Puy Story

Histoire d'une région.

Le Lavoir.

Puy17060091

Les lavoirs remontent à l’époque où l'eau courante à domicile n'existait pas encore.
Un lavoir est un bassin public alimenté en eau soit par une source ou un cours d'eau, en général couvert où les lavandières rinçaient et plus rarement lavaient le linge.
Le passage au lavoir était la dernière étape avant le séchage.

DSC_2862

Comme le lavage ne consommait que quelques seaux d'eau, il pouvait se réaliser à la maison, mais le rinçage nécessitait de grandes quantités d'eau claire, uniquement disponible au lavoir.
Le bord du lavoir comportait en général une pierre inclinée.

DSC_7683

A genoux, les femmes jetaient le linge dans l'eau, le tordaient en le pliant plusieurs fois, et le battaient avec un battoir en bois afin de l'essorer le plus possible.
Une barre de bois horizontale permettait de stocker le linge essoré ensuite, il était embarqué pour le retour sur une brouette vers le lieu de séchage.

PUY_7366

Ce lieu était interdit aux hommes.
Les lavoirs avaient aussi une importante fonction sociale où se nouait une solidarité.
C'était un espace de paroles libérées des oreilles et du regard des hommes.
L'activité de nettoyage du linge était physiquement très difficile.

PUY_5916

Entre elles, les lavandières pouvaient discuter, plaisanter, chanter... rendant le travail moins pénible, les ragots et potins tout est passé en revue, imaginé, répété, détaillé, commenté et parfois même jugé.
C'est endroit ressemble parfois à une véritable "basse-cour" où viennent caqueter celles que l'on appellera bientôt les "poules d’eau".

Puy19060832

Au lavoir, la pudeur n'est possible et le linge parle….
Il informe sur la situation sociale, ce qui s'est mangé, sur les ébats amoureux, sur la propreté du corps et l'évolution des esprits.
Au XIXème siècle, les lavandières travaillaient de 7h30 à 18 h pour un salaire de 40 centimes l'heure.
Véritable corporation, elles laissèrent de nombreuses traces dans le folklore local.
Endroit déserté, disparu, le lavoir reste un lieu de mémoire qui a été progressivement remplacé par la machine à laver, les laveries automatiques, le pressing.

Posté par Puystory le 02 novembre 2015 - Monde Imaginaire de la fontaine - Commentaires [1] -


Le sablier

PUY_3409

L’histoire du sablier parcourt les siècles et il est encore utilisé alors que les horloges ont été inventées.
Avant le sablier, il y a environ 3 500 ans avant J.-C., sont apparus en Égypte les clepsydres (le voleur d’eau étymologiquement en grec), ou horloges à eau.
La plus ancienne, conservée au musée du Caire, a été construite pour le pharaon Aménophis III.
Les spécialistes ne semblent pas tous du même avis quant à l’origine précise des sabliers.
Le sablier, symbole du temps qui passe, serait une invention chinoise, sans qu'on puisse la dater avec précision.
Au IIIe siècle avant J.-C., la première mention d'un sablier figure dans une pièce de Baton, poète comique athénien.
Certains font remonter son invention à l’Antiquité, mais le verre qui existait depuis quatre millénaires chez les Grecs, des Chinois et des Égyptiens n’était pas assez transparent pour permettre d’observer l’écoulement des grains de sable d’une fiole à l’autre.

PUY_3415

C’est à la fin du XIIIe siècle, que le progrès technique décisif eut lieu à Venise, quand fut créée la première verrerie moderne à Murano.
D’abord appelé "monticule d'instants perdus" (Ernst Jünger) ou "clepsydres d'hiver", il deviendra "Orloge" puis "Reloge" ensuite "horloge à sablon" avant de devenir finalement "sablier" au XVIII ème siècle.
Le sablier peut-être utilisé à n'importe quelle température.
Très simple d’utilisation, il ne nécessite aucun entretien.
Fiable, précis et peu coûteux, c’est l’instrument le plus répandu du XIVe au XVIIIe siècle.

PUY_3423

Avec la conquête des océans au XVe siècle, la mesure du temps devient essentielle.
Le sablier s’impose comme l’instrument du voyageur, du marchand et du nomade.
Utilisé dans la marine où il portait le nom d'ampoulette (d'une durée de 28 secondes), le sablier était associé au loch (corde à noeuds) et permettait de connaître la vitesse des bateaux.
Sur un navire, la survie de tout l’équipage pouvait dépendre du sablier !
En mer, la durée de garde, (plus ou moins six heures) que l’on appelle le "quart", était ordinairement déterminée par l’écoulement d’un sablier d’une capacité d’une demi-heure.
Un officier était chargé de le retourner une fois le sable écoulé.

PUY_3413

Sur la terre ferme, les prêtres y avaient recours pour limiter la durée des sermons, les aristocrates pour minuter les joutes dans un tournoi, sans oublier les alchimistes, les astronomes, les géomètres et tous ces nouveaux professionnels du temps.
En Angleterre, une loi de 1483 en ordonna même l’utilisation pour freiner l’enthousiasme des orateurs dans les universités.
Au XVIIIème, le sablier est utilisé dans quelques écoles pour mesurer la durée d'une activité.
On se sert encore d’un sablier pour évaluer le temps nécessaire à la cuisson d’un œuf à la coque.

Posté par Puystory le 14 avril 2014 - Monde Imaginaire de la fontaine - Commentaires [0] -

Le Chêne et le Roseau (Monde Imaginaire de La Fontaine).

Puy17060095

Le Chêne un jour dit au Roseau :

Puy17060096

"Vous avez bien sujet d’accuser la Nature ;
Un Roitelet pour vous est un pesant fardeau ;
Le moindre vent, qui d’aventure Fait rider la face de l’eau, vous oblige à baisser la tête ;
Cependant que mon front, au Caucase pareil ;
Non content d’arrêter les rayons du soleil ;
Brave l’effort de la tempête.

Puy17060098

Tout vous est Aquilon, tout me semble Zéphyr ;
Encore si vous naissiez à l’abri du feuillage ;
Dont je couvre le voisinage ;
Vous n’auriez pas tant à souffrir ;
Je vous défendrais de l’orage ;
Mais vous naissez le plus souvent sur les humides bords des Royaumes du vent.
La nature envers vous me semble bien injuste".

 Puy17060093

Votre compassion, lui répondit l’Arbuste,
Part d’un bon naturel ;
mais quittez ce souci.
Les vents me sont moins qu’à vous redoutables.
Je plie, et ne romps pas.
Vous avez jusqu’ici contre leurs coups épouvantables ; 
Résisté sans courber le dos ;
Mais attendons la fin.

Puy19060821

"Comme il disait ces mots",
Du bout de l’horizon accourt avec furie ;
Le plus terrible des enfants ;
Que le Nord eût portés jusque-là dans ses flancs.
L’Arbre tient bon ;
le Roseau plie ;
Le vent redouble ses efforts ;

 Puy19060797

Et fait si bien qu’il déracine ;
Celui de qui la tête au ciel était voisine, et dont les pieds touchaient à l’Empire des Morts. 

Posté par Puystory le 25 février 2013 - Monde Imaginaire de la fontaine - Commentaires [2] -