Puy Story

Histoire d'une région.

Avis

Puystory est un site pédagogique et indépendant du Puy du Fou.

Posté par Puystory à 17:40 - Commentaires [0] -


Bougies au Château du Puy du Fou

PUY_9488

PUY_8634

PUY_5042

PUY_8764

PUY_0694

Posté par Puystory à 00:08 - Château - Commentaires [0] -

Nature au Puy du Fou

Puystory_03190

Puystory_3433

Puystory_3511

Puystory_03793

Puystory_6092

Posté par Puystory à 00:10 - GRAND PARC - Commentaires [0] -

C'est en Forgeant

Puystory_514

Il y a peu encore, chaque village avait sa forge.
C'est un lieu de passage et de rencontre par excellence, au même titre que l'estaminet ou la place du marché.

Puystory_537

Les hommes aiment à s'y retrouver autour du feu qui réchauffe et qui éclaire l'endroit en faisant danser les ombres sur les murs noircis.
Ils y échangent les dernières nouvelles alors que le forgeron étire le fer à grands coups de marteau et le dompte en faisant jaillir des bouquets d'étincelles.

Puystory_516

Sa force physique impressionne.
Beaucoup d'activités dépendent de son travail et cela lui donne une réelle importance.
Sa maîtrise du feu, de l'air et de l'eau... en font le personnage de la vie villageoise.
C'est lui qui ferre les chevaux, les mules et les vaches, fabrique et répare les versoirs et les pièces en fer des charrues et des attelages.

Puystory_543

Il réalise tout l'outillage à main nécessaire aux travaux des champs et les outils des artisans du village.
Il forge également les objets de la vie de tous les jours, en particulier ceux qui servent à la cuisine, à l'âtre : landiers, trépieds, grils et crémaillères.

PUY_7829

Le foyer et son énorme soufflet, l'enclume, la cuve d'eau pour tremper le fer incandescent occupent la plus grande partie de l'espace disponible.
De cinq heures du matin à tard le soir, l'enclume sonne joyeusement, même le dimanche.
Il n'y a guère qu'à la Saint Eloi que le silence se fait.
Un peu magicien, le forgeron est aussi vétérinaire, dentiste et guérisseur.

PUY_3714

Ne dit-on pas que son marteau a le pouvoir de guérir ?
On lui amène des enfants souffrant de convulsions placés nus sur l'enclume que l'homme de l'art martèle avec violence.
Il lève le bras, fait semblant de frapper l'enfant, arrête le marteau à deux doigts du ventre du petit malade avant de le toucher doucement avec le fer et la guérison espérée se produit quelquefois.

Posté par Puystory à 00:10 - XVIII EME SIECLE - Commentaires [1] -

Voyage chez les artisans du Puy du Fou !

Posté par Puystory à 14:55 - Commentaires [2] -


Artisans Cité médiévale (Maître-Verrier)

PUY_1118

Puystory_182

Puystory_00230

Artisans 092012-025

DSC_0066

Posté par Puystory à 00:10 - Artisans - Commentaires [0] -

Le Prieuré de Grammont (Vendée).

Puystory_11595

L'Ordre de Grandmont, ou Grammont du nom du lieu de la Maison-mère, en Limousin, fondé au XIème siècle (vers 1076) par saint Etienne de Muret (1050-1124), fils du comte de Thiers, possédait dès le XIIème siècle cinq prieurés en Bas-Poitou :
Grammont, en Saint-Christophe-la-Chartreuse, qui aurait été fondé vers 1150 par Thibaut Chabot III, seigneur de Rocheservière, dans un site très pittoresque, sur des coteaux boisés au pied desquels coule la Boulogne ;
La Meilleraye, ou le Petit-Orbestier (Le Château d'Olonne) ;
Barbetorte (Les Magnils-Reigniers) ;
Bonneray (de Bona radice) en Puy-de-Serre, et enfin
Grammont, en Chassay. Ce dernier aurait été fondé par Richard Cœur-de-Lion, vers la fin du XIIème siècle, en 1196.
Les vieilles chartes le désignent sous le nom de Chassay de Grandmont, du nom de l'ancienne paroisse de laquelle il dépendait (aujourd'hui commune de Saint-Prouant), ou de Petit-Grandmont, et enfin Grammont.
La mort d'Etienne, (1124) provoque l’exode de ses fidèles vers le plateau de Grandmont à quelques kilomètres de là.

Puystory_11557

L’église construite sur ce lieu deviendra l’abbaye-mère et le plateau donnera son nom à l’Ordre, l’Ordre de Grandmont.
L’Ordre de Grandmont se distingue par ses règles, réputées comme les plus austères du Moyen Age.
Ils marchent pieds nus, ne vivent que de dons, ne mangent pas de viande et ne se chauffent pas.
Situé en plein bocage, loin de toute grand'route, Grammont est inconnu de la plupart des touristes et des archéologues.
Sa minime importance, puisqu'il ne semble pas avoir abrité jamais plus de dix ou douze moines, lui permit d'échapper aux diverses tourmentes qui ont marqué notre histoire.

Puystory_11587

De la sorte, ayant conservé l'intégralité de son plan primitif, il représente "un type rare et parfait de ces petits monastères ruraux, nombreux en Poitou" aux XIIème et XIIIème siècles.
Le plan de l'établissement est sensiblement rectangulaire, si l'on excepte la saillie que fait à l'extérieur l'abside (partie saillante en demi-cercle d'un bâtiment) à pans coupés de la priorale.
Celle-ci occupe la partie méridionale du quadrilatère et a dû être édifiée dès les premiers temps de la fondation.

Puystory_11577

L'église, premier élément construit au XIIe siècle, se distingue par ses proportions: longue de presque 28 mètres, large de 6.70 mètres et haute de 11 mètres!
Elle se compose d’une nef unique et d’une abside voutée en cul de four surmontant trois ouvertures profondes et égales, le triplet.

Puystory_11565

La nef, recouverte primitivement d'un berceau brisé est une charpente apparente datée de 1637.
Mais l'abside possède encore ses voûtes d'origine, "sept voûtains séparés par de fines nervures moulurées d'un tore et modelés sur des formerets en arc brisé convergeant vers la clef de l'arc d'entrée.

Puystory_11597

Ils prennent appui sur des culs-de-lampe en forme de pyramide renversée, sans décor".
Du côté oriental, se trouve la salle capitulaire, petite salle carrée, voûtée d'ogives à huit nervures cylindriques, qui viennent converger sur une colonne centrale à fût octogonal avec gros chapiteau à tailloir épais et retombant dans les angles sur de simples colonnettes engagées.
Face à la chapelle s'étend une autre salle, la plus curieuse du monastère et qui devait être le réfectoire des moines.

Puystory_11550

Cette pièce, reconstruite vraisemblablement au XIVème siècle sur ses bases premières, forme deux nefs de trois travées chacune avec deux piliers centraux.
Ces piliers, de même que les colonnes engagées reçoivent le long des murs latéraux la retombée des voûtes, formées uniquement par le faisceau des nervures toriques qui, des voûtes, descendent jusqu'au sol sans chapiteau ni autre solution de continuité.

Puystory_11531

L'effet est fort gracieux et est unique en Vendée.
Le prieuré de Chassay, présente un grand caractère d'austérité conforme à la règle "grandmontaine" et constitue l'ensemble le plus complet de l'ordre de Grandmont qui se puisse trouver dans les pays d'Ouest.

Posté par Puystory à 00:05 - VENDEE - Commentaires [1] -

La Saint Valentin.

Image019Mod

Je souhaite à tous les amoureux une bonne St.Valentin et aux célibataires une année pleine de rencontres !

DSC_8488_Copie

La date à laquelle nous fêtons la Saint-Valentin est un héritage de la Rome Antique.
Dès l'antiquité, le milieu du mois de février était associé avec l'amour au travers de fêtes célébrant le mariage (en Grèce) ou la fertilité (à Rome).

PUY_8366 Puystory

Les romains fêtaient cette fête des Lupercales (fête de Lupercus, le dieu de la fertilité) donnée en l’honneur du dieu des troupeaux et des bergers.
C’était une fête de purification et de fécondité qui marquaient la fin de l’hiver autour du 15 février.
Les Luperques, prêtres du dieu Lupercus, sacrifiaient un bouc au dieu dans la grotte du Lupercal (au flanc du Mont Palatin), où, selon la légende, la louve allaita les fondateurs de Rome Romulus et Rémus.
Ensuite les jeunes gens issus de familles nobles sont enduits du sang du sacrifice dans un cérémonial qui symbolise la purification des bergers.
De la peau du bouc, on faisait des lanières, imbibées de sang.
Le rituel le plus marquant était la course des Luperques, où des hommes poursuivaient les femmes et les flagellaient avec les lanières pour assurer aux femmes la fécondité et une grossesse heureuse.
Nous sommes donc très loin de l'esprit de la Saint-Valentin.

Puystory_02736

Mais revenons à la Saint-Valentin.
Considérée comme la fête des couples déjà formés autant que la fête de ceux qui recherchent l'âme sœur, la Saint Valentin est également la fête de l'amitié.
Un saint nommé Valentin...
L’empereur romain Claude II le Cruel (213-271) était engagé dans des campagnes militaires sanglantes.
Eprouvant des difficultés à recruter des soldats, l’empereur avait interdit ces mariages en constatant que les Chrétiens, une fois mariés, refusaient de s’engager dans les légions militaires pour ne pas quitter leur famille.
Valentin était un prêtre chrétien et il s'attira la colère de l'empereur Claude II qui venait d'abolir le mariage.

PuyStory 2011 Aout 0152

En effet, Valentin encourageait les jeunes fiancés à venir le trouver en secret pour recevoir de lui la bénédiction du mariage.
En représailles des conversions au christianisme et à la célébration de mariage, Valentin fut arrêté et emprisonné.
Après différents tourments et tortures, il sera condamné à être décapité un 14 février, probablement en l'an 268 après Jésus Christ.
On vénère la plupart de ces reliques à Rome, dans l’église Sainte Praxède.
Saint Valentin serait donc mort en défenseur de l’amour et du mariage.
En 494, le pape Gélase Ier (492-296) décida que cette journée serait consacrée au prêtre Valentinus (patron des amoureux).
La fête des Lupercales fut interdite et fut remplacée en instaurant tout à la fois une fête de la purification (la Chandeleur) et une fête de l'amour et de la fécondité (la St Valentin) passant de la lanière de peau de bouc au bouquet romantique et aux symboles que nous connaissons aujourd'hui (Cupidon, les roses, le cœur).
Depuis 1496, Saint Valentin est officiellement le Saint Patron des Amoureux, sur ordre du pape Alexandre VI (1431-1503).

PUY_9092 (2)

Saint Valentin doit à son nom, santé et vigueur.
Les fiancés, les jeunes gens à marier, ceux qui craignent les atteintes de la peste, les personnes qui sont sujettes à l’épilepsie et aux évanouissements sont placés sous son patronage.

Posté par Puystory à 18:34 - Divers - Commentaires [0] -

L'écomusée du Puy du Fou (1983-2006)

Puystory_00630

L’actuel château, construit dans le style de la Renaissance italienne est dû à François II du Puy du Fou (1496-1548).
La construction demeura inachevée et le château fut vendu en 1659.
Situé à la porte de la Vendée, le château du Puy du Fou a été construit en associant deux matériaux inattendus la brique et le granit.
Il a succédé à un autre édifice qui lui fait face dans le bois au-delà de l'étang où ont été pratiquées des fouilles archéologiques.
Malmené par les siècles, il fut incendié par les colonnes infernales en 1794.
Inscrit au Monument historique en 1974, le château actuel a été acquis par le Département en 1977 et y créa un écomusée qui sera ouvert de 1983 jusqu’en 2006.
Depuis lors, ce dernier poursuit sa restauration.

PUY_6819

De l'époque de la Renaissance, le monument a conservé, outre une admirable galerie à l'italienne, des éléments architecturaux remarquables comme les péristyles copiés sur les modèles de Fontainebleau, les escaliers voûtés à caissons et la salle dite des Gardes.
Le château a abrité le siège de l'Ecomusée de la Vendée, créé en 1978 à l'initiative du Conseil Général.
Sur plus de 1000 m², une exposition permanente avait été installée évoquant l'histoire du Département des origines à nos jours.
Cette présentation "Traces de la guerre de Vendée dans la mémoire collective" intégrait les moyens muséographiques les plus modernes permet de découvrir, sans l'aide d'un guide, les principales étapes chronologiques jalonnant la formation et révolution de la Vendée.
Depuis 1985, un "Centre d'Etude et de Documentation" sur la "Révolution dans l'Ouest" permet aux chercheurs de consulter les ouvrages et l'iconographie spécialisés.
L'Ecomusée n'était donc pas un musée comme les autres.

Puystory_00649

Georges-Henri RIVIERE, l'éminent muséologue français, avait largement inspiré la création de celui de la Vendée et avait résumé cette nouvelle forme de mise en valeur du patrimoine ainsi :
"L'Ecomusée est une institution culturelle assurant d'une manière permanente, sur un territoire donné, avec la participation de la population, les fonctions de recherche, conservation, présentation, mise en valeur d'un ensemble de biens naturels et culturels, représentatifs d'un milieu et des modes de vie qui s'y succèdent ".
L'originalité de la démarche vendéenne tient à l'étendue du territoire concerné, à la gestion de l'ensemble "chef-lieu et antennes" par un service départemental et surtout à l'exceptionnelle mobilisation des habitants.
En 2006, ses collections ont rejoint l’Historial de la Vendée, équipement muséographique réalisé aux "Lucs-sur-Boulogne" par le conseil général.

PUY_3093

Posté par Puystory à 01:45 - Château - Commentaires [0] -

De roses en roses

Puystory_04942

Puystory_05790

Puystory_04931

Puystory_04929

PUY_9172 Puystory

Posté par Puystory à 00:06 - GRAND PARC - Commentaires [1] -