Puy Story

Histoire d'une région.

l'automate (3)

DSC04873

A la fin du XIXè siècle, l’industrie du jouet connu un développement considérable grâce aux progrès techniques et à la multiplication des expositions universelles.
Les fabricants d’automates, installés au cœur de Paris, purent en proposer une production plus importante à des prix enfin raisonnables.
En même temps, les familles aisées s’en éprises.

Puy du Fou 2011 - 8747

Par son aspect "objet d’art", l’automate devint un objet de collection et il connut une mode sans pareille.
Ces jouets mécaniques étaient plus destinés au plaisir des yeux qu’à celui des enfants.

PuyStory 2011 Aout 3014

Aujourd’hui de nombreux collectionneurs perpétuent cette tradition et donnent par-là même, toute leur importance à de nombreuses pièces uniques et rares.

Posté par Puystory le 17 novembre 2014 - Commentaires [0] -


l'automate (2)

DSC_6461

Après une longue période d’oubli, l’automate devint familier aux gens de la rue à partir du XIVè siècle, grâce aux horloges animées des grandes cathédrales. 

Puy21060520

Ces scènes représentaient des hommes ou des animaux qui se mettaient en mouvement pour marquer chaque changement d’heure.

Village 18ème 092012-67

Citons l’horloge Astronomique de Strasbourg, celle de Dijon et la célèbre Horloge Saint Marc de Venise.
Puis vinrent la Renaissance et les jardins merveilleux construits dans les propriétés des grands seigneurs.

PUY_3207

Dans son château de Hesdin, Philippe Duc d’Artois fit aménager un spectacle de féérie où le visiteur tantôt arrosé, tantôt couvert de farine, se promenait au milieu des jets d’eau, de musiciens automates, d’oiseaux métalliques.

Grand Parc 2012 - 090

Tous ces mécanismes étaient actionnés par la force hydraulique.
Hélas, ces merveilles n’existent plus.
Elles ont toutes disparus.

Posté par Puystory le 27 octobre 2014 - Bourg 1900 - Commentaires [1] -

Les automates (1)

Puy du Fou 2011 - 4968

Depuis l’Antiquité, l’homme a fabriqué des automates. 
A travers l’histoire, il a toujours "cherché à créer des machines animées reproduisant les mouvements des êtres vivants". 
Dans l’Egypte des pharaons, les prêtres faisaient fabriquer des statues, dont une partie pouvait être manipulée à l’abri des regards, afin de faire croire qu’elles étaient vivantes.

PUY_0939

Ils voulaient ainsi frapper l’imagination des spectateurs et augmenter leurs croyances religieuses.
L’époque gréco-romaine a, elle aussi, connu une quantité d’automates dont le fonctionnement était fondé sur les principes simples de la physique (le mouvement des liquides et la compression de l’air).
Leur fabrication donna lieu à de véritables études physiques, qui furent copiées par la suite.

Posté par Puystory le 06 octobre 2014 - Commentaires [0] -

Le gramophone

Puy du Fou 2011 - 8763

Le gramophone (l’origine de l’industrie musicale) est un objet mythique de par son histoire.
En 1796 Antoine Favre, horloger Génois, invente la boite à musique avec des lames accordées.
En 1807, le physicien anglais Thomas Young met au point un dispositif permettant d’enregistrer les vibrations d’un corps sonore sur un cylindre.

PUY_1500

En 1857, Léon Scott de Martinville perfectionne ce procédé d’enregistrement sonore et invente le phonautographe.
Appareil constitué d’une membrane vibrante, placée au bout d’un tube acoustique qui transmet les vibrations sonores à un stylet.

PUY_1501

En 1857, Thomas Edison perfectionnera ce dispositif pour inventer le phonographe.
Cet appareil est à l’origine de l’industrie de la musique enregistrée.
En 1877, l’histoire du phonographe commence en France par une idée non expérimentée de Charles Cros.
C’est en 1887 que le gramophone et un système d’enregistrement sur disque plat sont brevetés et développés par l'Allemand Émile Berliner.

PUY_1503

Grâce à ce système, les enregistrements de l’époque sont produits en masse grâce à la fabrication de moules.
A partir de 1900, le phonographe devient vraiment populaire.
En France, la maison Pathé et la Cie française du Gramophone sortent de leurs usines des phonographes et des disques.
En 1952, les phonographes et les 78 tours sont remplacés par la lecture électrique et l'avènement du microsillon (45 et 33 tours).

PUY_1496

Un gramophone est constitué principalement de trois éléments :
1. Un plateau tournant, (dépôt du disque) mis en rotation au moyen d'une manivelle ou plus tard d'un moteur à ressort.
2. Un bras comportant une tête de lecture composée d'une aiguille et d'un diaphragme, pouvant pivoter et suivre le déplacement de la tête sur le disque.
3.Un dispositif d'amplification, généralement de forme conique (pavillon en tôle décorée).

PUY_1498

La plupart des gramophones ont leur mécanisme d'entraînement dissimulé dans une boite en bois, souvent ouvragée qui en font de très beaux objets de décoration.

Posté par Puystory le 08 septembre 2014 - Bourg 1900 - Commentaires [3] -

La machine à coudre

_095_09501_095Puy du Fou 2011 - 3342

La couture est un art qui existe depuis 20 000 ans.
Les premières aiguilles à coudre étaient en os ou en corne et le fil provenait de tendons d’animaux.
Les aiguilles en fer sont apparues au 14ème siècle et les premières aiguilles avec un chas au 15ème.

DSC_8036

Vers 1700, (période Renaissance), les vêtements sont très élaborés et ornés et tout est fait à la main et la machine à coudre devient une nécessité.
En 1755, l’allemand Charles Weisenthal invente une aiguille, conçue pour une machine, avec le chas au milieu et à chaque extrémité une pointe.
En 1790, l'ébéniste anglais Thomas Saint présente une demande de brevet pour une machine à coudre en bois capable de faire un point de chaînette.

Puy21061490

La Première machine à coudre fonctionnelle est inventée par le tailleur français Barthélemy Thimonnier (1793 - 1857), qui en dépose le brevet en 1830.
Il s'agissait d'une "Couseuse" à fil continu qui permettait de réaliser un point de chaînette à une vitesse d’environ 200 points à la minute.

DSC_8038

Originaire d’une famille d’artisans de Kaiserslautern, en Allemagne, G.M. Pfaff (1er Février 1823 - 30 Octobre 1893) était le neuvième enfant de Regina Vogt et de John Pfaff (tourneur sur bois).
Il a d’abord appris à fabriquer des instruments de musique en laiton et l’excellente qualité de ses produits lui valut plusieurs prix lors de l’Exposition universelle de 1851-1852 à Londres.
C’est en 1858 qu’il commence à s’intéresser aux machines à coudre.
Un musicien revenant d’Amérique, lui avait ramené une machine à coudre inutilisable pour réparations.

PUY_8248

Georg Pfaff va s’inspirer de cette machine pour mettre au point sa première machine à coudre.
C’est en 1862, qu’il construit sa première machine à coudre (entièrement faite à la main).
L’ambition de l'entreprise était : renouveler et moderniser sans cesse la technologie de couture.
La millionième machine à coudre quitta la ligne de production en 1910 et en 1957, la firme Pfaff sort sa 5.000.000ème.
En 1922 sera lancée la première machine à coudre à crochet rotatif.
C’est en 1932, que la fameuse PFAFF 130 (une machine à zigzag haute performance) sera produite afin de répondre aux demandes croissantes du marché.
Suite à la crise industrielle des années 1980, la société Pfaff va se faire racheter successivement par différents groupe et est aujourd'hui la propriété de la firme américo-suédoise SVP Worldwide.
Le nom de Pfaff, qui symbolise l’innovation, le progrès technologique et l’artisanat, est synonyme de machine à coudre depuis 1862.

Posté par Puystory le 28 juillet 2014 - Bourg 1900 - Commentaires [0] -


Lampadarius

Du latin lampadarius (Chandelier, porte-flambeau).

Puy du Fou 2011 - 8767

Un lampadaire est un dispositif d'éclairage monté un support vertical (élevé) souvent ouvragé et soutenant une ou plusieurs lampes.

PUY_3098

 Un réverbère, c'est un dispositif (miroir, réflecteur) associé à une lampe, destiné à réfléchir dans une direction donnée la lumière ou la chaleur et spécifiquement destiné à l'éclairage de la voie publique. 

DSC_0106_Copie

L'utilisation publique du "lampadaire" apparaît en 1414 à Londres avec l'obligation d'utiliser des lanternes (à huile, ou bougie) pour éclairer les espaces publics.
Au début du XIXe siècle, l’éclairage public (grâce à la maîtrise du stockage du gaz) est considéré comme une innovation majeure permettant d’améliorer le confort de la population.
Les réverbères de l’époque nécessitaient l’intervention d’une personne chargée de leur allumage en début de soirée.

DSC_4833

Plus tard, lorsque l’électricité a fait son apparition et que les lampes à sodium sont devenues courantes, l’abandon des becs de gaz s’est fait tout naturellement.

PUY_0248

Les "luminaires" sont des objets qui reflètent les différentes époques et les régions, et son aspect a connu des changements grâce aux avancées technologiques.
(Renaissance, Second Empire, Art nouveau, Art déco et maintenant Design innovants incluant des modèles solaires et hybrides).

Posté par Puystory le 12 mai 2014 - Bourg 1900 - Commentaires [0] -

L'Art Nouveau (Entre 1895 et 1914).

Le Bourg 1900 est la reconstitution d’une petite place de village à la charnière de deux siècles, carrefour des influences et témoin d’évolutions artistiques, économiques et sociales multiples.
Au tournant du siècle, l’Europe succombe au charme de .... "l'Art Nouveau".

_125_12501_125Puy20061782

"L'Art Nouveau", en rupture totale avec les styles du passé, s'est développé en Europe entre 1890 et 1914. 
Ses racines prennent en Angleterre avant de se propager dans les autres pays du continent grâce aux grands magasins, aux magazines, à la publicité, aux expositions et à l’émulation entre les différents artistes.
Bien que né en plein essor industriel, son existence fut courte mais brillante.

Puy du Fou 2011 - 8768

En 1900, l'Exposition Universelle de Paris qui fait autorité, consacre ce style et marque de façon décisive son rayonnement international.
Cependant, à partir de cette date, ce style jugé trop chargé (style Nouille) fait l’objet de critique et va progressivement s’effacer devant le style "Art déco (1925-1940)" qui privilégie la géométrisation des formes.
C’est en 1914 que l’Art nouveau s’effondre définitivement juste avant la Première Guerre mondiale.

DSC02621mod1

Le terme "Art Nouveau" s’est progressivement établi pour qualifier les créations romantiques des architectes et décorateurs avant-gardistes en opposition à la tradition du style classique ou gothique enseigné dans la plupart des académies de l’époque.

DSC_5014

L'Art nouveau rénove l'architecture et le mobilier employant les nouveaux matériaux et leurs productions issus des progrès de l'industrie comme le fer, l’acier, la fonte, le verre pour l'expression des structures.

PUY_9232

La peinture, verrerie, mobilier, vitrail, céramique, cuir, ferronnerie, architecture, etc... participent à ce vaste mouvement de rénovations des arts décoratifs et arts graphiques.

DSC02993

Ce style décoratif a été largement inspiré par l’observation de la nature, notamment la flore qui s’épanouit.

PUY_9226

Les lignes maîtresses sont curvilignes, galbées, stylisées imitant à la perfection les tiges, les ramifications, les feuilles, les fleurs d’iris, de nénuphars, les lierres.

DSC_9678

L’Art Nouveau s’est aussi attaché à la représentation féminine personnifiant la nature, sa vitalité, sa beauté et sa douceur.

PUY_8233

Très souvent associée à des motifs floraux, le corps de la femme tient une place particulièrement importante dans la composition des bijoux ou des objets décoratifs.

SH109253mod1

 Comment reconnaitre facilement l’Art Nouveau ?

  1. Beaucoup de lignes courbes, la quasi suppression de la ligne droite.
  2. Présence de nombreux détails, des ornementations et décors précis.
  3. Une inspiration du monde végétal, plantes et animaux.
  4. Représentation féminine.
  5. Eléments colorés importance de la lumière naturelle, beaucoup de grands vitraux.
  6. Diversité des matériaux employés inspiration de l’Art Japonnais, chinois, des Mayas et de l’Égypte Ancienne.

Posté par Puystory le 21 avril 2014 - Bourg 1900 - Commentaires [0] -

le Garde Champêtre

Bourg 1900 - 2012 - 058

La police rurale est très ancienne, puisqu'elle remonte au haut Moyen Âge et notamment en la personne de son premier représentant dans l'histoire de France, le Garde Champêtre.
On en trouve les traces bien avant l'an 900 dans l'ancien droit, établis par les chartes-lois et les coutumes des seigneuries et des provinces de France.
Les premières appellations du garde champêtre sont : Messor, messilier, messium cusios, messaer, messarius, mésségué, tous ces noms signifient "messier", "messis", "moisson" celui qui a pour mission de garder les récoltes.
Il officiait sur les juridictions seigneuriales et est l'ancêtre d'une longue lignée de gardes ruraux qui deviendront quelques siècles plus tard les Gardes Champêtres d'aujourd'hui.

PuyStory 2011 Aout 3017

Fonctionnaire territorial, proche des habitants et de la nature, il a pour devoir la protection du domaine rural et est doté de pouvoirs de police municipale.
Il constate et réprime tout acte de vandalisme ou d’insalubrité et participe au maintien de la tranquillité publique.
Ses domaines d’intervention sont aussi variés que : la chasse, la pêche, la protection des espaces naturels, les décharges sauvages, la pollution des rivières, le bruit, les loisirs motorisés, le camping non autorisé…

Posté par Puystory le 02 décembre 2013 - Bourg 1900 - Commentaires [0] -

Le pain et le levain

SH109588

Le pain est un élément essentiel sur le plan nutritif.
Il possède plus de 50% de glucides et donc aide à couvrir nos besoins quotidiens en la matière.
Le pain est constitué de sucres lents qui vont progressivement se diffuser dans le corps et permettre à l'organisme de tenir jusqu'au prochain repas.
De plus, le pain entre la catégorie des aliments maigres: 200gr de pain sont nécessaires dans le cadre d'une alimentation équilibrée.

Puy du Fou 2011 - 8756

Un élément important dans le pain est levain.
Le levain est la manière ancestrale de faire lever le pain.
C'est une pâte exclusivement composée de farine et d'eau, laissée fermentée à l'air, que le boulanger va entretenir et développer en la "rafraichissant" régulièrement avec une même proportion d'eau et de farine, au fur et à mesure de son utilisation.
On peut personnaliser son levain en incorporant, par exemple, un peu de jus de fruits ou de bière.
Le goût du pain au levain est spécifique.
Légèrement acidulé et plus dense, il a un goût plus typé que le pain fabriqué à base de levure de boulanger.
La confection des levains est obtenue avec un morceau de pâte prélevé sur une des fournées du jour, dont le volume, pendant l'intervalle qui sépare deux fabrications, est progressivement augmenté pour aboutir au levain destiné à ensemencer la pâte de la première fournée du lendemain.

Puy du Fou 2011 - 8758

Ce pied de culture son poids varie de 4,890 kg à 9,780 kg).
Lors de son emploi, la pâte sera bien levée, ni trop jeune (pousse insuffisante) ni trop vieille, car elle serait aigre.
Le chef voit alors son poids doublé ou triplé avec apport d'eau et de farine ; on rafraichit ou on renouvelle le levain ; il en résulte le levain de première.
Six à sept heures plus tard, nouvel enrichissement.
Après pétrissage on obtient le levain de seconde qui fermente quatre à cinq heures.
Cette période écoulée nouvelle addition qui conduit au levain de tout point qui fermente une à deux heures jusqu'au moment du pétrissage de la pâte.

Posté par Puystory le 01 janvier 2013 - Bourg 1900 - Commentaires [0] -

Epicerie fine

Puy du Fou 2011 - 3338

Une épicerie est un commerce de détail de proximité de denrées alimentaires mais distribue également, dans les campagnes, une diversité de produits sans rapport avec l'alimentation.

Puy du Fou 2011 - 3147

Les produits vendus dans les épiceries fines se caractérisent par leur qualité, leur origine ou un packaging (emballage et du conditionnement) spécifique que l’on ne retrouve normalement pas dans les grandes surfaces.
Son nom vient du Moyen Âge où la spécialisation des commerces était plus grande que maintenant.
L'épicier vendait principalement des épices.

Posté par Puystory le 31 décembre 2012 - Bourg 1900 - Commentaires [0] -