Puy Story

Histoire d'une région.

Avis

Puystory est un site pédagogique et indépendant du Puy du Fou.
Retrouvez tous les articles, édités sur ce blog, classés par catégories sur :
www.puystory.com 

Posté par Puystory le 16 avril 2015 - Commentaires [0] -


Peut-être un jour… à la gare…

PUY_6592

Août 1914…, le temps des moissons.
Pantalon garance et "fleur au fusil", nos "petits soldats" partent défendre le pays.
Promis, ils seront rentrés pour les vendanges.
Ils seront partis pour quatre ans.
"DEBOUT, FEMMES FRANÇAISES… "
Cet appel est lancé par le Président du Conseil des ministres, René Viviani aux lendemains de l’entrée en guerre de la France…
Il ajoute "Remplacez sur le champ du travail ceux qui sont sur les champs de bataille".
Et les femmes, pendant que les hommes sont "enterrés" dans les tranchées creusées de la Mer du Nord à la Suisse, vont relever le défi et "faire tourner la boutique".
Toute la population féminine va s’investir dans "l’effort de guerre".

Puystory_1774

Dans la France essentiellement rurale de la "Belle Époque", les paysannes seront les premières à retrousser leurs manches.
A la ferme, celles qu’on appelle "les gardiennes", rentrent les moissons, soignent le bétail, conduisent les machines, pressent le raisin (il faut penser au "pinard" du soldat", tirent la charrue), puisque les chevaux sont réquisitionnés par l’armée.
Dans les villes et les villages, les Françaises prennent le chemin des bureaux, des banques, de la fonction publique… Elles deviennent factrices, institutrices, "tambours de ville"…
A Paris, on rencontre même des "tueuses" aux abattoirs de La Villette…

PUY_7555_00103

Non seulement, les femmes remplacent les hommes dans leurs travaux de "temps de paix", mais elles vont travailler pour équiper et ravitailler les armées…
Elles cousent inlassablement des uniformes, confectionnent des millions de chaussures pour ceux qui sont au Front (une paire dure à peine deux mois dans la boue des tranchées !).
Aucun travail pénible ne les rebute…
Certaines deviennent "obusettes" ou "munitionnettes" dans les aciéries.
La position debout face au tour toute la journée, les jets d’huile rendent cette tâche particulièrement difficile.
Les ouvrières sont appelées "cheveux verts" tant les émanations de sulfate de cuivre sont importantes.
La journée à l’usine atteint dix à treize heures, parfois quatorze…

Puystory_00062

Les équipes fonctionnent jour et nuit et même le dimanche.
"Si les femmes qui travaillent dans les usines s’arrêtaient seulement vingt minutes, les Alliés perdraient la guerre" assure le maréchal Joffre.
Malgré ces belles paroles et les promesses de Gascon du ministre du Travail, Albert Thomas, "à travail égal, salaire égal", les travailleuses sont payées moitié moins que les hommes…
Pendant quatre ans, les hommes, les femmes, chacun de leur côté, doivent "tenir"… sans cesse "tenir"…
Les hommes, au Front, sont bloqués dans les tranchées pendant la longue "guerre de position".
De décembre 1914 à mars 1918, ils souffrent de cette guerre d’usure.
Ils doivent résister à la pluie, à la boue, au froid, aux poux, aux rats et puis, à la peur.
La peur de l’attente, la peur de l’assaut, la peur des gaz…

Puystory_109

Quand les poilus ont droit au repos, ils sont cantonnés dans des villages détruits, trop près des lignes de feu pour pouvoir reconstruire leurs forces.
Ces hommes épuisés ont souvent le sentiment d’être "oubliés par l’Arrière" qui n’a pas pris assez conscience de l’ampleur des sacrifices consentis.
Peut-être, qu’effectivement, pendant les deux premières années de la guerre, les populations civiles n’ont pas pris toute la mesure de ce qu’enduraient les soldats, surtout à cause de l’État qui avait si bien organisé la censure du courrier, de la Presse sans oublier le "bourrage de crâne".
Ainsi, on pouvait lire dans Le Journal, en novembre 1915 :
"Je reviens du Front, je Les ai vus et j’en tremble encore.
Je rentre d’un monde idéal.
Quand je suis monté vers Eux, je Les plaignais.
Quand j’en reviens, je Les envie".

Puystory_00092

Ou encore,
Dans l' "Écho de Paris" de mai 1916 :
"A propos de Verdun, nos pertes ont été minimes"
190000 hommes sont morts et 216000 ont été blessés…
Ils ont reçu vingt et un millions d’obus tirés par l’ennemi".
Sans commentaire…

Puystory_01024

Peu à peu, on connaîtra les affreuses conditions de vie des tranchées et les soldats sauront que ceux de l’Arrière, notamment les femmes et les enfants, connaissent aussi des années noires.
Pendant toute la durée de la guerre, le Nord de la France connaît une occupation très dure par une armée en guerre qui prélève une grande partie de sa nourriture sur les habitants, les réduisant à "la portion congrue".

IMG_8491

Les dix départements envahis sont dans la zone des combats, l’artillerie des deux camps bombarde.
289000 maisons détruites, 420000 endommagées, sans compter les hectares de terres "labourées" par les obus.
Dans cette zone, la répression est lourde pour la moindre incartade, des otages sont exécutés…
Dans toute la France, la vie est chère, très chère.
Les prix augmentent de 20 % en 1915, de 35 % en 1916, 120 % en 1918 (les salaires en 1918 n’augmentent que de 75 % !).

PUY_6343

A cette montée vertigineuse des prix qui épuisent les ressources des familles, s’ajoutent les différents emprunts d’État pour la "Défense nationale".
Ils seront tous couverts, mais bien des familles en sortiront ruinées.
Certaines femmes donneront leurs bijoux et même leur alliance…
Le ravitaillement devient un casse-tête, les restrictions s’appliquent sur certains produits, pourtant de première nécessitée comme le sucre, pain, viande, charbon…

Bourg 005

Les boutiques sont fermées deux à trois jours par semaine, tellement la pénurie est grande.
Le système "D" s’installe.
On se met partout à l’agriculture et la moindre parcelle de terrain est exploitée.
A Paris, les vaches broutent sur l’hippodrome de Longchamp, les cultures maraîchères investissent le parc de Versailles, les haricots et les carottes poussent au Luxembourg.
Les plus beaux choux se récoltent dans les jardins de la Bibliothèque Nationale.
Au Mans, à Rennes, à Bordeaux, à Lyon, toutes les grandes villes mettent leurs jardins publics en culture.
Chaque école, chaque usine de France a son coin de terre ensemencée…

Puy du Fou 2011 - 1882

Et puis, pour ne rien perdre, on pratique "l’art d’accommoder les restes".
Voici un repas "gastronomique" très en vogue dans les restaurants à la mode : croûtes de moelle végétale (?), joues de bœuf aux croquettes d’orties, fanes de carottes à la crème, cosses de petits pois à la française, gâteaux aux écorces de fruits, le tout arrosé de vin de frêne, de piquette d’orge et de chiendent…
Une dernière calamité afflige les civils.
La fameuse grippe que l’on surnomma (on ne sait pas trop pourquoi) "espagnole".
Elle apparaît en France, en avril 1918 et frappe en trois vagues.
Une première assez bénigne et deux particulièrement meurtrières en septembre, octobre, puis en décembre… feront 100000 morts.

Posté par Puystory le 30 octobre 2020 - Amoureux de Verdun - Commentaires [0] -

Cercle de Musique

DSC_0146

DSC_0150

Puy17060051

Puy17060064

Puy180602054

Posté par Puystory le 28 octobre 2020 - Monde Imaginaire de la fontaine - Commentaires [0] -

Les moulins en Vendée

DSC04436

Dès notre plus jeune âge, les moulins sont ancrés dans notre imaginaire et figurent dans des contes célèbres, comme ceux de Perrault "Le chat botté" ou d'Andersen "Le moulin du diable".
Les moulins sont emblématiques de l'histoire de Vendée Vallée, et sont tout particulièrement choyés.
Calmes et platoniques, les moulins à vent constituent le symbole de ce petit patrimoine qui a su traverser les siècles.

Puystory_5813

Discrets, ils culminent souvent sur les promontoires les plus hauts du paysage, comme au Mont des Alouettes, sur les hauteurs des Herbiers.
Synonyme d'une activité rurale agricole riche, les moulins à vent servaient à moudre le grain pour le transformer en farine.
Durant la Guerre de Vendée, les paysans dispersés dans le bocage avaient besoin de communiquer entre eux.
Pourquoi ne pas utiliser les moulins ?

Puystory_08547

Les meuniers envoyaient des messages de colline en colline en orientant les ailes des moulins selon un code avec quatre types de messages.
Danger proche, danger passé, rassemblement et repos.

PUY_1748 (2)

Cet usage leur a valu une destruction massive par les républicains menés par Turreau en octobre 1793.

Posté par Puystory le 26 octobre 2020 - VENDEE - Commentaires [0] -

Château Renaissance

Puystory_00709

Puystory_911

PUY_5172

PUY_5190

Puystory_889

Posté par Puystory le 23 octobre 2020 - Château - Commentaires [0] -


La rose dans tous ses états

Puystory_04092

Le rosier appartient au genre rosa et fait partie de la famille de rosacées qui regroupe le pommier, le poirier et la ronce.
Il existe environ 141 espèces de rosiers dont les variétés sont innombrables.
Les rosiers offrent une palette très variée de couleurs, de fragrances, de formes et de tailles.
Se 25 cm à 10m de haut, dressés, rampants, sarmenteux, arbustifs, disciplinés ou échevelés, lumineux ou mats.
Certains rosiers apprécient les terrains chauds et ensoleillés, d’autres ne supportent que la fraîcheur et l’ombre.
La plupart des rosiers du Puy du Fou sont remontants afin d’offrir tout l’été le même spectacle resplendissant aux visiteurs.

Grand Parc 012

Les pétales de roses se déclinent selon un éventail infini de coloris qui offrent toutes les tonalités de rose, de blanc, de rouge, de jaune (une couleur obtenue récemment).
Il existe même des roses chocolat, bleutées et vertes !
Lorsqu’ils ne sont pas traités, les pétales de rose peuvent être utilisés pour réaliser de la confiture, des bonbons, du sirop ou des loukoums.
Le parfum est poudré, doux, lourd, sucré, citronné, musqué, délicat, chaud, capiteux, fruité, épicé, aux notes de thé, de vin de Sauternes, de violette, de miel, de myrrhe… quelles que soient ses nuances, le parfum des roses est destiné à enivrer et à attirer les insectes pollinisateurs.
L’huile essentielle qui est à l’origine du parfum se trouve dans les pétales, les étamines et dans les feuilles.

Puy du Fou 2011 - 7460

Elle se dégage d’autant mieux que la température ambiante est élevée.
Les roses modernes sont moins parfumées car la sélection privilégie la tenue de la tige pour les fleurs à couper, ce qui s’effectue souvent au détriment de la fragrance.
Les épines permettent aux rosiers de se défendre contre la dent des animaux et de se hisser vers la lumière.
Certaines variétés sont presque inermes (c’est-à-dire sans épines), c’est le cas par exemple de Cornelia ou de Thérèse Bugnet (près des jets sauteurs).
Les fruits à la fin de la floraison sont de petites boules étirées, rouges ou orangées, apparaissent.
Ce sont les cynorrhodons dont on peut faire de la confiture lorsqu’ils sont blets (ramollis sans être gâtés).
L’akène, le véritable fruit du rosier, se trouve à l’intérieur.

Roseraie 08 2012 - 04

Les feuilles constituent un indice des conditions de vie du rosier.
Un feuillage vernissé et cireux correspond plutôt à un emplacement ensoleillé et humide tandis qu’une feuille velue est le propre des rosiers exigeant un emplacement chaud et sec.
Les rosiers de nos jardins sont greffés afin de les doter des qualités qui leur font défaut à l’état naturel (résistance aux maladies, vigueur, caractère remontant…).
Les racines sont généralement issues d’une variété différente de la partie aérienne.
Le greffage est matérialisé par un point de greffe situé entre les rameaux et les racines.

PUY_5844

Les rosiers "tiges" sont greffés sur une tige d’au moins 1 mètre de haut, leur port est parfois pleureur.
C’est le botaniste suédois Carl von Linné (1707-1778) qui instaura la classification binominale des plantes.
Le genre de la plante est écrit en majuscules (par exemple R pour Rosa) suivi de l’espèce en minuscules (R. multiflora).
Il est parfois suivi du nom de la forme (R. multiflora var. adenochacta).
Un "X" désigne un croisement, il s’agit alors d’un rosier "hybride".

PUY_4856 Puystory

Posté par Puystory le 21 octobre 2020 - Roseraie - Commentaires [0] -

A l'Auberge.

IMG_0110

PUY_8239

IMG_0115

IMG_0118

IMG_0123

IMG_0122

IMG_0129

IMG_0133

IMG_0137

PUY_8233

 

Bon appétit....

Posté par Puystory le 19 octobre 2020 - Restauration - Commentaires [0] -

La Vallée Fleurie

Dans la "Vallée Fleurie" du Puy du Fou, la nature est un spectacle à part entière dans lequel toute la famille vient se ressourcer !

Puystory_05621

Découvrez un lieu idéal pour profiter d’une balade parmi les chênes centenaires, les fougères et les plantes aquatiques de la forêt du Puy du Fou.

PUY_5007

Au coeur du Grand Parc, ce coin de nature préservé offre aux visiteurs un véritable spectacle où la faune et la flore jouent le rôle principal.

PUY_2071

Posté par Puystory le 17 octobre 2020 - Vallée Fleurie - Commentaires [0] -

La chapelle de la Cité Médiévale

Cité Médiévale 056

La chapelle de la Cité Médiévale est la reconstitution d’un édifice religieux appartenant à la période de transition entre l’art roman (fin Xème - moitié XIIème siècle) et l’art gothique (XIIème - XVème siècle).
Conformément à la tradition romane des Charentes, la façade ne possède pas de tympan (partie centrale d’un fronton) et les voussures en arc brisé du porche sont dépourvues de tout ornement.
De chaque côté de la porte, des piédroits surmontés de têtes aux yeux globuleux rappellent les motifs qui ornent l’abbaye des Fontenelles, près de La Roche-sur-Yon ou les églises Saint-Jacques et Notre-Dame à Pouzauges.
Le porche est couronné d’une frise horizontale, dont les modillons de facture fruste mêlent motifs profanes et sacrés.828

Croix, tête de porc, tête humaine, macles emblématiques de la famille du Puy du Fou, croix et signes difficilement identifiables.
Comme la plupart des églises édifiées jusqu’au XVème siècle, la chapelle est "orientée" vers l’Est, promesse du renouveau solaire et symbole de Résurrection.
L’intérieur de la chapelle se caractérise par la simplicité de son architecture romane.
Nef unique, voûte en berceau (l’usage du bois est justifié par son moindre coût), chœur à abside en hémicycle, ouvertures étroites en plein cintre afin de ne pas affaiblir les murs.

Puy22060844

Le sous-sol de l’abside recèle une crypte et un sarcophage mérovingien (VIème – VIIIème siècle) déposé au pied d’une fresque représentant la Trinité Mariale.
Entre deux anges portant des encensoirs figurent Marie, Jésus et Sainte Anne couronnée confiant l’Eglise à sa fille et à son petit-fils.

844

La plupart des vitraux romans étaient en verre blanc.
Longtemps, le verre resta un matériau coûteux et les panneaux de bois ajourés, visibles dans la chapelle, permettaient de faire l’économie de baies vitrées.
Au Moyen Âge, les églises romanes étaient intégralement peintes de couleurs vives.

SH101171

Les fresques de la chapelle de la Cité Médiévale, qui relatent plusieurs épisodes des croisades, reproduisent les décors de la Chapelle des Templiers à Cressac (Charente, milieu du XIIème siècle).
La population majoritairement illettrée pouvait aisément identifier les croisés à leur casque à nasal, à leur écu triangulaire, et les sarrasins à leur carnation sombre et à leur bouclier rond.

Puy22060831

Nous reconnaîtrons sans peine des scènes de poursuite, une bataille rangée, un rassemblement de chevaliers dans leur camp ainsi que des fleurs de lys stylisées.
Des scènes allégoriques se développent de part et d’autre du portail.
On aperçoit un chevalier chevauchant son destrier et terrassant un être difforme, incarnation du Mal ou de l’Impiété, sous les yeux d’une femme symbolisant l’Eglise.
Celle-ci réapparaît dans la scène voisine où un chevalier (probablement Saint Michel) s’apprête à transpercer un dragon représentant le démon.
La lutte des croisés contre les païens se trouve ainsi justifiée et sacralisée.
En levant les yeux, le visiteur remarquera, à l’extrémité des deux premières poutres transversales, quatre engoulants monstrueux.
Une poutre de gloire, où figurent le Christ en croix, Marie et l’apôtre Jean, marque la limite entre la nef et le chœur.

Cité Médiévale 042

Rien d’étonnant à cette promiscuité.
Dans l’imaginaire médiéval, le sacré et le profane cohabitent, les créatures les plus fantastiques et les plus prosaïques côtoient les saints et les représentations divines.
Le chœur de la chapelle propose son propre programme iconographique.
Alors que les scènes profanes semblent réservées aux parois latérales de la nef, le chœur est consacré au domaine spirituel.

Puy22060842

Sur la voûte bleue constellée d’étoiles évoquant le firmament divin, quatre anges pointent le doigt en direction des deux vitraux dont la lecture s’effectue de haut en bas.
Le jugement du Christ / La Flagellation / la Crucifixion La descente de Croix/ la mise au Tombeau/ la Résurrection.

Puystory_01401

Les vitraux de l’abside sont encadrés par des fresques représentant le Tétramorphe.
Marc apparaît sous les traits d’un lion, Jean est associé à l’aigle, Mathieu à un homme et Luc à un taureau.
L’Agneau de Dieu (symbole du sacrifice christique), couché sur les Saintes écritures et inscrit dans le triangle rayonnant de la Sainte Trinité, figure sur l’autel, face aux fidèles.

Puy du Fou 2011 - 0887

A droite du chœur, nous remarquerons la statue de Saint Jacques, reconnaissable à ses attributs.
Bourdon de pèlerin, grand chapeau, ample manteau de voyage et coquilles recueillies sur les plages de Galice.
Elle rappelle le succès religieux, culturel et économique des pèlerinages vers le tombeau supposé de Saint Jacques le Majeur à partir du XIème siècle.

Posté par Puystory le 16 octobre 2020 - Cité Médiévale - Commentaires [0] -

Dans le Grand Parc

IMG_E6457

PUY_6320

PUY_8052

Puystory_03163

Puystory_6077

Posté par Puystory le 14 octobre 2020 - GRAND PARC - Commentaires [0] -