Puy Story

28 juin 2022

Le Walhalla

PUY_2755

Le Walhalla ou Val-Hall, seul paradis de la mythologie nordique et germanique est l’endroit le plus célèbre pour le séjour des guerriers valeureux et des héros qui succombent dans les combats.
Ce palais brillant, "la fortification d’Ásgard", était situé à Gladsheim (séjour de la joie), et en face s’étendait le délicieux bois appelé Glasur, dont les arbres portaient des feuilles d’or.
Devant le palais, dont la hauteur était telle qu’on avait de la peine à en apercevoir le sommet, était suspendu, comme symbole de la guerre, un loup sur lequel se reposait un aigle.
La grande salle était toute tapissée de boucliers et de hampes de lance.
Elle avait 540 portes, par chacune desquelles pouvaient passer à la fois 800 einherjer, ou braves qui après leur mort arrivaient chez Odin.

PUY_5169

Les combattants célèbres, surtout quand ils avaient dévasté beaucoup de pays et porté au loin leur épée ruisselante de sang, étaient reçus à leur entrée dans le Walhalla par Bragi et Hermode, envoyés par Odin pour leur souhaiter la bienvenue.
La grande salle du palais était ornée en leur honneur, et tous les héros divins se levaient à leur arrivée.
Dans la mythologie nordique il y a deux façons de mourir, la première la plus courante est la mort "classique", c’est-à-dire de vieillesse ou de maladie.
La seconde est la mort sur le champ de bataille.
Et c’est sur les champs de bataille que les vierges guerrières, les Valkyries (menées par la déesse guerrière Freyja monté sur son cheval volant), cherchaient et récupéraient les âmes des hommes afin de les ramener dans Ásgard, où Odin les attend pour les préparer à la bataille finale, le Ragnarök.

PUY_1153

Ces combattants, nommés les Einherjar, étaient tous des mortels élus à leur mort par les Valkyries pour leur bravoure.
Cette faveur était la plus grande, accordée à un guerrier, puisqu’elle reconnaît ses exploits et son courage.
Une fois accompagné à Asgard (ou Asaheim), la moitié allait au Walhalla (ou Valhöll), le considérant comme étant le palais d’Odin, l’autre moitié allait au Fölkvanger qui serait le palais de Freyja.
Les guerriers d’Odin étaient ceux qui vouent leur existence à la guerre, et les guerriers de Freyja, ceux qui combattent pour protéger leurs biens et leurs familles.
Au Walhalla dont les portes étaient gardées par le dieu Heimdal, les guerriers vivaient toujours la même journée qui commence un réveil au chant du coq Guillinkambi et continuaient à mener des combats à mort et les vaincus ressuscitaient au couché du soleil.

PUY_3352

La nuit, ils s’adonnaient à des festins mangeant la chair du sanglier "magique" Sæhrímnir (préparé par le cuisiner Andhrimmer dans le chaudron appelé Eldhrimmer) qui ressuscitait au matin pour être de nouveau mangé le soir suivant et à des beuveries d’hydromel provenant des pis de la chèvre Heidrun servis par les Walkyries dans des cornes à boire ou dans les crânes de leurs ennemis.
Tous attendaient le jour où sortant des 540 portes de la Valhöll en rang de huit cent, ils combattront dans une dernière guerre contre le terrible fils de Loki, le loup Fenrir, et de nombreux autres ennemis.
Les âmes de tous les autres iraient rejoindre une sorte d’enfer nommé "Hel", le royaume des morts.
On peut d’ailleurs remarquer, que le mot anglais désignant le diable maître des enfers est Hell.

PUY_6284

Walhalla est évidemment le ciel

Posté par Puystory à 00:05 - -


01 octobre 2021

Du scriptorium à l'imprimerie ou l'aventure du livre.*

PUY_8760

En Mésopotamie, un berger compte ses bêtes ...
Pour ne pas en oublier le nombre, il le note sur une tablette d'argile...
Cela se passe il y a 5000 ans.
L'histoire du "Livre" vient de commencer ...
Vers 3500 av. j.-C, les documents écrits se résumaient à de simples listes d'objets représentés par des images : les pictogrammes.
Bien plus tard, on utilisa également les dessins pour représenter des sons : les phonogrammes.
Vers 3000 ans av. j.-C, les scribes (ceux "qui écrivent") mirent au point des signes cunéiformes (en forme de "clous") gravés dans des tablettes d'argile molle, à l'aide de roseaux taillés.

PUY_4843

Grâce à cette technique, l'écriture devint plus rapide.
A la même époque, en Égypte, les hiéroglyphes (les" signes sacrés ") se présentaient aussi sous forme de pictogrammes et de phonogrammes...
Il fallut attendre 1200 av. J.-C pour que les Phéniciens inventent l'alphabet où 22 signes représentaient chacun un son et dont la combinaison permettait d'écrire tous les mots d'une langue.
Progressivement, grâce aux marchands phéniciens, cette invention se diffusa autour de la Méditerranée.
Vers 800 ans av. j.-C, les Grecs adoptèrent à leur tour l'alphabet et le perfectionnèrent en y ajoutant les voyelles.
Ils le transmirent ensuite aux Latins.

PUY_9427 Puystory

Les hommes furent toujours très ingénieux pour trouver des supports d'écriture : l'argile, le bois, la cire, les feuilles de palmier, la soie ...
Ils purent ainsi réaliser des livres (du latin "liber" : le bois), transmettre leur savoir et développer leurs idées.
Certains matériaux eurent cependant plus de succès et de longévité que d'autres.
Ce fut, tout d'abord, le papyrus, confectionné à partir de longs roseaux que les Égyptiens cueillaient sur les bords du Nil.
Avec les tiges, ils fabriquaient des feuilles en superposant perpendiculairement deux couches de végétal.
Ces couches, humectées et martelées, se collaient entre elles grâce à l'amidon contenu dans leurs fibres.
Les feuilles étaient finalement séchées et polies.

IMG_7961

Notons que de nos jours, les "Bulles" pontificales sont toujours écrites sur papyrus !...
Les peaux de bêtes fournirent également un support d'écriture très prisé.
Elles étaient trempées dans la chaux, puis raclées côté "fleur" pour enlever les poils. Encore humides, elles étaient ensuite tendues sur un cadre et la chair était grattée côté "croûte".
On obtenait alors du parchemin, c'est-à-dire "des peaux de Pergame", ville d'Asie Mineure qui initia cette technique.
On exploita la faune naturelle des différentes régions du monde.
Ainsi des peaux de mouton, de veau, de chèvre, de bison, de cerf, de daim furent utilisées.
La meilleure qualité de parchemin, le vélin, était fabriquée à partir du veau mort-né... et on aidait souvent Dame Nature ...

PUY_3274

Des quantités importantes de peaux étaient nécessaires pour confectionner un livre. Par exemple, il fallait 150 peaux de mouton pour recopier une Bible (du grec" biblion", le "livre").
D'ailleurs, pour éviter les hécatombes, on grattait certains parchemins pour y écrire de nouveau.
Ces palimpsestes (" grattés de nouveau" en grec) permirent, certes, de réduire les coûts.
Mais cette pratique (appliquée également sur le papyrus) détruisit bon nombre d'écrits anciens.
Heureusement, le "grattage" n'était pas toujours très réussi et certains textes furent retrouvés, ceux de Cicéron, entre autres.
Enfin, arriva un support fin, blanc, pelucheux qui ressemblait au papyrus : le papier.
Il était né en Chine, au début de notre ère, grâce à l'observation de la guêpe dite" papetière".

PUY_6733 Puystory

En effet, cet insecte construit son nid avec une pâte qu'il confectionne en broyant des végétaux, mélangés à de la salive ...
Les papetiers chinois fabriquèrent leur première pâte à papier à base de mûrier, de chanvre, de bambou ...
Plus tard, au 8ème siècle, les Arabes écrasèrent des "chiffons", des cordes et des vêtements usés, pour obtenir leur matière première.
Les Croisades permirent aux Européens de connaître le "secret" du papier...
Dès le 18ème siècle, dans les papeteries d'Europe, de lourds maillets hérissés de clous broyaient de vieux textiles dans des bacs remplis d'eau.
Quand les réserves de chiffons furent épuisées, au XIXème siècle, on découvrit, fort heureusement, que la pâte à papier pouvait aussi être réalisée à partir du bois, toujours utilisé de nos jours... peut-être de façon inconsidérée pour l'équilibre de la nature ...
Ces livres eurent bien des présentations différentes au cours de leur longue histoire ...

PUY_8767

Les textes s'enroulaient sur l'écorce du bouleau, le papyrus, la soie ou encore le parchemin comme les "volumen" romains.
Ils s'étiraient parfois sur des feuilles de palmier, s'allongeaient sur des lamelles de bambou ...
L'usage du papier modifia peu à peu l'aspect des livres.
On vit apparaître les livres en accordéon, puis les livres à feuilleter qui, bientôt, envahirent tout le marché ...
En effet, les" codices" (codex au singulier) permettaient l'écriture et la lecture des deux faces (recto et verso) d'une même feuille.

PUY_8785

Malgré les marges nécessaires à la couture centrale des cahiers et la reliure, une feuille de codex recevait deux fois plus de signes qu'une même feuille destinée à un rouleau, d'où une économie de la précieuse matière première.
Plus compact que le rouleau, le codex facilitait aussi le transport et le stockage des textes.
Un rouleau ne pouvait inclure trop de feuilles, sinon il devenait impossible à manipuler, alors qu'un codex comptait, couramment, plusieurs centaines de feuilles,
D'autre part, le codex se lisait plus aisément que le rouleau qui avait une fâcheuse tendance à s'entortiller entre les mains embarrassées du lecteur ...
Le codex conduisit aussi les scripteurs à plus de rigueur et de précision dans l'élaboration des textes à cause de la possibilité de retour en arrière.
Enfin, l'image trouva sa vraie place sur la surface de la page.

PUY_5940

Indissociable du codex en parchemin, l'enluminure rendit" lumineux"," éclaira" les manuscrits médiévaux.
Des lettrines ornées, de grandes initiales peintes et rehaussées d'or, débutaient chaque chapitre et réveillaient l'intérêt du lecteur.
Des miniatures rouge vif à cause du "minium", l'oxyde de plomb employé par les artistes pour les réaliser, illustraient les textes de petites scènes, mettant en valeur tel ou tel passage.
Jusqu'à la fin du 14ème siècle, tous les livres, des rouleaux aux codices, furent copiés "à la main" dans le calme des monastères.
Cette transcription des manuscrits était une activité épuisante : "elle brouille la vue, courbe le dos, écrase les côtes, tenaille les reins ... ", nous confie un moine...
C'est grâce à des centaines de copistes laborieux comme celui-là, courbés des heures durant à leur table de travail dans le froid du scriptorium, faiblement éclairé par des chandelles, que la pensée et les connaissances de l'Antiquité et du Moyen Âge nous ont été transmises ...

PUY_3186

Malgré l'activité inlassable des moines, peu de livres pouvaient être proposés au public ...
Au 15ème siècle, tout changera et l'imprimerie sera la seconde naissance des livres.
Comment obtenir plusieurs exemplaires d'un même livre sans le copier à la main ?
Voilà le grand problème...
Dès le 13ème siècle, en Asie, puis, au début du 15ème siècle, en Europe, les hommes gravèrent des textes sur des planches de bois qu'ils encraient et appuyaient contre du papier.
Ainsi les textes pouvaient être reproduits plusieurs fois ... mais le bois s'usait, s'encrassait, se fendait vite ...
Vers 1440, à Mayence, un certain Johannes Gensfleisch (1400-1468), plus connu sous le nom de Gutenberg, conçut des caractères mobiles, très solides car en plomb durci à l'antimoine ...
Il adapta également la presse à vin à son invention.

PUY_0031

Lorsqu'on serrait la vis avec une barre de bois, une planche, la platine, descendait et pressait la feuille de parchemin, puis bien vite de papier, uniformément contre les caractères.
Le premier livre de "grande série" qu'imprima Gutenberg, en 1454, fut la célèbre Bible à 42 lignes dont le texte est disposé sur deux colonnes et enluminé, à la main, comme celui d'un manuscrit.
Cette Bible est un incunable car elle fut imprimée avant 1501.
L'invention traversa l'Europe comme une traînée de poudre...
Des ateliers d'imprimerie, employant un personnel nombreux, apparurent dans les grandes villes, près des universités.
Ils fabriquaient en grand nombre des livres plus maniables, plus fiables (les copies manuscrites successives étaient souvent sources d'erreurs) et aussi moins coûteux pour un public qui s'élargissait...

IMG_7944

Ainsi, plus de 20 millions de livres furent imprimés dans la seconde moitié du 15ème siècle ...
Certes, les ouvrages religieux dominaient toujours, mais, peu à peu, les publications s'élargirent à des domaines variés : médecine, botanique, mécanique...
Au 18ème siècle, les encyclopédies tentèrent même d'aborder toutes les connaissances humaines.
Ces livres qui diffusaient des idées nouvelles n'étaient pas toujours du goût des autorités ...
L'Église et l'État contrôlaient les textes à publier.
La censure donnait ou non l'autorisation de les éditer.
De tout temps et même dans notre Histoire récente, certains livres (et leurs auteurs, parfois !) furent brûlés ce qui prouve leur redoutable pouvoir ...

PUY_4820

Mais, ce pouvoir, n'est-il pas en train de décliner ?
Le livre n'est plus le seul moyen de stockage et de transmission de l'information.
De nombreux médias modernes, le concurrencent-ils ou, au contraire, lui donnent-ils une portée encore plus grande grâce au réseau informatique qui relie toutes les bibliothèques du monde et les ouvrent à des millions de lecteurs ?

Posté par Puystory à 18:05 - -

03 août 2020

Les grandes dynasties françaises.*

PUY_2363

Les Mérovingiens (481-751)
Il s’agit de la première dynastie royale de notre histoire.
Ses origines sont en partie mythiques, mais des historiens pensent qu’elle se serait imposée à une partie des Francs dans la première moitié du 5ème siècle.
Il n’est donc pas sûr que Mérovée (412-457), qui donne son nom à la lignée, ait réellement existé, pas plus que son père supposé, Clodion (390-450).
En revanche la tombe de Childéric (436-481), père de Clovis (466-511), a été retrouvée au XVIIe siècle, près de Tournai.
Elle montre que le souverain, tout en respectant les coutumes germaniques, se considère comme un dignitaire romain.
Sur son anneau sigillaire, il porte les cheveux longs à la mode barbare, mais il a revêtu le manteau des officiers supérieurs romains.

PUY_3353

Les Carolingiens (751-987)
Ils doivent leur nom à Charles Martel (688-741) et à son petit-fils Charles désigné comme le "Grand" : Carolus Magnus, Charlemagne (742-814).
À l’origine, il s’agit d’une famille d’Austrasie, région qui s’étend des bouches du Rhin à la Bavière.
Leur prise de pouvoir, en 751, s’appuie sur le prestige de leurs grands ancêtres mais aussi sur leurs liens étroits avec l’Église et leur richesse foncière.
le 14 février 842, Charles le Chauve (823-877) et son frère, Louis le Germanique (806-876), se sont alliés en se prêtant serment dans la langue de leurs troupes.
Le roman, ancêtre du français, et le tudesque, ancêtre de l’allemand.
À Verdun, pour la première fois, l’expression Francia occidentalis remplace le nom de Gallia.

PUY_3366

Les Capétiens (987-1848).
C’est la dynastie qui a régné le plus longtemps sur la France.
D’abord en ligne directe d’Hugues Capet (939-996), roi en 987, à Charles IV le Bel (1294-1328 dernier fils de Philippe le Bel) mort en 1328, puis avec la branche des Valois directs, issue d’un frère de Philippe IV le Bel (1268-1314), de 1328 à 1498, et celle des Valois indirects, jusqu’en 1589.
Enfin avec celle des Bourbons, d’Henri IV (1553-1610) à Louis XVI (1754-1793).
La dynastie tire son nom du manteau de saint Martin (cappa) que le premier roi de la lignée possédait, en tant qu’abbé laïque de Saint-Martin de Tours (316-397).
Beaucoup de Capétiens reçurent des surnoms, en général après leur mort.

PUY_3364

Certains sont très connus comme :
Philippe Auguste (Philippe II), surnommé aussi "Dieudonné","le Conquérant", "le Magnanime" (1165-1223).
Philippe "le Bel" (Philippe IV) (1294-1328).
D’autres soulignent un aspect physique :
Louis VI "le Gros" (1081-1137), Philippe V "le Long" (1293-1322),
ou des traits de caractère :
Louis VIII "le Pacifique" (1187-1226),
Philippe III "le Hardi"(1245-1285),
Louis X "le Hutin" (le querelleur) (1289-1316),
Charles V "le Sage" (1338-1380),
Charles VI "l’Insensé" (1368-1422),
Louis XI "le Prudent" ou "l’universelle Aragne" (araignée) (1423-1483).

Posté par Puystory à 00:05 - -

06 juillet 2020

La Bataille de Tolbiac.*

PUY_1979

En 493, Clovis a épousé une princesse chrétienne, Clotilde, nièce du roi des Burgondes.
Après avoir conquis le nord de la Gaule, il affronte les Alamans sur le Rhin.
Victoire miraculeuse, la bataille de Tolbiac décide finalement de sa conversion au christianisme.
Clovis est appelé à l'aide par Sigebert, roi des Ripuaires, établi à Cologne.
Les Alamans remontent alors de la Suisse actuelle vers le nord de la Gaule, plus riche, et constituent une menace de plus en plus préoccupante.

PUY_0963

C'est à Tolbiac, aujourd'hui Zulpich, que les Francs auraient rencontré les Alamans.
Mais le lieu et les péripéties de la bataille restent discutés.
Les combattants, essentiellement des fantassins, se seraient affrontés avec leurs glaives et leurs boucliers dans un corps-à-corps impitoyable.
Selon le chroniqueur Grégoire de Tours, au cœur de la mêlée, Clovis aurait vu son armée plier devant l'adversaire.

PUY_2432

Il aurait alors invoqué Jésus-Christ, le "dieu de Clotilde", et juré de l'adorer si la victoire lui était accordée.
Le roi des Alamans est tué.
En plein désarroi, ses troupes s'enfuient ou se rendent.

PUY_1000

La bataille de Tolbiac entre dans la légende.
Fidèle à son serment, Clovis se convertit au christianisme.
Il est baptisé le jour de Noël 496 à Reims par l'évêque Rémi.
Ses soldats suivent son exemple.

PUY_3390

La royauté franque et l'Église nouent des liens indéfectibles, que le sacre renouvellera à chaque début de règne.
Clovis peut se présenter comme un nouveau Constantin, reconnu par l'empereur byzantin, quand d'autres chefs barbares restent égarés dans la nuit du paganisme.
Il ne fait que renforcer son pouvoir.

PUY_0968

Les conquêtes continuent.
En 507, il bat et tue Alaric II à Vouillé, près de Poitiers.
À l'issue de cette nouvelle victoire, il annexe l'Aquitaine, donnant naissance à ce vaste royaume franc qui prendra bientôt le nom de France.

PUY_0971

Posté par Puystory à 20:10 - -

11 mai 2020

De la Gaule à Clovis.*

PUY_2365

Les Gaulois vivaient en tribus dans un pays nommé "la Gaule".
C’étaient avant tout des paysans.
Ils avaient un clergé : les Druides.
Les Gaulois sont connus pour être très querelleurs.
Jules César entreprend la conquête de la Gaule.
En 56 av. J-C a lieu en mer la guerre des Vénètes contre les galères romaines.
Les navires sont alors équipés de toiles de cuir.
Les romains se servent de faux pour couper les cordages des navires Vénètes.

PUY_2403

Alors que ces derniers gagnaient le combat, le vent est tombé, ce qui immobilisa les bateaux gaulois.
Les romains ont profité de cet avantage et ont massacré beaucoup de Vénètes.
Vannes est devenue alors une ville Gallo-Romaine.
Les autres tribus de Gaulle se regroupent sous la conduite de Vercingétorix (-82/-46) et se réfugient à Alésia  (actuellement Alise-Sainte-Reine), établie sur une hauteur entre deux cours d’eau.
Ne pouvant pas mener un assaut contre la ville, César (-100/-44) décide de l’assiéger pour la forcer à la reddition.
Pour cela, il fait construire une palissade d’une quinzaine de kilomètres de long autour du camp gaulois.
Après une bataille difficile et sanglante, Vercingétorix décide de se rendre.

PUY_1944

Il jette ses armes aux pieds de César qui le mettra en prison où il restera cinq ans avant de mourir étranglé sur ordre de César.
La France connaitra ensuite plusieurs siècles de paix pendant lesquels seront construits des ponts et des routes sur le territoire.
En 400 ont lieu les "invasions barbares" par les Germains, Burgondes, Visigoths, Francs et les Huns.
On considère parfois Attila le Hun (406-453) et ses envahisseurs comme l’évènement déclencheur de la chute de l’empire romain.
Pour la petite histoire, on disait que là où passait Attila le Hun l’herbe ne repoussait pas.
Une période trouble suit ces évènements.
Il n’y a plus d’état.

PUY_3349

Un chef franc nommé Clovis deviendra le roi de tous les Francs.
Les Francs sont à l’origine une ligue de guerriers appelés les "Franci" semblent être issus de la fusion tardive (milieu du 3ème siècle de notre ère) de plusieurs peuplades germaniques, parmi lesquelles figurent les Chamaves, les Bructères, les Ansivariens, les Chattes, les Tenctères, les Usipètes et les Tubantes.
Clovis va unifier une grande partie des royaumes francs, repousser les Alamans et Burgondes hors du territoire.

PUY_2443

Lors de la bataille de Tolbiac contre les Alamans, Clovis, sur le point d’être vaincu promets de se convertir à la religion de son épouse Clotilde (474-545) en cas de victoire.
C’est ce qu’il fit en se faisant baptiser à la basilique de Reims.

Posté par Puystory à 00:05 - -


05 mars 2020

Le Premier Royaume.

Posté par Puystory à 10:07 - -

20 novembre 2019

OSCAR DE LA MEILLEURE CRÉATION DU MONDE

PUY_4952

A l’occasion du grand rendez-vous mondial des spectacles et parcs (IAAPA Attractions Expo) qui se tient actuellement, du 18 au 22 novembre 2019, à Orlando (Floride, Etats-Unis), le prestigieux jury international de la Themed Entertainment Association (THEA) vient d’annoncer le nouveau sacre du Puy du Fou.

PUY_1907

Le 18 avril 2020, à Los Angeles, le Puy du Fou recevra officiellement le Thea Award, "Oscar de la Meilleure Création du Monde" pour "Le Premier Royaume", nouvelle création 2019.

PUY_4964

C’est la 3ème récompense internationale pour le spectacle "Le Premier Royaume" qui a été plébiscité par ses visiteurs en 2019.

PUY_1983

L’audace artistique et l’excellence technique récompensées

PUY_8762

Intégralement imaginé et produit par les équipes du Puy du Fou, ce spectacle sans équivalent propose une expérience immersive ultra spectaculaire.

PUY_6067

Cette création originale invite les spectateurs à suivre le destin de Clovis, le premier roi des Francs, dans une succession de mises en scène audacieuses, de prouesses technologiques et d’effets spéciaux inédits.

PUY_6976

Ce nouvel "Oscar" récompense tout le savoir-faire, l’originalité de l’œuvre et l’excellence des créations du Puy du Fou.

PUY_2000

Repoussant sans cesse les limites de la créativité, de l’émotion et de l’innovation artistique, le Puy du Fou domine désormais l’univers du spectacle dans le monde entier.

PUY_1958

En quelques années, il est devenu la référence incontournable saluée par les professionnels du spectacle en remportant toutes les récompenses majeures.

PUY_5000

En 40 ans, le Puy du Fou a imposé son modèle artistique grâce à un langage émotionnel universel qui transcende toutes les cultures et toutes les générations.

Posté par Puystory à 17:12 - -

18 novembre 2019

Le premier Royaume.*

PUY_1893

Le "Premier Royaume" est un spectacle en immersion totale qui nourrit tous les sens grâce aux décors d’une grande richesse et aux effets spéciaux inédits.
Rares sont les sources scientifiques qui témoignent de cette période de l’Histoire de France. L’écriture de ce spectacle a donc nécessité un travail pointu d’analyse de ces documents datés de plus de 1500 ans.

PUY_3290

Intégralement conçu et produit par les équipes du Puy du Fou et il s’inspire d’une période charnière de l’Histoire de France, encore jamais abordée dans les spectacles du Grand Parc.

PUY_3348

Sur plus de 2200m², et pendant près de 20 minutes, plongeons au cœur de 14 univers oniriques pour suivre les pas de Clovis.
Cette époque fascinante nous a laissé des traces formidables, et chacun des accessoires présents dans cette création originale provient d’une analyse iconographique approfondie.

PUY_1904

Après avoir traversé le scriptorium cerné par les hordes d’Attila, l’armurerie royale en pleine effervescence, et le palais Mérovingien où trône le célèbre vase de Soissons, nous gagnerons progressivement le Walhalla, le monde des mythes et croyances anciennes, pour comprendre les incertitudes de cette époque troublée.
Ainsi, cette période de l’Histoire a été analysée par l’équipe artistique du Puy du Fou pour être aussi réaliste que possible.

PUY_3288

Les quelques six cents armes en mouvement, les enluminures des livres du "Scriptorium", les entrelacs en bois sculptés et autres boucliers, les coffres, reliquaires et les trésors sont autant d’exemples qui illustrent ce travail de recherche minutieux.

PUY_3317

Le souci du détail et le respect des codes ancestraux frappent également le regard dans les 80 costumes fabriqués sur mesure par les artisans spécialisés de l’atelier de confection du Puy du Fou en respectant les traditions mérovingiennes.

PUY_3307

Tous ces costumes sont magnifiés par des ornements et bijoux et les acteurs évoluent à quelques centimètres des visiteurs.
Cette proximité avec les visiteurs a nécessité une minutie et une rigueur permanente pour concevoir des costumes singulièrement réalistes.

PUY_3290

Les ambiances différentes de chaque salle sont portées par des effets technologiques novateurs (vidéo projection, mapping 3D, etc.), mais aussi par des décors riches, des effets de lumière uniques et des mouvements de décors surprenants.

PUY_3331

Pour intensifier l’immersion, 150 pistes audio sont déployées tout au long de la visite.
Elles permettent une immersion sonore à 360°, grâce au système "L-Isa" avec le concours de la société "L-Acoustics".
Tout est pensé pour plonger le visiteur au cœur de l’action, avec une attention portée à chaque détail.

PUY_3373

Posté par Puystory à 00:05 - -

30 septembre 2019

Nouvelle récompense pour le Puy du Fou !

PUY_6030

“Le Premier Royaume”,
la création originale 2019 du Grand Parc, a remporté le premier prix international du :
“Meilleur Spectacle de l’Année” !

PUY_2413

Posté par Puystory à 03:50 - -

18 septembre 2019

Clovis premier Roi chrétien de France…Le baptême.*

PUY_1906

Au 6ème siècle et d’après Grégoire de Tours (538-594), la reine Clotilde (474-545) demandait sans cesse à son mari de se convertir.
Mais elle ne parvenait pas à le convaincre.
Un jour, la guerre fut déclenchée contre les Alamans.
L’armée de Clovis commençait à perdre le combat et à se faire massacrer.

PUY_2076

Emu jusqu’aux larmes, Clovis s’écria :
"Ô Jésus-Christ que Clotilde proclame fils du Dieu vivant….
Si tu m'accordes la victoire sur ces ennemis, je croirai en toi et me ferai baptiser en ton nom.
J'ai en effet invoqué mes dieux, mais comme j'en ai fait l'expérience ils ne m'ont pas aidé.
Je crois donc qu'ils ne sont doués d'aucun pouvoir.
C'est toi maintenant que j'invoque, c'est en toi que je désire croire pourvu que je sois arraché à mes adversaires"
Au moment même où il disait ces mots, les Alamans commencèrent à prendre la fuite.

PUY_3375

Après sa victoire, Clovis se fit baptiser par l’évêque de Reims, saint Rémi.
Son exemple est suivi par l’ensemble de ses 3000 guerriers et il devient le premier roi catholique de l’Occident chrétien.
Dès lors, les rois de France seront catholiques.
Clovis reçoit alors le soutien des évêques et du peuple gaulois, en majorité chrétien.
Ce soutien lui permet d’étendre son royaume donc il fixe la capitale à Paris.
A sa mort, en 511, le royaume est partagé entre ses quatre fils (Théodoric 1er, (485-534), (Clodomir (v. 511-524), Childebert Ier (v. 497-558), Clotaire Ier (v. 498-561)) qui se font la guerre pour étendre leurs territoires..
Une fille fait également partie des enfants de Clovis Chrothieldis ou Clothilde la jeune (500-531) qui épousera en 526 Amalaric (502-531), roi des Wisigoths, permetant de sceller la paix entre ces derniers et les héritiers de Clovis.

PUY_1910

Selon la tradition franque, il laisse à notre pays son nom, la France, et un territoire qui n’en a pas fini avec les guerres et les divisions…
Les successeurs de Clovis forment la dynastie des rois mérovingiens (du nom de Mérovée le grand-père de Clovis).
Après Dagobert (602-639), les Mérovingiens s’appauvrissent en donnant leurs terres aux membres de la cour qui les aident à gouverner et perdent tout pouvoir.
Cette dynastie perdra rapidement son pouvoir au profit des maires du palais (1er conseiller du roi), dont Charles Martel (688-741 Duc D'Austrasie) qui renversa le dernier roi mérovingien (Dagobert 602-639), mais aussi aux conflits et guerres de successions entre les descendant de Clovis.

PUY_2022

Au 7ème siècle, comme ils n’avaient plus aucune autorité et ne faisaient rien, on les appelait les "rois fainéants".
Ceux qui dirigeaient vraiment le royaume étaient les maires du palais.
Charles Martel se proclamera Roi et fondra la dynastie des Carolingiens.
Rappelons ici les 3 grandes dynastiques qui ont régnés sur la France.

Les mérovingiens (481-751).
Les Carolingiens (751-987)
Les Capétiens (987-1848).

Posté par Puystory à 00:10 - -