Puy Story

Histoire d'une région.

Les Cosaques

Puy15060168

Dès les XIe et XIIe siècles on note la première présence attestée de guerriers libres dans la steppe.
Le nom de "cosaque", est le nom donné à un groupe de populations d'Europe orientale et des parties de l'Europe adjacentes à l'Asie et est issu de la langue turque des Polovtses, fut appliqué dès le XIVe siècle à des groupes multinationaux de mercenaires employés par les colonies génoises de Crimée qui commerçaient avec les Tatars.
La formation des Cosaques au sens historique, en tant que communautés militaires autonomes majoritairement slaves, s'est produite à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, aux marges méridionales des grandes principautés de Lituanie et de Moscovie, dans les steppes ukraino-russes alors dominées par les Tatars.
Les Cosaques formaient des sociétés de guerriers relativement ouvertes, où tout candidat pouvait, jusqu'au XVIIe ou XVIIIe siècle, être accueilli en fonction de critères variables selon les régions.
L'organe dirigeant était l'assemblée – Rada "conseil" en Ukraine, Kroug "cercle" ailleurs – où chaque Cosaque pouvait s'exprimer.
Les décisions étaient prises non à la majorité, mais au consensus – parfois après une rixe.
Les réunions de cette assemblée avaient lieu à dates fixes une ou deux fois par an.
Le 24 janvier 1919, le Comité central du parti bolchévique décide au cours d'une réunion secrète de pratiquer « une terreur massive contre les riches Cosaques, qui devront être exterminés et physiquement liquidés jusqu’au dernier et avec les cosaques disparait aussi une culture.

Posté par Puystory le 31 juillet 2012 - MOUSQUETAIRES - Commentaires [0] -


L'ile Saint-honorat

Pendant le spectacle des "Mousquetaires de Richelieu", on évoque l’île Saint Honorat.

Ma bouteille à la mer jetée par-dessus bord conduira mon message jusqu’à toi Bouton d’Or Saine et sauve, échappée de l’île Saint-Honorat. Je me suis évadée en Méditerranée ......

Mais qui était Saint-Honorat ?

Iles de Lérins

Au large de la baie de Cannes (Alpes-Maritimes), l'archipel de Lérins est composé par de l'île Sainte-Marguerite, l'île Saint-Honorat, l'îlot de la Tradelière et l'îlot Saint-Féréol. Originaires d'une noble famille gallo-romaine, Honorat et son frère Venance reçurent le baptême.
Par désir de perfection, ils cherchèrent à gagner l'Orient, patrie des moines.
Ils s'embarquent pour la Grèce avec un troisième compagnon, épris lui aussi de vie monastique.
En Grèce, Venance tombe malade et meurt.
Honorat regagne l'Occident avec son compagnon. L'évêque de Fréjus, Léonce, leur fait don d'une île de l'archipel de Lérins au large de Cannes, alors déserte (île de Lérina).

saint-honorat

C'est sur l’île de Lérina que vers 410 Honorat d'Arles y fonde le premier monastère.
Cette île deviendra l'île St. Honorat et est depuis 16 siècles un lieu de vie monastique à la recherche de Dieu et perpétue le souvenir d'Honorat d'Arles (375-430) (Saint Honorat).
Longue de 1 500 m, large de 400 m, cette île est privilégiée par la présence d'une source d'eau douce et charme par son calme et par sa beauté.
En 426, saint Honorat quitte son île pour devenir évêque d'Arles Au début du VIe siècle, Lérins est le monastère le plus illustre de la chrétienté.
Malgré de nombreuses attaques sarrasines et espagnoles, il le restera jusqu' à la fin du XVe siècle, début d'une longue décadence.
Entre 1635-1637 : Les îles sont prises par les Espagnols sous les ordres du marquis de Santa Cruz et occupées pendant deux ans. L’île St Honorat sera fortifiée en mettant des batteries de canons sur les chapelles.
1788 voit la fermeture du couvent.
Pendant la révolution, il est confisqué et vendu.
C'est en 1859 que le monastère est rendu au culte et en 1869 aux moines cisterciens.
En 1886, l'ile est rattachée à l'évêché de Fréjus. Actuellement, une communauté de moines très active voit la visite de 70.000 visiteurs pan an.

 
Agrandir le plan

Posté par Puystory le 03 juillet 2012 - MOUSQUETAIRES - Commentaires [0] -

Rodrigue au Puy du Fou

Pour comprendre le spectacle, plantons le décors !!!

RodriChim

Le spectacle des Mousquetaires de Richelieu fait référence au Cid.
Corneille s'est inspiré d'une comédie espagnole, Las Macedades del Cid (les enfances du Cid) de Guillen de Castro.
Le Cid est une tragi-comédie de Pierre Corneille écrite en janvier 1637 dont la première représentation eut lieu en mars 1637.
Les Personnages principaux sont Don Rodrigue et Chimène
Le Cid est le surnom de guerre d’un personnage historique de l'Espagne médiévale, Rodrigo Díaz de Bivar,Rodrigue (surnommé le Cid) : il est le fils de Don Diègue et l'amant de Chimène. Chimène : elle est la fille du comte de Gormas et est amoureuse de Rodrigue qu'elle rêve d'épouser.
Le Comte de Gormas : le père de Chimène.
Il est le chef des armées et est le rival de Don Diègue. Don Diègue : le père de Rodrigue.
Vieillissant, il est un des grands personnages de Castille.

Rodrigue est un prénom masculin d'origine germanique formé de "hrod", gloire et  de "ric", puissant.
Le 13 mars, on honore Saint Rodrigue, un prêtre de Cordoue accusé d'apostat et décapité au milieu du IXe siècle.
Rodrigues est aussi la plus petite des trois îles de l’archipel des Mascareignes.

Posté par Puystory le 17 juin 2012 - MOUSQUETAIRES - Commentaires [0] -

La Fée Mélusine

Panorama_32

Un jour, j'ai fait une drôle de photo et peut-être que j'ai eu le privilège de rencontré la Fée Mélusine.
Mais qui est Mélusine et qu'elle rapport avec le Puy du Fou ???.
C'est ce que vous vous demandez et allons-y doucement dans les tentatives explications...

DSC04863

La théorie veut que la Fée Méluzine est l'intermédiaire entre les mortels et les immortels, matière et esprit.
Dans le mythe, elle est inspiratrice de Raymondin, le conduisant de sa vie ordinaire à une vie initiatique pour l'accomplissement de sa noblesse intérieure.
Elle est l'âme en chacun de nous qui appelle à porter notre regard au plus profond de nous-même.
Bien..., mais quoi encore ?????
Mélusine est une femme légendaire, souvent vue comme fée, et issue des contes populaires et chevaleresques du Moyen Âge.
Dans la mythologie on l'a comme la "mater lucina" romaine qui présidait aux naissances, ou une divinité celte, protectrice de la Font-de-Sé (fontaine de la soif).
Pour les Grecs, il s'agit de la Milouziena des Scythes, dont le peuple serait issu d'Héraclès et d'Echidna, elle-même à queue de serpent.
Les Scythes dit "Taïfales" auraient en effet pris pied avec l'armée romaine dans le Poitou où ils auraient fondé la ville de Tiffauges (N'y a t'il pas un château chargé d'histoire ??).
Mélusine signifie "merveille" ou "brouillard de la mer".
Pour les Lusignan, on l'appelle "Mère Lusigne" (la mère des Lusignans), fondatrice de leur lignée.
On arrive doucement au Puy du Fou !!!
A la fin du XIIe siècle, Renaud du Puy du Fou, fils d'un autre Renaud a épousé Adèle de Thouars. Mais pourquoi parler de cette Adèle de Thouars ?
Car tout simplement cette alliance unit la famille des Puy du Fou à celle de Lusignan !
Mais oui bien sûr !
Voici qu'avec cette alliance, les Puy du Fou se trouvent liés à la légende de la fée Mélusine, qui aurait maudit les Lusignan dont elle était de la famille par alliance lorsque son mari a découvert sa malédiction, envoyée par sa fée de mère et la transformant tous les samedis en serpent volant.
Aujourd'hui, l'ombre de Mélusine peut être encore aperçue autour de la Tour qui porte son nom à Vouvant dans le Sud-Vendée. Dès lors, suite à cette alliance, les Puy du Fou reprennent la figure de la "Merlusine", timbrant leurs armoiries d'un casque dont le cimier s'ornait de cette "Merlusine".
C'est ainsi qu'au Bal des oiseaux fantômes, dans la scène du Caracara, le personnage du chevalier Tancrède porte au sommet de son heaume un aigle volant.

Baloiseaux081

Les armoiries du Puy du Fou possédaient également des supports qui furent tour à tour des aigles, parfois des léopards mais le plus souvent des anges, portant la cotte d'armes aux armoiries des Puy du Fou pour marquer la dévotion et la confiance que les Puy du Fou ont en leur protection.

M___69

M___57mod

On retrouve de tels anges soutenant le blason des Puy du Fou dans le Grand Carrousel où se joue le spectacle Mousquetaire de Richelieu !
En plus du blason et du reste, les Puy du Fou avaient également une devise :
"C'est à jamais !".

Photos et article C. SERVAIS (Puystory) inspiré suite à la lecture de l'historique de Mr.Eugène Deriez publié sur Puyfolonaute.

Posté par Puystory le 12 décembre 2010 - GRAND PARC - Commentaires [1] -

Spectacle

M___01

Sous le Grand Carrousel, immense manège équestre couvert, ce spectacle de cape et d'épée façon 17e s. résonne du son des cavalcades et des combats à l'épée.
Chevaux andalous et flamenco sont au programme, ainsi qu'une aquatique évocation des cascades de Grenade en guise de surprise finale.

mo01

Posté par Puystory le 28 novembre 2010 - MOUSQUETAIRES - Commentaires [1] -


Aramis

Henri d’Aramitz ou Aramis est un abbé laïc.
Comme Porthos, Aramis appartenait à une famille protestante du Béarn.
À la différence des autres mousquetaires béarnais, il était d’origine militaire noble.
Son grand-père, le capitaine huguenot Pierre d’Aramitz joua un rôle fort actif dans les guerres de religion qui sévirent dans le Béarn et la Soule à l’époque de Jeanne d'Albret.
Son père, Charles d’Aramitz, était, au début du XVIIe siècle, maréchal des logis à la Compagnie des Mousquetaires.
Une des sœurs de Charles d’Aramitz épousa M. de Tréville.
C’est donc tout naturellement que ce dernier reçut en 1640 son neveu par alliance dans sa compagnie, en même temps qu'Athos et Porthos, et au moment où d'Artagnan arrivait à Paris.
On ne sait combien de temps Henri d’Aramitz resta au service, mais on connaît la date de son mariage : le 16 février 1654 ; le nom de sa femme : Jeanne de Béarn-Bonasse.
On sait aussi qu’il eut deux fils (Armand et Clément) et deux filles.

Posté par Puystory le 29 octobre 2010 - MOUSQUETAIRES - Commentaires [0] -

D'Artagnan

800px_Statue_d_Artagnan_Paris

De son vrai nom Charles de Batz-Castelmore, d’Artagnan est un homme de guerre français né entre 1611 et 1615 au château de Castelmore, près de Lupiac, en Gascogne (dans le département actuel du Gers) et mort au siège de Maastricht le 25 juin 1673.

En 1657, la première compagnie des mousquetaires, dite des « grands mousquetaires » ou « mousquetaires gris », à cause de la robe de leur chevaux, est reformée.

D’Artagnan en devient sous-lieutenant.

Il en assure le véritable commandement, le chef nominal étant un neveu de Mazarin.

En 1659, d’Artagnan épouse Charlotte-Anne de Chancelay, qui lui donne deux fils en 1660 et 1661.
Ils se séparent de biens et de corps en 1665.

En 1660, Louis XIV se marie avec l’Infante d’Espagne.

La cérémonie a lieu le 9 juin à Saint-Jean-de-Luz.

Le voyage vers le Pays basque dure un an et donne l’occasion à Louis XIV de visiter les provinces méridionales de son royaume.

Bien évidemment, d’Artagnan accompagne le cortège.

La traversée des villes-étapes provoque l’admiration des populations : les fiers mousquetaires précèdent l’attelage royal tiré par six chevaux blancs.

Le jour de l’étape à Vic-Fezensac, le 26 avril 1660, d’Artagnan chevauche vers Castelmore pour revoir les siens et se recueillir sur la tombe de ses parents, dans la chapelle du domaine.

En 1667, il devient capitaine-lieutenant de la première compagnie des Mousquetaires.


Dartagnan_14

Posté par Puystory le 22 octobre 2010 - MOUSQUETAIRES - Commentaires [0] -

Porthos

De son vrai nom Isaac de Portau est né à Pau le 2 février 1617 et mort à une date inconnue.
On sait de lui qu'il appartenait à une famille protestante du Béarn, originaire de Gan.
Son père était secrétaire du roi et des états de Navarre, et qu'il était donc un personnage important.
Il acheta des seigneuries et se fit anoblir.
Comme Athos, Porthos se dirigea vers l’armée.
Comme ce dernier, il commença par entrer, en qualité de cadet dans les Gardes-Françaises, compagnie des Essarts, (François de Guillon, seigneur des Essarts, était le beau-frère de M. de Tréville, qui l'avait recommandé).
Il se trouvait donc dans cette compagnie lorsque d'Artagnan y entra a son tour en 1640 et ils firent ainsi campagne ensemble.
On l’y retrouve en 1642 à Perpignan puis à Lyon. En 1643, Porthos passa aux Mousquetaires, l’année même de la mort d’Athos.
Puis on perd sa trace et on ne sait ce qu’il devint par la suite, ni quand il mourut.

Posté par Puystory le 15 octobre 2010 - MOUSQUETAIRES - Commentaires [0] -

Athos

Athos, de son vrai nom Armand de Sillègue d'Athos d'Autevielle, est né en 1615 en Béarn et mort le 21 décembre 1643.
Athos tient son nom du petit bourg d'Athos-Aspis sur le Gave d'Oloron, près de Sauveterre-de-Béarn et près d’Autevielle.
Cadet de famille, il ne pouvait espérer recevoir les seigneuries d’Athos et d’Autevielle qui reviendraient à son aîné.
Il eut donc le choix d'entrer dans l’armée ou dans les ordres.
Il était cousin à la mode de Bretagne de Monsieur de Tréville, dont la protection lui permit d’entrer dans le régiment des Mousquetaires en 1640, à la même époque que Porthos.
On sait seulement de lui qu’il était béarnais, et qu’il disparut jeune, sans doute tué au cours d'un duel comme l'indique le registre des décès de l’église Saint-Sulpice à Paris à la date du 21 décembre 1643 “Convoy, service et enterrement du deffunct Armand, Athos dautebielle mousquetaire de la garde du Roi, gentilhomme de Béarn. pris proche la halle du Pré au Clercs’’.
Le Pré au Clercs étant un lieu réputé pour être le rendez-vous des duellistes, il est probable que ce soit ainsi qu'il soit mort.

Posté par Puystory le 08 octobre 2010 - MOUSQUETAIRES - Commentaires [0] -

Carrus-soli

1473765628_small

Le carrousel trouve son étymologie dans la contraction de deux mots latins «carrus-soli» ce qui signifie «char du soleil».
Hérité du tournoi médiéval, le carrousel était un intermédiaire entre les parades équestres et les jeux guerriers italiens.
Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les cours d’Europe organisent ces grands «ballets équestres» qui par leur conception tiennent autant de l’opéra que du ballet chorégraphique.
Créer en 2006, le Grand Carrousel du Puy du Fou est un immense théâtre du style XVIIe siècle.

SH101205mod

La façade de 100 mètres de longueur, culmine à 16 mètres ornée d’armoiries sculptées, de bas-reliefs équestres, de corniches, de chapiteaux et de colonnes doriques.
A l’intérieur : 3 000 places assises, 6 000 m² dont 2600 m² d’espace scénique et son rideau de 3 tonnes.

La plus grande scène d'Europe

SH101210

PanoMousquetaires

Posté par Puystory le 01 octobre 2010 - MOUSQUETAIRES - Commentaires [0] -