anglais.

jeanne d'arc_4Mod1

Elle décide de porter secours à Compiègne et part avec une petite troupe et ce sans l'accord du roi.
Isolée du reste de ses compagnons, elle est capturée.  
Après un an de vie publique et de combat, Jeanne connait la prison et les tourments d'une vie d'enfermement.
Au départ, elle est détenue au château de Beaurevoir, dont elle essaye de s'échapper.
En décembre, elle est remise aux mains des Anglais contre rançon de 10.000 livres et conduite dans une cellule du donjon de Rouen (Aujourd'hui tour Jeanne d'Arc) et enchaînée par les pieds pour éviter une nouvelle tentative d'évasion.

2800052-1024x599Mod1

Elle ne sort que pour ses interrogatoires.
Elle tomba gravement malade
1431 : entre le 9 janvier et le 25 mars, Jeanne sera jugée pour sorcellerie dans un procès d'inquisition, instruit et conduit par l'évêque de Beauvais, Pierre Cauchon (1371 – 1442).
Les conditions de détention sont très dures et après un procès de 6 mois et tourmentée par ses juges et ses geôliers, Jeanne cède et abjure ses voix et ses convictions.
En échange, les juges lui ont promis la vie sauve et un emprisonnement dans une église gardée par des femmes.
Mais, jeanne est remise dans sa prison d'origine et sera harcelée par les soldats anglais.
Se sentie trompée, elle se rétracte.
Le 30 mai, Jeanne sera condamnée comme hérétique et relapse.

20231011_144011Mod1

Elle sera excommuniée et brulée vive sur la place du Vieux-Marché à Rouen.
Ses cendres furent jetées dans la Seine, pour éviter qu’elles puissent être récupérées et vénérées comme des reliques par d’éventuels partisans.
Dans les semaines qui suivirent, le "roi de France et d’Angleterre" Henri VI (1421 - 1471) écrivit de longues lettres à tous les souverains d’Europe ainsi qu’aux prélats, aux nobles et aux villes de "son royaume de France" pour annoncer que "la trompeuse divinatrice" avait été justement châtiée.
Elle avait même avoué ses mensonges avant de mourir – prétendait-il.

PUY_8538

1450 - 1456 : Charles VII ordonne via Isabelle Rommée (1377 – 1458) mère de Jeanne d'Arc,  l'ouverture d'un procès de réhabilitation, destiné à laver la mémoire de Jeanne et à effacer les soupçons de sorcellerie pesant sur l'origine de son pouvoir.
7 novembre 1455, après le début du règne du pape Calixte III (1378 – 1458), Isabelle se rend à Paris dans la grande salle de l'évêché, pour se présenter devant la délégation du Saint-Siège, à laquelle elle s'adresse de manière émouvante, à plus de soixante-dix ans.

PUY_8690

Le 7 juillet 1456, la sentence de réhabilitation est prononcée par la cour d'appel de Paris.
1920 : Le 16 mai, Jeanne d'Arc est canonisée par le Pape Benoît XV (1854-1922).

3 janvier 2024

Amoureux de Verdun

PUY_1252

PUY_2320

PUY_5147

PUY_6178

PUY_6187

1 janvier 2024

Bonne Année, Bonne Santé

Puystory_02213

Malgré l'allégresse des fêtes de Noël, nous vivions souvent les derniers jours de l'année dans une certaine mélancolie.
Ces journées sombres, sans soleil, nous rendaient tristes.
L'approche du Nouvel An n'allait-elle pas, en effet, nous rappeler une autre étape de notre vie ?
Au gui, l'an neuf !
Cette plante venue des profondes forêts de chênes et que les druides coupaient religieusement.

PUY_3703

Cette plante, à laquelle ils attachaient quelques vertus mystérieuses.
Avait-elle le pouvoir d'apporter le bonheur désiré au cours de la nouvelle année ?
Comme le voulait la coutume, la veille on allait, avec autant de cérémonie décorer la pièce principale de la maison.
C'est là, au cours de la nuit de la Saint-Sylvestre qu'on attendrait les douze coups de minuit à sonner.

DSC_6563

Et jusqu'au matin, les viellées prolongées marqueraient le passage d'une année à l'autre.
Je me souviens… dans tous les foyers, on s'empressait d'offrir les vœux à tous ceux qui vivaient sous le même toit.
Les enfants, levés très tôt ne perdaient pas de temps.
C'est à qui aurait souhaité la bonne année le premier.
On leur avait appris à réciter la formule traditionnelle....
"Bonne Année, Bonne Santé ! Le paradis à la fin de vos jours !".

PUY_2067

Une grande sincérité se manifestait peut-être dans le mot à mot de certains petits enfants, mais les plus malicieux trouvaient leur plaisir à en modifier la fin.
Ils savaient, que de toute façon, ils recevraient des étrennes, un sou ou quelques friandises !
Les heures des repas étaient très perturbées, car on voisinait beaucoup ce jour-là.
Les femmes, heureuses de se rencontrer, prolongeaient leurs conversations en offrant la "petite goutte" ou la tasse de café.

PUY_3398

Je revois encore ces allées et venues…
On allait faire la tournée de tous les oncles et cousins.
On n'hésitait pas à faire plusieurs kilomètres à pied pour aller voir la famille.
Les hommes rentraient tard à la fin de la soirée après avoir discuté longuement dans les caves des voisins.
Le lendemain, on reprenait le travail sans attendre les bonnes promesses de la veille.

Jacques Maupillier (Garde)

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>
Puy Story
Archives