Puy Story

Avis

1Image1

Par ce site, indépendant et non-officiel du Puy du Fou, Puystory essayera de vous faire voyager dans le temps le plus simplement possible en ayant comme fil conducteur le PUY DU FOU.
Il se voudra outil pédagogique en vous replaçant des personnages, des événements et ayant traversés notre temps.
Bon Voyage dans le temps.
"Puystory" est une marque déposée auprès des "Agences de Dépôt Numérique" + "Sabam" et est protégée par les droits d'auteur.

Posté par Puystory à 17:40 -


26 septembre 2022

Sur le chemin.

PUY_0290

PUY_4698 Puystory

PUY_9564

Puystory_03202

Puystory_6116

Posté par Puystory à 00:05 - -

23 septembre 2022

Vaincre ou Mourir (Le Premier Film du Puy du Fou).

thumbnail_Avant-première exceptionnelle

Le premier film du Puy du Fou, consacré à François-Athanase Charette de La Contrie, sortira en avant-première au cinéma le 8 décembre prochain, partout en France. 
Ce long-métrage raconte la vie de François Athanase Charette de la Contrie, dit Charette, héros de l’armée catholique et royale pendant les guerres de Vendée.

charette01

Nous serions heureux que tous les membres de PuyStory puissent découvrir avant le grand public notre hommage cinématographique à ce héros vendéen.
C’est pourquoi nous vous signalons que des places pour cette projection exceptionnelle sont en vente sur le site internet : 

vaincreoumourir.fr.

PUY_3196(Dernier Panache - Puy du Fou)

Vaincre ou Mourir, documentaire épique d’inspiration historique.

Vaincre ou Mourir, documentaire épique d’inspiration historique produit par le Puy du Fou et distribué par Studiocanal, est inspiré du Dernier Panache, spectacle du Puy du Fou sacré en 2016 "Meilleure Création Mondiale" par un jury prestigieux lors d’une cérémonie officielle à Los Angeles (Etats-Unis) et qui a déjà émerveillé plus de 10 millions de spectateurs.

PUY_7959(Dernier Panache - Puy du Fou)

Son succès permettra, nous l’espérons, de faire connaitre au plus grand nombre la vie du héros de l’armée catholique et royale pendant les guerres de Vendée, que vous connaissez bien.

Vaincre_ou_Mourir

Casting trois étoiles, moyens colossaux.

Ce documentaire spectaculaire est servi par un casting trois étoiles : Hugo Becker interprétera Charette, tandis que Jean-Hugues Anglade, Rod Paradot, Constance Gay, Gilles Cohen, Anne Serra, Dorcas Coppin, Francis Renaud ou encore Grégory Fitoussi, lui donneront la réplique.

Scène-1-©Christine-Tamalet-7-copie

Il s’appuie par ailleurs sur le savoir-faire artistique et les installations uniques du Puy du Fou : des décors authentiques, 60 000 costumes, 230 chevaux de spectacle, un vivier de milliers d’artistes (cascadeurs, cavaliers, danseurs, escrimeurs...), plusieurs dizaines d’hectares de terrain naturel, des ateliers de construction de décors et de confection de costumes…

LRDLV JOUR 10-65

Synopsis…

En 1793, voilà trois ans que Charette, ancien officier de la Marine Royale, s’est retiré́ chez lui en Vendée.
Dans le pays, la colère des paysans gronde.
Ces même paysans font appel au jeune retraité pour prendre le commandement de la rébellion.

  • PUY_0405
  • (Dernier Panache - Puy du Fou)

En quelques mois, le marin désœuvré devient un chef charismatique et un fin stratège, entraînant à sa suite paysans, déserteurs, femmes, vieillards et enfants, dont il fait une armée redoutable car insaisissable.
Le combat pour la liberté ne fait que commencer...

Posté par Puystory à 16:22 - -

L'histoire du château de Talmont

DSC03694

À l’aube du peuplement de la région côtière, d’immenses forêts couvraient tout ce pays au milieu duquel se dressait une petite éminence, sur laquelle aujourd’hui s’élèvent des ruines de ce que fut le fier château de Talmont.
Les étymologistes s’en donnèrent à cœur joie quant à l’origine de Talmont et de son château.
Il y a de multiples hypothèses émises par divers savants.
Mais la plus plausible est l’origine Celtique "TALL MUN" rempart, front de pierres "TALL = FRONT ; MAN = PIERRES".
Elle rejoint l’hypothèse anglaise, qui est la même que ci-dessus quand on se rappelle les liens unissant l’Armorique voisine au "Pays des Angles".

DSC03612

D’ailleurs le primitif château de Talmont n’était pas à l’emplacement des ruines actuelles, mais en contrebas, vers la ville, au Nord des ruines, dans la propriété voisine, où se dresse encore une belle motte féodale, sur laquelle s’élevait le primitif château de bois, semblable au fort de l’an Mil, du Grand Parc du Puy du Fou.
Peut-être a-t-il dû brûler lors des invasions normandes ?
Mais dès le début de l’occupation romaine, Talmont devint leur possession pour plusieurs siècles.
S’installèrent-ils sur l’emplacement de l’actuel château ?
C’est possible mais on n’en trouve aucune trace.

PUY_2670

Comme partout, la religion chrétienne, vraisemblablement introduite par quelques soldats romains convertis à la nouvelle religion, y fit des adeptes, puisque dès le 8ème siècle, le bourg de Talmont formait un Doyenné relevant de l’Archidiaconné (circonscription territoriale religieuse, subdivision d’un diocèse) de Briancais.
Et lorsque Charlemagne eut remplacé les décanies (Réunion de terres placées autrefois sous l’autorité d’un même magistrat nommé doyen) par les Vigueries, il y eut un viguier (Magistrat-Prévot) à Talmont dépendant du comte de Poitiers.
Mais toute cette organisation médiévale disparut dans les ravages Normands si bien que lorsque les comtes du Poitou envoyèrent les vicomtes de Thouars et les sires de Parthenay dans le Talmondais, ils trouvèrent un pays vide.

PUY_2689

En 993, Hugues Capet et Guillaume le Grand, comte du Poitou désignèrent Guillaume le Vieux dit Le Chauve, on le disait fils naturel de Guillaume le grand-duc de Poitou, pour redonner vie à cette région du Bas-Poitou : ce fut une explosion de monuments.
Sur cette falaise à pic, il construit une forteresse pour y établir sa demeure seigneuriale.

DSC03617

À côté, il construit une église, dont le clocher lui servit de donjon.
Sa femme Aloine de Parthenay lui apporta en dot divers domaines : Angles, Fontaines, l’Ile d’Yeu, Grosbreuil, Olonne, Saint-Hilaire-la-Forêt.
Il règne sur une trentaine de familles seigneuriales de la région côtière.

DSC03667

En 1040, il fonde l’Abbaye Bénédictine de Talmont et dans une charte de 1046 (Cartulaire de l’Abbaye) il énumère ses diverses fondations, dont l’abbaye Sainte-Croix de Talmont où il se fit moine et y meurt en 1048.
Son fils Guillaume le Jeune lui succède comme seigneur de Talmont, et fit reconstruire son donjon de Talmont y incorporant le clocher carré à plusieurs étages de l’église Saint-Pierre, qu’il fit détruire.
Ce clocher devenu donjon existe toujours.
Dès lors commence une lutte violente entre les Maisons de Talmont et celles d’Aquitaine.

DSC03651

Guillaume le Jeune eut deux filles : Ameline, puis Anceline.
Cette dernière épousa un gentilhomme nommé Chalon.
À la mort de Guillaume le Jeune, Talmont ne pensa pas à sa fille aînée Ameline, non-mariée, mais à sa fille cadette Anceline épouse Chalon, lequel régna sur Talmont de 1058 à 1074.
Ce fut seulement après la mort de Chalon que Talmont revint à sa belle-sœur Ameline et à son mari normand de Montrevault.
Chalon avait eu deux fils : Guillaume et Pépin.

DSC03725

Guillaume étant venu à mourir, Pépin succède à son oncle normand de Montevrault dans le gouvernement de Talmont.
Pépin fit détruire les restes de l’église Saint Pierre.
À la fin de XIIème siècle, on voit la châtellenie de Talmont gouvernée régulièrement par la succession de frères à frères, Raoul III seigneur de Mauléon et de Talmont (1180-1200) et eut pour successeur son frère Guillaume (1200-1214), après l’extinction du viager de son oncle.

Pano Talmon 01

Il y eut ensuite une succession chaotique de seigneurs de Talmont, toutes sous la domination Anglaise.
Par suite du divorce d’Aliénor d’Aquitaine, d’avec le roi Louis de France et son remariage avec le roi d’Angleterre, Henri II Plantagenêt, qui devint le suzerain du seigneur de Talmont, Raoul II de Mauléon, grand ami de Richard Cœur de Lion, avec lequel il partira à la croisade.
Au cours d’une bataille, Raoul de Mauléon tombé à terre, pressé par les Sarrasins fut sauvé par Richard Cœur de Lion.

DSC03646

Ce fut après cette Croisade que le frère de Raoul III mourant, en vertu de ce droit de viager en usage en Poitou, Guillaume de Mauléon devint seigneur de Talmont.
Il fut l’époux de la fameuse Béatrice de Machecoul, l’ogresse de la légende, mangeuse de cœurs d’enfants, avec laquelle il fonda l’abbaye des Fontenelles près de la Roche-sur-Yon.

DSC03639

Un chant intitulé "La complainte de Madame Béatrice", relatant en une vingtaine de couplets, était autrefois chantée en Bas-Poitou.
Béatrice de Talmont devenu veuve, se remaria à Aimery de Thouars et eut une fille Jeanne, dont le tombeau orne encore l’église mutilée des Fontenelles.

PUY_2130

Leur descendant, Savary de Mauléon délicat poète renommé et guerrier reprend le titre de Prince de Talmont, et engage ses domaines du Talmondais au Sire de Thouars pour partir à la cinquième croisade en 1217.
Il épouse en 1227 Amable du Bois et meurt en 1233.
Il eut des démêlés avec le roi de France Charles VII et son fils Louis XI.

PUY_3210

Ce dernier, une fois sur le trône de France, donna Talmont à son favori Philippe de Commynes en 1472.
Mais en 1483, il reconnaît son erreur aux enfants de La Trémoille, qui en étaient les légitimes seigneurs.
Mais Commynes ne veut pas s’en dessaisir, résiste au roi qui le 22 mars
1485, le fait arrêter et déposséder de ses biens.

DSC03623

Par un phénomène vraisemblablement volcanique, le niveau de la mer qui alimentait les fossés du Château de Talmont et se soulevant, les eaux se retirèrent le 1er novembre 1560.
Les "La Trémoille", comme beaucoup de grands seigneurs français, devinrent tour à tour calvinistes et catholiques.
Henri de Navarre, futur roi de France assiège Talmont, s’en empare en 1587, et restaure la forteresse en 1588, en vertu de l’Edit de Nantes, et reçoit une garnison protestante entretenue par le pouvoir royal.

DSC03625

Mais bientôt la guerre reprenant entre les deux camps, Richelieu, le puissant ministre de Louis XIII, convertit Henri de La Trémoille au catholicisme, et le prince de Talmont obéissant aux ordres royaux, pour éviter la prise de sa forteresse par les protestants retranchés à la Rochelle, la fait démanteler.
Et jusqu’à la révolution, Talmont restera en possession de la famille de La Trémoille.
Le dernier seigneur de Talmont, Antoine­Philippe de La Trémoille, prince de Talmont, seigneur de Laval, né en 1765, rejoignit la Grande Armée Vendéenne à Saumur, et en fut nommé commandant de la cavalerie.

DSC03703

Il assista à toutes les batailles de cette 2ème partie de la guerre de Vendée et fut un chaud partisan de l’exode des Vendéens Outre-Loire. Après la grande défaite de Cholet, où il fit preuve d’une grande bravoure, mais fait prisonnier au moulin de Malagra près de Fougères, il fut jugé et guillotiné à Laval devant son château le 9 janvier 1794.
Ainsi finit l’histoire de cette forteresse de Talmont.

Posté par Puystory à 00:05 - -

22 septembre 2022

L'aventure Puy du Fou | Recrutement

Posté par Puystory à 22:05 - -


21 septembre 2022

Ballet des Sapeurs

PUY_4371

PUY_4382

PUY_4388

PUY_5175

PUY_7935

Posté par Puystory à 00:17 - -

19 septembre 2022

La bibliothèque

Bourg 091

De l'Antiquité classique aux bibliothèques des grands monastères carolingiens, puis à la bibliothèque des rois de France, la bibliothèque est un lieu sacré qui a pour mission première de sauvegarder la mémoire des ancêtres.
Réservées aux clercs à l'origine, elles sont devenues des lieux publics, ouverts à toutes les catégories de citoyens.
L’histoire des bibliothèques est directement articulée avec l’histoire de la pensée, des idées, de la politique, de l’information, voire de l’architecture et de l’urbanisme. 
C'est dans cette perspective que fut construite la célèbre la bibliothèque d'Alexandrie.
Elle regroupait 700 000 rouleaux 3ème siècle avant JC.

PUY_8796

Le terme même de bibliothèkè est attesté pour la première fois en Grèce dans un texte de la seconde moitié du IVe siècle avant J.-C.
Il n'est cependant question que de bibliothèques privées dans la Grèce classique.
A la fin de l'antiquité, le parchemin remplace le papyrus, on passe du rouleau au cahier, plus facile à manier, plus souple, moins fragile.
Le parchemin est issu de peaux animales.
Au 3ème siècle, le codex est en usage (parchemin plié en livre).
La fin du papyrus correspond au déclin des bibliothèques de l'antiquité.
La bibliothèque du Moyen-âge est religieuse. 
Les monastères réunissent des ateliers où des moines recopient des textes religieux.
La lecture se fait à voix haute et elle sert à la méditation religieuse.
Le livre médiéval copié à la main sur parchemin demande plusieurs centaines d’heures de travail.

PUY_1226

Les monastères possédaient des ateliers de copie appelés "scriptoria" où les religieux et religieuses étaient parfois secondés par des copistes et des artistes laïcs.
Lire, copier, gloser sont les maîtres mots de la culture carolingienne.
Le livre est bien écrit, bien illustré, bien conservé.
Il est rare et précieux.
Les conditions d’accès à l’écrit se modifient à la fin du Moyen-âge.
De nouveaux besoins de connaissance s’expriment.
On assiste à une extension des usages de l’écrit dans des domaines comme le droit, l’art, la médecine, le commerce, la chancellerie, les finances.
En 1368, Charles V installe sa collection de livres dans une salle spécialement aménagée du Louvre.

PUY_0628

Une dizaine d’années plus tard, elle compte plus de 900 volumes.
C’est là le début d’une tradition que les rois de France ont ensuite à cœur de maintenir.
Le développement des techniques de l'imprimerie par Gutenberg vers 1440 a marqué un tournant décisif dans l’histoire du livre et de la bibliothèque.
Dès lors, les livres (qui étaient auparavant des objets uniques et précieux) ont pu être reproduits à de nombreux exemplaires.
Grâce à la baisse très forte du coût de production, la diffusion du livre a considérablement augmenté dès le XVe siècle.
À partir de la Renaissance, l’Antiquité suscite l’enthousiasme des cercles humanistes, qui s’attachent à redécouvrir les civilisations grecque et latine au travers de leurs ruines, de leurs œuvres d’art et de leur littérature. 

PUY_8765

François 1er introduit un principe nouveau par une ordonnance du 28 décembre 1537.
Il enjoint imprimeurs et libraires de déposer à la librairie du château de Blois tout livre imprimé mis en vente dans le royaume.
Cette obligation, appelée dépôt légal, constitue une étape fondamentale pour la bibliothèque royale.
Ramenée à Paris dans la seconde moitié du XVIe siècle, elle traverse, non sans dommages, les guerres de religion.
Les bibliothèques populaires émergent au milieu du XVIIIème siècle, lorsque la bourgeoisie et l'aristocratie avertie s’interrogent sur l'éducation du peuple. 

PUY_5899

En 2015, on compte environ 90.000 bibliothèques dans les pays actuellement membres de l'Union Européenne.
La plupart des pays ont une bibliothèque nationale souvent chargée de coordonner le réseau de ses diverses bibliothèques tout en exerçant sa mission traditionnelle d'acquisition, de conservation et de mise à disposition des documents.

Posté par Puystory à 00:05 - -

16 septembre 2022

Le Vieux Château

PUY_1114

PUY_1697

PUY_2302

PUY_2308

Puy du Fou 2011 - 7653

Posté par Puystory à 00:05 - -

14 septembre 2022

Reportage : Dans les secrets du Puy du Fou 2022

Posté par Puystory à 00:05 - -

13 septembre 2022

Nouvelle rentrée

IMG_2737

La nouvelle rentrée vient de sonner..... et il y a quelques petits changements sur Puystory.
Sur le blog (www.puystory.fr), nous restons toujours à 3 publications semaine (alternance photos-Articles), mais la programmation est placée les lundis, mercredis, vendredis.

Ecran01

Sur le site (www.puystory.com), il passe désormais en mode sécurisé et la présentation (bannière, espace de lecture, et arrière plan (sur PC)) ainsi que la navigation ont été améliorée et simplifiée (chaque page à son onglet ce qui améliore le retour en arrière traditionnel).
Dans les prochaines semaines, il n'y aura plus de lien Youtube, les vidéos seront hébergées sur le site, ce qui améliorera le temps de chargement et de lecture et ce sans passer par un navigateur.
Je vous souhaite bonne lecture et bon voyage dans le temps.

Posté par Puystory à 14:17 - -

12 septembre 2022

Dans le monde imaginaire de La Fontaine

PUY_7159

Puy19060677

PUY_3389

PUY_3395

PUY_4888

Posté par Puystory à 00:05 - -

06 septembre 2022

L'ombrelle

PUY_5343

L'ombrelle désigne un petit parasol portatif que les femmes portaient à la main jusqu'au début du XXe siècle pour se protéger du soleil et produire de l'ombre sur le visage. 
L'ombrelle était aussi un accessoire de mode que les femmes portaient en société.
L’origine de l’ombrelle est cependant floue.
C'est l'Égypte ancienne qui aurait créée l'ombrelle il y a plus de 3 500 ans.
Au départ, les ombrelles était faites à partir de feuilles, comme celles de l'eucalyptus ou de palmier. 
Cependant, la Chine reste l’un des pays qui a la plus ancienne tradition d’ombrelles et c’est bien elle qui a inventé les ombrelles en soie et surtout en papier huilé, ancêtres des parapluies, et ce il y a environ 2 000 ans.

PUY_2061_01338

Dès son origine, plus qu’une protection contre le soleil, l’ombrelle était un emblème universel qui  servait surtout à manifester son autorité, son rang et son statut royal ou divin.
On retrouve cette image dans les sculptures ninivites, dans l’Egypte ancienne, en Perse, dans la très ancienne civilisation chinoise et dans la mythologie hindoue.
Toujours le même symbole, une personnalité protégée par une ombrelle portée par un ou plusieurs esclaves.
De Grèce, son utilisation s’est répandu jusqu’à Rome.
Objet de luxe, orné de tissu de soie, de broderies majestueuses, parée d’or, l’ombrelle était utilisée uniquement par temps sec.

Puystory_00851

À la fin du dix-huitième siècle, cet accessoire connaissait une popularité grandissante et figurait souvent dans les gravures de mode qui avaient commencé à faire leur apparition en France.
La vogue de l'ombrelle s'est ensuite étendue à l'ensemble du monde occidental.
Au dix-neuvième siècle, l'ombrelle constituait un élément important d'une tenue à la mode.
Pour une dame de la haute société, il était de mise d'avoir un teint pâle sans avoir recours, si possible, au maquillage, car cela renforçait l'idéal d'oisiveté et de dépendance par rapport à l'époux.
En outre, cela lui permettait de se distinguer de la masse bronzée par le soleil qui travaillait en plein air.

Puystory_01038

La disparition de ce type de protection, et plus particulièrement de l'ombrelle, fut provoquée par la fureur du bronzage qui a commencé à la fin des années 1920.
Depuis lors, l'ombrelle n'a jamais retrouvé sa place parmi les accessoires de mode importants.
Depuis quelques années cependant, on cherche à nouveau à se protéger du soleil, non pour des raisons de mode, mais plutôt de santé.
Mais les moyens pour y parvenir ont changé par  des crèmes, des lotions…..

PUY_2549

Posté par Puystory à 00:05 - -

05 septembre 2022

Réalisation d'une machinerie pour le Puy du Fou

IMG_4019

IMG_4028

 Découvrez notre dernière machinerie réalisée pour le Puy du Fou, située au cœur du stadium Gallo-Romain, pour le NOUVEAU spectacle "Le Signe du Triomphe".

Posté par Puystory à 11:06 - -

04 septembre 2022

Le Grand Carillon

PUY_8557

PUY_8560

PUY_8566

PUY_8576

PUY_8577

Posté par Puystory à 00:11 - -

02 septembre 2022

Le garde des Sceaux.

PUY_5622 Puystory

Apparu en Mésopotamie au VIIe millénaire, le sceau précède de peu l’écriture.
Utilisé sous des formes variées et selon des usages d’une étonnante permanence, en Égypte dès le IVe millénaire, en Crète et à Mycènes dès l’âge du bronze, sans parler des civilisations extra-européennes, le sceau passe à Rome puis est repris dès le Haut Moyen Âge par les souverains mérovingiens.
La fonction de garde des Sceaux tire son origine d’une infortune royale.
Le 3 juillet 1194, dans le Vendômois, le roi d’Angleterre Richard Cœur de Lion (1157–1199) inflige une défaite cuisante au roi de France Philippe Auguste (1165–1223).
Dans la déroute, ce dernier perd équipages, trésor et archives de la Couronne royale.
Pour remédier à cette perte, il confie à frère Guérin (1157–1227), chevalier hospitalier et évêque de Senlis, son ami et proche conseiller, le soin de créer un Trésor des Chartes.
Il instaure pour lui la dignité de garde des Sceaux.
Élu évêque de Senlis en 1213, il participe à la stratégie de la victoire dans la bataille de Bouvines.
Il est nommé chancelier de France en 1223.

PUY_0600

Créés sous les Mérovingiens (dynastie qui régna du Vᵉ jusqu'au milieu du VIIIᵉ siècle), les sceaux royaux authentifiant les actes officiels et en ordonner l’exécution étaient choisis par chaque roi et portaient son effigie "en majesté".
Initialement sous forme d’une simple bague ou d’un pendentif de cire verte ou jaune, ils s’élargissent au fil des siècles pour atteindre sous les Capétiens (dynastie royale a régné en France de 987 à 1792) les 12 centimètres de leur diamètre actuel.
Le 21 septembre 1792, les sceaux royaux sont brisés, envoyés à la Monnaie et remplacés par le premier sceau républicain à l’effigie de la Liberté, de cire rouge cette fois.
C’est sous l’impulsion de Danton (1759-1794), alors ministre de la Justice, que la Convention fixe l’effigie du sceau de la Première République.
La Liberté est représentée debout, appuyée d’une main sur un faisceau, et de l’autre sur une lance surmontée du bonnet de la Liberté.
Sur le sceau de Napoléon (1769-1821) figuraient les abeilles et la couronne impériale.
Les rois Louis XVIII (1755-1824) et Charles X (1757-1836) reprirent une iconographie aux fleurs de lys proche de celle de l’Ancien Régime.
Quant à Louis Philippe (1773-1850), il y introduisit le drapeau tricolore et les armes de la famille d’Orléans.

6

Le sceau de la IIème République, encore utilisé de nos jours, fut défini par un arrêté du 8 septembre 1848.
Le graveur des monnaies, Jean-Jacques Barré (1901-1978), prit des libertés avec les termes du décret, notamment en ce qui concerne l’emplacement des inscriptions.
Une femme assise, la Liberté, tient de la main droite un faisceau de licteur et de la main gauche un gouvernail sur lequel figure un coq gaulois, la patte sur un globe.
Peu d’actes sont aujourd’hui scellés du Grand Sceau et ils sont essentiellement relatifs à la Constitution.
La cérémonie de scellement a toujours lieu à la chancellerie où le garde des Sceaux, fonction fusionnée avec celle de ministre de la Justice depuis 1791, conserve la presse à sceller et les matrices uniques.

Posté par Puystory à 00:05 - -

30 août 2022

Ballet des Sapeurs

Puystory_01290

PUY_1971_01250

PUY_2083_01351

PUY_2427

PUY_2483

Posté par Puystory à 17:46 - -

28 août 2022

La planche à laver *

Bourg 153

La planche à laver ou washboard (en anglais) est un instrument de musique de percussion apparu à La Nouvelle-Orléans.
À l'origine, il s'agissait d'une vraie planche à laver et à battre le linge et cet instrument a été utilisé dans les années 1950.
Le son de la planche à laver provient du raclement des ondulations de la planche au moyen des ongles, de dés à coudre, de cuillères et même d’une pièce de monnaie.
Aujourd'hui, nombre d'orchestres de ce type apprécient le côté pratique et portatif de cet instrument et les sons particuliers qu'il produit entre des mains expertes.
Ce sont souvent les musiciens qui fabriquent eux-mêmes leurs instruments selon leurs besoins.

Posté par Puystory à 00:05 - -

26 août 2022

Chevaliers de la Table Ronde

PUY_3162

PUY_7967

PUY_8016

PUY_8031

Puystory_5360

Posté par Puystory à 00:05 - -

23 août 2022

La Sainte Ampoule

PUY_1600

La Sainte Ampoule était une fiole en verre.
Son nom viendrait du latin ampulla (petit flacon, fiole) ou du saxon ampel (coupe, fiole).
En 496, Clovis, le chef des Francs, se fait baptiser à Reims par l’évêque Rémi.
La légende raconte que la foule était si nombreuse que le petit clerc chargé d’apporter l’huile nécessaire aux onctions poste baptismales n’arrive pas à se frayer un passage parmi la foule des guerriers, et alors une colombe, symbole du Saint-Esprit dans la Bible, apparaît dans le baptistère et apporta à l’évêque la fiole de chrême ou huile odorante consacrée nécessaire à l’onction du baptême.
Ensuite, elle servira lors de l’onction des rois de France jusqu’à Louis XVI (1754-1793).

PUY_3183

La Sainte Ampoule apparaît au neuvième siècle dans des écrits de l’archevêque Hincmar (806 - 882) où il met en scène le miracle qui aurait accompagné le baptême de Clovis.
L’archevêque de Reims, Hincmar, croit reconnaître cette fiole miraculeuse dans une ampoule (4 cm de haut) d’aromates probablement oubliés par les embaumeurs dans le sarcophage de Saint Rémi lorsqu’il fit le déplacement de ses reliques en 852.
Ainsi, la cathédrale de Reims devint le lieu du sacre des rois de France avec l’huile de la Sainte Ampoule qui était conservée à l’abbaye de Saint Rémi.

PUY_3369

Lors la cérémonie du sacre, l’archevêque prélevait dans celle-ci, avec une aiguille d’or, un petit peu d’un baume qui était devenu desséché au fil du temps, qu’il mélangeait avec du saint chrême frais.
Ce qui permettait ainsi d’oindre chaque roi avec la même huile que tous ses prédécesseurs, et surtout que le fondateur du royaume des Francs qui était Clovis.
L’onction était sur la tête, sur la poitrine, sur les épaules, entre les épaules, aux jointures des bras, sur les mains.
Tout le corps se trouvait ainsi sanctifié et les points vitaux recevaient ainsi une force venue d’en haut pour permettre au roi d’accomplir la mission qui lui était confiée.
Les "Otages de la Sainte Ampoule" étaient quatre seigneurs chargés d’escorter la Sainte Ampoule de l’abbaye Saint-Rémi jusqu’à la cathédrale de Reims pour la cérémonie du sacre du Roi de France.

PUY_3402

Ces seigneurs avaient pour rôle de défendre la précieuse fiole jusqu’à la mort, d’où leur titre d’otages de la Sainte Ampoule.
Selon le cérémonial habituel, les otages entraient à cheval dans la cathédrale, entourant l’abbé de Saint-Rémi (qui était à l’époque Jean Canard), allant en lente procession du portail principal jusqu’à l’autel où l’abbé remettait la Sainte Ampoule à l’archevêque.
C’est à ce moment que prenait fin la mission des otages qui, descendus de cheval, rejoignaient leurs compagnons dans la nef.
Elle a été brisée solennellement pendant la Révolution française le 7 octobre 1793 à Reims (actuelle place Royale), par le conventionnel Philippe Rühl (1737-1795) sur le socle de la statue de Louis XV (1710 -1774) préalablement déboulonnée, cassée et destinée à être livrée à une fonderie de canons, mais des parcelles furent récupérées.

PUY_4054

Toutefois, la veille, le curé constitutionnel Jules-Armand Seraine et un officier municipal, Philippe Hourelle avaient retiré ce qu’ils pouvaient du contenu de la sainte Ampoule et le cachèrent, puis en donnèrent une partie respectivement à Messieurs Bouré curé de Berry-au-Bac et Lecomte juge au tribunal de Reims.
Un dénommé Louis Champagne Prévoteau recueillit également deux fragments de verre de l’ampoule sur lesquels subsistaient des restes du baume.
Le 22 mai 1825, l’archevêque de Reims procéda au transvasement de tous ces fragments dans du saint chrême puis dans un nouveau reliquaire prêt à temps pour le sacre de Charles X (1757-1836) quatre jours plus tard, maintenant conservé au Palais du Tau.

PUY_3376

En 1906, lors de son expulsion de l’archevêché suite à la loi de séparation des Églises et de l’État,
MgrLouis-Joseph Luçon (1842-1930), archevêque de Reims, transféra le chrême dans une ampoule de verre qu’il emporta avec lui.
Le baume du sacre est toujours conservé à l’archevêché de Reims.

Posté par Puystory à 00:05 - -

21 août 2022

Bal des oiseaux

PUY_7681

PUY_7693

PUY_7735

PUY_7743

PUY_4335

Posté par Puystory à 00:05 - -